Une dame raconte son calvaire depuis le séisme de Boumerdès

Il y a 13 ans, le séisme de Boumerdès. D. R.

Une dame, parmi les victimes du séisme du 21 mai 2003 qui a secoué la wilaya de Boumerdès, raconte son calvaire dans un courriel adressé à notre rédaction. Cette dame, lassée par une attente qui a duré 13 ans, raconte les péripéties de sa démarche pour obtenir un toit décent, après avoir perdu sa maison. «Ma maison a été classée « rouge » lors du séisme du 21 mai 2003 et a été démolie par les services de l’APC d’Ouled Moussa, dans la wilaya de Boumerdès. Une fiche du CTC centre et une attestation de démolition m’ont été remises», a-t-elle expliqué dans son courriel. Ainsi, la dame dit avoir cherché à faire valoir ses droits à une réparation. Mais elle a été confrontée à une «muraille» d’embûches au niveau de l’APC d’Ouled Moussa. Elle passe ainsi des mois à être envoyée d’un bureau à l’autre, d’un responsable à l’autre avant qu’elle soit réorientée vers les services de la daïra et puis de la wilaya. De 2003 à 2009, rien n’a été fait. Elle assure que durant toutes ses années, elle n’avait pas cessé d’effectuer les démarches nécessaires pour être relogée comme tous les sinistrés du séisme de 2003. En vain. «Malgré tous les documents que j’ai eu à présenter, l’APC d’Ouled Moussa refuse de reconnaître que je suis sinistrée pour des raisons qui me sont toujours inconnues», a-t-elle dénoncé. Cette dame, Mme Mebarki, assure avoir frappé à toutes les portes sans résultat. Elle dit avoir vu les responsables au niveau de la daïra et de la wilaya sans que cela change sa situation d’une femme hébergée par des gens de sa famille. «En 2009, j’ai saisi la justice qui m’a donné raison et a ordonné à l’APC de me reloger comme tous les sinistrés. La décision a été transmise par huissier de justice aux responsables de l’APC qui ne m’ont jamais répondu», a-t-elle souligné, assurant qu’en 2015, le président de l’APC d’Ouled Moussa l’avait reçue. «Il m’a reçue d’une manière inqualifiable pour me dire que le jugement est un faux», a-t-elle ajouté. Ellen’a pas baissé les bras, puisque quelque temps après, durant la même année, elle avait saisi le wali de Boumerdès par le biais de son avocat pour lui poser son problème. Pas de réponse à ce jour, regrette-t-elle. La dame fait état de l’absence d’interlocuteur. Pour elle, les responsables fuient leur responsabilité et le citoyen n’a plus à qui se plaindre. «En 2016, je retourne à la wilaya, la cellule d’écoute m’envoie à la daïra où je me suis présentée six fois de suite, toujours sans résultat», a-t-elle assuré. «Il est inutile que je décrive ma souffrance à être hébergée de maison en maison chez mes proches et d’avoir tout perdu, car l’APC avait décidé de démolir ma maison avec tous les meubles et tout ce qu’il y avait à l’intérieur sans me prévenir et pendant que j’étais absente», a souligné cette dame qui était directrice d’établissement d’accueil préscolaire avant qu’elle ne prenne sa retraite. Elle se demande aujourd’hui «quel est le rôle des personnes qui occupent les postes de responsabilité si ce n’est pas celui de gérer». Comme beaucoup d’Algériens, cette dame a vécu le mépris et la hogra pendant 13 ans et rien n’est encore réglé. Son cas dément ainsi l’auto-satisfecit des responsables du secteur de l’habitat qui se targuent avoir pris en charge tous les sinistrés du séisme de Boumerdès et bien plus qu’eux. Abdelmadjid Tebboune, ministre de l’Habitat, n’est assurément pas au courant du calvaire que vit cette dame non relogée depuis 2003. Le cas de cette dame prouve que 13 ans après le séisme tout n’a pas été réglé à Boumerdès et qu’il existe encore des victimes qui n’ont pas été relogées contrairement aux déclarations des officiels aussi bien au niveau local que national.
Sonia Baker

Comment (10)

    LILA ALLICHE
    18 juin 2016 - 22 h 03 min

    Elle belle la république
    Elle belle la république algérienne Démagogique et populiste,vous avez tous une égalité de chance d,être écrasé chez vous par démolition de votre maison,ou d,être un oublié du recasement.peut-être qu, il faudra attendre le prochain
    séisme pour espérer figurer sur la liste prioritaire du relogement. Gloire et Éternité a nos Martyrs qui ont sacrifié leur vie pour que certains méprisent le peuple.
    Que Dieux soit avec vous Madame.

    Souad
    17 juin 2016 - 23 h 11 min

    C’est la hogra pur et simple
    C’est la hogra pur et simple et ce aussi l’abus de pouvoir, le pouvoir qu’à le wali premier responsable de la wilaya de boumerdes, le pouvoir qu’à le chef de faire de khemis le khechna ,et le pouvoir qu’à le président de l’apc de ouled moussa de d’étouffer, d’écraser, de réduire a zéro les espoirs dun simple citoyen ou une citoyenne qui pour son malheur crois toujours dans ‘dawlat el kanoun’ ma chère petite dame réveiller vous le maire lui même ne crois pas a se slogan puisque il voua dit que le jugement de la cours ne vaut rien …
    Pauvre Algérie, ou allons nous avec ces gestionnaire..

    Khemkhoum mounira
    17 juin 2016 - 22 h 34 min

    Après avoir lue et relue l
    Après avoir lue et relue l’article je me demande bien pourquoi on empêche une procédure de relogement ? La dame en question pocède tout les documents qui prouve que c’est de son bien qu’il s’agit et que en temps .normal elle aurait deja bénéficier comme toutes les victimes ??? Pour quoi perdre dix ans voir plus à proclamer a supplier a chercher de laide alors que pour obtenir quelque chose que deja y pocède mais ou va l’Algérie ????????

    Faiza
    17 juin 2016 - 12 h 12 min

    Nous devons tous dénoncer
    Nous devons tous dénoncer cette hogra faite aux femmes prce que je suis sûre que cette dame a vécu ce calvaire surtout parce qu’elle femme.

    Ces responsables qui agissent ainsi savent qu’ils peuvent le faire sans aucune crainte ni de la loi ni de personne .

    Combien faut-il attendre pour éradiquer ce genre de fléau.

    Je dis a cette dame bon courage et on est de tout coeur avec vous il faut que cette hogra cesse..

    anonyme
    15 juin 2016 - 20 h 51 min

    je reconnais bien là les
    je reconnais bien là les méthodes des procrastinateurs qui nous servent de « cadres administratifs » p… j’ai des envies de violence grave! démolir sa maison alors qu’elle n’est pas présente et n’a pas récupéré ses affaires , ça ressemble à une appropriation du bien d’autrui , peut-être que ce saligaud de maire s’est approprié son terrain pour y construire sa propre maison … il faut que ça change ya rab! marre de cette mafia de merde!

    الهوارية..في فرنسا
    15 juin 2016 - 19 h 40 min

    Nous subissons ce mépris ici
    Nous subissons ce mépris ici en France parce que nos origines sont algériennes par les petits enfants d’ex pieds noirs nostalgiques de l’Algérie Française ou par les petits-enfants des réfugiés et exilés de la guerre d’Espagne de 1936 qui sont en nette concurrence avec nous (Algériens)
    Donc, dans tous les pays, les citoyens lambdas sont stigmatisés à cause de son rang social précaire ou étranger issu de pays d’Afrique du Nord
    Je dirais à cette dame de ne pas baisser les bras? de charger un Avocat ou un Huissier de Justice pour la représenter auprès de ces pseudos fonctionnaires imposteurs.

    Pepitoy
    15 juin 2016 - 15 h 25 min

    C’est avec tristesse que j’ai
    C’est avec tristesse que j’ai lu cet article je félicite Sonia BAKER et AP de l’avoir publier.Ce gouvernement construit une mosquée de 3 milliards alors que des personnes comme cette dame n’ont pas de logements.C’est pas en construisant cette mosquée que DIEU vous pardonnera .La prière vous pouvez la faire partout il suffit juste de ne pas trahir votre religion ni votre peuple.C’est une honte de laisser cette dame dans son calvaire. VIVE UNE NOUVELLE REVOLUTION

    séhab
    15 juin 2016 - 14 h 04 min

    impossible de lire votre
    impossible de lire votre journal il n’arrête pas de sur sauté d’en bas vers le haut
    et de haut vers le bas on dirait qu’il clin des yeux?
    j’ai vous ai envoyer un message pour ça hier pouvez vois remédier à ce problème

    Bien Cordialement

      Faty
      15 juin 2016 - 16 h 33 min

      Même remarque que ci dessus !
      Même remarque que ci dessus !

        Aherbebou
        15 juin 2016 - 22 h 44 min

        Même remarque que ci-dessus .
        Même remarque que ci-dessus .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.