Et le respect du citoyen ?

Par Meriem Sassi – Le ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales a annoncé la création de 8 000 postes de préposé à l'état civil et 30 000 postes de guichetier au niveau de toutes les communes du pays «dans le cadre d'une meilleure prise en charge du service de l'état civil». Une initiative louable qui va permettre à de jeunes chômeurs de bénéficier de postes d’emploi, mais il n’est pas sûr que cela contribuera à améliorer la prise en charge des missions de service public et l'accueil des citoyens. En effet, il est légitimement permis de douter que la politique du nombre et des statistiques privilégiée par la tutelle change quelque chose à l’image des administrations. Un tour dans les APC et les daïras d’Alger, par exemple, renseigne sur la déliquescence de ces services, la saleté des lieux et le laisser-aller des employés, au grand dam des citoyens en mal d'une véritable prise en charge de leurs attentes. Queues interminables, brouhaha, bagarres, passe-droits, échanges d’insultes, agents débraillés et arrogants sont autant d’images qui vous agressent dès le seuil de la plupart des services d’état civil. Pour obtenir les documents dont ils ont besoin, les citoyens, pris d’angoisse, endurent un véritable parcours du combattant et se font rabrouer à plusieurs reprises par des guichetiers grincheux et mal mis. En fait, les citoyens sont véritablement réduits, le temps d’une formalité, à des quémandeurs de faveurs alors qu’ils sont en plein exercice d’un droit. Les facilitations annoncées par le ministère de l’Intérieur concernant la réduction du nombre de pièces à fournir, le raccourcissement des délais et l’utilisation de moyens modernes sont souvent anéantis par de simples agents qui outrepassent allégrement leur mission, encouragés par des chefs de service conciliants. Dans ces conditions, la promotion de la ressource humaine prônée par le ministère de l’Intérieur n’a aucun sens si, en parallèle, la véritable notion du service public et le sens civique ne sont pas enseignés aux jeunes recrues. C’est seulement lorsque ces notions seront inculquées que l’on pourra parler réellement de «l'éradication de la bureaucratie». Celle-ci n’est pas qu’une question de dossiers et de délais, c’est aussi une question de respect envers le citoyen.
M. S.
 

Comment (12)

    Ahmed/rais/anonyme
    12 mai 2015 - 13 h 17 min

    Anonyme (non vérifié) | 11.
    Anonyme (non vérifié) | 11. mai 2015 – 12:45

    La notion de  » Citoyen  » n’existe plus chez-nous. Cette notion a été emportée par le déluge de Bouteflika et son clan.
    ___

    Pas du tout! C’est des mensonges!
    C’est pendant sa Présidence que nous nous sentons de vrais citoyens algériens! Il a mis fin au terrorisme en instaurant la Paix après 10 années de guerre qu’avait provoqué l’anarchie de Chadli Bendjedid avec son « clan » et qu’aucun des suivants n’avait pu arrêter par incompétence! Sauf Bouteflika ou « fakhamatouhou » – comme vous aimez l’appeler sans savoir ce que c’est – par son intelligence et son expérience !
    Après Bouteflika, les seuls érudits qui peuvent faire mieux son Benflis et son équipe de « Talaiou El Houriyet » et Mehenni et son MAK!




    0



    0
    Ahmed/rais/anonyme
    12 mai 2015 - 0 h 48 min

    Comme toujours certains ici,
    Comme toujours certains ici, acquiescent! Normal, ils ne vivent pas en Algérie!




    0



    0
    Ahmed/rais/anonyme
    12 mai 2015 - 0 h 45 min

    Ce que dit l’article n’est
    Ce que dit l’article n’est pas la réalité!
    Ces problèmes que pose l’article n’existent presque plus! Les services des APC ont complètement changé de méthodes de travail. Il y a de très nettes améliorations!
    Cet article est dépassé par la réalité des faits!




    0



    0
    karimdjazair
    11 mai 2015 - 20 h 00 min

    Quand des initiatives sont
    Quand des initiatives sont menés pour lutter contre la bureaucratie, il y en a qui critiquent à croire qu ils veulent voir perpétuer dans le pays, cette pratique qui pourrit la vie des gens.

    Ces nouveaux agents vont etre formés, et renforcer les effectifs existants, cela ne peut etre qu une bonne chose. D autant plus que certains formalités ont été allégés.

    Biensur que c est pas suffisant, mais on avance malgre tout. Peut etre faut il passer par la privatisation des services publics, pour imposer la rigueur nécessaire.

    Mais il y en aura encore, qui crieront au démantèlement du service public…




    0



    0
    RAMO
    11 mai 2015 - 15 h 25 min

    Il faut encore ajouté un
    Il faut encore ajouté un autre document bureaucratique mais nécessaire a ces future bureaucrates qui s’appellera le (certificat de bonne éducation) mais reste a trouvé les critères pour le délivrer.




    0



    0
    Anonyme
    11 mai 2015 - 14 h 53 min

    en fait ,il s’agit de la
    en fait ,il s’agit de la création de 38 000 postes budgétaires pour intégre les agents déjà en place ;ils ne seront plus payés par les différents dispositifs sociaux mais par la fonction publique ;
    le plus important serait de choisir les plus valables pour cette mission et les former préalablement à toute confirmation;*
    ils doivent savoir qu’ils doivent servir les citoyens et non se servir pour faire un travail poyur lequel ils sont payés;




    0



    0
    Anonyme
    11 mai 2015 - 13 h 48 min

    « Le ministère de l’Intérieur
    « Le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales a annoncé la création de 8 000 postes de préposé à l’état civil et 30 000 postes de guichetier au niveau de toutes les communes du pays ». dixit M. S.. ces recrutements me permettent d’avancer, malgré toute la modestie qui m’étouffe, que ces recrutements vont servir à augmenter le nombre de tubes digestifs ambulants qui ingurgitent et défèquent sans produire quoi que ce soit. en effet, dans le contexte actuel et au regard de la crise qui s’annonce, ces emplois improductifs vont gréver le budget de l’Etat tout en favorisant l’inflation, sans aucun apport palpable. quoique quelqu’un de perspicace pourrait y voir une tentative (encore une autre?) de rechercher la paix sociale en divertissant la plèbe?) à tout prix, laquelle paix permettra à ceux qui n’ont pas encore acheté des appartements luxueux à Paris, New-York ou dubaï de le faire (voir « Affaire Saipem : Khelil et Bedjaoui ont acheté des biens immobiliers à Paris et New York. » sur ce même site).
    moralité de l’histoire: quand on el fakakir comme premier des ministres et si ali l’analphabète comme chef des chefs d’entreprise, il ne faut pas s’attendre à des décisions sensées et courageuses , n’est ce pas?




    0



    0
    Anonyme
    11 mai 2015 - 12 h 52 min

    La politique de bricolage et

    La politique de bricolage et du bouche trou.
    Aucune planification , aucune Étude approfondie sur les projets, aucun concept socio-économique, aucune vision à long terme. Bled kherbache

    Vous êtes des incapables, admettez-le.

    L’Âne ne peut devenir un cheval parce-que il a de la chakara pleine.
    ti compro




    0



    0
    mourad
    11 mai 2015 - 11 h 47 min

    L’article a raison de
    L’article a raison de souligner que ces recrutements massifs n’apportent aucune plus-value à la qualité des prestations des APC. Ces derniers temps et malgré l’informatisation des actes d’état civil, les erreurs de retranscription sont devenues un vrai casse-tête. Le niveau médiocre des guichetiers s’est tellement banalisé qu’il a finit pas remettre en cause la reforme du système. Il est clair que ce n’est pas par le nombre des guichetiers que l’on améliorera la qualité du service, a moins de prendre en compte le niveau et les compétences des postulants.




    0



    0
    Anonyme
    11 mai 2015 - 11 h 45 min

    La notion de  » Citoyen « 

    La notion de  » Citoyen  » n’existe plus chez-nous. Cette notion a été emportée par le déluge de Bouteflika et son clan.




    0



    0
    Citoyenne
    11 mai 2015 - 10 h 53 min

    « l’éradication de la
    « l’éradication de la bureaucratie » passe par une formation du personnel tout d’abord. Le personnel administratif doit savoir qu’il est au service du citoyen et non le contraire. Ces gens sont payés pour le travail qu’ils font…Ce n’est pas de la charité qu’ils nous donnent.

    C’est toute une mentalité professionnelle à changer pour adopter un comportement civique qui manque en Algérie à tout les niveaux. De la haute sphère ( ministres et CO) jusqu’au portier d’une école.

    Pour avoir un extrait de naissance, on te fait endurer pour payer la fameuse chipa.
    En 15 ans, le pays est devenu un DOUAR et un grand bazar où la loi de la jungle et de la chipa priment.

    Un pays dénué du sens de l’éthique…




    0



    0
    zorba
    11 mai 2015 - 10 h 48 min

    38000 postes pour le seul
    38000 postes pour le seul état-civil cela va booster la natalité,naissance a 13 h enregistrement a 14 heures,cela va être exemplaire.Vous dites que c’est une initiative louable car cela va offrir des emplois aux jeunes chômeurs,bien sûr,mais il y aura sertainement une deperdition de productivité car qu’en en 2015 on occupe un poste par défaut,cela crée de l’amertume car on visait plus haut,on se sent devalorisé et en échec,les citoyens en face seront les victimes potentielles de cet état de fait.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.