Ils ne s’appellent pas Khelil

Par R. Mahmoudi – La brutalité avec laquelle les autorités sont intervenues, hier, pour mettre fin au mouvement de contestation, radical mais pacifique, des enseignants contractuels à Boudouaou contraste avec l’extrême indulgence avec laquelle sont traitées les affaires de corruption – le cas de Chakib Khelil qui hante aujourd’hui les esprits – et autres dérapages politiques commis par des hommes du pouvoir ou des islamistes extrémistes – exemples des hérésies d’Amar Saïdani et de Madani Mezrag. C’est avec ce sentiment d’injustice et de hogra (déni de droit) que les grévistes sont rentrés chez eux, après avoir résisté pendant plus de vingt jours. Cela restera dans les annales : tous les membres du gouvernement, à leur tête le Premier ministre, se sont ligués contre une centaine d’enseignants qui estimaient avoir épuisé tous les recours avant d’en arriver là. Le plus dramatique dans l’histoire est qu’il n’y avait, en effet, aucune force d’arbitrage pour résoudre un problème ayant pris des propensions aussi importantes. Le chef de l’Etat aurait pu intervenir. Mais il ne l’a pas fait. Il l’avait fait à l’époque d’Aboubakr Benbouzid, pour permettre, sur un simple ordre verbal, le passage des élèves du cycle moyen à la première année de lycée sans tenir compte des instructions du ministère de l’Education. Le Président a pourtant été interpellé à travers plusieurs lettres ouvertes des syndicats qui soutiennent l’action des enseignants contractuels, le priant d’intervenir en leur faveur. A-t-il lu ces appels de détresse ? Est-il au courant de tout ce qui se passe ? La question peut paraître pernicieuse, à l’heure où, depuis ce fameux tweet de Manuel Valls, on cloue au pilori quiconque émettrait des doutes sur la capacité de Bouteflika à assurer ses fonctions officielles. Quoi qu’il en soit, son absence dans cette affaire de la grève des enseignants, comme d’ailleurs sur d’autres événements, a montré les limites de son Exécutif et mis à nu une gestion aléatoire et de plus en plus autoritaire des affaires publiques. Jusqu’à quand cela va-t-il durer ?
R. M.

Comment (28)

    Anonyme
    20 avril 2016 - 8 h 40 min

    « C’est avec ce sentiment
    « C’est avec ce sentiment d’injustice et de hogra (déni de droit) »
    ———————
    A partir du moment qu’on crée ce mot « hogra » et qu’on l’intergre dans notre dictionnaire de la vie, on accepte notre condition de colonisé et un monde sans justice.
    Ce mot n’aurait pas sa raison d’exister si la justice existait en premier lieu. Le jour ou la justice existera, ce mot, typiquement algérien, mais « francisé » disparaitra.Comme le mot « hogra » marche avec la colonisation, il faudrait savoir que l’esprit de colonisé n’implique jamais la justice et le droit d’exister. On a choisi notre chemin, celui de la passivité et d’égoisme, car celui qui a sa miette, se cache dans son trou. Personne n’a dit un mot pour un 3ieme et un 4ime mandat meme douteux, alors assumant le résultat car ceux qui ont violé la constitution et ont crée une situation jamais connue dans le monde (président absent, voté par procuration) alors ils pensent que nous somme heureux de notre condition et qu’on raffole la hogra. On restera megourines tant que notre égoisme individuel prime sur l’avenir du pays et de nos enfants.

    karimdjazairi
    20 avril 2016 - 7 h 23 min

    Ou on défend un État de droit
    Ou on défend un État de droit qui donne à chacun l égalité des chances et donc par la seule voie possible pour ces enseignants contractuels : le concours.

    Ou on persiste dans la mauvaise foi pour légitimer le système des pass droits et des privilèges.

    Dans cette affaire, l État a été plus que tolérant. Il a laissé ces enseignants mener leur combat, exprimer leurs revendications, occuper l espace public. La Ministre de l Education, le Premier Ministre ont rassuré à plusieurs reprises les contractuels qu’ ils n avaient rien à craindre pour leur avenir en dépit de leur statut mais les ont invités à passer le concours s ils souhaitaient devenir titulaires.

    Un grand nombre fort de cette assurance à regagné le travail mais un quarteron à persisté. Ils veulent l argent du beurre et le beurre avec. La situation avait trop durée. Il fallait mettre fin à l occupation de l espace public, la police a fait son travail comme n importe quelle autre en Europe.

    Si l État avait cédé, c était la porte ouverte à tous les agents contractuels dans l administration et les différents secteurs du service public. Il y a un concours ce qu’ il y a de plus juste pour devenir fonctionnaire.N

    Anonyme
    20 avril 2016 - 6 h 59 min

    CHAKIB KHLAHAÂ = PANAMA
    CHAKIB KHLAHAÂ = PANAMA PAPERS !!!

    En réservant un accueil chaleureux à CHAKIB Khlahaâ, le même pouvoir réprime les enseignants et dire, que ce gouvernement cherche à développer la science du savoir avec les gourdins des Policiers en mal de vivre !!!

    Le Ministre de l’injustice est une monnaie de singe du Clan
    Le Premier sinistre Abdelmalek Sellal s’est expliqué devant les journalistes sur l’histoire du refus de visas au journaliste du quotidien Le Monde et à l’équipe du «Petit journal» de Canal+. «Le journal Le Monde a attaqué l’un des symboles de l’Etat, à savoir le président de République, en publiant des informations, sur le Clan « PANAMA PAPERS – ALGERIE ».
    Tout cela est une vérité crue et amère à avaler, le pourvoyeur de cette Affaire est CHAKIB Kalhana et non pas Khalil, cette momie vivante des temps pharaoniques, lui a réservé un accueil digne du Clan de la causa Nostras Algérienne, le Clan des voleurs, fraudeurs, magouilleurs, PAVOISE, COMMENT TOUT UN PEUPLE SPOLIE DE SES RICHESSES EN ACCEPTANT QUE CES HAUTS CADRES SOIENT, en haut de la pyramide du pouvoir des voleurs sensés de dire la vérité et les Médiats qui les soutiennes contre la volonté de leur peuple dont ils sont issus, pour moi ces Journalistes et ces cadres sont des criminels en puissances, ils volent, fraudent, magouillent en signe de remerciement à ce brave peuple humilié et bafoué dans sa confiance et dans sa dignité, puisque ce beau monde utilise le mensonge et les manipulations contre son propre peuple et devant la presse coloniale, ils se taisent regardez bien la photo d’une momie à coté de Valls le raciste, que j’adisse, François Hollande disait notre Ministre de l’intérieur est rentré vivant d’Algérie, il a de la Chance, cette déclaration faite en Israël le pays cher à Hollande et Valls !
    Comment se fait-il qu’un peuple on lui impose un Président contre sa volonté et par la Fraude au nez et à la barbe de la grande ANP, garante de la sécurité du pays intérieur et extérieur, mais les menaces proférées contre certains Généraux entre autre les procès ouverts en France, en Suisse etc., démontre l’intimidation des cadre de l’ANP, qui s’enterrent sous les bottes du Clan et à leur tête GAID SALAH de Ain Yagout Wilaya de Batna, il a souillé le sang de nos glorieux Martyrs, qui nous ont légué le patrimoine de notre très chère pays, nous sommes à la veille du Printemps, mais nos fleurs et notre verte nature respire la mort des traitres et voleurs, comment un homme de très bas étage joueur de BENDIR « DREBKI » puisse se hausser à la tête du glorieux FLN, les militant du Nouveau beaujolais, (VIN Français), FLN sont des lâches et des traitres en puissance, ont vendu leurs honneurs, leurs dignités, leurs titre d’homme, sont redevenus des hyènes du sac de dinars …
    La France à accepté de baisser son pantalon devant le Clan, pour soustraire les milliards et la presse soit disant de liberté et du droit d’informer s’est mise à genoux devant les tenant du pouvoir français, mais néanmoins ils ont osés de dire une vérité sur le CLAN du PANAMA PAPERS Algérien, et cette information est bien passée, mais les marchés juteux de l’Algérie garantissent l’emploi et assurent la sérénité au peuple Français et de pouvoir surmonter la crise économique actuelle, que DASH contribua de sa façon pour ramener le prix du baril de pétrole à 15 dollars US, l’Arabie TAYHOUDITE, et les boîtes de sardines du Golfe financent au profit d’Israël les guerres de Syrie, d’Irak, du Yémen et j’en passe, même nos journaux Algérien et leurs journalistes certains pas tous baissent leur pantalons devant ce très grand complot contre la Nation Arabe !!!
    Et leur silence du drame du YEMEN est un silence des lâches en mal de vivre, l’ARABIE TAYHOUDITE impose son dictat avec une poignée de dollars et pour boucler la boucle, ils s’attaquent au dernier des LIONS des Aurès en la personne de Mr Khaled NEZZAR, SID-HOUM Courage et Bravoure !!!

    Pendant que le Voleur Chakib KHLAHAÂ. Après s’être éclipsé suite à la tempête provoquée par les «Panama Papers» dont les noms de ses anciens amis et collaborateurs étaient impliqués, l’ancien ministre de l’Energie, Chakib Khelil, reprend son bâton de pèlerin pour se rendre dans d’autres zaouïas et se refaire une virginité. Accompagné de l’un de ses frères et, surtout, d’Abdelkader Bassine, président de l’Organisation nationale des zaouïas la caisse noir du Clan !
    Cela démontre que les juges et toute la justice sont complices, dans le vole de leur peuple, Pourquoi toutes les professions libérales, Médecins, les avocats, les dentistes, les Ophtalmologues, les cliniques privées, les commerçants toutes catégories confondues, ne déclarent pas leurs revenus, puisque ils encaissent que de l’argent liquides et rajoutez la TVA collectée n’est jamais déclarée, et les inspecteurs des Impôts sont complices et ils réduisent les impôts des voleurs moyennant une forte ristourne façon de service rendu.
    Qui paie les pots cassés sont les salariés qui sont imposables et cette argent retenue sur leurs maigres salaires n’est jamais versée à l’Etat, tout le monde pratique la mauvaise foi et la fraude, qui fraude vole, même les morts sont raquettes, donc PANAMA PAPERS est en Algérie et partout, puisque tous ces voleurs fraudeurs, investissent dans les villas et autres SARL, pour gagner plus et toujours plus !!!
    Cordialement : Un Algérien !

Les commentaires sont fermés.