On ne prête qu’aux riches

Par Rabah Toubal – Lorsque l'Algérie disposait de réserves en divises qui frôlaient ou dépassaient largement, selon les sources, 200 milliards de dollars, et qu’elle détenait les dixièmes plus importantes réserves en or au monde, les différentes banques et institutions financières privées, publiques et internationales se bousculaient au portillon de son ministère des Finances. Ces banques lui proposaient des prêts en argent frais à des taux qui ne dépassaient pas 1%, en raison notamment de son fort taux de solvabilité et de la quasi-inexistence de dette extérieure. Au lieu de saisir ces opportunités exceptionnelles et d'accepter ces facilités, pour renforcer et augmenter ses capacités financières afin de faire face aux besoins sans cesse croissants de sa population en constante augmentation, les dirigeants algériens ont, du haut de leur arrogance, rejeté d'un revers de main méprisant ces propositions, comme l'a fait absurdement Hamid Temmar, lors d'une visite effectuée à Londres, en 2008, où il était parti vendre sa désastreuse «politique industrielle». L’homme de confiance de Bouteflika, à l’époque, avait déclaré aux opérateurs économiques britanniques qu'il avait reçus que «l'Algérie n'a pas besoin d'argent, mais de transfert de technologie et de compétences». Certains experts algériens avaient vivement dénoncé cette approche excessivement souverainiste pour ne pas dire populiste, mais le gouvernement algérien avait fait la sourde oreille à leurs critiques fondées. Lors de sa rencontre avec les walis, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a fait allusion à un éventuel recours de notre pays à l'endettement extérieur afin de compenser le manque à gagner dû à la chute durable des prix des hydrocarbures et de leurs dérivés, qui constituent plus de 98% des exportations algériennes. Or, le recours à l’endettement se fera certainement à des taux beaucoup plus élevés que ceux proposés au moment où l’Algérie jouissait d’une grande aisance financière, en raison des sombres perspectives politiques, économiques et sociales de l'Algérie, à court et moyen termes.
R. T.

Comment (22)

    Anonyme
    1 septembre 2015 - 9 h 25 min

    Gouverner c´est prévoir. Nos
    Gouverner c´est prévoir. Nos gouvernants sont de pietres dilettants, occupés par leurs seuls égos. Les professionnels algériens sont malheureusemnt à l´étranger et font le bonheur de ceux qui savent en profiter.




    0



    0
    Anonyme
    31 août 2015 - 22 h 58 min

    àAP
    arretez de remuer le

    àAP
    arretez de remuer le couteau dans la plaie!!




    0



    0
    Anonyme
    31 août 2015 - 21 h 58 min

    Le FMI a alerté l’Algérie a
    Le FMI a alerté l’Algérie a plusieurs reprises.Le système a préféré corrompre tout le monde ,de telle sorte que les algériens se sont senti tous milliardaires .Impossible de trouver un manœuvre a 2000/Da par jour.Le jour ou il n’y aura plus de travail ,ce sera le chaos.




    0



    0
    tarik
    31 août 2015 - 21 h 47 min

    Rabah Toubal est non
    Rabah Toubal est non seulement un ignare mais un frotteur de manches comme pas deux : il n’a pas ose dans son billet denoncer la smala des oligarques qui ont ruine le pays et le regionalisme qui a fait le lit de ces ologarques .
    Y a si Rabah quand on se veut Le Nif au dessus de tout il faut aller chercher la Verite meme encrassee par la M…qui lui a ete deversee dessus…sinon (…) la on vous en voudra pas de chercher a gratter un billet en faisant la manche .




    0



    0
    tam
    31 août 2015 - 15 h 26 min


    vraiment marre vous êtes


    vraiment marre vous êtes toujours a coté de la plaque »je ne parle pas de vous spécifiquement mais d’une manière générale »
    je n’ai jamais entendu un expert le meilleur d’entre eux Monsieur je ne sais pas comment dire que les Chakib les el khalifa les saadani les ghoul les cherif rhmani, ainsi la subvention de tous ses journaux et plein d’irrégularité par ci par la jamais entendu dire un expert dire ceux ci, tous ses cafard que je viens de citer ainsi la mauvaise gestion l’incompétence le régionalise ont participer pleinement a massacrer notre pays et diminuer les fonds de réserve qui sont dans les pays modernes stagné et congelés dans des coffre et qui garantissent une monnaie forte et une économie rentables, rani krahate men labled hadi et les ignares li fiha.




    0



    0
    Anonyme
    31 août 2015 - 15 h 23 min

    Pour Hamoud . de quel
    Pour Hamoud . de quel anonyme vous parlez ,alignez donc vos arguments au lieu d’invectiver ceux qui ne sont pas de votre opinion ,Mr Toubal s’est argumenté et se défendre tout seul sans l’aide du larbin Hamoud .ne vous cachez pas derrière les autres ,pauvre lâche, c’est après vous que j’en ai et personne d’autre .




    0



    0
    anonyme
    31 août 2015 - 14 h 37 min

    Par Hamoud (non vérifié) |
    Par Hamoud (non vérifié) | 31. août 2015 – 14:05
    et moi j’admire votre culot et votre malhonnête, un vrai pion menteur et insultant au service des sionistes, vous devriez vous contenter de faire votre commentaire plutôt que de jouer le chien de garde à moins que vous soyez ce tebbal en personne




    0



    0
    zorba
    31 août 2015 - 13 h 53 min

    A Djamel;les fleurons de
    A Djamel;les fleurons de l’industrie européenne n’ont jamais été ruinés par la crise,il suffit de regardez les cotations boursières des 10 dernières années!Les actionnaires sont dispérsés et ce n’est pas un pays du tiers-monde qui peut jouer dans la cour des grands.Gérer comme Air Algérie?Sonatrach qui fait appel aux occidentaux,comme Cosider et l’autoroute Est-Ouest qui est la risée de tous?




    0



    0
    Hamoud
    31 août 2015 - 13 h 05 min

    J’admire le calme olympien de
    J’admire le calme olympien de M. Toubal devant le fiel et la haine que lui voue Anonyme, dont les attaques personnelles contre M. Toubal et les autres internautes sont écoeurantes. C’est vrai les commentaires d’Anonyme ne méritent que le mépris car il n’a épargné personne et de manière souvent vile et vulgaire.




    0



    0
    Anonyme
    31 août 2015 - 12 h 19 min

    Comprenez une chose Mr Toubal
    Comprenez une chose Mr Toubal , la dette on n’en veux plus , on mangera l’kessra et de l’eau mais pas de dette ,compris ? un petit chez soi plutôt qu’un grand chez lez autres . Endetter le pays s’est le livrer plus surement aux ennemis , encore un article dans le fil de la haine que vous vouez au pays quels que soient ces dirigeants quel que soit sont régime .




    0



    0
    esprit libre
    31 août 2015 - 11 h 51 min

    a anonyme (non vérifié) | 31.
    a anonyme (non vérifié) | 31. août 2015 – 12:26
    vous etes drole, comme une bonne bonne partie des baltaguias numeriques du systeme, qui polluent les sites




    0



    0
    Anonyme
    31 août 2015 - 11 h 31 min

    Au secours il ya personne qui
    Au secours il ya personne qui gère ce pays on a que des cloches …le pays vogue a vu jusqu’à ce que mort s’ensuive car des vauriens qui détourent au lieu de gérer du e main de fer et surveiller les transferts douteux n’est ce pas mais dites nous qui peut retenir said et ses valises …Hongkong ?




    0



    0
    anonyme
    31 août 2015 - 11 h 26 min

    djamel et esprit libre, ils
    djamel et esprit libre, ils sont trop d’accord marrions les et faisons leur adopter zorba en animal de compagnie




    0



    0
    Anonyme
    31 août 2015 - 11 h 05 min

    Pourquoi casse ton bessif du
    Pourquoi casse ton bessif du Rebrab car vous avez peur qu’il réussisse à nous sortir de la m. Hein ?




    0



    0
    esprit libre
    31 août 2015 - 10 h 18 min

    A Mr Djamel, vous etes
    A Mr Djamel, vous etes grossier mon ami, vous etes meme dangeureux en tenant ce genre de propos, industrie, transfert de technologie, brevets, investissment dans l’humain formation, oh oh oh la la la, vous voulez vous developpez ou quoi et la democratie va avec, le système algerien ne veut pas de ca c’est dangereux pour son maintien et sa pérennité, le système c’est 15% de commission au moins sur chaque contrat de marchandise, s’enrichir sans travailler.
    le drame c’est que le ghachis algerien n’a ni la culture politique ni economique ni humaine pour comprendre ce qui se passe en Algérie et le pouvoir l’a compris




    0



    0
    anonyme
    31 août 2015 - 9 h 57 min

    Par zorba (non vérifié) | 31.
    Par zorba (non vérifié) | 31. août 2015 – 9:23
    l’algérie un pays parasite ? modérez vos instincts svp ou allez déverser votre haine ailleurs. que je sache le seul pays parasite de la région est un certain pays qui vit de l’aumône intéressée de certains autres pays arabes pourris de fric.




    0



    0
    Amine
    31 août 2015 - 9 h 32 min

    Gouverner c’est prévoir et
    Gouverner c’est prévoir et non pas bricoler.




    0



    0
    Djamel
    31 août 2015 - 8 h 56 min

    Zorba, le « fameux transfert
    Zorba, le « fameux transfert de technologie », comme vous le dites si bien, ils auraient pu l’acquérir gratos en rachetant les fleurons de l’industrie de pays européens ruinés par la crise et les milliers de brevets qui vont avec, au lieu de goinffrer le peuple pour avoir une paix du ventre temporaire. Malheureusement ils ont préféré la corruption, la rapine et le transfert de fonds illégaux vers les paradis fiscaux où ils ont placé les milliards volés.




    0



    0
    lyes2993
    31 août 2015 - 8 h 50 min

    Il faut peut-être dégrossir
    Il faut peut-être dégrossir un peu le trait noirci! Il faut être un peu plus rigoureux dans l’analyse : l’Algérie a encore les moyens de ses ambitions mais elle doit être juste plus vigilante sur les dépenses notamment à l’import : une rationnalisation des dépenses est obligatoire ! La gabégie des institutions de l’Etat a trop duré : gaspillage et corruption sur les projets ! L’Algérie dispose encore de ses réserves financieres et en or ! Par ailleurs, la politique suicidaire de l’Arabie des Saouds va tenir peut être 1 an au pire 2 ans mais le pétrole reviendra à 90-100 $$ ! le prix du baril sera suffisamment haut pour l »Algérie pour maintenir ses niveaux de ressources et sera suffisamment bas pour maintenir la pression sur l’économie algérienne pour continuer la diversification ! A moins de surprises venues de nos frontieres ( d’ou l’importance d’un DRS et d’une ANP forts) , cette baisse du pétrole ne sera qu’une péripétie dans le chemin de l’ALgérie vers l’émergence économique dans 4 à 5 ans ! mais il faut arrêter les messages nocifs même si Boutéf’ ou Sellal ou son gouvernement ne vous plaisent pas ! l’enjeu n’est pas son système politique mais son économie ! Un pays prospère peut aspirer plus facilement à des changements politiques ! La Chine l’a compris contrairement à feu l’URSS qui avait lancé la glasnot et la perestroika bien trop tôt par rapport à leur niveau de dépendance économique !




    0



    0
    Abdelhamid
    31 août 2015 - 8 h 44 min

    Même pas aux cigales ?
    Même pas aux cigales ?




    0



    0
    zorba
    31 août 2015 - 8 h 23 min

    L’arrogance,le ‘nif’c’est le
    L’arrogance,le ‘nif’c’est le grand défaut algérien du haut en bas de l’echelle sociale,cela commence avec la frime du plus gros mouton a sacrifier,du plus important cortége de mariage avec le plus de bruit possible pour que tout le voivinage en profite,jusqu’aux dirigeants que l’argent coulerait a flots pour l’eternité.Alors on joue aux monarques du golfe,au « pays incontournable sur la scéne internationale » mais il y a les lendemains qui déchantent.Quand aux fameux transferts de technologie tant évoqués,pensez-vous un instant que les pays qui investissent dans la recherche,médicale,industrielle,scientifique vont par altruisme fournir leurs acquis a tous ceux qui le demandent,qui dilapident l’argent public,par altruisme et travailler,chercher,pour des pays,il faut bien le dire,parasites.




    0



    0
    Adel
    31 août 2015 - 7 h 49 min

    Lamentable analyses
    Lamentable analyses tendancieuse et haineuse envers l’algérie, or l’algérie dispose toujours des mêmes sommes en banque ainsi que des quantités importante de métal jaune, mais la plus grande richesse dont l’algérie dispose aujourd’hui, grace à l’investissement gigantesque réalisé au cours des 10 dernières années, c’est 1 500 000 de jeunes universitaires qui vont accomplir des miracles. cette jeunesse méprisées par la clique des partis sectes, de journaleux verreux incultes qui répètent tous les mêmes anneries, aucune de cette racaille qui prétend un jour au pouvoir ne sait même pas fabriquer un clou.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.