Les envahisseurs

Par R. Mahmoudi – L’Algérie est-elle à la veille d’une grande capitulation ? Deux événements successifs incitent à sérieusement se poser la question : l’étrange patrouille d’extraterrestres salafistes qui sillonne le pays depuis quelques jours en toute impunité, suivi du retour imprévu de Chakib Khelil. Les deux événements signent clairement une régression inédite que les observateurs avertis voyaient venir depuis plusieurs mois déjà, depuis, notamment, les coups de boutoir successifs assénés par le chef de file du FLN perverti, Amar Saïdani, aux services de renseignement qui faisaient office du seul vrai contre-pouvoir, en l’absence d’une opposition forte et d’un pouvoir médiatique indépendant. Calculé ou non, le silence des autorités face à cette invasion des places publiques par un groupe de soi-disant prédicateurs tranche, pourtant, avec la montée, admirable et courageuse, du ministre des Affaires religieuses, Mohamed Aïssa, qui a solennellement refusé, il y a une semaine, la venue d’un faux dévot saoudien en Algérie. Il faut alors s’interroger si cette incursion afghane – dévoilée à Béjaïa grâce à la vigilance citoyenne – ne procède pas d’une contre-offensive décidée par le lobby pro-wahhabite en Algérie – parce qu’il existe –, pour faire payer à notre pays son impertinence, aussi bien contre la venue de ce charlatan intégriste de Mohamed Al-Arifi que contre le refus de participer au classement du Hezbollah comme organisation terroriste par la Ligue arabe sur instruction des Al-Saoud, en l’envahissant symboliquement. Qu’attend le gouvernement pour stopper cette invasion ? Il n’a pas le temps, puisqu’il est occupé à préparer le retour en grâce d’un ancien ministre sur lequel de lourds soupçons de corruption et de malversations pèsent toujours ! Au moment où d’authentiques nationalistes, ceux qui ont combattu les envahisseurs français, sont cloués au pilori, parce qu’ils ont osé critiquer le pouvoir ou tout simplement décidé de s’en démarquer publiquement, on réhabilite un renégat, un corsaire des temps modernes, dont on ne peut faire oublier qu’il était, il y a à peine une année, sous le coup d’un mandat d’arrêt international et dont le seul nom évoque, à ce jour, la gabegie nationale dans l’imaginaire collectif des Algérie.
R. M.

Comment (29)

    Ghanem el bejaoui
    18 mars 2016 - 18 h 09 min

    Ce cheikh wahabite salafiste
    Ce cheikh wahabite salafiste qu’il reste chez lui et prêcher chez lui nous on a pas besoins de ses conseille car notre prophète nous dit qu’il suffit d’être honnête avec nous même et utilisés notre capacité a fair la différence entre le biens et le mal ,pas de gourous chez nous ,notre islam et millinaire l’Andalousie peut en témoigner l’islam des lumières et de progrès pas l’islam salafiste.l’État doit réagir contre ses intrus qui sont venue a bejaia et prêcher en toute liberté au niveau des mosquées el kawthar et ben badis

    Vague De Fond
    18 mars 2016 - 17 h 57 min

    @ anonyme djamel de bedjaia,
    @ anonyme djamel de bedjaia, moi je me souviens que ceux qui voulaient déjeuner durant le ramadan à bedjaia ont été agressé par contre ces barbus vous avez peur de les approcher, ayez au moins l’honnêteté de le reconnaître.

    Mohamed el Maadi
    18 mars 2016 - 17 h 28 min

    Anonyme @
    Personne ne veut

    Anonyme @

    Personne ne veut éradiquer les barbus ! On demande que notre islam soit Algérien .Bon sang on n’a jamais eu de problème avec notre religion mais l’ingérence Saoudienne cela suffit.

    On ne veut pas être soumis à l’Arabie Saoudite et leur valeur on n’en veut pas !

    Je préconise l’interdiction de la littérature saoudienne en Algérie,interdite la burqa en la remplaçant par le haik, interdire également l’habit saoudien ,pirater les chaines saoudiennes ou alors interdire leur transmission au pays,toute individu qui défend la monarchie saoudienne le déchoir de la nationalité algérienne .Il faut une politique musclé Bon sang c’est une guerre de civilisation .

    Anonyme
    18 mars 2016 - 15 h 46 min

    L’Algérie est-elle à la
    L’Algérie est-elle à la veille d’une grande capitulation

    Un grand pays, au passé glorieux, aux immenses potentialités humaines
    ressources, et richesses partiellement exploitées ne capitulera

    C’est un peuple sage, et analyseur, qui est capable de distinguer le bon de l’ivraie
    le bon du mauvais, et tot où tard il aura son mot à dire pacifiquement, et sagement

Les commentaires sont fermés.