RCD : «Jamais l’intégrité du pays n’a été aussi menacée»

Le parti dirigé par Mohcen Belabbès évoque aussi les atteintes aux libertés. New Press

Le Rassemblement pour la culture et la démocratique (RCD) prévient contre les graves menaces qui pèsent sur le pays. Dans un communiqué sanctionnant la session mensuelle du secrétariat national, le RCD souligne que «l’Algérie n’est plus seulement une proie qui exacerbe les luttes de clans et les appétits des factions ; les déséquilibres régionaux flagrants et les injustices alimentent le sentiment d’exclusion d’une jeunesse vouée au chômage ou à l’expatriation». Il estime que «jamais l’unité de son peuple et l’intégrité du pays n’ont été aussi menacées depuis le recouvrement de l’indépendance, y compris pendant la période noire du terrorisme qui a, au demeurant, suscité la mobilisation citoyenne pour la sauvegarde de l’Etat républicain». Le RCD décrit ainsi «un pays livré à des menaces multiples que la fin de règne chaotique de Bouteflika lègue aux Algériennes et aux Algériens».
Le parti dirigé par Mohcen Belabbès revient sur les atteintes aux libertés et l’obsession d’organiser une succession en vase clos qui garantit la pérennité de la mainmise des clans au pouvoir sur le pays. Cette obsession est pour cette formation «incompatible avec le maintien des quelques espaces chèrement arrachés et exhibés, il y a peu, comme un faire-valoir démocratique». Le RCD estime que «le verrouillage projeté de la vie publique qui compromet et engage la mise au pas des médias privés, qui continuent de refuser de monnayer leur ligne éditoriale, augure des lendemains incertains». Il réitère, à cette occasion, sa solidarité avec le collectif des journalistes d’El-Khabar et appelle à «la libération inconditionnelle des personnes poursuivies par la justice» dont leur détention provisoire est «aussi injuste qu’anachronique». Le RCD a commenté également «l’adoption à la hussarde par un Parlement, de surcroît illégitime, de lois restreignant l’exercice d’une catégorie du peuple algérien de ses libertés, les militaires à la retraite en l’occurrence, ainsi que de nouveaux dispositifs liberticides». Pour ce parti de l’opposition, le pouvoir prépare «les futurs hold-up électoraux», en optant ainsi pour l’«isolement». «Une obstination qui explique, on ne peut mieux, le rejet de la proposition de l’opposition portant sur la création d’un organe national de gestion électorale indépendant à même de protéger la transparence et la probité des suffrages», soutient le RCD qui exprime ses inquiétudes quant à l’érosion grandissante du pouvoir d’achat de larges couches de la population qui «n’est pas le résultat direct de la crise financière, encore moins, une fatalité économique». «Elle résulte du choix du gouvernement de faire supporter sa gabegie et ses errements aux couches les plus fragiles telles que les salariés, les retraités et la jeunesse», dénonce le RCD qui accuse le patronat privé de vouloir l’accaparement au grand jour de la commande publique et le pillage des ressources de la nation. Pour celui-ci, cela est un signe de l’accélération de la désagrégation de l’autorité de l’Etat. Le RCD dénonce, en outre, «la persistance de la répression contre les syndicats autonomes et leur exclusion des réunions tripartites, en violation des lois en vigueur». Cela fausse le dialogue social. Le RCD estime que les travailleurs qui ont accompli les années légales de cotisations ont le droit de postuler à la retraite sans condition d’âge.
Sur le registre économique, le RCD considère que le nouveau modèle pour sortir d’une économie de rente, maintes fois évoqué, ne semble être qu’une éternelle recherche d’argent frais pour limiter les ponctions dans le Fonds de régulation des recettes. «L’échec des tentatives de réintégrer l’argent de l’informel et celui de l’emprunt obligataire qui vire désormais à des injonctions administratives aux assurances, aux banques et autres caisses, comme la CNR, démontre que sans projet et vision économique, il est vain de prétendre mobiliser les capitaux et les forces vives du pays», assure ce parti pour lequel «le gouvernement n’a d’autre ambition que de passer le gué en consolidant son budget de fonctionnement pour continuer à subventionner la paix sociale et entretenir ses clientèles, allant jusqu’à l’annulation pure et simple de projets programmés (CHU, pétrochimie, rail…)».
Sonia Baker

 

Comment (13)

    Mohamed el maadi
    2 juillet 2016 - 14 h 59 min

    Le RCD est en partie
    Le RCD est en partie responsables car il n’est pas étranger a cette propagande de demenbremnt.J’irais même plus loin ce parti n’hésitera a poignarder l’Algérie dans le dos quand la situation dégénérera.

    Vous n’aimez pas l’Algérie au pays non! Votre dada c’est de nous voir la tète dans la bassine a cracher nos poumons.
    C’est votre rêve de casser de l’Algérien .On vous emmerde car on ne se laissera pas faire.




    0



    0
    Anonymous
    2 juillet 2016 - 13 h 04 min

    RCD : «Jamais l’intégrité du
    RCD : «Jamais l’intégrité du pays n’a été aussi menacée»
    Ah bon « jamais »!
    Pour n’avoir rien vu, ce Mohcen Belabbès a du se cacher où pendant la décennie noire




    0



    0
    RABEH
    2 juillet 2016 - 12 h 41 min

    TU AS RAISON MR MOHCIN IL NE
    TU AS RAISON MR MOHCIN IL NE FAUT ECOUTER LES ABRUTIS …




    0



    0
    Wallace
    2 juillet 2016 - 10 h 05 min

    Il estime que «jamais l’unité
    Il estime que «jamais l’unité de son peuple et l’intégrité du pays n’ont été aussi menacées depuis le recouvrement de l’indépendance, y compris pendant la période noire du terrorisme qui a, au demeurant, suscité la mobilisation citoyenne pour la sauvegarde de l’Etat républicain». 
    ………………………………………………………………………………
    Ce belabbes à un gros problème de mémoire ou quoi?
    Plus de 200000 morts et disparu.
    Et monsieur ose comparé cette décennie morbide à aujourdhui?
    Hormis quelques bonnes idée; pourquoi toujours allez dans le sens de l,exagération?
    Si c pour asséné 3 vérité pour un énorme mensonge?
    Faire peur au peuple es devenu une constante dans ce pays.
    Tous pareille.




    0



    0
    Benai Ouali
    2 juillet 2016 - 3 h 06 min

    Malgré les blocages et les
    Malgré les blocages et les entraves quotidiennes que le Rcd subit, il reste un parti porteur d’idées, il a toujours gardé sa stratégie et son cap. Ces derniers temps, nous avons assisté à lynchage médiatique de tous bord, pour cause de rester lui même. À chaque fois que le Rcd pose un geste pour donner une leçon de démocratie et pour le bien de la collectivité, les pouilleux s’acharnent. On lui reproche avec le vieux disque qui donne une music difficile à écouter et à apprécier,des erreurs et des méfaits. Les paroles d’un vieux sages, il n y a que ceux qui ne travaillent pas qui ne font pas d’erreurs.
    Avant d’aller plus loin, il faut lui reconnaître qu’il est le seul parti qui mène ses activités politiques et culturelles selon le calendrier établis à l’année, et de grâce, que les autres associations politiques prennent exemple.
    En l’accusant de tous les noms d’oiseaux, le Rcd n’a pas le temps de répondre aux critiques égales aux chahut de la basse cour, continue à travailler et à œuvrer dans le sens de l’intérêt de la nation. Il faut lui reconnaître que grâce à lui qu’une organisation, la CNLTD, est mise sur pied et qui pèse lourd dans l’échiquier politique algérien, après deux ans d’existence, après plusieurs tentatives pour la déstabiliser, résiste et encore mieux, c’est une première en Algérie qui donne espoir de se parler entre algérien et de s’entendre malgré la différence de chaque tendance politique. Il a toujours donner de l’intérêt pour la jeunesse, en créant un secrétariat qui donne un espace d’expression et d’échange.
    Il a toujours plaidé de faire le lien entre la parole et l’action sur le terrain, à l’exemple du maire rcd de la ville de tizi-ouzou, qui est un exemple de réussite, après avoir accompli quelques missions qui sont presque impossible, il a gagné la confiance de ces citoyens et des ses adversaires politiques. Aussi, la mairie d’iferhounen qui est un autre modèle de réussite.
    Les gestes et les déclarations politiques de belabes, méritent de les prendre au sérieux, nul ne peut nier les avancés du RCD au reste de la société. Un parti qui été toujours a l’avant garde. Certe, sa politique ne peut satisfaire tous le monde pour diverses raisons, il mène un combat a long terme, on ne choisit pas les plus simples, mais on choisit les chemins les plus justes.
    Les naifs en politique, ont leur faire croire qu’un malheur arrivera sur l’Algérie si un changement survient, et les exemples sont nombreux pour se justifier, a l’exemple de la Libye, Egypte etc…. C´est purement de l’indulgence et un manque de jugement de raisonner ainsi. Le sort de l’Algérie est bien different, un pays qui s’inscrit dans l’histoire sur tous ce qu’il a subit comme événement triste. Depuis le mouvement national a ce jour, des hommes et des femmes ont su faire barrage a toute tentative de mettre en échec soit l’indépendance du pays, la victoire sur les islamistes et le terrorisme, et bientôt ça sera le clan d’oujeda ainsi que ses sous traitants. En résumé,le peuple l’algérien est encore solide, c’est l’histoire qui le prouve.
    Un gouvernement qui paie chèrement, pour avoir une survie et de garder le fauteuil. Notre pays, vu la fragilité de nos décideurs, les puissances étrangères decident a notre place, mohcen belabes a cite quelques exemples.




    0



    0
    EL-HAWESS
    2 juillet 2016 - 0 h 05 min

    La politique politicienne ou
    La politique politicienne ou de la poudre aux yeux;Mr belbèss est une taupe du pouvoir,ainsi une majorité des partis soi-disant de l’opposition a part, le FFS et le parti de Mr mokri.le reste du pareil au meme;Mr belbèss pas longtemps ça et sous l’effet du la paille marocaine était pour l’ouverture des frontières avec le maroc;la nomination de Mr bouteflika roi de l’algérie;et saidani son adjoint;drole d’effet de la paille marocaine;




    0



    0
    Mouloud
    1 juillet 2016 - 19 h 15 min

    Quand on s’allie avec les
    Quand on s’allie avec les Islamistes et on a mangé dans ma gamelle du pouvoir, on a perdu toute crédibilité vus à vis du peule Algerien.

    Votre position sur la retraite montre que vous n’avez aucune vision économique de même que votre position politique alignée sur le Maroc.

    Honte à vous.

    AlgerieDebout




    0



    0
    Mlaoua
    1 juillet 2016 - 19 h 07 min

    Le RCD a fait un constat
    Le RCD a fait un constat clair et précis. C’est le retour au parti unique qui s’annonce. Les hommes du régime veulent diriger le pays d’une manière autoritaire. On assiste actuellement à un recul considérable dans l’exercice de la liberté d’expression. La pression est actuellement exercée sur le journal El-Khabar, sur la télévision KBC et sur le journal El-Watan en raison de l’indépendance de leur ligne éditoriale. Les journalistes d’El-Khabar sont actuellement en prison. Nos militaires aussi ne sont pas épargnés : actuellement notre général Benhadid croupis en prison depuis plusieurs mois sans être jugé malgré son état de santé dégradé. L’exercice du droit syndical lui aussi connaît un recul (aucun des syndicats autonome n’avait été invité à assister à tripartite du mois de juin).Il y a aussi des restrictions imposées sur l’indépendance du pouvoir judiciaire : le juge n’exerce plus son droit de juger librement sous la menace de licenciement ou de mutation arbitraire alors qu’il est du devoir de l’état de mettre tout à sa disposition y compris assurer sa protection pour exercer efficacement sa fonction. De même que beaucoup de choses restent à faire du coté économique pour permettre à notre économie d’être compétitive pour créer la richesse en dehors de la rente pétrolière. L’état ne fait rien pour combattre l’économie parasite, celle représentée par le marché parallèle qui a pris de l’ampleur et qui menace sérieusement le pouvoir d’achat et même la santé publique. Les hommes du régime sont indifférents à tous les problèmes que vivent quotidiennement les citoyens qui luttent difficilement pour la survie car la vie leur devient très chaire, mais les hommes du pouvoir sont préoccupés à préparer le terrain pour l’après Bouteflika. Pour cela ils ont commencé par promulguer des lois répressives sur de droit de réserve pour faire taire définitivement les militaires retraités qui avaient tout donné pour l’Algérie pour ne mériter de les faire taire. Ensuite ils ont votés des lois, avec une APN acquise dont les députés étaient élus par la fraude. Ces lois portent sur le code électoral, faites spécialement pour faciliter la fraude et empêcher la société civile et les partis politiques d’exercer un contrôle sur les suffrages. Enfin, que faut-il attendre quand un certain Saidani devient secrétaire général du parti FLN ? Ou d’un président qui mérite de se retirer pour des raisons de santé, mais qui continue de diriger un pays aussi vaste que l’Algérie alors qu’il ne peut pas se mettre debout. On ne peut jamais être président mais malade !




    0



    0
    Anonymous
    1 juillet 2016 - 17 h 51 min

    Quand on casse toutes les
    Quand on casse toutes les regles et on met en place la seule regle de dislocation et de siphonnage , o, ne peut s’attendre a autre chose




    0



    0
    Anonymous
    1 juillet 2016 - 17 h 41 min

    Malheureusement, vous n’avez
    Malheureusement, vous n’avez rien fait pour sauver le pays du désastre politique, économique, financier,et social
    Un triste bilan




    0



    0
    allouche
    1 juillet 2016 - 17 h 04 min

    Il n’y a pas que l’intégrité
    Il n’y a pas que l’intégrité de l’état qui est mise en cause, mais aussi celle des P/APC du RCD !




    0



    0
    Anonymous
    1 juillet 2016 - 16 h 45 min

    L’intégrité du pays est non
    L’intégrité du pays est non seulement menacée par la très mauvaise gestion politique, économique, financière, et sociale du pays (solutions de bricolages de courtes visions par des incompétents), mais par l’imbroglio, les divisions, les mésententes, les luttes d’influences d’opportunistes, de véreux du grand capital, et des milieux des affaires pour le pouvoir qui ont progressivement fait main basse sur les institutions fragiles,malades, paralysées, et vides de l’état algérien,

    Mais aussi par une opposition divisée, affaiblie, et disloquée par l’égoisme, le « zaimisme », l’opportunisme,et le manque de maturité, et de traditions de luttes politiques démocratiques




    0



    0
    Anonymous
    1 juillet 2016 - 16 h 14 min

    JE CROIS QUE MOHCEN A
    JE CROIS QUE MOHCEN A COMPLETEMENT RAISON … SEULS LES PEUPLES DE LA REGION EST CAPABLE DE DEJOUER CE PHENOMENE EN S ALLIANT LES UNS AVEC LES AUTRES ET LAISSER LES RESPONSABLES SE QUERELER ENTRE EUX …




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.