A qui le tour ?

Par Houari Achouri – Alors qu’il n’y avait rien dans l’air qui l’annonçait, immédiatement au lendemain d’un Conseil des ministres, la veille du week-end et, de surcroît, en pleines vacances estivales, le limogeage de trois membres de l’Exécutif, dont l’un, Amara Benyounès, se comportait comme un acteur majeur dans le gouvernement, confirme l’imprévisibilité de ce qui est décidé en haut. Ou bien nos médias et leurs journalistes spécialisés ne voient plus venir les choses dans la vie politique, comme s’il leur manquait l’essentiel dans leur métier ou qu’ils l’auraient perdu ; cette qualité d’anticipation qui fait la différence et installe leur notoriété. Ils en sont, après-coup, comme tout le monde, à s’interroger sur les objectifs auxquels obéissent les changements. Et s’il n’y en avait aucun, à part celui de cacher la léthargie au sommet de l’Etat ? Oui, cela pourrait tout expliquer : créer de l’animation en jetant du grain à moudre aux commentateurs qui se chargeront de donner l’impression que «ça bouge». En passant à la télévision, après ce mini-remaniement, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, n’a pas cru nécessaire d’apporter le moindre éclairage à la décision prise par le Président. On ne peut pas croire qu’il n’était pas en mesure de le faire. De leur côté, depuis quelque temps, les ministres, une fois libérés de leur mission, ne communiquent pas ou si peu. Pourquoi cette chape de plomb ? Une telle manière de gérer les affaires de l'Etat achève de discréditer les institutions déjà fragiles et empêche les membres du gouvernement de remplir leur mission dans la sérénité, car il n'est pas dit qu'ils seront épargnés par ces décisions à l'emporte-pièce qui semblent moins répondre à une stratégie qu'à des considérations claniques. Sitôt nommés, sitôt dégommés. C’est le sort de Khomri et Kadi. Il n’y a plus l’assurance de la longévité exceptionnelle qui a fait le bonheur de plusieurs ministres. Le siège, maintenant, est devenu éjectable, sauf si l'on s’appelle Amar Ghoul. Et en quittant le gouvernement, ce n’est pas la sinécure, à l’étranger, à la tête d’une ambassade, qui est offerte aux ministres démis de leurs fonctions. C’est, au mieux, dans une wilaya, sur le terrain, qu’ils attendront que, d’en haut, on les rappelle… par surprise, comme on les a enlevés.
H. A.

Comment (34)

    Anonyme
    27 juillet 2015 - 11 h 57 min

    New kid (non vérifié) | 25.
    New kid (non vérifié) | 25. juillet 2015 – 20:45

    @anonyme 19.11
    Tu as decrochee une sucette pour ton commentaire!

    Et la tienne elle est faite de quelle matière en France?




    0



    0
    Anonyme
    26 juillet 2015 - 13 h 43 min

    @ Anonyme (non vérifié) | 25.
    @ Anonyme (non vérifié) | 25. juillet 2015 – 23:48
    L’ANP est la garante de la stabilité!
    La présidence Le Président Bouteflika est bien protégé par l’armée avec son DRS.
    Vous cognez tous, depuis votre fafa, à coups de pieds nus sur un mur puis vous criez votre rage dans une bouche d’égout. Vous êtes donc des tarés!
    ————————————————————–
    En fait, c’est ton «président» bouteflika qui est protégé depuis fafa !
    Ne jamais oublier que c’est Laurent Fabius en personne, ministre en exercice de madame la France, qui avait, publiquement et officiellement, annoncé la candidature de boutef à un 4ème mandat depuis Paris.
    Il avait notamment déclaré : « Bouteflika, que nous connaissons très bien, a souhaité être candidat et il le sera !».
    Et malgré cette vérité criarde, d’autres «souteneurs» ont l’outrecuidance de venir nous affirmer que ce n’est pas la fafa qui l’a désigné. mais «c’est les algériens qui ont élu» leur bout de Hef !




    0



    0
    الهوارية..في امريكا
    26 juillet 2015 - 1 h 44 min

    Si A.Benyounès a cafté une
    Si A.Benyounès a cafté une info marquée Secret Défense alors, il a été viré par ses pairs, enfin c’est à lui de s’expliquer pourquoi, il ne fait plus parti du Ministère dont il était chargé: Le Commerce.
    J’espère que Sellal s’en ira, parce que là, il est devenu trop arrogant et insupportable!




    0



    0
    Anonyme
    26 juillet 2015 - 0 h 53 min

    @ Anonyme (non vérifié) | 25.
    @ Anonyme (non vérifié) | 25. juillet 2015 – 22:16
    – Quant au peuple, il faudrait faire un tours sur les réseaux sociaux et autres sites pour comprendre le genre de «soutien» qu’il donne à ton fakhamatouka.
    – Quant au soutien de l’armée et des services de sécurités, il suffit juste de voir la série de «limogeages» qui vient d’intervenir après les «rumeurs» de tentative d’attentat contre ta fakhamatouka.
    – Quant aux partis politiques…. en fait je n’ai même pas envie de te répondre là-dessus tellement c’est grotesque et stupide !




    0



    0
    Kenza
    25 juillet 2015 - 23 h 21 min

    Benyounes, en soutien zélé de
    Benyounes, en soutien zélé de Boutef, avait déclaré à ceux qui s’opposaient à un 4ième mandat: « Le cerveau de Bouteflika fonctionne mieux que tous nos cerveaux réunis ».
    Eh ben voilà, Mr Benyounes, peut-être que le président, même grabataire s’est’il rendu compte, qu’en ce qui vous concerne votre cerveau ne fonctionne pas du tout!
    En tant que soutien ça ne lui posait aucun problème, au contraire! mais en tant que ministre, le président a besoin de quelqu’un dont le cerveau fonctionne…même si c’est avec ou trois neurones!




    0



    0
    Anonyme
    25 juillet 2015 - 22 h 48 min

    L’ANP est la garante de la
    L’ANP est la garante de la stabilité!
    La présidence Le Président Bouteflika est bien protégé par l’armée avec son DRS.
    Vous cognez tous, depuis votre fafa, à coups de pieds nus sur un mur puis vous criez votre rage dans une bouche d’égout. Vous êtes donc des tarés!




    0



    0
    Anonyme
    25 juillet 2015 - 22 h 32 min

    anonyme (non vérifié) | 25.
    anonyme (non vérifié) | 25. juillet 2015 – 21:18

    Pour ne pas trop patiner dans la farine ,la preuve est flagrante Benyounes a été limogé par François Hollande …hein?
    ___

    Sur tes recommandations!




    0



    0
    Anonyme
    25 juillet 2015 - 21 h 16 min

    Un Président ne peut être
    Un Président ne peut être fort politiquement et de ses décisions sans le soutien:
    – du peuple
    – de l’armée et de ses services de sécurité
    – des partis (des partis forts)
    Ce qui est le cas du Président Bouteflika
    Sinon il y a longtemps qu’il aurait quitté le bateau!
    Le reste c’est du bla bla!




    0



    0
    Anonyme
    25 juillet 2015 - 20 h 20 min

    Kouider;
    Alain Juppé , comme

    Kouider;
    Alain Juppé , comme d’ailleur Aberkane Abdelhamid; était ministre puis Maire de la commune de Khroub. Seulement le maire est élu du peuple , c’est un honneur pour lui. Contrairement aux ministres designés pour un poste de wali. C’est une honte pour eux.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.