Dictateurs du Nord et du Sud

Par M. Aït Amara – Voici ce qu’écrit Josiane Filio, une militante française que beaucoup s’amuseraient à qualifier – en prenant les raccourcis habituels et tellement faciles – d’«extrémiste de droite» : «Grâce au respect et à la reconnaissance de mes aïeux envers la France, mes racines étrangères se sont bien intégrées à mes racines gauloises, je suis ainsi une émanation de la diversité tant vantée par la bien-pensance, particulièrement fière d'être citoyenne française, et farouche patriote prête à défendre mon pays jusqu'à la mort s'il le faut.» J’entends d’ici certains maugréer : mais qu’a-t-il donc, celui-là, à nous bassiner avec les «lubies» de cette étrangère qui revendique ses origines lointaines et clame son patriotisme ? La réponse est dans ce que cette Française, citoyenne engagée pour sa patrie – elle en a le droit ! –, dit des dirigeants de son pays, des Etats-Unis, de l'Otan ; bref, de tous ces dictateurs du Nord qui s’acharnent sur leurs semblables du Sud et qui oublient de refermer la porte des toilettes politiques derrière eux lorsqu’ils font leurs besoins électoralistes. «Depuis des années, [on] nous a tour à tour présenté certains chefs d’Etat comme illégitimes puisque se conduisant "mal" avec leurs peuples. Grossier prétexte pour se dédouaner d’une ingérence dans les affaires de pays qui ne nous demandaient rien», écrit cette opposante écœurée mais lucide. Elle pousse un cri de colère contre ceux qu’elle qualifie de «vrais dictateurs» qui «n’ont même pas le courage de s’affirmer ainsi». Dans la France de la «démocratie» et de la «liberté d’expression», tenir un discours contraire à celui de l’Elysée et du Quai d’Orsay sur la Syrie ou la Libye, c’est commettre un crime de lèse-majesté. Ceux qui s’opposent aux politiques étrangères désastreuses des capitales occidentales sont systématiquement exclus des plateaux télé, mis en marge des colonnes des journaux, placés en quarantaine médiatique, jetés à la vindicte publique, montrés du doigt, stigmatisés, accusés de soutenir des «massacreurs» qui «gazent leur peuple». Ils sont victimes d’un lynchage et d’un ostracisme qui ne disent pas leur nom. «Cela s’appelle aussi de la dictature !» s’insurgent ceux dont la voix dissonante ne parvient pas à la majorité, car étouffée par la chape de plomb imposée par les médias dominants. Qui, en France, aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne, écoute Josiane Filio, lorsqu’elle se tue à convaincre l’opinion publique occidentale que «si Bachar Al-Assad n’est pas un enfant de chœur, il est d’une évidence aveugle qu’il n’est pas que le sanguinaire dictateur, que la bien-pensance glapit à s’en rompre les cordes vocales, mais surtout l’homme fort qu’il faut à la tête de ce pays pour le protéger de la mortelle invasion islamiste» ? A-t-elle raison ? A-t-elle tort ? Pour le savoir, il faut débattre. Et pour débattre, il faut qu’il y ait une vraie démocratie. Or, le débat sur cette question et beaucoup d’autres, dans l’Occident de l’«ouverture d’esprit» et de la «tolérance», est prohibé au nom de la… liberté.
M. A.-A.

Comment (12)

    Anonyme
    30 septembre 2015 - 18 h 54 min

    Par Antisioniste (non
    Par Antisioniste (non vérifié) | 30. septembre 2015 – 7:53

    Salamou 3alikoum
    A moins que la lune soit un gros morceau de gruyère, je n’ai jamais cru en la démocratie afficher et revendiqué par l’occident en général, parce qu’il y’a un abime entre être libre, et se sentir libre.
    ————
    J’adhere a 100 pour 100.
    La democratie et la liberte occidentales sont des couvertures pour dominer ceux qui ne se plient pas a leurs exigences.
    La democratie sans la justice et la verite, c’est seulement un phenomene de foule pour faire passer les pires pilules.
    La liberte sans conscience et sans empathie, c’est de la dictature egoiste.




    0



    0
    Anonyme
    30 septembre 2015 - 17 h 47 min

    on ne rappellera jamais assez
    on ne rappellera jamais assez que la »democratie » dans tout le monde occidental cad tous lespays sous tutelle amecano sioniste est une democratie de l’argent. tous les chefs d’etat de ce monde occidental ainsi que tous les elus de quelque bord qu’ils soient sont redevables a la finance internationale d’etre la ou ils sont




    0



    0
    Mohamed el Maadi
    30 septembre 2015 - 16 h 17 min

    [email protected]
    Si tu veux que je

    [email protected]

    Si tu veux que je quitte la France tu rembourse la dette que tu dois a l’Algérie et tu demande pardon pour mon papy que vous avez salement amoché .Vous êtes des criminelles de guerres taisez vous!




    0



    0
    lhadi
    30 septembre 2015 - 13 h 40 min

    L’escrime des idées à

    L’escrime des idées à géométrie variable est devenue l’alpha et l’omega de ces démocraties dites avancées.

    Pourquoi ?

    Parce que les trois leviers, qu’il soit politique, médiatique et financier, sont sous la diktat du lobby sioniste. (j’insiste sur le mot sioniste qui est une idéologie et non pas une religion ou une race).

    La parole est le carburant de la démocratie !!!

    dixit les Périclès algériens.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    0



    0
    Omar
    30 septembre 2015 - 13 h 38 min

    Ce qui et étonnant avec la
    Ce qui et étonnant avec la race humaine, c’est que depuis le début de l’homme, et le début de la première erreur, l’homme cherche à corriger sa première erreur. Malheureusement, il en crée deux, et de deux erreurs, s’en crée quatre, etc ….
    Donc à chaque fois, le nombre d’erreurs se multiplie de façon exponentielle.
    le monde tel qu’il est actuellement est le résultat d’une construction très organisée d’erreurs, en quelque sorte une méga erreur complexe et organisée une sorte de labyrinthe, dont il est difficile de s’en sortir…




    0



    0
    Anonyme
    30 septembre 2015 - 12 h 58 min

    @ mohamed maadi
    arrête tes

    @ mohamed maadi
    arrête tes mensonges et si tu trouves que l’air est plus réspirable a pyongyang tu n’a qu’a quitter la france et partir vivre la bas quel mensonge et quel hypocrisie




    0



    0
    Damoclès
    30 septembre 2015 - 12 h 47 min

    La bouteille à encre
    La bouteille à encre s’éclaircit enfin et on peut voir le jeu trouble de la France. Son président s’est égosillé en vain à la tribune des Nations Unies alors que la planète entière considère que Bachar est incontournable. Le coq français est devenu le dindon de la farce quand Obama a accepté la proposition de Poutine de concentrer le combat contre DAESH. Bachar a été héroïque dans son combat contre des mercenaires venus d’ailleurs et soutenus/finances/conseillés par l’Occident et les Arabes. Et ce ne sont pas les bombardements de camps d’entrainement VIDES par des Rafales (des pets) français qui changeront la donne. Je vous parie que dans peu de temps, Hollande s’empressera d’aller à Damas demander des contrats pour reconstruire ce qu’il a détruit. Voyez ce qui s’est passé avec l’Iran.




    0



    0
    BEKADDOUR Mohammed
    30 septembre 2015 - 12 h 43 min

    Depuis son ironique « mission
    Depuis son ironique « mission civilisatrice » de 1830, et le beau massacre qu’elle signifia, rien n’a changé en France, chasser le naturel il revient au galop ! Il y a eu un bref moment de réceptivité en Europe, la France en particulier, au principe du principe salvateur de la civilisation vraie, il a été vite attaqué par les médias sionistes de France, les dictateurs psychopathes Hollande et Fabius sont là, ils disent et font ce qu’ils font, suivez leur film !




    0



    0
    Mohamed el Maadi
    30 septembre 2015 - 12 h 12 min

    En France il est impossible
    En France il est impossible de débattre et pour preuve rappellez vous de ces enfants mis en prisons qui refuserait d’être Charlie .Je me souviens que c’était la chasse au sorcières.Une chape de plomb s’est abbatue sur ce pays et croyez moi à Pyongyang l’air est plus respirable qu’à Paris.




    0



    0
    RAMO
    30 septembre 2015 - 9 h 54 min

    Les forts dominent les
    Les forts dominent les faibles c’est comme ça, la vie n’est pas si simple.




    0



    0
    zorba
    30 septembre 2015 - 8 h 16 min

    « Et pour débattre il faut une
    « Et pour débattre il faut une vraie démocratie » « Dans l’Occident de l’ouverture d’esprit et de la tolérance le débat est prohibé au nom de la liberté « Quand est-il dans les pays arabo-musulmans? Ce qui devrait interpeller en premier chef les lecteurs au vu du titre de ce site ? Dans les pays cités je ne vois aucun opposant privé de parole ,aucun interdit d’antenne ou d’articles dans les journaux? Le champ médiatique couvre le champ politique et toutes les idées même les plus extrêmes ,ultra droite ou ultra gauche ont leur tribune pour s’exprimer .Il faudrait dresser aussi l’état des lieux de l’accès aux médias dans le monde arabo-musulman par souci d’équité et de libre expression.




    0



    0
    Antisioniste
    30 septembre 2015 - 6 h 53 min

    Salamou 3alikoum
    A moins que

    Salamou 3alikoum
    A moins que la lune soit un gros morceau de gruyère, je n’ai jamais cru en la démocratie afficher et revendiqué par l’occident en général, parce qu’il y’a un abime entre être libre, et se sentir libre.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.