Boumediene : homme d’Etat et visionnaire

Par Mohamed Benallal – Feu Houari Boumediene était l’émanation d’une élite qui se dévoilait dans sa stature, son regard, son mode de vie, ses paroles, ses discours. Il avait, comme disait le chanteur français Marc Lavoine, «les yeux revolver et un regard qui tue», ce regard profond d’un solitaire qui apprécie des choses indiscernables au commun des mortels. C’était un jeune homme de rigueur et de discipline qui allait remettre l’Algérie sur les rails (à 24 ans, il était au maquis, à 33 ans, il était président). Certains, comme moi, regrettent Houari Boumediene, son époque, son travail, son intégrité, sa droiture, son charisme, son intelligence… Tout le peuple a pleuré à sa mort (assassinat) et tout le peuple se souviendra de lui comme étant à jamais le jeune père de l’Algérie (il nous a quittés à 46 ans). L’homme a redonné une dignité à son pays et son peuple. Il a fait de l’Algérie une puissance respectée dans le monde entier. Allah ya rahmek ya Boumediene ! Nous ne pouvons rien ajouter à ce que nous savions à partir d’événements, faits et circonstances vécus, des réalisations et des discours pendant la période 1965-1978. Feu Boumediene accompagnait l’épistémè par sa realpolitik à travers une foultitude de discours pour mieux faire connaître et nous imprégner de sa démarche, ses idées, sa méthode, ses problèmes, sa franchise et sa véracité, pour le développement du pays. Le discours politique n’est pas uniquement une succession de mots comme le pensent certains, c’est une intonation, un geste, une attitude, une action, une expression, un bilan, une morale ; le discours est le visage de l’esprit, disait Montesquieu.

Là où il y a une volonté, il y a un chemin

Certes, le langage politique est le langage du pouvoir, il est aussi le langage de la décision politique, économique, sociale et culturelle qui s’enregistre pour le compte du grenier de l’Histoire. Houari Boumediene était un jeune président ayant un charisme hors pair. Sa démarche à l’intérieur du pays s’assurait sur des options claires en politique, en économie et au culturel. Elles ont été précisées et affirmées sur le terrain. Elles s’implantaient intensément et modifiaient de jour en jour le paysage géographique, économique, social, culturel et politique du pays. A l’extérieur, la voix de l’Algérie était respectée et écoutée à la fois, son conseil d’or était recherché, ses décisions sages étaient prises en considération, sa force était issue de la morale, de la justice, de l’égalité, de la légalité, de l’équité, de son humanisme. Boumediene était de ceux qui ont lutté pour un «nouvel ordre mondial» (c’est le Brics qui a pris cette initiative) qui favorise notamment un meilleur équilibre des relations Nord-Sud. Il était un des leaders du Mouvement des non-alignés, rempart contre les politiques impérialistes et soutien indéfectible des luttes de libération dans le monde et notamment de la lutte du peuple palestinien. L’Algérie de l’époque savait tant bien que mal, ici comme ailleurs, que rien n’était jamais définitivement ni totalement acquis.
«Tout compromis repose sur des concessions mutuelles, mais il ne saurait y avoir de concessions mutuelles lorsqu’il s’agit de principes fondamentaux.» Gandhi.
Sans faire de comptabilité ni l’éloge de sa gestion, la priorité de Boumediene était, comme il y avait tant d’orphelins, de veuves et de handicapés de la guerre de Libération, de panser les blessures laissées par la guerre, sauvegarder l’unité du pays, mettre sur les rails l’appareil administratif, reconvertir l’armée, combattre la politique des clans, mettre en place une politique pour le respect et l’obéissance des règles de l’Etat, juguler tous les désordres socioéconomiques, jeter les bases d’une industrie moderne, réorganiser les circuits de distribution et de commercialisation, nationaliser les ressources naturelles, les banques et autres institutions, donc, des problèmes à qui il fallait faire face. Il avait mis les bases des éléments de l’identité de la nation algérienne, ses institutions, une politique économique et a su cerner les forces vives de la nation ; ce sont des chapitres que l’on retrouve détaillés dans ses discours. L’Algérie de Boumediene s’était hissée au rang des tout premiers pays du tiers-monde, cela ne voulait certainement pas dire que tout était bien dans le meilleur des mondes, l’Algérie se voulait être avant tout pragmatiste, réaliste et responsable dans le même temps. Elle était consciente également qu’ignorer un problème et ne pas le résoudre, c’est l’aggraver, l’Algérie ne savait pas jouer au luciférien, c’est-à-dire un esprit qui ne fait que nier les choses mêmes si elles sont correctes. Chaque chose se faisait en son temps, l’idée même de la charte nationale était les prémices d’une Algérie démocratique. Etudiant, les idées bouillonnaient en moi entre libéralisme, laïcité, socialisme, marxisme, islamisme, ultralibéralisme… Mode, modèle, stratégie de développement, croissance… mon rêve juvénile se voyait dans ce passage : de la révolution humaine à la révolution algérienne. Le terme «décollage économique» faisait son apparition dans les annales des universités ; c’était vers la fin des années 80 qu’était programmée la fin de ce décollage ; la planification faisait que les résultats socioéconomiques et culturels soient prometteurs. L’étude de l’Algérie se résumait ainsi :
– sur le terrain de réalisation : processus de réalisation d’équipements (industrie pétrochimique, mécanique, pétrolière, métallurgique, électronique, technologique et informatique…) et maîtrise des leviers de commande et de gestion économique, pour mieux affecter l’utilisation des résultats obtenus. La Révolution agraire était certes un échec dans sa réalisation, mais n’était pas une fin en soi comme disait Boumediene dans un de ses discours : «Naal bouha taora eli ma tantaj el-batata oua zrodya» (je n’ai nullement besoin de cette Révolution agraire qui n’arrive même pas à produire de la pomme de terre et de la carotte). Après tout, ce système aurait pu marcher, mais en Algérie, les circonstances contextuelles ne l’ont pas permis et il ne pouvait pas le deviner avant d’avoir essayé. Pourtant, ce système n’était pas aussi mauvais au fond. Qui ne commet pas d’erreurs ? Et pourquoi ses successeurs ne les ont pas corrigés aussitôt ? Tout simplement parce qu’ils ont détruit tout ce que Boumediene avait fait ;
– se placer sur le plan des idées, idées motrices qui animent l’évolution de la stratégie de développement, du modèle de développement et du projet de société de l’Algérie. Ce sont en général les instruments de bords existants de l’époque qui orientaient et guidaient efficacement le navire Algérie de Boumediene.
«La démocratie devrait assurer au plus faible les mêmes opportunités qu’au plus fort.» Gandhi.
Tout ceci ou cela ne peut être fait sans grincement, sans tensions et sans erreurs. L’ordre, la discipline, les normes, valeurs, morale, et la règle de l’art étaient pris en considération dans le respect de la chose de sa politique. Cela nous amène à parler bien entendu de la coexistence du capital privé avec le capital public. Peuvent-ils vivre main dans la main, dans quelle proportion et quelle limite ? Pour le bien de l’Algérie entière ! Le socialisme à la chinoise était pris en considération à l’époque, on le signifiait comme étant le «capitalisme d’Etat». Les jeunes, les étudiants et les intellectuels représentaient le fer de lance de la bataille du développement du pays. Cela était un bref rappel sur la politique d’un jeune homme d’Etat sur sa vision du monde arabe. 

5e congrès des moudjahidine (Alger, le 24 août 1978)

Houari Boumediene disait dans son fameux discours que le monde arabe est sur le point de perdre à nouveau son indépendance chèrement acquise, et ce, en raison des agissements, manigances et manœuvres de certains de ses dirigeants qui ont tout fait au détriment de leurs peuples, pour avantager et favoriser le retour de la domination étrangère par une nouvelle forme de colonisation. «Ces dirigeants ayant perdu toute confiance dans les potentialités arabes prétendent qu’ils ne peuvent vivre libres et indépendants sans lier leur sort à celui des grandes puissances, or, les potentialités arabes sont énormes. Il est vrai que les Arabes possèdent aujourd’hui des fortunes colossales « amoual Qaroun »*. En réalité, où est cet argent, à qui profite-t-il ? On nous parle hypocritement d’arabisme et d’islam, je répète ici ce que j’avais dit à Lahore. L’expérience humaine a démontré qu’aucun lien si solide soit-il, géographique, national ou religieux, ne peut résister à la pauvreté et à l’exploitation. Je rappelle ici le mot célèbre du khalife Ali : « Je m’étonne qu’un homme affamé ne sorte pas dans la rue en brandissant son épée. » Voilà l’islam authentique ! La vérité, c’est que la fortune des Arabes profite surtout aux Occidentaux tandis qu’eux-mêmes n’en reçoivent que des miettes.» Boumediene pressentait déjà l’islamisme politique et le charlatanisme religieux. Lors d’une réunion de l’Organisation de la conférence islamique (OCI), il déclara : «Les hommes ne veulent pas aller au paradis le ventre creux, un peuple qui a faim n’a pas besoin d’écouter des versets. Je le dis avec toute la considération pour le Coran que j’ai appris à l’âge de dix ans. Les peuples qui ont faim ont besoin de pain, les peuples ignorants de savoir, les peuples malades d’hôpitaux.» A partir de ce fait, Houari Boumediene se demandait où est l’islam ? Où est la solidarité ? La fraternité ? La justice ? Il disait, aussi, «oui, nous sommes pour l’arabisme, pas celui de l’humiliation, mais celui qui s’oppose à la domination étrangère et qui œuvre au triomphe des causes justes». Il s’est avéré que depuis 67 ans la plus importante des causes arabes et musulmanes est précisément celle du peuple palestinien, ceux qui se prennent pour des apôtres de la paix ou des génies politiques depuis Salah Eddine, ceux-là qu’ont-ils fait ? Ils se sont rendus à Al-Qods pour la reconnaître comme capitale d’Israël, ils ont ouvert des bureaux pour le commerce avec Tel-Aviv, ils ont sécurisé Israël au détriment des guerres dans les pays arabes, le pétrole sert à financer les guerres interarabes, donc, faire activer le capital militaire. Certes, le président de l’Egypte est en droit de chercher des solutions aux problèmes que connaît l’Egypte, mais il n’a pas le droit d’offrir aux Israéliens des territoires qui ne sont pas les siens. Le vieux réflexe de «contextualisation» culturelle, «contextualisation» historique, «contextualisation» économique et «contextualisation» géostratégique ! Le monde d’hier était «bipolaire», il avait structuré et organisé les équilibres de la planète (régionaux et continentaux). La disparition de cette bipolarité a mis fin à cet équilibre et nous amène à revoir la philosophie de nos approches, de nos systèmes, de nos pensées, de ce qui se trame dans ce monde actuel, et ce, quelles que soient l’analyse et l’issue que les uns et les autres ont pu faire de cette période de l’humanité. C’est un élément clé. Où sommes-nous aujourd’hui ? Le Soudan ? L’Irak ? La Syrie ? La Libye ? La Somalie ? Le Liban ? La Palestine ? L’Egypte ? L’Algérie ? La Tunisie ? Le Yémen ? La Ligue arabe transformée en ligue oligarchique où les pétromonarchies assurent bonnement le rôle de vassal au profit du sionisme. Les vassaux travaillent pour leurs propres intérêts et l’Occident alors que Boumediene travaillait pour son peuple et son pays. Seuls les Occidentaux et les ennemis de l’Algérie et des Arabes l’appelaient «dictateur», car il ne servait pas leurs intérêts. A chaque fois qu’un homme travaille pour son peuple et son pays sans être le valet des Occidentaux, on le qualifie de «dictateur» et on l’assassine. Il est clair que plusieurs lectures se font à ce jour, les accords d’Evian nous dévoilent beaucoup de choses aujourd’hui. Boumediene avait une vision politique, économique et culturelle que la France ne voulait pas, c’était celle de l’indépendance économique, culturelle et sociale. Aujourd’hui, l’application de la politique, de l’économie, du social et du culturel se font conformément aux accords d’Evian par les sbires de l’Algérie française. Tout ce qui a été prédit par Boumediene en 1978, nous le vivons amèrement aujourd’hui, tous les pays arabes sont dans le pétrin pour ne pas l’avoir écouté.

M. B.

(*) Amoual Qaroun : la richesse que possédait un homme cité dans le Saint Coran du temps de Moise.

Ndlr : Les idées et opinions exprimées dans cet espace n’engagent que leurs auteurs et n’expriment pas forcément la ligne éditoriale d’Algeriepatriotique.

Comment (83)

    baba
    20 juin 2017 - 22 h 02 min

    permettez moi de nous
    permettez moi de nous rappeler que certes ,boumediene était nationaliste,mais à bien des égards c’était un homme qui se confondait volontairement à l’état.En citant le psychiatre de la révolution Franrz Fanon sur le profil psychologique de boumediene,et c’est une confidence faite àFerhat ABBAS,et reprise dans l’un de ses livres(livres de ferhat) »le colonel boumediene a un gout mobide pour le pouvoir »;et il a ainsi vécu allah yarahmou.Ce n’était certainement pas l’argent qui l’intéressait mais la trop haute estime de soi et aussi iheb yassaref fi nas oukoul.Une confidence qu’il a lui meme faite à Chadli -rabi yarahmou »koun dja rayi deb nahakmou bissaout hata l’mout » Le bonhomme sentait à l’intérieur de lui meme et le confessait à petits mots que ce qui le faisait agir ainsi était le gout morbide de donner les ordres.A sa dernière visite officielle à setif ,il a confessé tout haut »el chaab fi oued oua thaoura fi oued » .C »était son avant dernier discours avant de mourir rabi yarahmou..Cela est de moi,et je peux me tromper,meme sur le lit de la mort(et très probablemnt empoisonné par les sionises)il n’a pas désighé de successeur et c’est ce qu’il aurait du faire pour etre logique aved l’esprit totaltaire qu’il a si bien instauré.de 1965 à1975 ont été terminées toutes les expériences nucléaires et chimiques françaies en Algerie.Ee ne lui jette pas l »anathème.Je peux prétendre que les gens les plus proches de lui ne connaissaient pas 25 pour 1000 de sa face cachée.Montrer un visage au peuple Yahiaoui et un autre à l’occident BOUTEFLIKA.Rabi yarhamhoum djamie mais il y a été pour beaucoup dans le mépris de notre armée à l »égard des pauvres gens.quant au reste ce n’est qu’une image forgée par ses tabalines, ses médias.

    Un citoyen
    27 juin 2016 - 22 h 03 min

    « El mauro » est ce qu’il vous
    « El mauro » est ce qu’il vous arrive d’accepter que d’autres puissent avoir un autre avis que le vôtre, sans tomber dans l’invective et l’insulte ?
    Pour vous rassurez je suis allez à l’école que la France à bâti et que les martyrs de la guerre de libération ont transmis aux enfants du peuple algérien. Mais aucun cas je n’ai fréquenté « une école de boumediene « .
    L’école de Boumediene c’est celle des putschs de 62 et 65 , c’est celle du parti unique , c’est celle de la confiscation de l’indépendance des algériens.
    Boumediene était certainement un patriote , le problème c’est que son amour du pouvoir et sa mégalomanie à fini par lui faire croire qu’il était l’homme  » providentiel  » d’où la dérive autoritaire et autocratique. Voyez vous je déteste les gens qui croient faire le bonheur des autres sans les consulter. Je préfère un état de droit ou les citoyens exerçent le pouvoir à travers le suffrage universel. Les dictateurs pensent toujours savoir ce qui est bien pour les autres. Moi je préfère qu’on me laisse prendre mes responsabilités de citoyen , je n’aime que l’on infantile un peuple. A une dictature même « éclairée » comme disent les adorateurs des despotes, je préfère une démocratie dans un état de droit , avec des institutions qui survivent aux hommes.
    Le légue de votre héros c’est l’Algérie d’aujourd’hui.
    Je suis algérien comme 38 millions d’autres et je ne crois pas avoir un pays de rechange , mais je ne me reconnais absolument pas dans cette algerie souillee par la gangrène de la corruption et de l’autoritarisme .
    L’Algérie de l’intolérance et de tous les intégrismes.
    Posez vous la question comment on en est arrivé là.

    « Ils ne se revolteront que lorsqu’ils seront devenus conscients et ils ne pourront devenir conscients qu’après s’être révoltés »
    George Orwell 1984

    elmauro
    27 juin 2016 - 18 h 21 min

    ceux qui dénigrent
    ceux qui dénigrent Boumedienne c’est soit des ingrats qui ont appris a lire et a écrire dans les universités construites par Bouledienne,soit ou des fils de harkis qui reagissent telles vipéres que Boumeienne n’avait pas eu le temps de leur couper la tête

      Mimoun Ezzawali
      28 juin 2016 - 20 h 01 min

      @ elmauro

      @ elmauro
      Ces universités ne sont pas construites avec l’argent de Boumediene mais avec l’argent du petrole qui est le sang des martyrs, et les vrais enfants qui critiquent ce boukharrouba ce sont les dignes fils d’algériens morts sur le terrain pour l’algérie ou qui ont versé leurs sangs pour l’Algérie. boukharrouba était un gaspilleur car avec sa politique de prestige grande mosquée, grande université , grand aeroport etc.. il pouvait construire 10 universités avec l,argent gaspillé pour l’université de Bab Ezzouar qui n’était pas finie même en 1995.

    Salem
    27 juin 2016 - 15 h 06 min

    Pour moi, Boumediene est le
    Pour moi, Boumediene est le président qui a fait le plus de mal à l’Algérie.

    Anonymous
    27 juin 2016 - 13 h 22 min

    ‘est terrible en Algérie
    ‘est terrible en Algérie certains en arrivent à trouver des mérites à un dictateur. Ils sont victimes d’un syndrome de Stockholm . Le mal absolu que représente une dictature à commencé en Algérie avec le putsch de Boumediene , non pas en 1965 , mais bien en 1962. Bouteflika se revendique d’ailleurs de son héritage. Le pouvoir actuel qui a clochardise les algériens est la résultante de la dictature de Boumediene. Certes il y’ à eu quelques acquis sociaux . Mais ces acquis peuvent ils justifier la dictature, les privations de libertés, les arrestations arbitraires , les assassinats politiques. L’empêchement de l’avènement d’une société civile , d’un pouvoir civile librement choisi et soumis au suffrage universel ? Moi je dis non . Voilà ce que dit George Orwell de la dictature dans  » 1984  » :  » Le pouvoir n’est pas un moyen,il est une fin. On n’établit pas une dictature pour sauvegarder une révolution . On fait une révolution pour établir une dictature. La persécution à pour objet la persécution.  La torture à pour objet la torture. Le pouvoir à pour objet le pouvoir.  »

    Méditez bien ces paroles , avant de glorifier une dictature. …

      Anonyme
      10 novembre 2017 - 18 h 45 min

      george orwel c etait en 1984 ses prévisions ! Houari BOUMEDIENNE était un dictateur éclairé qui avait réussi a rehausse la tête des algériens et pour preuve je partez en Espagne avec 320 FRANCS et l algérien était fière et respecte ! il était aime par le peuple et les marais humaines sont filmées pour temoinyer ! il est rentre dans l histoire contemporaine de l Algérie , d autre n entreront pas !

    Un citoyen
    27 juin 2016 - 13 h 18 min

    J’ai lu un commentaire ou il
    J’ai lu un commentaire ou il est question que Boumediene gagnait 6000 Dinars qu’il partageait avec sa mère. ..
    C’est quoi ce délire . Ce populisme de bas étages . Boumediene usait cet abusait des deniers de l’état sans rendre de compte à personne .
    Il pouvait distribuer la rente à sa guise enrichissant les uns ( zegghar et d’autres ), . Fermant les yeux sur la corruption des autres et ils étaient nombreux. Effaçant les dettes en milliards de certains pays sans consulter personne . C’était un dictateur tout simplement. Arrêtez de raconter des inepties pareilles au 21 ème siècle !

    Un citoyen
    27 juin 2016 - 12 h 46 min

    C’est terrible en Algérie
    C’est terrible en Algérie certains en arrivent à trouver des mérites à un dictateur. Ils sont victimes d’un syndrome de Stockholm . Le mal absolu que représente une dictature à commencé en Algérie avec le putsch de Boumediene , non pas en 1965 , mais bien en 1962. Bouteflika se revendique d’ailleurs de son héritage. Le pouvoir actuel qui a clochardise les algériens est la résultante de la dictature de Boumediene. Certes il y’ à eu quelques acquis sociaux . Mais ces acquis peuvent ils justifier la dictature, les privations de libertés, les arrestations arbitraires , les assassinats politiques. L’empêchement de l’avènement d’une société civile , d’un pouvoir civile librement choisi et soumis au suffrage universel ? Moi je dis non .
    Voilà ce que dit George Orwell de la dictature dans  » 1984  » :
    Le pouvoir n’est pas un moyen,il est une fin. On n’établit pas une dictature pour sauvegarder une révolution . On fait une révolution pour établir une dictature. La persécution à pour objet la persécution.  La torture à pour objet la torture. Le pouvoir à pour objet le pouvoir.

    Méditez bien ces paroles , avant de glorifier une dictature. …
    George Orwell  in  1984.

    OMAR
    27 juin 2016 - 10 h 16 min

    DEPUIS 1962 A CE JOUR

    DEPUIS 1962 A CE JOUR

    UN UNIQUE HOMME

    UN GRAND PRESIDENT AU SERVICE DE SON PAYS

    MALGRE QQS LACUNES

    Anonymous
    27 juin 2016 - 7 h 53 min

    Il était nationaliste et
    Il était nationaliste et honnête, oui, mais visionnaire c’est tout à fait faux. Au contraire, Il a mis en place un système qui allait détruire l’Algérie. Le dernier maillon, c’est son « héritié » qui aujourd’hui termine le sale boulot.
    S-il avait été visionnaire, il n’aurait pas éliminé les véritables révolutionnaires, lui qui n’a jamais tiré une cartouche, et n’aurait pas installé une dictature militaire. Il aurait laissé le pouvoir à ceux qui en avaient le bagage intellectuel et dont c’était le métier. La suite on l’a connait, le règne de la rawla et des barbouzes, le mépris des intellectuels et de l’intelligence en général et au finish une totale déliquescence de l’état et à Dieu ne plaise une implosion.

      redaDZ16
      27 juin 2016 - 14 h 42 min

      Anonymous de merde…….. tu
      Anonymous de (…)…. tu écris d’où de casa ou de tel abib….!!!

      VIVE BOUMEDIENE !!!

      VIVE L’ALGERIE !!! QUI VOUS RESTERA TOUJOURS A TRVERS LA GORGE…..

      TAHYA ECHOUHADAS AL ABRAR !!! GLOIRE ETERNELLE A NOS MARTYRS !!!

      L’ALGERIE VOUS ATTEND TOUS AUTANT QUE VOUS ETES…..!!!

        brobro
        28 juin 2016 - 12 h 17 min

        echouhadas al abrars s
        echouhadas al abrars s’appellent krim belkacem ,khider etc…assassinés par boukharouba alis houari boumedienne.

        1
        1
    aguellidh
    26 juin 2016 - 23 h 02 min

    Hahhahahah que pensait Ben
    Hahhahahah que pensait Ben Bella qui n’a pas vu le soleil pendant 17 ans. Juste pour cette action chapeau bas pour si El Houari. Le reste je chacun de nous est dictateur à son niveau allant du chef de famille, chef des tribus, le chef des imams, les chef des bars, le chef de l’état civil, le chef de l’hopital et continuez jusqu’au sommet. Un peuple moderno tribaliste a aussi donné des hommes de grandes envergures, comme abou djora soltani qui aime se faire masser au brésil, said sadi qui fume la hashisha, ouyahia des discours multiplicateurs de zéro, saidani un nombre premier divisible que par sa famille, etc etc un peu de sérieux BOUMEDIENE EST UN HOMME D’ETAT rien de plus rien de moins.

    momo
    26 juin 2016 - 21 h 14 min

    dictature de copain a copain
    dictature de copain a copain

    anonyme
    26 juin 2016 - 21 h 04 min

    il est temps de restituer au
    il est temps de restituer au colonel sa veritable identite à savoir bokharouuba mohamed. CE N’EST QUAND MEME PAS UNE STAR DU SHOW BIZ POU LUI COLLER N NOM D,EMPREINT

    ahmed
    26 juin 2016 - 20 h 33 min

    Vandales?? mais de qui tu
    Vandales?? mais de qui tu parles?
    En tout etat de cause, et contrairement a toi qui es fier de porter un homme dans le coeur, j immagine que eux preferent porter une femme.

    Mais pas de problemes, chacun est libre de ses choix.

      redaDZ16
      27 juin 2016 - 14 h 36 min

      Mais tais-toi sale pèquenot
      Mais tais-toi sale pèquenot de marochien…!!!

      VIVE HOUARI BOUMEDIENE !!!

      VIVE L’ALGERIE !!!

      ALLAH YERHAM ECHOUHADAS AL ABRAR !!!

        ahmed
        27 juin 2016 - 23 h 13 min

        HA HAHAHA!! dans ta
        HA HAHAHA!! dans ta communaute tu dois vraiment etre le souffre douleur. Je dois te signaler que contrairement a ce que tu deblateres. je suis un hetero algerien de la plus pure espece. Aucun lien avec le maroc.
        quant a toi, il faut que tu sois conscient que boumedienne est mort et est devant son seigneur pour etre juge de ce qu il a fait ici-bas. Alors jettes ton devolu sur un autre. Bon courage!.Le temps des  » vive boumedienne » est revolu .Maintenant c est le temps de dire  » vive bouteflika ».

        Sache que je comprends ton stress et ta nervosite. Croies moi, je compatis.
        CONSEIL : Fait ton coming out.

    ATTENTION
    26 juin 2016 - 19 h 10 min

    BEAUCOUP DE MAROCAINS SUR CE
    BEAUCOUP DE MAROCAINS SUR CE SITE !!!!
    ATTENTION !!!

    LARBI
    26 juin 2016 - 18 h 06 min

    Les vandales n ‘ont jamais
    Les vandales n ‘ont jamais porté cet homme das leur coeur
    Que vous le voulez ou non Houari boumediee restera un président de stature internationale
    Bande de (…)
    Tahya H B

    DZ
    26 juin 2016 - 16 h 59 min

    Je rapel que BOUMEDIENNE
    Je rapel que BOUMEDIENNE avait nationalisé nos hydrocarbures une première, regarder aujourd’hui nos hydrocarbures n’appartienne même plus au peuple ALGÉRIEN !! Ceux du pouvoir ont saboté le projet du grand Boumediene !
    De plus je remarque pas mal d’intru et d’anti ARABE sur ce site !!! MEFIANCE sur certain commentaire manipulateur !!!

      Mimoun Ezzawali
      27 juin 2016 - 23 h 59 min

      Il n’a rien nationalisé ton
      Il n’a rien nationalisé ton Boukharrouba, il n’a fait que suivre la feuille de route tracée dans les accords d’Evian. et ses accords à lui passés entre le groupe de oujda et la France. Lisez Louis Joxe dans la revue historama special guerre d,algérie vous verrez qu’Il a parlé d’autres négociateurs parallèles à ceux du GPRA. Un mégalomane qui s’identifiait à Mao Tze dong, un planificateur de liquidation des chefs historiques du FLN et des vrais colonels qui étaient sur le terrain des combats. Éliminer toute la crème algérienne que ce soit politique ou militaire pour pouvoir regner en maitre. Combien de batailles a livré votre SI BOUKHARROUBA SVP? Citez-moi une seule de ses batailles SVP. S’il était nationaliste pour quoi a-t-il laissé d’autres essais nucléaires français qui ont causé et causeront encore durant des siècles des cancers à nos compatriotes du SUD.

    Imposture
    26 juin 2016 - 13 h 31 min

    Qui a permis aux marocains
    Qui a permis aux marocains (Ben Bella, Boutef,…) de s’emparer du pouvoir en 1962, au détriment des authentiques résistants algériens ? Le grand « visionnaire » Boukharoba

    DZ
    26 juin 2016 - 13 h 05 min

    ****CEUX QUI CRITIQUE
    ****CEUX QUI CRITIQUE BOUMEDIENE ET
    DES MAUVAISE NOTES A CEUX QUI LE GLORIFIE NE SONT PAS ALGERIEN !!!!
    SE SONT UNE ÉQUIPE DE MAROCAINS qui sévits sur ce site.
    Qui n’ont pas aprécié la raffle de leurs départs au Maroc bien qu’il y en a encore !
    Apres leurs traitrises enver l’Algérie.

      RABEH
      27 juin 2016 - 13 h 22 min

      DZ … CESSE TES CONNERIES ..
      DZ … CESSE TES CONNERIES … AVANCE DES ARGUMENTS … BOUMEDIENE AVAIT PEUR DES VRAIS ANCIENS MOUDJAHIDINES … IL EN AVAIT ASSASSINE ET EMPRISONNE QUELQUES UNS AVEC LA COMPLICITE DE FAKHAMATOUHOU QUE TU DOIS AIMER BOUTESRIKA …

    ahmed
    26 juin 2016 - 12 h 54 min

    Si je dois dire quelque chose
    Si je dois dire quelque chose de positif sur la gouvernance de Boumediene , je dirais qu’à cette époque là et contrairement à maintenant, il n’y avait pas de ségrégation régionale ni de volonté d’étouffer des régions parce qu’elles ne lui étaient pas asservies.
    Sa ville Guelma que je salue de kabylie n’a jamais été favorisée.
    Au fait, quand est-ce que cette charmante ville va enfin nous donner une équipe digne de la fameuse ESG des frères Seridi et du grand Hachouf entre autres?

      brobro
      26 juin 2016 - 17 h 08 min

      ( il n’y avait pas de
      ( il n’y avait pas de ségrégation régionale ni de volonté d’étouffer des régions parce qu’elles ne lui étaient pas asservies). sauf pour la kabylie où il avait massacré des centaines de maquisards qui ont échappé à l’ opération jumelle.

        ahmed
        26 juin 2016 - 19 h 13 min

        Désolé, mais pour cette
        Désolé, mais pour cette terrible tragédie, ait Ahmed et le colonel mohand oulhadj sont aussi responsables que Boumediene et ben bella.
        Avez-vous un jour entendu ait Ahmed de son vivant ou même le ffs dans son ensemble défendre la mémoire de ces maquisards qu’ils ont entraînes vers la mort?
        Si c’est oui faites le moi savoir avec références SVP.
        Si cette insurrection avait eu lieu ailleurs qu’en kabylie, il y aurait eu les mêmes conséquences sinon plus,

        Ceci étant dit, Boumediene à construit des sociétés de production en kabylie. Citez moi une seule usine construite par Bouteflika alors qu’à l’ouest du pays son patelin, il en construit par dizaines.

    Caramel
    26 juin 2016 - 10 h 27 min

    Vous êtes allé à BUCAREST d
    Vous êtes allé à BUCAREST d’autres sont allé à BERLIN quand y’avait le mur ,c’était les relations diplomatiques de l’Algérie ,tous ces régimes sont tombé, il manque que le notre que feu BOUMEDIENE à créé, personnellement j’ai rien contre lui sauf SA DICTATURE que l’on vit jusqu’à aujourd’hui.

    Mohammed
    26 juin 2016 - 9 h 37 min

    C’est de dire tout ça sur lui
    C’est de dire tout ça sur lui.
    Mai il était un dictature qui a éliminé tout ses opposants

    boukharrouba
    26 juin 2016 - 6 h 49 min

    Je n’etais ni genie, ni
    Je n’etais ni genie, ni faisais partie des elites car yaura jamais elite arabo islamiste,je m’inspirais de staline, je coupais mes cheveux comme mao dze tong , j’ai negocie parallelement a celles d’evian’ j’ai autorise les francais a faire des essais nucleaires en algerie’ j’ai simule les nationalisations, j’avais un plan pour liquider tous les historiques mais j’ai reussi a assassiner quelques uns’, j’ai appauvri la kabylie , mais je leur ai construit une universite car ce sont les plus intelligents, j,ai profite de la revolution et du sang desmartyrs pour avoir une aura internationale, j,ai toujours simule des desaccords avec le maroc qui m’a heberge durant la guerre’ j’ai donne l’itineraire de l’avionpour arreter les 5historiques, j’ai fait un coup d’etat’ ‘j’ai tout terrasse sauf la foutue maladie.

    Caramel
    26 juin 2016 - 6 h 22 min

    Il faut reconnaître à feu
    Il faut reconnaître à feu BOUMEDIENE un mérite que ceux qui sont au pouvoir tentent de détruire c’est l’unité du pays pour le reste je ne change pas il était un dictateur.

    Anonymous
    26 juin 2016 - 3 h 55 min

    Pour ceux qui souhaitent
    Pour ceux qui souhaitent avoir un témoignage sur la politique de feu Houari Boumediene , écoutez la conférence donnée par le Pr. Benachenhou ex ministre des finances de Bouteflika (2002-2005?) sur le site de l’association CARE (www.care-dz.org). Un point de vue objectif, autant que peu l’être celui d’un intellectuel qui fait partie du système, mais qui a l’avantage de connaître aussi bien la théorie économique que la pratique de gestion à un haut niveau.Il n’est pas réputé pour être un Boumediéniste. Ses propos sur les différentes étapes de développement nationales en comparant les résultats des différentes étapes ( les bons et les mauvais) sont utiles à écouter et à prendre en considération pour ceux qui veulent réfléchir sur les leçons de l’expérience algérienne de développement pour trouver les meilleures voies pour s’en sortir. Il est loin des sentences de Abdelhamid Brahimi dit « Hamid la science » qui a complètement détricoté les bases du tissu industriel qui commençait à se mettre en place avec ses erreurs et ses coûts, bien sûr, pour être remplacé par un PAP qui a permis aux algériens de manger des bananes importées et de s’équiper de l’étranger mais en se retrouvant avec une dette de 26 milliards de $! Cette conférence n’est pas conseillé à ceux qui préfèrent les analyses superficielles, intuitives et idéologiques. Ils peuvent continuer à palabrer et énoncer des contre-vérités sur ce dirigeant et sur les choix qu’il a fait pour se faire plaisir. Cependant, ils sont inutiles et ne peuvent apporter ne serait ce qu’une simple petite idée qui puisse contribuer à faire avancer notre pays et son économie. A force de négliger l’histoire économique de notre pays et de porter des jugements de valeur sans connaissance des faits et du contexte, l’algérien se trouve dans la situation du perpétuel apprenti qui serait fier de sa découverte ….même si ce n’est que de l’eau chaude ou le fil à couper le beurre!

      Abou Stroff
      28 juin 2016 - 7 h 26 min

      à ma connaissance, dans les
      à ma connaissance, dans les années 70, c’est à dire du temps de boukharouba, le prof benachenhou était président de la commission économique du fln (le parti unique) et racontait, comme tous les intellos organiques de l’époque, l’histoire de l' »irréversibilité de l’option socialiste ». toujours, à ma connaissance, le prof benachnehou a été ministre de kouider qui est aussi socialiste que M. Friedman.
      moralité de l’histoire: boukharouba fut un homme de pouvoir et jamais un homme d’état, la preuve: dès qu’il a été enterré, celui qui l’a remplacé fut choisi parce qu’il était l’officier le plus ancien dans le grade le plus élevé. si cette forme de choix indque que boukharaouba a laissé derrière lui un état, alors, je suis le muphti de jéusalem.

      Abou Stroff
      28 juin 2016 - 7 h 27 min

      à ma connaissance, dans les
      à ma connaissance, dans les années 70, c’est à dire du temps de boukharouba, le prof benachenhou était président de la commission économique du fln (le parti unique) et racontait, comme tous les intellos organiques de l’époque, l’histoire de l' »irréversibilité de l’option socialiste ». toujours, à ma connaissance, le prof benachnehou a été ministre de kouider qui est aussi socialiste que M. Friedman.
      moralité de l’histoire: boukharouba fut un homme de pouvoir et jamais un homme d’état, la preuve: dès qu’il a été enterré, celui qui l’a remplacé fut choisi parce qu’il était l’officier le plus ancien dans le grade le plus élevé. si cette forme de choix indique que boukharaouba a laissé derrière lui un état, alors, je suis le muphti de jéusalem.

    LARBI
    26 juin 2016 - 3 h 40 min

    vive Boumediene

    vive Boumediene
    et toz fikoum

      anonyme
      26 juin 2016 - 12 h 16 min

      c’est vrai ,la violence était
      c’est vrai ,la violence était le leitmotiv de boumediene et de ses supporters,coup d’état,eliminations physiques,intimidations,et methodes staliniennes!

    Bensmain sid ahmed
    26 juin 2016 - 3 h 28 min

    Boumedienne a vécu dans la
    Boumedienne a vécu dans la crainte, le doute et la peur, entouré par des complices, c’est un malade qui a vecu au rythme de ses prisonniers maltraites et injustement emprisonnés, il a signé le décret de mise à mort de chaabani, il a tellement fait de mal qu’il n’a jamais signé le décret de mort des militaires auteurs de l’attentat dont il a été victimes.

    RABEH
    26 juin 2016 - 1 h 36 min

    L ALGERIE EN EN TRAIN DE
    L ALGERIE EN EN TRAIN DE SUBIR ACTUELLEMENT LES CONSEQUENCES DE LA POLITIQUE DICTATOREALE DE BOUKHARROUBA !!!!

    brobro
    26 juin 2016 - 1 h 16 min

    (Feu Houari Boumediene était
    (Feu Houari Boumediene était l’émanation d’une élite) de quelle Elite vous parlez ya ben allal ?de celle de djamaa zitouna, ?

    Erdt
    26 juin 2016 - 0 h 14 min

    Bravo si benallal. Je suis de
    Bravo si benallal. Je suis de cette époque et je vous demande de faire un bilan sur ses réalisations surtout dans l’industrie pendant cette épopée 65/78!! Une véritable plan Marshall -abdeslam !! Que malheureusement des apprentis économistes ont détruit à près sa mort!!

    Bekaddour Mohammed
    25 juin 2016 - 23 h 34 min

    Certains intervenants ne se
    Certains intervenants ne se sont pas même donné la peine de lire la totalité de l’article, dommage, un homme comme Boumédiène ne peut être bien « jugé » que par des Algériens de sa fibre, ô tout ce qu’il a donné à ce pays ! En son temps, à son enseigne, oui L’Algérien était respecté… Voici une anecdote : Je me suis trouvé en Roumanie, à Bucarest en 1979, une fois dans un bus j’ai interrogé un Roumain sur une adresse, lorsqu’il a entendu « Algérien », il s’est levé, oui il s’est levé pour m’exprimer son respect, c’était comme un honneur pour lui d’avoir affaire à un jeune homme Algérien. Aurons-nous jamais un chef de ce calibre ! Nos actuels « politiciens » devraient porter le voile…

      Bison
      26 juin 2016 - 7 h 10 min

      « …un Roumain sur une
      « …un Roumain sur une adresse, lorsqu’il a entendu « Algérien », il s’est levé, oui il s’est levé pour m’exprimer son respect, c’était comme un honneur pour lui d’avoir affaire à un jeune homme Algérien… »!!
      ..,…………
      Vous n’avez fait, a travers ce commentaire, que confirmer mon précédent, dernier, commentaire!! Oui c’était un honneur pour le roumain d’avoir a faire a vous, a un « Algérien » pour votre nationalité et votre appartenance a ce peuple valeueux, honorable…et non par le fait que vous ayez comme président boumedienne! Cela change tout non!? Donc, c’est le capital sympathie dont jouissait votre peuple et notre révolution sur la scene internationale et dans l’imaginaire des peuples qui vous ont ouvert le droit a cette anecdote !! Vous aurais pu être personnellement indigne de cette sympathie (juste une supposition et je dis en aucun cas que vous l’êtes) le roumain serait encore honoré de votre présence, aumoins un temps, jusqu’à est ce que vous ayez epuisé sa tolérance et vous abusé de sa sympathie comme ont fini par faire nos fakhamatouhoum!!
      Aussi, c’est la même anecdote ou les même anecdotes qu’avait vécu boumedienne, avant lui ben bella, abdelkader al mali et les autres sur les scènes internationales, quand on les acuillait a bras ouvert et accedait toutes requêtes et autres clownerie fussent elle improbables, et ça n’a rien a voir ni avec leurs grandes et exceptionnelles personnalités, autre charisme ou encore vision …!
      Quant à la condition que vous posiez comme quoi il faut être de la même fibre que lui pour pouvoir juger un homme !!! Est ce obligatoire, pour juger bouchouareb, khelil,…il faut avoir un compte au Panama ou pour parler de amar goul il faut avoir au préalable bricolé une autoroute,… etc!
      Quant au faite que certains n’ont même pas lu la totalité de l’article comme moi je l’avoue, c’est comme la nourriture je goute si ne me plait pas ça sert a rien d’allez plus loin si ce n’est pour finir par être intoxiquer ou aller vomir après !! Si on est doté de ces sens de gout et autres moyen d’alerte c’est ne pas pour se dire après je ne savais pas!! Quand un plat a mauvais gout des la première bouchée ça sert a rien de lui tomber dessus en espérant tomber sur des cailles au fond ( du plat) chose très peu probable ( car si il y avait des cailles au fond il n’aurait pas mauvais gout a moins qu’elles soit avariées…!!

      Pour finir je vais vous raconter une petite histoire que j’ai vu a la télé, un documentaire sur notre révolution ! Un allemand de l’Est qui a participer a notre révolution et nourrissait de grand espoirs pour notre pays comme beaucoup d’autre comme lui a l’époque ! Notamment ceux comme les allemands de l’ Est humilié par l’otan voulaient une revanche sur l’histoire!! Il disait donc, qu’il voulait tout faire pour aider notre pays et voyait des chose en grand jusqu’à’… oui jusqu’à a ce qu’on, certains de nos fakhamatiyhoum, lui demandent d’ouvrir des comptes en son nom pour pouvoir faire fuite ou détourner de l’ argent, sans doute celui du fameux Sandouk tadhamoun, et la çà la refroidi sec, choqué et déçu à jamais et moi de même !! Voilà !

        ahmed
        26 juin 2016 - 12 h 09 min

        Votre commentaire -reponse
        Votre commentaire -reponse est long, mais, je l’ai lu jusqu’a la fin et même relu.
        Vous paraissez très au fait de la politique algérienne de cette époque là, qui, assurément est la source de nos déboires d’aujourd’hui, puisque c’est toujours le même système .
        Écrivez un très très et même très long article sur AP. Je vous promets de le lire jusqu’au bout .

      bb
      4 juillet 2016 - 21 h 09 min

      Les Algeriens ont ete
      Les Algeriens ont ete respectes pour leurs sacrifices par des milliers de morts et NON POUR LEURS DICTATEURS!! C est la juste cause tres cherement payee face a une puissance mondiale Au meme titre d ailleurs que nos amis vietnamiens boumedienne a coule l algerie Le desastre de la soit disant revoltion agraire et puis il a fait croire qu en important des centaines d usines cle en main c etait industrialiser le pays .. L urss pays  » ami 2 a vendu a prix d or l usine d acier d el hadjar en fait une vieille usine retapee .. c etait plus la politiqyue de prestige les vrais rapports confidentiels parlaient d un deficit enorme Aucune usine n a resiste le drame c est cette politique de la planche a billet le peuple achete a medecine gratuite et khodd el meftahh le dinar ne s est jamais releve .. Il fallait un couffin d argent pour quelques patates importees .. boukharouba a ete ecarte par le gpra alors il a commence son coup d etat en envoyant kouider offrir le pouvoir pour u temps a boudiaf qui a refuse la magouille et donc benbella a deja arnaque ses codetenus .. khidder sera execute, ait Ahmed emprisonne et boudiaf en fuite au maroc .. Il liquidera krim l artisan de la revoltion et pour le benbella il sera mis 17 ans en prison sans jugement la dictature la violence les eliminations ont ete les seules realisations avec sa police politique et securite militaire il aura banni a jamais le principe d un etat major sous les ordres d un ministre civil .. Aujourdhui c est l armee qui designe le roi avec feuille de route jamais le militaire ne rendra compte des depenses budgetaires Les elections c est le vrai carnaval les walis sous la botte doivent communiquer les chiffres et au ministre de l interieur de confirmer el fessdi fi el fessdi le cauchemar boukharouba est la pour des decennies pour cela chapeau

    Inspecteur Tahar
    25 juin 2016 - 23 h 13 min

    « Il avait, comme disait le
    « Il avait, comme disait le chanteur français Marc Lavoine, «les yeux revolver et un regard qui tue», ce regard profond d’un solitaire qui apprécie des choses indiscernables au commun des mortels. » Vous auriez pu ajouter comme votre compère Arav Kennouche que les yeux de Boumediene lançaient des éclairs lorsqu’il fallait nous avertir d’un danger. Franchement même en Corée du Nord, on n’ose plus s’exprimer de la sorte. Un peu de décence quand même.
    Je savais que Boumediene n’avait pas hésité à causer la mort de plus d’un millier d’authentiques moudjahidin de l’intérieur, lors de son coup de force de l’été 1962, mais je ne savais pas que c’était avec ses yeux.
    « La Révolution agraire était certes un échec dans sa réalisation, mais n’était pas une fin en soi comme disait Boumediene dans un de ses discours : «Naal bouha taora eli ma tantaj el-batata oua zrodya» (je n’ai nullement besoin de cette Révolution agraire qui n’arrive même pas à produire de la pomme de terre et de la carotte). »
    Evidement ce n’est pas son propre argent qui a été gaspillé. Comme pour la révolution industrielle, il y avait heureusement l’argent des hydrocarbures pour couvrir les pertes.
    Echec agricole, industriel et culturel, et on nous parle encore d’un grand visionnaire. Je comprends mieux pourquoi l’Algérie avance en reculant.

    chohri omar
    25 juin 2016 - 23 h 08 min

    Certains ici traitent Houari
    Certains ici traitent Houari Boumédiene de dictateur de non visionnaire mal leur en prit. Souvenez-vous que le l’homme que vous critiquez aujourd’hui avait pris un pays exsangue, pauvre sans infrastructure et tellement déstructuré qu’aucune possibilité de redressement ou de mise sur rails n’était à bout de main. Seul, contre vents et marais, il avait toujours cru, avec de la patience et surtout du courage et de l’abnégation à construire et surtout à reconstruire l’homme algérien. Il a insufflé ce nationalisme et surtout ce capital confiance dans l(esprit de tous les algériens qui ont su et ont pu réalisé un tissu d’infrastructures qui a permis au pays de sortir de l’ornière et de la misère. A l’époque ou le pétrole était à 3$ il a réussi le pari de construire des écoles, des universités des hôpitaux des usines qui ont boosté l’Algérie au rang des pays en voie de développement. Oui, l’Algérie a fait de grands pas sous l’ère de ce visionnaire au point ou on dépassait économiquement certains pays comme l’Espagne, le Portugal, la Corée du Sud, la Malaisie, Indonésie………..Dommage qu »à sa mort on s’est forcé à déboumédiéniser tout au point ou on a détruit complètement le pays. Allah yirhmou.

    Bison
    25 juin 2016 - 22 h 46 min

    J’ajouterai juste quelques
    J’ajouterai juste quelques mots!
    C’était pas vraiment très dure en 62 jusqu’à fin des annees 70s d’être un grand chef a la tête de l’Algérie indépendante !! Sans avoir ni un genie ni vision! Meme un miope voire un aveugle, une taupe, aurait fait l’affaire!! Avec tout le capital sympathie dont jouissait notre pays a l’époque même beyouna aurait était une grande présidente visionnaire avec longue vue, autre vision nocturne et vision tout temps et cela meme si elle continue à sniffer les bouchons mascara, sidi Brahim ou autre cuvé du président…
    A l’époque il suffisait de se présenter comme représentant du peuple algérien, un peuple brave et qui a tant souffert sans renoncer a sa dignité, pour que toutes les portes s’ouvrent et on vous pardonne vos incompétences,..
    Mais après avoir usé, abusé et finir par dilapider tout ce capital pour des flatterie personnel et mégalomanes les autres peuples en ont assez et demandent a voir autre chose et autre chose y a rien!!
    La preuve fakhamatouhou actuel qui était présenté comme un as de la diplomatie en a vu aujourd’hui ! Donc, boukharoba avait de la chance de quitter la scène pendant qu’il y avait encore des spectateurs et on continue a fantasmer et imaginer des scénario grandioses et ce que on serait s’il était encore là… etc!
    S’il était encore là, il ne ferait pas mieux que notre fakhzmatouhou actuel qui n’est autre que son élève !!
    Donc, continuez a fantasmer a philosopher sur sa vision et …etc! S’il voyait ça…
    C’est comme un peintre qui crache de la peinture sur une toile et si on montre ça a des gens on les voit partir dans des délires pas possibles et décrire des scènes et des histoires grandioses que le peintre n’aurait jamais imaginé! C’est la philosophie ! On a trop d’élite, on ne le répétera Jamais assez!

    **CAPTAIN ALGERIA**
    25 juin 2016 - 22 h 04 min

    TRES BON RAMADAN A TOUTE L
    TRES BON RAMADAN A TOUTE L’ALGERIE !!

    BOUMEDIENE c’était plus qu’un visionaire, IL ÉTAIT UN VRAI NATIONALISTE et aimait son peuple du NORD au SUD de l’OUEST à l’EST.
    Il faut que le peuple trouve une ou un président de la trampes de ce grand homme !!
    Lui au moin il achetait pas des vaccins douteux de la France contre nos enfants en ALGERIE que l’on achete actuellement même !!

    Larbi
    25 juin 2016 - 21 h 54 min

    Un homme d’Etat et un
    Un homme d’Etat et un adversaire respecté y compris par ses ennemis.
    Les attaques tout comme les satisfécits béats ne sont pas de mise: c’est aux historiens de rendre leur verdict.

      Hurrrr
      27 juin 2016 - 15 h 08 min

      En ces temps la ceux qui
      En ces temps la ceux qui détourné l’argent de l’etat il passaient devant le peleton fel kharoubba.

    anonyme
    25 juin 2016 - 20 h 56 min

    Mquonsieur vous donnez une
    Mquonsieur vous donnez une descriptiion(d’une façon pédante d’ailleurs)d’un apprenti dictateur(33 ans)

    dont les vetements étaient trop grand pour le role qu’il s’est donné! Boumediene est le bonhomme qui avait détruit toutes les petites et moyennes entreprises de son époque!!point barre!réduit l’armée et s’est fait marié,et s’est fait intronisé president à vie!!!d’ailleurs il est mort president,nous étions la corée du nord sans tout le savoir faire des coréens!!

    Bison
    25 juin 2016 - 19 h 34 min

    Par Mohamed Benallal – » Feu
    Par Mohamed Benallal – » Feu Houari Boumediene était l’émanation d’une élite qui se dévoilait dans sa stature, son regard, son mode de vie, ses paroles, ses discours. Il avait, comme disait le chanteur français Marc Lavoine, «les yeux revolver et un regard qui tu
    e», ce regard profond d’un solitaire qui apprécie des choses indiscernables au commun des mortels. C’était un jeune homme de rigueur et de discipline qui allait remettre l’Algérie sur les rails (à 24 ans, il était au maquis,…. »!!
    ………

    J’ai commencé a lire avec de bonnes intentions en me disant que cette fois ci l’auteur va nous raconter peut etre des choses un peu plus serieuses et consistantes qui nous changeront de ces précédentes proses et j’ai donc lu jusqu’à’ tomber sur Marc Lavoine, premier choc, et non loin de la j’ai aperçu la phrase qui a fini par achever ma volonté, selon la quelle l’acteur principal du recit a rejoint le maquis à 24 ans!!! Chose que je n’ai jamais entendu de la part d’aucun acteurs de notre revolution! « Un inconnu »dixit Ali Kafi! Là je me suis dis c’est mort il faut vraiment que je m’arrête ça sert à rien d’aller plus Plus loin à moins d’être masochiste ou un mangeur d’avoine!

    Tout compte fait ce n’est pas vraiment etonnant venant d’un intellectuel qui se prend comme références Marc l’avoine!!
    Sinon, il etait dans quel maquis, de quelle wilaya historique !? Autrement, ça sert a rien de demander qui sont ses compagnons… ils sont certainement tous morts, comme d’habitude (ça arrange pas mal l’histoire !)!!
    Désole, j’ai essayé d’aller un peu pin

    Anonymous
    25 juin 2016 - 18 h 57 min

    Le tort (peut-être) pour
    Le tort (peut-être) pour Boumediene a été de ne pas avoir éradiqué tous ceux – civils et militaires – qui ont maintenu leur présence au sein des rouages de l’Etat, avec le soutien des services secrets français, – et la complicité de Ben Bella =, notamment ceux qui ont bénéficié de la « promotion Lacoste ». De même qu’il a commis une erreur en acceptant que des Algériens au patriotisme douteux soient reconnus comme moudjahidines. Sans doute avait -il craint d’aggraver encore davantage la faiblesse dont souffrait l’Etat algérien à l’indépendance. Mais après plus de 3 décades, comment peut-on expliquer la complaisance – voire la complicité -, de nos gouvernants à l’égard de ces tristes individus ?

    wahid bouabdallah
    25 juin 2016 - 18 h 46 min

    Allah irahmou un homme d’Etat
    Allah irahmou un homme d’Etat qui avait 6000DA pour salaire qu’il partageait avec sa mère.
    il a laissé 1200DA dans son compte CCP.
    il était strict quand il s’agissait de passe droit et surveillait sa famille de très près.
    Allah irahmek si Boumediène, avec toi nous étions au milieu du gué, le Diable emporte tes détracteurs parcqu’ils ne te connaissait ou parce que tu ne les as pas laissé pioché dans la cagnotte nationale
    « vous étiez des lions, des guépards, maintenant c’est le règne des hyènes »

      Akchiche
      26 juin 2016 - 2 h 30 min

      Et il fume le cigare !!!
      Et il fume le cigare !!!

        Anonymous
        26 juin 2016 - 7 h 50 min

        les cigares étaient des
        les cigares étaient des cadeaux d’un autre lion avec qui il résistait à l’empire pour qui vous dansez maintenant

    Moh
    25 juin 2016 - 16 h 45 min

    Merci M.B pour cette
    Merci M.B pour cette contribution. Houari Boumédiene, était un véritable homme d’état reconnu par tous ses pairs du tiers-monde et même par ceux des deux pôles. A son époque, l’université produisait des vraies compétences, et ses diplômes étaient valables dans tous les pays du monde, ce qui hélas n’est plus le cas aujourd’hui. La vie culturelle était très riches, le théâtre, le cinéma, les diverses expositions artistiques, l’Algérie respirait la culture. Le sport, l’économie, etc, n’étaient pas en reste. Mais il est vrai aussi qu’à cette époque les responsable de tous les secteurs étaient très compétents. Ils n’étaient pas à leurs postes par la grâce de l’article 120 ni par le cousin ou le beau frère du bled. Pour terminer, je dis à ses détracteurs, qu’on ne devient pas colonel de notre glorieuse Armée de Libération National, par piston ou par la tchippa. Et s’il était cantonné aux frontières, c’était sous les ordres de l’EMG sous la direction des trois B. Il ne sert à rien de pervertir l’histoire.

    Zaher
    25 juin 2016 - 16 h 03 min

    Boumediene visionnaire ?!

    Boumediene visionnaire ?!
    Sincèrement vous me donner envie de vomir

    brobro
    25 juin 2016 - 15 h 25 min

    Est-ce que quelqu’un peut
    Est-ce que quelqu’un peut nous donner le chiffre représentant les subventions versées à l’usine d’el hadjar depuis son inauguration ?

    lhadi
    25 juin 2016 - 14 h 07 min

    Deifier ! déifier ! il ne
    Deifier ! déifier ! il ne restera qu’idolâtrie !

    J’invite les ambactes des hommes du pouvoir à dessiller les yeux pour voir que la cause, de tous les sarcomes qui obèrent toute chance de développement d’un Etat fort, d’une république solide, d’une Algérie moderne, une et unie dans toute sa diversité, provient de ce système qui n’a pas su évoluer alors que le monde avance, change, bouge, se mue.
    La Corée du Sud du général Park a compris alors que nous…
    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

      Anonymous
      25 juin 2016 - 18 h 07 min

      Question au « frère » lhadi:

      Question au « frère » lhadi:
      Le général Park était-il un dictateur? Est ce qu’un régime autoritaire peut mettre en oeuvre une stratégie de développement aboutissant au décollage économique d’un pays sous développé ? Quel est/sont le(s) critère(s) pertinents qui peuvent être utilisés pour évaluer le succès l’échec ou l’entre-deux d’un plan de développement?
      Il faut de mon point de vue éviter de juger le passé ( les faits, les hommes, les problèmes et les solutions préconisés..) avec l’état d’esprit voire les critères du bon ou du mauvais du présent. Mais vous avez parfaitement le droit d’avoir votre point de vue. L’essentiel est que ceux qui s’intéressent aux problématiques du développement et du bien-être dans le sociétés continuent à réfléchir et à donner leurs appréciations qui devraient être fondées sur des faits et déclarations vérifiées. Nul n’a la vérité entière car cette dernière est différente selon l’angle dans lequel on observe et perçoit les choses

        lhadi
        25 juin 2016 - 20 h 16 min

        Cher concitoyen,

        Cher concitoyen,
        La vérité des faits atteste qu’il ne peut y avoir de développement économique, culturel et moral sans développement politique.
        fraternellement lhadi
        ([email protected];fr)

          Anonymous
          26 juin 2016 - 4 h 07 min

          Questionnez les Sud Coréens
          Questionnez les Sud Coréens sur le développement politique de leur pays ou lisez les ouvrages sur cette question. Vous serez édifié. A Seoul il y a un quartier entier habité par l’armée US. Pourtant, la démocratie de type anglo-saxonne y est inconnue voire rejetée.
          Chaque formation sociale a besoin de trouver sa propre voie pour construire une économie, une culture et un système politique qui lui assure un développement durable. C,est è dire un développement où l’économie est profitable pour les entrepreneurs (y compris lorsque c’est l’État qui entreprend) , où le bien-être de l’Homme est au centre des politiques publiques et où la Nature est respectée et les ressources naturelles préservées pour les générations futures.

          MOMO
          28 juin 2016 - 9 h 59 min

          Sauf que chez eux les
          Sauf que chez eux les chaebols, ce ne sont pas des tlibas et consors. Nous, le seul entrepreneur digne de ce nom on décide de l’abattre parcequ’il n’est pas du clan.

        Anonymous
        27 juin 2016 - 18 h 58 min

        la vérité est une et une
        la vérité est une et une seule a chercher par la logique des choses

    SALAH KHIAR
    25 juin 2016 - 13 h 53 min

    Mon hommage au frère Houari
    Mon hommage au frère Houari BOUMEDIENNE cliquez sur ce lien : https://www.youtube.com/watch?v=rCqeoWn5azE

    Anonymous
    25 juin 2016 - 13 h 51 min

    Tu vas me faire pleurer c
    Tu vas me faire pleurer c’était un homme de pouvoir il a imposé une dictature à preuve du contraire il avait un bon élève qui est au pouvoir actuellement.et c’est toujours la dictature .N,es ce pas à l’époque de feu boumediene que son élève à pris quelques milliards. Et bien depuis rien n’à changé alors que certains pays en voie de développement comme nous ont mieux réussis sans pétrole. En Algérie on a pas de visionnaire on a des dictateurs. Un seul peut être c’est MONSIEUR BOUDIAF ils lui ont pas laissé le temps et vous savez pourquoi

    Abou Stroff
    25 juin 2016 - 13 h 11 min

    « Boumediene : homme d’Etat et
    « Boumediene : homme d’Etat et visionnaire » dixit M. B. poursuivant son encensement équivoque de boumédiene. je pense, avec toute la modestie qui m’étouffe, que la seule vision qu’a eu boumediene tout au long de son existence est de se voir dirigeant du pays. la preuve: pendant que les « naïfs » faisaient la guerre à la france coloniale et tombaient au champ d’honneur, boumediene participait à la mise en place de l’armée des frontières dont la plupart des soldats n’ont guère participé à la guerre de libération mais ont participé à l’élimination directe ou indirecte de tout opposant qui se serait mis en travers de la prise du pouvoir de boumédiene via le guignol appelé benbella. quant à l’homme d’etat, soyons sérieux! boumédiene est un homme de pouvoir qui a simplement surfé sur la vague anti-impérialiste mondiale des années 60 et 70. d’ailleurs, s’il avait été réellement un homme d’Etat,, sa disparition n’aurait pas déclenché instantanément une farce avérée: le choix de chadli comme président parce qu’il était l’officier le plus ancien dans le grade le plus élevé et certains oseront parler d’Etat et d’homme d’Etat!!!! d’ailleurs, si boumediene était un homme d’Etat, comment expliquer la déliquescence programmé de l’Etat avec l’arrivée de son fidèle compagnon, c’est à dire kouider el mali, au poste de commande?
    je persiste et signe: Bourguiba, Mandela Ho Chi Minh furent des hommes d’Etat et des visionnaires. quant à boumediene, s’il est un homme d’Etat, alors je suis le pape ou le muphti de jérusalem.

      Anonymous
      25 juin 2016 - 16 h 20 min

      tu n’es ni le pape ni le
      tu n’es ni le pape ni le mufti ni d’ailleurs un Algérien

      abwa wiggi
      25 juin 2016 - 17 h 01 min

      Azul fellawen,

      Azul fellawen,
      Boukharrouba n’avait aucune vision pour l’Algerie si ce n’est de transformer l’Algerie en une dictature. Sa seule reussite!
      Sa vision de l’industrie industrialisante avec des usines clefs en main, une catastrophe.
      Sa vision d’une agriculture avec des agriculteurs au statut de fonctionnaires, une autre catastrophe.
      L’arabisation, une énième catastrophe.
      Tout ce que ce dictateur a entrepris fut un échec.
      Cet homme fut une malédiction pour l’Algérie.
      N’est pas Abane qui veut.

        chohri omar
        25 juin 2016 - 23 h 16 min

        Allah yiarham tous les morts
        Allah yiarham tous les morts qui se sont donnés pour que l’Algérie vive indépendante. N’est pas Boumédiene qui veut aussi. SVP, un peu de bon sens et surtout de bonnes maniéres.

          Anwa wiggi
          26 juin 2016 - 12 h 39 min

          Azul fellawen,

          Azul fellawen,
          Quelles bonnes manières?
          Pervertir la réalité?
          Chiche cher contradicteur, contestez un seul de mes ecrits en apportant des points positifs et arguments incontestables.
          Ce dictateur à tout raté sauf la mise en place d’une dictature arabo baathiste.
          Pendant la glorieuse guerre, a t il mené la bataille au front? Non . A t il mené la bataille diplomatique? Non.
          Il a fait la seule chose qu’il a toujours maîtrisé, comploter contre les moudjahidines.
          La véritable question à se poser,
          Le SDECE et l’armée Française présents en force au Maroc l’ont laissé jouir des plaisirs que la vie mondaine lui offrait pendant qu’elles menaient une bataille féroce contre nos combattants.
          Pourquoi?
          Gloire à nos véritables combattants pour leurs sacrifices,
          Gloire à Amirouche et Si L’Houes pour leurs courages,
          Gloire à Abane et Ben M’Hidi pour leurs sens de l’organisation et leures intelligences supérieures.
          Gloire à Madjid et Si Tayeb pour leurs patriotismes et l’amour de leur peuple,
          Gloire au petit Omar pour l’insouciance d’un enfant,
          Gloire à Djamila et ses copines pour leure amour de l’Algérie,
          Pendant ce temps là, Boukharrouba complotait contre tous ces hommes et femmes en attendant la victoire.
          Son armée a tiré la première cartouche contre nos combattants.
          Prouvez moi le contraire.
          Dialoguement et cordialement .

          rechercheverité
          26 juin 2016 - 14 h 11 min

          Anwa, Tus dis: »Pendant ce
          Anwa, Tus dis: »Pendant ce temps là, Boukharrouba complotait contre tous ces hommes et femmes en attendant la victoire. » Chiche à ton tour d’apporter une seule preuve , un seul fait concret et documenté de ce complot » je parle de preuve et non de généralités et d’insultes interminables comme savent si bien le faire les pseudos révolutionnaires libyens et syriens. Chiche une seule preuve!

          anwa wiggi
          26 juin 2016 - 23 h 03 min

          Azul Fellawen,

          Azul Fellawen,
          Avant de me dire  » à ton tour »
          La logique aurait voulu que tu apportes des éléments contredisant mes précédents écrits. Néanmoins, je tente de t’éclairer sur certains points.
          – L’assassinat de Abane par Boussouf.
          – La trahison des deux figures que sont Amirouche et Si El Houes données à l’armée Française avec de menus détails sur leur itinéraire.
          – La visite au château d’Aulnoy afin de convaincre celui qui serait prêt à trahir le serment. Cette visite n’avait qu’un seul but, fissurer l’unité des rangs. Qui a organisé cette visite? le SDECE? La DST?
          Si Tayeb ayant répondu par la négative et avec colère, il s’est rabattu sur le plus mauvais alias Ahmed Ben Bella le fils d’immigré Marocain au mépris du représentant légitime du peuple Algérien qu’était le GPRA.
          Si ce n’est pas un complot!!!
          Le fils d’immigré Marocain, le seul qui était prêt au reniement.
          Le complot contre le peuple Algérien à qui il a contribué à confisquer son indépendance.

          Anonymous
          27 juin 2016 - 18 h 50 min

          pas de bonne maniere en
          pas de bonne maniere en politique que la realité pure que tu vis aujourdhui 60 ans aprés grace a la politique demagogique et dictatoriale de Boumediene entamée dejà en 1965

        Azougagh
        26 juin 2016 - 10 h 51 min

        Les catstrophes Ce n est pas
        Les catstrophes Ce n est pas la faute a Boumedienne
        Mais plutôt a Dariassa la poisse à chaque fois que le Mehdi Boukharoba avait une idée de « genie » Deriassa la chantait et c est un fiasco..by the way dans quel maquis etait Boukharoba?

      abcd
      25 juin 2016 - 18 h 15 min

      si ta modestie ne t’étouffe
      si ta modestie ne t’étouffe pas, tu risquerais de mourir étouffer dans ton propre caleçon. T’as pas marre de chanter toujours la même antienne

      Amazighkan
      26 juin 2016 - 18 h 04 min

      tout à fait d’accord avec
      tout à fait d’accord avec votre commentaire !! Feu Boumediene était rusé comme un renard et très avide du pouvoir. Il a bien manœuvré à l’extérieur pour prendre ce pouvoir au détriment des authentiques révolutionnaires. Les algériens de l’époque post-indépendance ont vite déchanté face à la politique brejnevienne menée par Boukherouba. Bourguiba était réellement un homme d’état qui a mis la Tunisie sur les rails du développement malgré la faiblesse des richesses minières.

      Slim66
      27 juin 2016 - 10 h 07 min

      tout a fait d’accord. d
      tout a fait d’accord. d’ailleurs pour résumer tous les malheurs de l’Algérie y compris la situation qu’on vit actuellement il en est le premier responsable. il n’était ni visionnaire ni un homme d’Etat. tout simplement un lascar, un dictateurs sous développer. que dieu le personne et l’inclus dans sa grande miséricorde.

      Rouhhhh
      27 juin 2016 - 15 h 01 min

      Toi tu n est rien ,et encore
      Toi tu n est rien ,et encore moins un pape ! Tu est un médisant et un inculte .
      Allah yarhmek y’a El Houari.

    Abdelmadjid
    25 juin 2016 - 12 h 55 min

    la différence entre
    la différence entre Boumediene rabi yarhmou et que lui a vécu pour son peuple et son pays , par contre ceux d’aujourd’hui ils vivent pour eux et leur famille (clan) voila la différence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.