Encore le pétrole…

Par Kamel Moulfi – Les fluctuations, à la hausse cette fois, certes légère pour le moment, du cours du baril de pétrole sur le marché international, alors que pour certains experts la tendance dominante était, au contraire, une chute encore plus brutale, poussent maintenant les prévisionnistes spécialisés à regarder vers les facteurs qui peuvent déterminer plutôt une augmentation des prix. Les plus optimistes penchent même pour l’idée que la déprime des cours du pétrole est finie et que les prix actuels constituent bien l’amorce réelle d’une remontée avec une perspective pas trop lointaine de sortie de la zone de danger, c'est-à-dire celle où la réversibilité brutale est encore possible, situé dans la quarantaine de dollars. Pour l’Algérie, à 40 dollars le baril, c’est déjà au-dessus du prix de référence, 37 dollars, fixé par la loi de finances pour 2016. Mais personne ne se hasardera à dire que notre pays a échappé aux conséquences entraînées par la baisse des cours qui a commencé au milieu de l'année 2014. Tant mieux, car il ne faudrait pas se laisser aller aux illusions et abandonner la démarche de riposte qui devrait nous sortir de la dépendance de cette seule ressource, non seulement épuisable mais dont les prix, sur le marché international, sont déterminés par des facteurs qui nous échappent, qu’il s’agisse de surabondance de l'offre, ou de ralentissement de l'économie mondiale, ou encore de manœuvres à visées géopolitiques. Les actions de diversification de l’économie doivent continuer à être accompagnées d’une véritable chasse à tout ce qui contribue à la dilapidation des recettes tirées des exportations d’hydrocarbures, a fortiori quand celle-ci découle de pratiques illégales entachées de corruption comme les surfacturations, mais aussi ce qui relève de la mauvaise gestion et de l’imprévision, ou encore ce qui encourage la surconsommation de produits importés. Le fait soulevé récemment à propos des ports secs qui sont source de perte, en moyenne, de deux milliards de dollars pour l’Algérie, est édifiant. Le gain réalisé par le tour de vis donné aux importations est tout aussi impressionnant. Cela prouve que s’il est difficile d’agir sur les facteurs externes qui provoquent la chute des cours du pétrole, par contre, au plan interne, il est possible de réduire son impact sur la vie économique et sociale, à condition de le vouloir.
K. M.

Comment (6)

    Anonyme
    9 mars 2016 - 16 h 55 min

    Par TheBraiN (non vérifié) |
    Par TheBraiN (non vérifié) | 9. mars 2016 – 15:55

    @Thidhet
    Cessons de penser comme des arabes et tout ira pour le mieux. Avec tous mes respects pour cette culture immense, sans doute la plus prestigieuse jamais produite par l’humanité.
    —————
    Nous ne pouvons penser que comme des arabes , jamais comme des occidentaux !
    Seulement , la pensée arabe positive renouvelée (je dirai presque …remastérisée) doit régner !
    La pensée arabe positive et éclairée qui nous avait permis d’être , pour une fois , occupants de terres occidentales et pas occu
    —————————–

    Réponse on s’en tape de votre pensée de bédouins issus d’aucune civilisation, la civilisation dite « arabe » n’est qu’une désinformation, une imposture pour piéger des ignards de votre genre, pensée arabe TOZ, elle n’a jamais existée, c’est une falsification historique de l’Occident pour ôter aux vieilles civilisations antiques leur passé historique millénaires dont fait parti l’Algérie, la Mésopotamie, l’Irak non arabe d’aujourd’hui les phéniciens (libanais et syriens d’aujourd’hui) la Perse ce sont toutes ces civilisations qui sont à l’origine de cette civilisation dite « arabe » mais qui n’a rien d’arabe. Les arabes sont cantonnés dans la péninsule arabique et ne sont issus d’aucune civilisation et leur barbarie endeuille le monde musulman.




    0



    0
    TheBraiN
    9 mars 2016 - 14 h 55 min

    @Thidhet
    Cessons de penser

    @Thidhet
    Cessons de penser comme des arabes et tout ira pour le mieux. Avec tous mes respects pour cette culture immense, sans doute la plus prestigieuse jamais produite par l’humanité.
    —————
    Nous ne pouvons penser que comme des arabes , jamais comme des occidentaux !
    Seulement , la pensée arabe positive renouvelée (je dirai presque …remastérisée) doit régner !
    La pensée arabe positive et éclairée qui nous avait permis d’être , pour une fois , occupants de terres occidentales et pas occupés .




    0



    0
    lhadi
    9 mars 2016 - 13 h 50 min

    La dégradation de la
    La dégradation de la situation commerciale des pays importateurs de pétrole ainsi que celle de la conjoncture économique des pays capitalistes industrialisés sont les causes de la baisse du baril des hydrocarbures.
    .
    Les ressources provenant de la hausse du pétrole ont certes facilité la vie pendant quelques années, et cela au détriment de la production hors hydrocarbures.
    .
    Au jour d’aujourd’hui, la réduction des revenus des hydrocarbures a des conséquences graves tant pour la population que pour l’économie du pays et cela malgré le principe de précaution si souvent vanté par les pseudos experts qui n’ont jamais pu prévoir une quelconque crise.
    .
    En faisant obstacle à tout effort de modernisation et d’industrialisation, plus généralement au développement économique qui ne peut prendre source que du développement politique et culturel, les génies incompris du pays, de par leur certitude, condamne, ad vitam aeternam, le pays au diktat de la fluctuation du baril du pétrole et de la parité euro-dollar.
    .
    Depuis des années, je n’ai jamais cessé de semer l’alarme sur cette dépendance négative et dénoncer les responsabilités dominées par les ambitieux et les démagogues qui permettent à l’armée de blattes et de cloportes d’investir toutes les institutions de la république.
    .
    La solution ne peut provenir que d’une bonne gouvernance de compétences d’union nationale et populaire où les parvenus et les opportunistes versatiles, instruments passifs de l’oligarchie de fait, n’auront plus place.
    .
    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    0



    0
    Anonyme
    9 mars 2016 - 13 h 37 min

    Echecs totales, bricolages,
    Echecs totales, bricolages, gaspillages énormes, et monstres, manque de modération, de sagesse, de perspectives,de clairvoyance, et de grand sens de responsabilité devant l’avenir incertain, menaçant, et sombre,…..
    très mauvaise gestion économique, et financière du pays (1999 – 2015)
    Aventurisme, incompétences flagrantes, et fuites en avant économiques, et financiers présagent à un avenir dangereux, et sombre sous la protection des dirigeants, et responsables français
    C’est le pauvre peuple algérien qui va payer le prix fort, et lourd de l’austérité dure et douloureuse injustement imposée à ce peuple pacifique




    0



    0
    Thidhet
    9 mars 2016 - 13 h 25 min

    Cessons de penser comme des
    Cessons de penser comme des arabes et tout ira pour le mieux. Avec tous mes respects pour cette culture immense, sans doute la plus prestigieuse jamais produite par l’humanité.




    0



    0
    Anonyme
    9 mars 2016 - 11 h 43 min

    IL FAUT CHERCHER CETTE ELITE
    IL FAUT CHERCHER CETTE ELITE PATRIOTE POUR GÉRER CETTE TRANSITION.
    LE GOUVERNEMENT ACTUEL A ÉCHOUE SUR TOUT LES PLANS.
    LE GOUVERNEMENT ACTUEL A MENTI AUX ALGÉRIENS
    LE GOUVERNEMENT ACTUEL A ENDORMI LES ALGÉRIENS AVEC LES MENSONGES.
    LE GOUVERNEMENT ACTUEL EST INCAPABLE ET INCOMPÉTENTS DANS TOUT LES DOMAINES.
    ET ENCORE IL CONTINU DANS LE MENSONGES ALORS LES CAISSES SONT VIDENT.

    OU SONT LES PATRIOTES QUI AIMENT CE PAYS ET QUI PENSENT A SON AVENIR?




    0



    0

Les commentaires sont fermés.