La mauvaise herbe

Par Houari Achouri – Pour prouver au citoyen que l’Etat existe, la ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication semble avoir trouvé la bonne formule : effectuer des visites inopinées dans les bureaux de poste, constater la mauvaise qualité du service public et les dysfonctionnements qui, en fait, sautent aux yeux, et sanctionner sur le champ les responsables de cette situation, au vu et au su de tout le monde pour que la médiatisation de son action soit assurée. L’exemple est donné, il reste aux autres ministres à imiter Houda Imane Feraoun, et à se mettre aux visites-surprises non annoncées pour surprendre les employés indélicats, indisciplinés, qui fuient le travail pour lequel ils sont payés. Mais ils sont, ce n’est pas rare malheureusement, couverts par celui qui les a fait recruter selon la logique des réseaux clientélistes, pour être un des maillons de cette chaîne d’innombrables fonctionnaires et employés qui sont là non pas pour servir le citoyen, dont c’est le droit, mais pour «rendre service» à la demande des «parrains» de la filière. En contrepartie de quoi ? Cela dépend, mais tout ce beau monde trouve satisfaction dans ce système, et tant pis pour le laissé-pour-compte qui n’est dans aucun réseau ni filière clientélistes. Dans cette catégorie de personnel, les employés et fonctionnaires sont intouchables tant qu’ils obéissent aux ordres de leurs vrais maîtres, qui ne font pas forcément partie de leur hiérarchie. Alors, ils peuvent déserter leur poste, quitter le lieu de travail, prendre un café et faire un brin de causette qui dure le temps qu’ils veulent, pendant que le citoyen attend. A défaut de transparence dans le fonctionnement des services publics, notamment grâce à un dispositif d’information et de communication vers le public, les «visites inopinées de ministres» sur le terrain semblent la seule méthode efficace pour enlever la mauvaise herbe. A condition de veiller à ne pas tomber dans l’arbitraire et faire le jeu des règlements de comptes. D’où la nécessité que les mécanismes prévus à cet effet fonctionnent comme il le faut.
H. A.

Comment (13)

    Nour
    23 août 2015 - 6 h 44 min

    Dans le secteur des PTIC il
    Dans le secteur des PTIC il ne restait que cette possibilité car cette ministre n’ a aucun intérêt personnel. Le PTIC, la poste et algerie-telecom héritiers du ministère des PTT n’a fait jusque là que faire profiter aux personnels au détriment du citoyen pris en otage. Les syndicats qui soutiennent leur PDG parce qu’il leur met tous les moyens à leur disposition (recrutement familiaux, véhicules, vacances gratuites, etc. Que pourrait faire cette pauvre petite face à ces charognards bien assis autour d’elle et couvrant ces trafiquants de la minute créant le désastre technologique du pays pour camoufler leurs détournements.




    0



    0
    Rien ne va plus
    22 août 2015 - 18 h 10 min

    C’est un très bon exemple à
    C’est un très bon exemple à suivre ou à l’imposer s’il le faut pour soigner toutes les institutions malades qui croulent sur des tonnes de mauvaises herbes. Le citoyen HONNÊTE n’en sera qu’enchanté et rattrapera, peut-être, la confiance de l’État longtemps égarée.




    0



    0
    Anonyme
    22 août 2015 - 18 h 03 min

    Pourquoi elle s’appel
    Pourquoi elle s’appel faroun?elle a les mêmes origines que ben bella?




    0



    0
    Anonyme
    22 août 2015 - 17 h 56 min

    Aujourd’hui Samedi 22, à la
    Aujourd’hui Samedi 22, à la wilaya d’Oran la majorité des postes se trouvait sans liquidité ALGERIE POSTE CONTINUE A HUMILIER SES CLIENTS ET USAGERS DU CCP. Madame la ministre devra intervenir à Oran à ce sujet Toutes les postes de Misserghin étaient dépourvus de fonds. les retraités humiliés fi BLAD EL IZZA WA L’KARAMA;

    Pour la ministre on est là pour témoigner et dénoncer d’autres carences




    0



    0
    C. Hamdane
    22 août 2015 - 17 h 53 min

    Mon grand père disait:
    Mon grand père disait: Zeriâa el Khamja tehkem behkamha




    0



    0
    Mohamed El Maadi
    22 août 2015 - 16 h 16 min

    C’est un problème en Algérie,
    C’est un problème en Algérie, car il est vrai que les places sont données non par mérite, mais parce que Tonton ou le beau-père qui veut caser son gendre (un bras cassé ) fait des pieds et des mains voir du chantage pour placer un membre de la tribu et du clan.

    Un bon citoyen Algérie respectueux des lois de la république et ayant assimilé le jeu démocratique ne peut pas vivre en Algérie ou alors il va devenir complément cinglé, car vous avez institué « un mode sauvage  » d’organisation et celui qui n’as pas les traits « du sauvage  » est vu comme un plouc.

    Vous avez inversé toutes les valeurs algériennes au pays. Quand la situation est critique la seule méthode employée avec vous, c’est le bâton déjà pour assimiler l’autorité et ensuite une rééducation plus pédagogique pour que vous redécouvriez l’humain qui est en vous et vous réadaptez à une vie sociale  » normale  »




    0



    0
    Anonyme
    22 août 2015 - 16 h 01 min

    Chiche que nos ministres
    Chiche que nos ministres prennent incognito les transports publisc,touchent leurs paie à la poste ou à la banque,vont à l’hospital ou chez le privé ;retirent leurs papiers à l’apc daira ou wilaya ils prendront la mesure des souffrances que nous vivons ,il faut rever !




    0



    0
    Anonyme
    22 août 2015 - 15 h 53 min

    après 60 ans de règne ils se
    après 60 ans de règne ils se réveillent maintenant car le baril à 48 Euros !




    0



    0
    Damocles
    22 août 2015 - 15 h 49 min

    Faire faire ce travail par
    Faire faire ce travail par un(e) ministre, c’est devaloriser ce poste et son (sa) titulaire. Comme il a ete dit plus tot, c’est le travail d’un corps d’inspecteurs. Aux USA, par exemple, ces inspecteurs se presentent incognito dans les etablissements qu’ils controlent et ,sur la base d’un checklist, ils observent et notent tout ce qui s’y passe. Quand le controle est fini, ils s’adressent au manager/responsable et lui demande de les suivre et de confirmer les manquements notes. Le manager co-signe ce « proces-verbal de carences » et s’engage a corriger tout ce qui lui est reproche. Une seconde visite permet de verifier que la qualite des produits/services a ete amelioree. En l’absence de progres, le manager est releve sans tambour ni trompette. Pas besoin de mobiliser la TV et la presse! Le ministre a autre chose a faire.




    0



    0
    Abou Stroff
    22 août 2015 - 14 h 54 min

    moua, si j’étais ministre de
    moua, si j’étais ministre de quelque chose, j’effectuerai une visite inopinée à la villa hyper-médicalisé de kouider el mali et je montrerai grâce à la télé de boutef (l’entv) ou à la télé de boutef (ennahar) ou à la télé de boutef, (echourrouk) ou à la télé de boutef (???), que le bienaimé fakhamatouhou des algériens n’est conscient que 5 minutes par 24 heures. je démontrerai ainsi qu’il lui est techniquement impossible de « pondre » tous les messages que lisent ses « substituts ».
    PS: la ministre de la poste ferait mieux d’arrêter son cinéma car, les algériens lambda sont beaucoup plus intelligents que ne le croient les abrutis qui les gouvernent ou qui sont nommés par les abrutis qui les gouvernent.




    0



    0
    Anonyme
    22 août 2015 - 14 h 27 min

    A Anonyme 22 aout 2015 –
    A Anonyme 22 aout 2015 – 13:40 viens donc vivre en france voir ce que donne la poste depuis qu’elle est privatisée ; crises de nerfs , insultes, bagarres ,lieux truffés de caméras hémorragie de clients dont se foutent les patrons puisque leur but est de ne conserver que le coté financier par internet .




    0



    0
    zorba
    22 août 2015 - 13 h 26 min

    La bonne solution sans
    La bonne solution sans doute,créer un corps d’inspecteurs anonymes comme les chroniqueurs gastronomiques en Europe,dans certaines compagnies aériennes des inspecteurs voyagent anonymement pour contrôler le service a bord.Mais le danger sans ironie sera de voir des administrations privées de leur personnel incompetent très vite,il va y avoir de l’embauche,un turn-over non negligeable mais comme on dit »on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs »




    0



    0
    Anonyme
    22 août 2015 - 12 h 40 min

    « D’où la nécessité que les
    « D’où la nécessité que les mécanismes prévus à cet effet fonctionnent comme il le faut. »
    C’est ce dernier passage de k’article qui pose probleme, car ce genre de pratiques s’est déjà passé avec l’ex ministre de la santé OULD ABBAS, résultat le monde le santé s’est empiré.
    Alors, le véritable travail à faire n’est autre que l’élagage de ce genre d’activité aux véritables privés , de vrais patrons pour des services meilleurs. Tant que les services publics dépendent de cette mafia étatique, ils subiront un vieillissement fonctionnel qui ira vers une dislocation TOTAL.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.