Où est l’opposition ?

Par Kamel Moulfi – En petit groupe hétéroclite comme les «19-4», ou regroupée dans une Instance de concertation et de suivi de l’opposition (Icso), encore moins homogène derrière une apparence de structure cohérente, ou dans une alliance politique type CLTD, ou enfin comme anciens chefs de gouvernement, agissant à titre personnel ou au nom d’un parti nouvellement créé, l’opposition a été contrainte de voir passer à la fois la loi de finances pour 2016, qu’elle a tant décriée, et le projet de révision de la Constitution, dont elle a boycotté la consultation. En face, le pouvoir présente une unité, certes de façade, mais qui se traduit sur le terrain par le soutien unanime à tout ce que fait le Président. Sans ce soutien, la loi de finances aurait été revue avant d’être votée et le projet de révision de la Constitution aurait peut-être été obligé d’aller au référendum. Le pouvoir donne l’impression de se passer de l’opposition. Sa démarche le prouve : avant d’être adopté, mercredi par le Conseil des ministres, l'avant-projet de révision – «substantielle» dit-on, à défaut d’être «consensuelle» – de la Constitution a été, au préalable, «validé» par le chef de l’Etat au cours d'un conseil restreint, tenu l’avant-veille. A son tour, le Conseil constitutionnel, présidé par Mourad Medelci, avalisera la procédure choisie par le président Bouteflika, c'est-à-dire l’adoption facile par le Parlement (APN et Conseil de la nation réunis) dont la majorité requise est acquise d’avance à ce texte. Tout le monde en prendra connaissance à travers les médias, mais personne ne donnera son avis. Le pouvoir considère que la consultation en deux temps, d’abord avec Bensalah puis avec Ouyahia, est censée être suffisamment représentative de l’opinion de tous. Quant à la loi de finances pour 2016, elle est signée et sera promulguée au Journal officielet mise en application dans quelques jours. L’idée qu’il aurait pu y avoir une procédure de seconde lecture engagée par le président Bouteflika s’est révélée une illusion trompeuse et démobilisatrice. Pour 2016, l’opposition devra se préparer à un agenda chargé. Et le plus urgent, sans doute, sera sa reconstruction.
K. M.
 

Comment (19)

    New kid
    1 janvier 2016 - 11 h 36 min

    Les authenticités de
    Les authenticités de l’histoire sont là en exactitude, les falsificateurs escrocs peuvent continuer leur sale besogne.
    Nous savons kitrompki !




    0



    0
    Anonyme
    1 janvier 2016 - 10 h 48 min

    Il n y a pas de partis d
    Il n y a pas de partis d opposition, tous ont été créés par le pouvoir,tous des lièvres pour la façade démocratique du pays,les seuls mouvements autonomes, independants du pouvoir qui ont essayé de se constituer ont été écrasés dans l oeuf….




    0



    0
    lhadi
    1 janvier 2016 - 9 h 33 min

    On se parle, mais on ne

    On se parle, mais on ne s’écoute pas.
    .
    La perspective Sartrienne, sur le groupe en fusion illustré par l’aventure des usagers d’un autobus, doit réveiller nos consciences pour ne plus être des « insectes aveugles qu’on écrase du bout du pied ».
    .
    La société n’a pas besoin de thaumaturges es activité débridée sur le terrain où dominent la passion et l’ivresse de l’argent, où le regard avec acrimonie de l’envie devient un sentiment dominant. 
    .
    Une réflexion doit être faite sur les « petit Mozart de la politique économique » rendus plus efficaces par les calculs de la ruse et l’implacable clairvoyance tactique.
    .
    En vérité, leur infantilisme a déserté la bonne vision pour provoquer une activité cognitive sur les questions de fonds. 
    .
    La vertu de tout homme est le courage. Celui-ci nous impose sa dictature pour parler sans ambages dans ce pandémonium politique afin de combattre le dogmatisme qui a apporté l’échec de toute une politique de développement.
    .
    L’autoritarisme politique à l’absence d’autorité effective, l’interventionnisme économique à la désorganisation administrative ont obéré les chances de réussite face aux nombreux défis économiques et sociaux.
    .
    Le « modèle » actuel est un mauvais système. Il prône des lois avec des effets pervers. Il ne tient compte ni du développement humain ni du sous-développement du pays.
    .
    Cette gouvernance politique et économique ne pourra profiter d’économies d’échelle. Elle fait l’impasse sur l’instrument de la définition de l’intérêt général. Elle ne fixe pas les objectifs et les moyens de la politique économique dans les domaines décisifs: industrie, agriculture, commerce, techniques, finances, monnaies, régions, échanges internationaux, ensemble de production et d’investissement au service des besoins, les grandes lignes d’encadrement, ainsi les garanties de son fonctionnement.
    .
    Il ne fait aucun doute que des mains sont entachées, imputables aux conséquences défaillantes de cette politique nubile aux discours contradictoires caractérisés par l’irresponsabilité et le conformisme d’une pensée officielle qui traite la critique comme une insolence à éradiquer. 
    .
    Aucun doute dans mon esprit, la force et l’entêtement ne sont pas des solutions à tout.
    .
    Il n’y a que les valeurs politiques qui ont vocation à associer : la solidarité, la responsabilité, la justice, pourront obtenir la dévotion du peuple qui représente la seule garantie d’une Algérie forte et conquérante.
    .
    Fraternellement lhadi
    ([email protected]




    0



    0
    Freud
    1 janvier 2016 - 8 h 20 min

    Un peu de respect a la langue
    Un peu de respect a la langue Francaise qui nous aide a voir un peu clair. Les termes Republique, President, Etat, Constitution, Loi, etc. veulent dire des choses bien precises – helas, de la pure fabulation au pays d’Ali Baba. Franchement, ce genre d’ecriture doit disparaitre. La meteo, ou une strategie sur comment nous en sortir de ce merdier de tutelle, serait plus interessant et surtout utile.




    0



    0
    Anonyme
    1 janvier 2016 - 4 h 07 min

    Le Clan croque-mort.
    «

    Le Clan croque-mort.
    « croque-morts », ou croquemort est le surnom populairement donné aux employés des pompes funèbres du Clan chargés de la Récupération du Moudjahid D’A AIT EL HOCINE et de son transport au cimetière , non pas à EL ALIA, mais à AIN EL-HAMMAME. Le mot apparaît vers la fin de notre vie. Dans notre imaginaire collectif, le croquemort est un personnage sinistre et lugubre, voire porteur de malheur. Cette image ne correspond plus avec la réalité d’un croque-mort, assistant funéraire du Clan d’Oujda., Merci D’A AHMED, d’avoir prévu et avoir évité à ton peuple la récupération de ta mort, Toi Le LION parmi les 5 qui nous ont, d’être libre indépandant, mais pas au sens de liberté que vous avez souhaité et avoir milité toute votre vie, pour nous, mais ces vautours n’ont pas pus récupérer votre corps, ni votre être toute entière, votre militantisme et votre combat reflète que vous étiez et vous êtes resté un homme d’honneur et fidèle à votre serment envers vos compagnons et Glorieux Martyrs, vous êtes parmi eux et que ALLAH YARHAMOUK BI RAHMATIH, OUA YARHAME TOUS CEUX NOUS ONT PROCEDES.
    Malheur aux membres du Clan, ils ont échoués dans leur tentative de récupération d’un très grand Homme et un véritable Révolutionnaire, pas comme Bouteflika, son frère la mafia, et la clique des Saidanis.
    Cordialement : Un Algérien d’ici et d’ailleurs !!!




    0



    0
    Buck John.
    31 décembre 2015 - 16 h 37 min

    Pour qu’il y ait une
    Pour qu’il y ait une opposition ,il faut des troupes ,des militants ,des gens qui pensent autrement qu’à l’avenir immédiat .Les algériens parlent beaucoup ,mais pour agir c’est autre chose ,l’agitation oui ça l’algérien connait ,mais refuser les petits arrangements ,le petit népotisme local ,les petits passe-droits ,pas question ,pour les autres ,oui ,bien sûr .Quand un peuple cultive l’incivisme au quotidien ,dans la rue ,sur la route ,jette ses déchets ,ne sait pas vivre en société disciplinée et ordonnée ,préfère l’individualisme au bien commun les marchands d’illusions tiendront le haut du pavé.




    0



    0
    mohamed el Maadi
    31 décembre 2015 - 16 h 16 min

    Il n’y a pas d’opposition car
    Il n’y a pas d’opposition car pas de citoyen ! Comment se passe une campagne au pays ? On va voir les vieux notables car c’est tribal dans ce coin .Le chef de tribu engage tout des fidèles à voter pour un tel et l’affaire est dans le sac ! Bien sur tout se fait dans des tractations de couloirs et ma foi le  » le citoyen tribal » suit la voix de son maître .Tout est tordu dans ce pays et cela ne changera jamais car vous n’avez pas foutu en l’air le modèle patriarcale qui est un frein pour l’épanouissement personnel.




    0



    0
    mohamed el Maadi
    31 décembre 2015 - 16 h 07 min

    L’opposition en Algérie ?
    L’opposition en Algérie ? Inexistante et c’est voulu ! C’est le système qui créer des larbins à loisir donc tant que ce système perdura cela ne changera pas ! Voyez vous j’ai assisté au pays à des réunions entre des membres du FLN ,RND ,PT et des indépendants pour se partager une mairie .J’ai pris à part un membre du PT et je pensais qu’idéologiquement c’était un marxiste léniniste et bien non il ne savait pas qui était Lénine et encore moins Marx et la j’ai compris le jeu de dupe !




    0



    0
    New kid
    31 décembre 2015 - 15 h 07 min

    L’avidité de tous les partis
    L’avidité de tous les partis sera leur perte. Ne vous en faites pas le parti né avec des moustaches et le parti des usurpateurs, leurs chutes sera comme l’éruption d’un volcan, poussés de la base, ils partiront en miette et en flamme quand leur jour viendra !
    Les petits pour devenir grand doivent s’unir pour progresser !




    0



    0
    New kid
    31 décembre 2015 - 14 h 56 min

    Le pouvoir à une smala de
    Le pouvoir à une smala de chaines a son service, pourquoi l’opposition ne se crée pas une chaine de TV même de l’étranger, la voie des airs est libre ! Ils pourront tour à tour faire leur discours et propagandes. Mais ils sont trop bêtes et aveuglés par leur cupidité pour qu’une entente puisse naitre.




    0



    0
    Anonyme
    31 décembre 2015 - 14 h 09 min

    le clan continue d’exploiter
    le clan continue d’exploiter le printemps arabe comme un épouvantail ;le peuple le sait et tant que la rente est plus ou moins servie ,wait and see !
    l’opposition trouvera sa place à partir de 2016 lorsque le cout de la vie s’envolera avec la LF ,lorsque les augmentations de prix de tous les produits seront effectives ;
    là ,la réalité du pouvoir autocratique en place sera comprise par tous ;
    ECHAMI CHAMI WA AL BAGHDADI BAGHDADI
    ceux qui ont dilapidé les deniers du peuple seront poursuivis où qu’ils soient et quelque soit la protection dont ils bénéficient :
    les funérailles du leader incontesté AIT AHMED donnent un répit au clan qui a profité pour faire passer en douce :
    *le procès sonatrach pour protéger chakib khellil
    *la revision de la constitution
    *la loi de finances 2016 antisociale
    Malheur à ceux qui sous estiment le mécontentement populaire en tentant d’y faire face sans cesse par la ruse et le mensonge!




    0



    0
    Abou Stroff
    31 décembre 2015 - 13 h 25 min

    « Où est l’opposition? » titre
    « Où est l’opposition? » titre K. M.
    il me semble que K. M se trompe de société
    en effet, dans une société basée sur la distribution de la rente et sur la prédation et non sur le travail productif, il ne peut pas y avoir d’opposition au sens conventionnel du terme.
    en effet, dans une société « moderne » (capitaliste pour ne pas la nommer) basée sur le travail productif (essence d’une infrastructure), ce dernier assigne des places et rôles aux différentes couches sociales. ces dernières ont des intérêts antagoniques (lutte pour la répartition du surplus économique) que des partis politiques défendent au sein d’un système politique (superstructure en concordance avec l’infrastructure) où pouvoir et opposition luttent pacifiquement pour réaliser un projet social spécifique.
    par contre, dans une société basée sur la distribution de la rente et sur la prédation, la ou les couches sociales qui monopolisent et distribuent la rente n’ont en face d’elles que des couches clientes qu’elle peuvent réduire à de simples tubes digestifs ambulants (caractéristique première d’une majorité d’algériens). en d’autres termes, la soi disant opposition aux couches sociales qui monopolisent la distribution de la rente ne peut représenter que des couches sociales marginalisées par la distribution et qui « militent » pour prendre la place des premières (d’où la similitude entre les pratiques du fln, parti du pouvoir et celles du fis, parti soi disant de l' »opposition »)).
    moralité de l’histoire: contrairement au système capitaliste qui produit ses propres fossoyeurs, le système rentier doit subir un choc externe pour être dépasser (d’où la panique actuelle du pouvoir face à la baisse du prix des hydrocarbures). en d’autres termes, l’opposition n’apparaitra que s’il y a une baisse prolongée du prix des hydrocarbures qui fera imploser le système rentier. le reste, tout le reste, n’est que prose stérile pour niais confirmés




    0



    0
    CHAOUIDEBARBES
    31 décembre 2015 - 12 h 52 min

    C comment voulez-vous avoir
    C comment voulez-vous avoir une opposition digne de ce nom, lorsque nous regardons, écoutant et lirons la presse parlée, Télé visuelle, et écrite, entre autre ENAHAAR TV et ECHOUROOK TV, les chaines du CLAN, ils, (les Journalistes), de ces chaines de la diffamation et de la division du peuple, ils sont plus dangereux que le DASHE, honte à vous les intellectuels de pacotilles, vous, vous prostituez pour le Clan, est-vous vraiment des intellectuels quoi vendent leurs intelligence et le serment prêté d’être digne et honnêtes , (Les journalistes ont-ils une déontologie ?), à mon avis non ils sont des intellectuels, affairistes, comme les Médecins, qui vendent les organes du petit et pauvre peuple pour faire fortune, presque tous les journalistes des chaines satellites du pouvoir, sont entachés et des vendus, vous ne pouvez pas les blanchir avec des milliers de litres d’eau de Javel, même les microbes de cette maladie résisteront !!!
    « La déontologie est à la mode dans de nombreux milieux professionnels. Mais, au-delà des discours, a-t-elle transformé les pratiques ? L’exemple du journalisme montre qu’il y a loin de la coupe aux lèvres ».
    Comment, voulez-vous se battre entre pot de terre contre le pot de fer, pauvre opposition, vous êtes victimes des nouveaux arrivant au journalismes, comme fût jadis les Médecins et qui continuent, que pour s’enrichir sur le dos des misérables, (Victor Hugo a commencé Les Misérables en 1845 sous le titre Les Misères), et nous le sommes à ce jour !!!
    Cordialement : Un Algérien d’ici et d’ailleurs !!!




    0



    0
    New kid
    31 décembre 2015 - 12 h 14 min

    L’opposition en Algérie
    L’opposition en Algérie n’existe pas. L’oligarchie en distribuant des strapontins et des rentes s’est assurée toutes les parts du gâteau Algérie pour le FLN et RND. La félonie et renarde prime !
    Les leaders de l’opposition ne voient que le koursi !, les yeux avec des œillères, ils foncent sans regarder! Elle est tombée dans le piège de la soit disant « démocratie ». Ils ont oublié pas que la démocratie s’arrache mais ne se donne jamais ! Comme l’indépendance !la cupidité pousse ces leaders qu’à ne se voir seul dans le miroir. Un pays de 40.000.000 d’habitants et plus de 60 partis vous donne une opposition fragmentée, ou nul n’arrivera au pouvoir ! Ils n’ont qu’à observer les pays vraiment démocratiques !
    Doit-on considérer que les partis qui font de leur politique du boycottage, sont des harkis ? Laisser le champ libre au pouvoir de se perpétuer, doit être une trahison !




    0



    0
    Rouichedz
    31 décembre 2015 - 11 h 45 min

    Une opposition de salon sans
    Une opposition de salon sans aucun ancrage populaire n’a aucun avenir si ce n’est qu’elle renforce le pouvoir en place par ses agitations steriles.

    Cette pseudo-opposition a bcp a apprendre de Da El ho au moins sur les principes et l’ethique.




    0



    0
    omar
    31 décembre 2015 - 11 h 40 min

    L’OPPOSITION???
    THAT IS THE

    L’OPPOSITION???

    THAT IS THE QUESTION!!

    ELLE EST DANS LES SALONS

    ET SE POSE DES QUESTIONS!!!

    EN ATTENDANT LA REVISION DE LA CONSTITUTION!!!

    ELLE EST CHAMPIONNE DES DECLARATIONS!!

    RIEN DE POSITIF A L’EGARD DE LA POPULATION

    AUCUN PROJET RENTABLE A L’HORIZON!!!

    RIEN POUR LES JEUNES ET LEURS PREOCCUPATIONS!!

    ELLE ATTEND LE POUVOIR SUR UN PLATEAU D’ARGENT!!!

    go chaoui




    0



    0
    BabElOuedAchouhadas
    31 décembre 2015 - 11 h 18 min

    De quelle opposition
    De quelle opposition parlez-vous Mr Kamel Moulfi ? De celle qui a soutenu le 4eme Mandat ou de celle qui a mangé au ratelier du pouvoir durant des décennies ?

    Surtout ne pas prendre le citoyen pour un amnésique please.

    Mes condoleances a la famille Ait Ahmed et mes meilleurs voeux au peuple algerien.




    0



    0
    Thidhet
    31 décembre 2015 - 11 h 17 min

    Il reste à espérer que ces
    Il reste à espérer que ces petits groupes hétéroclites, comme vous dites, puissent constituer autant de noyaux d’une opposition assez conséquente. Une chose est certaine: il faut cesser de vouloir copier les occidentaux sur tous les plans et songer à une autre façon de faire de la politique, une approche qui prenne en considération les spécificités de notre société.




    0



    0
    Anonyme
    31 décembre 2015 - 11 h 16 min

    Il n’ya pas d’opposition en

    Il n’ya pas d’opposition en Algérie. Ils ont été crées pour jouer à l’opposition. C’est devenu un gagne pain et non un combat.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.