Faute de requins, des anchois

Par Kamel Moulfi – Les procès de la corruption en Algérie auront-ils vraiment lieu un jour ? Pour le moment, peu de gens y croient. En ramenant les procès de Sonatrach, de l’autoroute Est-Ouest, de Khalifa Bank à des «coupables de second rang», l'Etat veut faire de ces affaires le procès de la «petite délinquance» économique. Tout le monde sait maintenant quelle tonalité sera donnée aux prochains procès. Cela ne veut pas dire que les «petits corrompus» ne sont pas responsables et ne méritent pas d’être punis. Ils ont cédé à leur penchant à la cupidité et n’ont aucune excuse. Sans ces fonctionnaires qui acceptent de l'argent et utilisent leur position pour faire profiter indûment d’autres personnes dans des transactions illégales, le réseau de la corruption n’existerait pas. Mais, et ce n’est pas propre à notre pays, l’opinion publique veut savoir la vérité sur le rôle des hauts responsables qui sont cités par les témoins et par les médias. Alors que le procès de l'autoroute vient de s'achever et que celui de Khalifa se poursuit, Amar Ghoul et Abdelmadjid Tebboune sont reconduits dans le gouvernement à la faveur du remaniement ministériel partiel opéré hier. Le jour même où l'annonce du maintien de Tebboune dans le nouveau gouvernement était faite, les directeurs des OPGI comparaissaient devant le juge à Blida. Un véritable pied de nez aux Algériens ! Sonatrach, c'est pareil. Les gros requins ne seront donc pas poursuivis et ils peuvent vivre paisiblement sous un Bouteflika excessivement affaibli. Où tout cela va-t-il nous mener ? Les mailles de la lutte anti-corruption dans notre pays semblent bien «spéciales» ; elles prennent le menu fretin et laissent passer les gros poissons. Pourtant, la moralisation de la vie sociale doit commencer par la sphère des pouvoirs. Des ministres viennent de quitter le gouvernement après avoir été éclaboussés par des «petites combines». Mais la campagne de lutte contre la corruption annoncée officiellement à grand renfort de discours n’est pas encore passée à la vitesse supérieure attendue par la population. Elle reste confrontée à des défis qui paraissent insurmontables. Pour gêner la corruption, sinon la rendre impossible, il faut au moins une victoire symbolique qui est encore très loin d’être remportée.
K. M.

Comment (17)

    anonyme
    16 mai 2015 - 8 h 05 min

    Par Aherbebou (non vérifié) |
    Par Aherbebou (non vérifié) | 16. mai 2015 – 1:08
    ton commentaire n’a aucun sens mais je retiens que la police de chadli savait y faire avec les bourricots




    0



    0
    Anonyme
    16 mai 2015 - 7 h 49 min

    Les gens qui se laissent
    Les gens qui se laissent abuser par le mensonge sont plus dangereux que ceux qui mentent ; et ceux qui se laissent corrompre sont plus misérables que les corrupteurs. Car c’est une loi psychologique, que les imbéciles et les faibles recherchent – et nullement de façon inconsciente – ceux dont ils attendent mensonge et corruption, et ne s’accordent aucun repos avant de les avoir trouvés.

    La transparence impossible de Arthur Schnitzler




    0



    0
    Aherbebou
    16 mai 2015 - 0 h 08 min

    Au tout début de la prise de
    Au tout début de la prise de pouvoir par le défunt Chadli,une methode policière était apparue,celle de matraquer les pietons qui s’aventureraient sur la chaussée ou qui la traversait en dehors des passages protégés.Ce violent procédé illégal inspira le défunt journaliste Bouassaad ABDICHE qui avait écrit: « Pourquoi se mettre au bord de la plage pour pécher la sardine,montons en haute mer et chassons la baleine » Allah Yerehmou.




    0



    0
    anonyme
    15 mai 2015 - 21 h 15 min

    C’est toute la différence
    C’est toute la différence avec un Etat de Droit.
    La JUSTICE sans justice c’est un fleuve sans eau.
    En ALGERIE le fleuve s’est asséché, donc on ne peut avoir tout le spectacle de trombes d’eaux.




    0



    0
    Anonymous
    15 mai 2015 - 17 h 59 min

    « Petit poisson deviendra
    « Petit poisson deviendra grand,
    Pourvu que Dieu lui prête vie
    disait justement La Fontaine. Mais les moeurs et les appétits ayant évolué, le pêcheur de la fable n’avait que la rivière pour sauver son « festin ».Mais chez nous, la corruption est devenue telle qu’un océan parait une mare à côté. Mais la myopie généralisée ne permet plus de voir les requins et fait s’en prendre à des anchois qui eux-mêmes crient au parti-pris et montrent les alevins au pêcheur qui ne sait plus où donner de son chalut.




    0



    0
    Les Anchois
    15 mai 2015 - 14 h 14 min

    Les Anchois disent:
    Les

    Les Anchois disent:
    Les requins nous ont promis la liberté après que le scénario de la sentence soit avalé par la sardine ( peuple). Et pour l’argent chacun maintient sa part du butin. Le temps de laisser la vague passer




    0



    0
    nora
    15 mai 2015 - 13 h 44 min

    En lisant les com. des
    En lisant les com. des lecteurs soucieux de la situation, on se rend compte de notre impuissance face à cette canaille venue généralement de l´extérieur pour mettre la nation au ras du sol, mais il ne faudrait jamais perdre de vue qu´un rien, absolument ´un petit rien´ tel un fétu de paille pourrait entrainer un effet boomerang et ils recevront tous quels qu´ils soient la barre en pleine gueule!!! et à ce moment là, pour eux, adieu veau vache et brebis!!
    L´impunité n´existe nulle part, chacun aurait à assumer ce déclin de la nation, le cours d´eau reprendrait sereinement son chemin vers la mer.




    0



    0
    Anonyme
    15 mai 2015 - 13 h 41 min

    Les anchois sont interrogés

    Les anchois sont interrogés et condamnés, les requins donnent la sentence. Un système de la maffia , rien à dire.




    0



    0
    Le guivernimo
    15 mai 2015 - 13 h 31 min

    Je vous conseille de lire une

    Je vous conseille de lire une investigation publiée par El-khabar relatant comment les marocains ont pénétré nos institutions et les villas de nos hommes d’état ainsi que celles des nouveaux riches en Algérie.




    0



    0
    Le guivernimo
    15 mai 2015 - 12 h 52 min

    La liberté des corrompus

    La liberté des corrompus coûte la souveraineté du pays. Le haut est harcelé par des maitres chanteurs qui détiennent les preuves sur leur vol en masse, pillage, détournement…

    Je ne sais pas qui va sauver l’Algérie de ces truands, mais je crois que c’est le peuple, le jour où la limite des frontières de la patience n’accumule plus, Le disque dur sera plein, ne prend plus les mensonges et le virtuel.




    0



    0
    Abdelhak
    15 mai 2015 - 11 h 53 min

    Kamel,
    Nous les pauvricos de

    Kamel,
    Nous les pauvricos de ce bled, faute de gigots en se contentera de béquilles!




    0



    0
    RAMO
    15 mai 2015 - 11 h 53 min

    vous rêvez ou quoi?? le
    vous rêvez ou quoi?? le système lui même est basé sur la corruption est c’est grace a cela que boutef se maintient au pouvoir, ils s’aident les uns aux autres pour rester car si une pointure tombe dans ces procès tout le système tombe, malheureusement c est aux autres de payer EUX SEUL




    0



    0
    anonyme
    15 mai 2015 - 10 h 58 min

    dans le jargon des pêcheurs
    dans le jargon des pêcheurs (ou des flics), quand la prise n’est pas bonne, qu’on a pas pris le gros poisson (ou le gros bonnet du trafic), on dit qu’on a pris du menu fretin. la corruption a semble t-il de beaux jours devant elle, étant donné cette justice médiocre dont l’exercice est aggravé par des manipulations en haut lieux avec des poursuites se faisant exclusivement envers des tiers non fonctionnaires en feignant d’ignorer le rôle déterminant des fonctionnaires corrompus non contrôlés parce que sur puissants usant et abusant de leurs prérogatives.
    ainsi donc, tant que nos « ministres » corrompus ou autres grosses légumes, incompétents sans valeurs morales et formations solides jouent aux chaises musicales pour continuer de se servir, notre pays déjà affaibli par la sape du système éducatif, continuera c’est sûr, sa lancée vers l’abîme absolu!




    0



    0
    la baleine bleue
    15 mai 2015 - 10 h 16 min

    Volez allah yesmeh, mais
    Volez allah yesmeh, mais investissez au bled !




    0



    0
    La baleine bleue
    15 mai 2015 - 10 h 12 min

    Vertrauen ist gut, Kontrolle
    Vertrauen ist gut, Kontrolle ist besser!
    La corruption a tous les nivaux dans notre pays semble en effet responsable des difficultés que rencontrent notre jeune État-nation dans son développement économique et politique.




    0



    0
    Augustin n'taghast
    15 mai 2015 - 9 h 12 min

    Promouvoir la corruption et
    Promouvoir la corruption et l’incompétence au rang de ministre est la pire des trahisons faites à ce pays!




    0



    0
    Anonyme
    15 mai 2015 - 8 h 56 min

    « remplacer » le requin par
    « remplacer » le requin par l' »anchois » est condamnable
    d’abord parceque le requin doit être jugé
    ensuite parce que faute de preuves ,l’anchois est chargé de tout à tord ou à raison
    enfin faute de trouver les preuves ,on crée les boucs emissaires ;
    les journalistes devraient prendre conscience du mal qu’ils répandent parfois sur le dos d’innocents et se limiter à une information objective sans commentaires à priori pouvant influencer la « justice » subissant les pressions de toutes parts.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.