Fin d’alerte ?

Par Kamel Moulfi – Tout s'est bien passé hier. Pas la moindre égratignure ni même de grabuge au cours des marches de commémoration du Printemps amazigh qui ont eu lieu à Tizi Ouzou et Béjaïa. Pas de répression, du côté du pouvoir, pas de casse du côté des manifestants. L’heure était à la vigilance de part et d’autre pour «déjouer toute provocation». Les éléments «perturbateurs» ont pu être neutralisés, dans le camp des manifestants, et le pouvoir a exclu le recours à la force brutale pour réprimer les marcheurs qui ont été totalement libres dans leur mouvement. C’est un bon signe pour le pays. Il faut s’en féliciter. C’est la victoire des Algériens, principalement dans cette région, et c’est, évidemment, l’échec cuisant pour ceux qui misaient sur une grande dérive qui aurait alimenté leurs agissements pendant des mois et des mois. Le contexte actuel n’autorisait aucune forme de dérapage, encore moins du genre de ceux qui se sont produits en avril 1980 et le même mois en 2001. Faut-il s’inquiéter de voir autant de monde mordre à l’hameçon de la revendication d’«indépendance» lancée par le MAK qui avait, collé à ses basques, un RCD soucieux de garder sa base dont une partie pourrait être séduite par le radicalisme des «séparatistes». Il faut bien comprendre que la revendication du MAK sert plus à cristalliser l’extrémisme chez les franges de la population qui sont exaspérées par le comportement du pouvoir, qu’à mobiliser sérieusement autour d’une «cause» qui n’a pas de fondement réel et dont il est notoire qu’elle a été créée artificiellement comme moyen de déstabilisation du pays et qu’elle est soutenue par les ennemis de l’Algérie. Tout le monde sait que le sentiment de révolte contre le pouvoir est devenu une «constante» en Kabylie et qu’il s’exprime périodiquement par le boycott des élections. Mais on sait aussi que, depuis quelques années, le pouvoir a riposté en installant des partis politiques et des associations qui lui sont favorables et a veillé à ce qu’il y ait en permanence la présence dans le gouvernement de ministres qui ont fait leurs premiers pas en politique en Kabylie au sein de mouvements de contestation et d’opposition. Un autre palier a été franchi avec la prise en charge officielle, cette année, de la commémoration de l’anniversaire du Printemps berbère comme l’indique bien sa couverture par les médias lourds publics et la participation de personnalités politiques du pouvoir à certaines activités liées à cet événement. Auparavant, la revendication à caractère identitaire et culturel a été banalisée en la traduisant dans la Constitution. Faut-il actionner la sirène de fin d’alerte ? Une chose est sûre : ce 20 avril a montré qu’il est facile de désamorcer l’action aventuriste du MAK, sans recourir aux menaces ou à la répression, mais, intelligemment, par une démarche sereine qui s’appuie sur la confiance dans la population et sur sa mobilisation.
K. M.

Comment (12)

    amal
    22 avril 2016 - 8 h 59 min

    Connaissant le peuple kabyle
    Connaissant le peuple kabyle dont je fais partie, je peux assurer que l’alerte n’est ps finie tant que des symboles dissidents risquent de mourir en exil. Nous détestons ceux d’entre nous qui réussissent, surtout s’ils ne partagent pas, mais nous nous sacrifions pour l’honneur de ceux qui se sont sacrifiés pour notre dignité. En somme un peuple de tous les contrastes par rapport au reste du monde même.
    À bon entendeur, salut!




    0



    0
    الهوارية..في فرنسا
    21 avril 2016 - 20 h 42 min

    Pourquoi sommes nous
    Pourquoi sommes nous Condamnés à subir des menaces, des représailles et des chantages et toutes sortes intimidations par Bernard Henri Levy et son QG
    Qui est il? pour faire pleurer ma mère qui a perdue ses parents et frères et sœurs pendant la guerre d’Algérie et qui a perdue Papa pendant la décennie noire!!!
    Je vais écrire à Monsieur Ban Ki Moon pour exiger de savoir pour de quel droit ce Bernard Henri Levy se permet t’il de menacer mon pays l’Algérie, je veux comprendre pour quelle raison, n’a t’il pas été appréhendé, arrêté et incarcéré pour avoir foutu le Chaos en Libye?

    la Prochaine menace sur mon pays, je saisi la justice américaine puisque la justice française et sous sa tutelle!

    Je vendrais tous mes bijoux pour payer mon avocat et je ne vais pas me laisser faire parce que l’Algérie c’est mon pays et le peuple algérien dans sa diversité et son ensemble je le considère comme mes papas, mes mamans, mes frères et mes sœurs
    Y’en a marre de cet hystérique ► Bernard Henri Levy et ses crises de démence sur l’Algérie!!!!!!!!!!!!!!!




    0



    0
    Anonyme djamel
    21 avril 2016 - 19 h 40 min

    Il ne faut pas avoir peur ni
    Il ne faut pas avoir peur ni BHL ni les sionistes ni le groupuscule qui lui sont inféodé ne passeront en kabylie. Le général De Gaulle avec toute son armada n’a pu manipuler cette région alors ce n’est pas ces apprentis qui peuvent le faire. Les descendants de fatma Ensoumer, de Krim Belkacem, d’Amirouche, de Ait-Ahmed, et la liste est très très longue ne se laisseront pas faire.




    0



    0
    karimdjazair
    21 avril 2016 - 17 h 55 min

    Tant mieux qu il n y ait eu
    Tant mieux qu il n y ait eu aucun incident à déplorer, mais tenter de banaliser un fait inquiétant qui s est passé hier.

    Il est formellement établi que le mak et bhl, et donc israel, sont liés dans une entreprise hostile contre l Algérie. Et ce 20 avril 2016, des sympathisants par milliers du clown mehenni, mais non moins marionnette au service d israel, bien entendu c est loin d être la majorité, ont défilé en Algérie, si c est pas une provocation, c est quoi ?

    Cela ne peut etre balayé d un revers de la main. Il y a une officine sioniste qui a pignon sur rue, et c est cela qui est inquiétant pour l avenir.

    L Etat algérien, doit prendre les mesures qui s imposent face à cette menace insidieuse, avant qu elle ne devienne plus importante. Il doit etre mis fin aux activités du mak en Algérie, si ces sympathisants veulent servir israel, ils n ont qu à quitter l Algérie, les néo harkis sont indésirables.

    Sinon je salue l évolution democratique dans ce pays, qui ne peut réussir que si les citoyens et l Etat respecte les règles. C est toute une culture !




    0



    0
    sahraoui
    21 avril 2016 - 17 h 32 min

    les chiens abois et la
    les chiens abois et la caravane passe .combien sons ceux qui ont essaies de manipuler nos frères kabyles . la seule solution c’est de leur faire confiance ils serons se débrouilles les kabyles n’ont pas besoin de l’indépendance car toute l’Algérie est eux comme elle est a nous nous sommes avec eux. derrière notre division nous ennemis le savent toucher a un cheveux d’un algérien et nous devenons un et mème personne cela a été prouver .nous ennemis ont la mémoire courte




    0



    0
    Thidhet
    21 avril 2016 - 14 h 42 min

    J’ai comme l’impression que
    J’ai comme l’impression que les agression dont l’Algerie fait l’objet ces derniers temps de la part de certains arabes (Arabie Saoudite, Maroc) et de certains petits-français (BHL et consorts) et de certains algériens (Ferhat, Saidani, Khellil, etc) est en train de produire l’effet inverse. Mais encore faut-il faire le ménage au sommet.




    0



    0
    mohamed El Maadi
    21 avril 2016 - 14 h 21 min

    La kabylie avait preuve de
    La kabylie avait preuve de responsabilité et a dit haut et fort qu’elle ne sera pas le maillon faible.Ce qui n’exonère pas l’État algérien de mettre les moyens nécessaires pour éteindre ce Car ne rêvons pas si rien n’est fait et si ce gouvernement ne prend pas sa part c’est dire de démissionner la situation va s’empirer.Oui je parle de démission car cela fait 15 ans et le pays de jours en jours s’enfonce.
    Il n’y a pas de fin d’alerte mais un sérieux avertissement .




    0



    0

    Anonyme djamel
    21 avril 2016 - 14 h 03 min

    C’est bien dit le MAK
    C’est bien dit le MAK n’enregistre en réussite qu’une faible voir très faible adhésion. Et le comble c’est le pouvoir qui pousse surtout les jeunes a épousé les idées de ce mouvement de par ses réactions répressives et son abandon de cette région pourtant chère aux algériens. Bejaia est en effet abandonnée a un sort dramatique, le chômage qui atteint des chiffres jamais égalés depuis l’indépendance. Aucun investissement digne de ce nom n’est venu s’inscrire dans la région et qui aurait pu diminuer le taux de chômage. Bejaia cette ville ouverte a la science et la culture est devenue enclavée. Pour traverser les 80 kms qui longent la vallée de la soummam il faut en moyenne 4 a 5 heures. En matière de logements c’est une catastrophe totale a laquelle il faut rajouter une distribution partiale et même anarchique.




    0



    0
    Yeoman
    21 avril 2016 - 13 h 59 min

    Il paraît qu’un autre
    Il paraît qu’un autre mouvement à été créé? Ils l’ont appelé MERK. Mouvement pour l’Emancipation de la Région Kabylie. Quelqu’un peut-il nous en dire plus?




    0



    0
    lhadi
    21 avril 2016 - 12 h 35 min

    La raison du peuple algérien,

    La raison du peuple algérien, bien plus ancienne que celle de Descartes, ne peut être ébranlé ni par l’halitose des Brutus des temps modernes ni par les flatulences des Erostrates

    Nous sommes l’Algérie une et unie dans toute sa diversité.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    0



    0
    Yeoman
    21 avril 2016 - 11 h 26 min

    Belle analyse. Mais il faut
    Belle analyse. Mais il faut rester vigilant. Le but des manipulateurs de la marionnette Ferhat est de faire en sorte qu’il y ait de la violence partout où c’est possible. Mais si rien n’est fait pour que l’Algerie soit gouvernée par d’authentiques algériens, même mon village de 150 habitants finira par se confectionner un drapeau et proclamer son indépendance.




    0



    0
    Anonyme
    21 avril 2016 - 11 h 06 min

    BRAVO.
    L’intelligence et la

    BRAVO.
    L’intelligence et la sagesse sont les mots clés.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.