Tebboune, le ministre conteur

Par Karim Bouali – Le ministre de l’Habitat s’englue dans ses contradictions et se noie dans ses inexactitudes. Son intervention, hier soir, sur Canal Algérie est consternante à plus d’un titre. D’abord, parce que nous avons vu un ministre de la République s’occuper d’une mission qui, normalement, devrait relever d’un service subalterne de son département dont on se demande à quoi il sert, finalement. Est-ce le rôle d’un membre du gouvernement de faire un exposé, tableaux et graphes à l’appui, sur l’état d’avancement de la construction des différentes formules de logements qui ont toutes échoué, de toute façon ? La mission d’un ministre n’est-elle pas de concevoir une stratégie globale et un programme à long terme à présenter au Président pour sa mise en œuvre après sa discussion par les différentes institutions de l’Etat ? Abdelmadjid Tebboune a eu tout le mal du monde à tenir un discours homogène et compréhensible, tant lui-même est conscient que son plan national du logement est une grande supercherie. Son passage à la télévision avait pour seul but de tempérer les ardeurs des citoyens à qui il fit mille et une promesses lorsque la situation sociale explosive nécessita une forte dose d’anesthésiants, pour éviter que le torrent de la colère formé par la tempête du «printemps arabe» emporte le pouvoir dans son sillage. Maintenant que l’orage est passé, le gouvernement a chargé «M. Logement» de dire toute la vérité aux centaines de milliers de souscripteurs qui attendent d’être «casés» à leur tour dans les cités dortoirs que l’Etat continue de planter au milieu des marécages, faisant fi des expériences urbanistiques catastrophiques passées. Non seulement le nombre de logements promis est loin d’être atteint – et il ne le sera jamais –, mais les prix annoncés au départ n’arrêtent pas de grimper. Et, comme pour s’absoudre de la qualité de «ministre menteur» dont il est affublé, Abdelmadjid Tebboune use de feintes et de pantalonnades pour se justifier. Ainsi, le mètre carré des LPP (logements de «luxe» destinés aux cadres) est maintenu à 95 000 DA, mais, a-t-il ajouté – et c’est là que réside la nouveauté ! – «ce montant est indiqué hors taxe». Voilà qui devrait donc faire plaisir aux citoyens qui ont souscrit à cette formule et qui devront remettre la main à la poche pour débourser 17% supplémentaires sur le prix initialement avancé par le même ministre et sur le même plateau. Le constat est le même s’agissant des procédures liées au crédit dont le traitement a été confié à une seule banque publique, le CPA. Un choix qui risque d’ajouter une autre déconvenue à celles déjà vécues, depuis de très longues années, par ces citoyens suspendus aux lèvres du ministre conteur, qui se réveillent petit à petit avec les effets désagréables de l’anesthésie politique : nausée et vomissements.
K. B.

Comment (16)

    fatigué
    2 mars 2016 - 9 h 27 min

    Tebboune devrait ( pour
    Tebboune devrait ( pour résoudre le problème du logement) récupérer tous les logements sociaux qui sont soit:
    vides ( inoccupés et ne servant qu’aux passes du jeudi soir)
    loués à des tiers
    ces logements ayant été attribués à des gens ayant déjà des logements.
    en les récupérant et en les distribuant aux vrais nécessiteux, Tebboune résoudrait une grande partie du problème.
    quant à l’aadl 2001/2002, il paraîtrait que des gens qui n’étaient pas inscrits ni en 2001 ni en 2002 ont été introduits.
    plus grave encore, on raconte que des inscrits de aadl 2 ont été introduits dans la liste d’attribution de aadl 2001/2002 et qu’ils vont être servis les premiers.
    une commission indépendante peut très bien découvrir tout cela pour peu qu’on l’autorise à investiguer dans les bureaux et archives de l’aadl.




    0



    0
    Anonyme
    2 mars 2016 - 6 h 32 min

    Il faut en finir avec
    Il faut en finir avec l’attribution des logements.
    Le problème du logement ne sera jamais résolu.
    Arrêter ce massacre.




    0



    0
    Djami
    1 mars 2016 - 22 h 07 min

    Tebboune, ministre de
    Tebboune, ministre de l’habitat et de l’urbanisme?? Non DG de l’AADL et de l’ENPI.




    0



    0
    Anonyme
    1 mars 2016 - 20 h 44 min

    La vieillesse est un
    La vieillesse est un dépouillement,une dépossession,l’hiver de la vie emporte les dernières illusions,les pommiers en fleurs,les amandiers de ton enfance.
    Pourquoi appelons-nous toutes nos idées généreuses des illusions, et toutes nos idées médiocres des vérités ?
    On ne gagne pas d’argent en proposant de la qualité aux clients, mais en leur vendant des illusions.On parle souvent des illusions, qu’elles perdent la jeunesse. On l’a perdue sans illusions la jeunesse. Encore des histoires ! …
    Mais tu attends quoi ? Tu auras beau attendre, rien ne viendra jamais, ton attente n’est qu’un prétexte à ne rien faire, une illusion. Perdue dans un désert aride, tu avales du sable en croyant boire de l’eau.




    0



    0
    Anonyme
    1 mars 2016 - 20 h 24 min

    Un intellectuel, c’est
    Un intellectuel, c’est d’abord quelqu’un qui réfléchit avant d’écrire ou de parler, qui réfléchit avant de réfléchir, et qui réfléchit même sur l’utilité de la réflexion avant la réflexion proprement dite.
    En d’autres termes, on a affaire à des philosophes dont la démarche constitue une atteinte inadmissible à la dignité de la pensée et de l’être humain en général, et qui peuvent être soupçonnés de préparer tout simplement le goulag intellectuel ou un retour à une forme de barbarie préphilosophique.Car les détails, comme chacun le sait, conduisent à la vertu et au bonheur, les généralités sont, au point de vue intellectuel, des maux inévitables.




    0



    0
    dranreb nagul le terrible
    1 mars 2016 - 19 h 39 min

    le programme le voici en 5
    le programme le voici en 5 point
    en 1 le maroc doit disparaître
    en 2 les kabyles doivent se soumettre
    en 3 les gens doivent continuer a siroter du selecto et dodo
    en 4 les hydraucarbures doivent etre vendu plutôt que etre utiliser a developper l algerie
    en 5 la construction de la mosqué d alger doit durer 5 ou 6 fois plus longtemps que la construction de mosquée similaiore
    pour pretendre a la vie eternelle et aux 40 petites salo…..

    vive l algerie sans macaco




    0



    0
    Anonyme djamel
    1 mars 2016 - 18 h 48 min

    Le ministre a bien mené son
    Le ministre a bien mené son rôle, il a parfaitement accompli sa mission puisque il ne fait qu’appliquer le programme du président. C’est vrai que ce programme personne ne le connais, c’est un secret d’État. Tous les ministres ne sont que de vulgaires exécutants. D’ailleurs ils n’ont pas à discuter du programme ils exécutent le programme.




    0



    0
    1 2 3 viva blida
    1 mars 2016 - 18 h 46 min

    hadi
    rien que ca
    chacun a sa

    hadi
    rien que ca
    chacun a sa place et vive l algerie imperiale




    0



    0
    adonis
    1 mars 2016 - 18 h 01 min

    Par Dieu et ses saints, citez
    Par Dieu et ses saints, citez un haut cadre de l’Etat quelque peu crédible !
    Il n’y a de plus tragique que des gouvernants incompétents qui méprisent leur peuple !
    Ce pays en entier a perdu toute crédibilité !
    J’ai les larmes aux yeux, y a Rabb ! ! !




    0



    0
    New kid
    1 mars 2016 - 18 h 00 min

    Avant, l’Algérie avait un
    Avant, l’Algérie avait un Boum à la défense, un Taleb à l’éducation, et un Caïd aux finances.
    Aujourd’hui, nous avons eus un Ali Baba dont la caverne se trouve au Texas, Un kitrompeki au business, un Drabki qui détient les reines du Glorieux FLN réduit aux rentes, Des Teufs Teufs malades a la haute magistrature, un Tabal aux logements pour les clients du régime, sans oublier Ali goudron a la route route, et la liste est longue autant que les grains de sables du désert.
    Depuis 99, le pays a pris un mauvais virage.




    0



    0
    Anonyme
    1 mars 2016 - 17 h 00 min

    Tebboune est le Minsitre
    Tebboune est le Minsitre l’AADL , du LPP et de la Mosquée d’Alger. Au lieu de faire son boulot de Ministre , il se substitue auDG de l’AADL et de l’ENPI




    0



    0
    Anonyme
    1 mars 2016 - 16 h 45 min

    Croire ??????????
    Qui

    Croire ??????????
    Qui ???..
    Avons nous une boussole?
    Avons nous des prévisions et prospectives ????
    Sur quel budget construire ce que promet ce ministre hableur??.
    Manger entretenir 40 millions de pandas ou leur construire des cages ??.
    Et ces responsables qui , les poches pleines , ont migré ??..
    Alors les faux intellectuels entretenus par l état richement ….solutions ????




    0



    0
    mohamed el Maadi
    1 mars 2016 - 15 h 04 min

    La politique du logement est
    La politique du logement est un échec cuisant .Vous ne respectez pas les délais ni les condition d’accès.
    Quand à l’urbanisme j’aimerais rappelait quand même que j’ai vu des magnifiques lotissement avant que les occupants y entre.
    Un cadre idéal et sympathique .J’y suis retourné deux ans plus tard pour mon dieu ils ont tout défigurées ( locataire ou propriétaires ) Il y a des bancs mais préfère s’assoir par terre, le linge au fenêtre, aucune discipline ni respect des horaires ( tapage nocturne ) certain on cassé leur balcon pour l’agrandir et d’autre l’ont rebouché car ils ne veut pas qu’on voyent leur femme. Les commerces qui se trouvent en bas ne respecte aucune législation .
    C’est le foutoir complet, aucun syndicat ,ni reunion dans cette immeuble.Tout le monde s’en fout ..




    0



    0
    lhadi
    1 mars 2016 - 12 h 06 min

    .
    Pour ne pas redouter les

    .
    Pour ne pas redouter les ferments du désordre, chacun doit assumer ses responsabilités car le retard pris par notre pays pour sortir du sous-développement n’est pas notre allié mais notre juge devant le tribunal de l’opinion publique.
    .
    Parler sans ambages dans ce pandémonium politique pour combattre le dogmatisme qui a apporté l’échec de toute une politique de développement est un acte patriotique.
    .
    La vérité, c’est-à-dire la réalité, sans fard et sans ornements, point besoin de la vernir.
    .
    L’autoritarisme politique à l’absence d’autorité effective, l’interventionnisme économique à la désorganisation administrative ont obéré les chances de réussite face à de nombreux défis politiques, économiques et sociaux.
    .
    Le système mis en place ne répond plus à toutes les questions qui favorisent l’accès aux défis nationaux, aux enjeux mondiaux.
    .
    A cet égard, l’Algérie n’a pas besoin de rebouteux pour faire du plâtrage ou des pansements sur une jambe de bois. Elle a besoin d’un gouvernement aux compétences élargies.
    .
    L’aiguisement de la crise politique, économique, sociale, culturelle et morale que connaît notre pays, l’aggravation dangereuse de la politique autoritaire et antisociale de la mauvaise gouvernance, la montée du mécontentement populaire, imposent la nécessité d’une politique qui allie la conscience révolutionnaire à l’efficacité des sociétés modernes.
    .
    C’est dans cet esprit que nous pourrons construire un État fort, une république solide, une Algérie forte, apaisée et conquérante dans ce monde qui bouge sans cesse.
    .
    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    0



    0
    fatigué
    1 mars 2016 - 11 h 20 min

    chebba3na khorti.
    tapez

    chebba3na khorti.
    tapez « aadl » sur google et vous allez voir par exemple:
    « aadl 2 tous les logements seront distribués avant la fin 2015″……
    puis… »durant l’année 2016″……
    puis …..puis…..
    et maintenant augmentation des prix …..
    et puis……..et puis……….
    à n’en plus finir.




    0



    0
    anonyme
    1 mars 2016 - 11 h 04 min

    SVP faites un article sur le
    SVP faites un article sur le nouveau portail de la culture algérienne, est-ce que notre patrimoine n’est pas plus exposé au pillage ????? y aura t-il des poursuites contre les pillards ????? pourquoi avoir mis en ligne tout le patrimoine algéro andalous alors que nos voisins n’attendent que l’occasion de compléter le leur en volant nos textes et musiques ????? avons nous une vraie politique de sauvegarde et protection du piratage en nous exposant comme cela sur Internet ???? le portail est en arabe cela étend les potentiels voleurs à tous les pays arabophones et au-delà , quelle protection ???? pourquoi considérer que le patrimoine algéro andalous est libre de droit ???? nous ne sommes pas l’Europe où la musique classique est libre de droits parce que les compositeurs sont morts, nos poètes et musiciens ne transmettaient ce patrimoine qu’aux personnes de confiance , des personnes cooptées selon des critères de moralité et de sérieux !!!!!! Ce patrimoine algéro andalous n’est pas libre de droit , il est la propriété de l’algérie et de personne d’autre, déjà nous avons été pillé par les mokokos en l’occurrence grâce à la naïveté de certains algériens de l’école de Tlemcen et de Kabylie qui ont exporté les traditions algériennes vers ce « pays » ennemi ! Pourquoi prendre un risque aussi grave !!!!!! ?????????




    0



    0

Les commentaires sont fermés.