Affaire Khelil, santé du Président, cause sahraouie : Saïdani multiplie les provocations

Les dernières déclarations incongrues d’Amar Saïdani ont surpris plus d’un. Que ce soit lors de ses conférences de presse ou sur les plateaux de télévision, le secrétaire général contesté du FLN multiplie les provocations à l’égard des Algériens qu’il titille sur des questions sensibles. Amar Saïdani a commencé par demander aux citoyens de s’enquérir auprès de François Hollande de l’état de santé d’Abdelaziz Bouteflika. Pour lui, c’est assurément chez le chef de l’Etat français que se trouve la réponse aux préoccupations des Algériens quant à la capacité de leur Président à assumer ses fonctions en dépit de sa maladie. D’aucuns se sont interrogés sur l’arrière-pensée de celui qui dirige la première formation politique du pays, héritage de la guerre de Libération nationale. Une insulte au FLN historique qui défraie la chronique depuis 1999 par ses luttes intestines pour le pouvoir. Lors d’une émission diffusée par la chaîne de télévision parapublique Ennahar TV, Amar Saïdani a poussé le bouchon encore plus loin en répondant à une question sur les provocations du roi du Maroc qui a traité l’Algérie ouvertement d’ennemi, lors de son dernier discours à l’occasion de la célébration de l’occupation du Sahara Occidental. «J’ai des choses à dire au sujet de cette question» [du Sahara Occidental] a rétorqué le secrétaire général du FLN qui a refusé d’expliciter le fond de sa pensée «de peur, a-t-il dit, d’entraîner le pays dans une autre voie». Tarabusté par le journaliste, Amar Saïdani s’est contenté de laisser entendre que le problème sahraoui était du ressort exclusif des Nations unies. Le secrétaire général appelle-t-il l’Algérie à se détourner de cette cause au profit du Maroc ? Tout porte à croire qu’il veut, en effet, que l’Algérie abandonne le peuple sahraoui qui souffre du joug de la colonisation marocaine avec la bénédiction de la France qui retarde le processus d’autodétermination dans ce pays, selon les propos du président sahraoui, Mohamed Abdelaziz, dans une interview à Algeriepatriotique. Amar Saïdani n’en est pas à un dérapage près. Evoquant l’affaire Chekib Khelil, le secrétaire général du FLN, lui-même cité dans l’affaire de la GCA, la Générale des concessions agricoles, qui a éclaté en 2006, vient de déclarer qu’ils sont, tous les deux, victimes d’une cabale montée contre eux par le Département du renseignement et de la sécurité (DRS). Allusion directe au général Toufik qu’il accuse ainsi d’avoir inventé un dossier de toutes pièces. Mais Amar Saïdani aura du mal à convaincre l’opinion publique de la justesse de son plaidoyer, lorsqu’on sait que la justice italienne s’est emparée du dossier et qu’elle ne compte pas lâcher l’ancien ministre de l’Energie de sitôt. De même que, s’agissant de l’affaire qui le concerne, la GCA donc, des fonds destinés au financement de projets entrant dans le cadre du développement de l’agriculture rurale avaient bel et bien été détournés au profit de nombreux entrepreneurs privés, conduisant quarante-six personnes devant le juge. Cinq d’entre eux avaient été placés sous mandat de dépôt pour «faux et usage de faux en écriture publique, détournement de deniers publics, passation de contrats en violation avec la réglementation en vigueur et perception d’avantages illicites». Les «tribulations» d’Amar Saïdani depuis l’éclatement de cette affaire sont stupéfiantes ; elles l’ont conduit jusqu’au Parlement dont il sera le président et deviendra le troisième homme de l’Etat, avant de prendre les rênes du plus vieux parti du pays par la force. Qui tire les ficelles pour actionner cette marionnette derrière le rideau ?
Karim Bouali
 

Commentaires

    le manifestant
    15 juin 2016 - 4 h 04 min

    Messieurs, j’ai un problème
    Messieurs, j’ai un problème avec votre presse.
    Malgré que je suis inscris comme commentateur, mes articles trouvent beaucoup de difficultés d’être publies.Aussi certains sites refusent même de recevoir l’inscription
    Pourquoi donc.
    Je veux une réponse claire6BKC6rC




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.