Le bureau politique du FLN s’est réuni sans Saïdani : l’usurpation continue

Le bureau politique du FLN, lors d'une précédente réunion. New Press

Etrange réunion du bureau politique du FLN que celle qui a été improvisée lundi pour donner la réplique à ceux qui réclament depuis quelques jours, avec insistance, la restitution du FLN historique. Pour la première fois, en effet, cette haute instance du parti se tient en l’absence de son secrétaire général, représenté par un secrétaire général par intérim, Ahmed Boumehedi. Un poste que les militants découvrent seulement aujourd’hui, puisqu’il n’est nullement prévu dans les statuts du parti.

Ainsi, dans l’article 73 des statuts du parti relatif aux activités du bureau politique, il est clairement stipulé que le bureau politique «se réunit deux fois par mois, sous l’égide du secrétaire général ou, en cas de nécessité, d’un membre du bureau politique mandaté à cet effet par le secrétaire général».  

Dans un pathétique réquisitoire, le bureau politique a voulu répondre à la dernière sortie du groupe d’illustres moudjahidine, relayée par plusieurs déclarations émanant du Mouvement de redressement et d’authenticité qui exhortent l’ensemble des militants à accentuer les pressions pour demander le départ de Amar Saïdani et de «sa clique» qui semblent arriver en fin de parcours, après avoir épuisé toutes leurs ressources.

Se couvrant derrière son allégeance au président de la République, le bureau politique du FLN a appelé, à travers un communiqué incendiaire, tous les militants à faire montre de  «vigilance» et à s’unifier afin de «soutenir» leur direction issue du 10e  congrès, «dans le seul souci de préserver les réalisations» enregistrées dans le cadre du programme du président.

Le bureau politique se targue d’avoir réussi à élargir la base du parti à travers «la mobilisation et l’adhésion croissante des citoyens au parti». Une campagne virtuelle dont on ne voit aucune illustration sur le terrain. La seule réforme opérée par Amar Saïdani depuis son avènement à la tête du parti concerne la fracturation des mouhafadhate afin de mieux les contrôler.

Plus menaçant, le communiqué émanant du bureau politique exhorte les militants des différentes structures à user de «tous les moyens» pour «contrecarrer toute tentative de division du parti» qu’il assimile à «la déstabilisation  du pays». C’est la voie ouverte à la méthode forte et à la barbouzerie. Et d’ajouter : «Seuls les militants sont souverains quant aux décisions concernant leur parti, conformément aux textes», en mettant l’accent sur le fait que le parti leur «appartient exclusivement», déniant ainsi aux militants nationalistes, fondateurs du FLN historique, le droit de s’en réclamer.

Comme dans une dictature en voie d’écroulement, les membres du bureau politique ont réitéré également leur «confiance totale en la personne du secrétaire général du parti FLN, Amar Saïdani, en vue de préserver les acquis réalisés et de se préparer aux échéances futures».  

R. Mahmoudi

Comment (102)

    med
    6 août 2016 - 22 h 10 min

    Le FLN nest plus un parti ki
    Le FLN nest plus un parti ki represente le peuple depuis longtemps.c une entite administrative et un appareil ki a pour mission de cautionner le pouvoir.ils nont pas un projet de societe ni un projet evonomique.ils ont juste un discours demagogique ki a perdu toute sa magie.on merite mieux je ce kon voit. Et ce kon entend.leq futures generations assimileront leur discours a de la pathologie mentale.




    0



    0
    med
    6 août 2016 - 22 h 10 min

    Le FLN nest plus un parti ki
    Le FLN nest plus un parti ki represente le peuple depuis longtemps.c une entite administrative et un appareil ki a pour mission de cautionner le pouvoir.ils nont pas un projet de societe ni un projet evonomique.ils ont juste un discours demagogique ki a perdu toute sa magie.on merite mieux je ce kon voit. Et ce kon entend.leq futures generations assimileront leur discours a de la pathologie mentale.




    0



    0
    Anonyme
    3 août 2016 - 16 h 30 min

    AP, de quels statuts et de
    AP, de quels statuts et de quel reglement interieur vous parlez? Le FLN de Saadani est hors la loi, c’est une secte d’usurpateurs du sigle historique sous lequel se sont regroupés les nationalistes Algeriens pour mener la lutte armée et politique pour recouvrer l’indépendance du pays. L’independance acquise, ce symbole doit etre preserve et non traîné dans la boue et terni par des renegats de bas etage.




    0



    0
    Anonyme
    3 août 2016 - 16 h 30 min

    AP, de quels statuts et de
    AP, de quels statuts et de quel reglement interieur vous parlez? Le FLN de Saadani est hors la loi, c’est une secte d’usurpateurs du sigle historique sous lequel se sont regroupés les nationalistes Algeriens pour mener la lutte armée et politique pour recouvrer l’indépendance du pays. L’independance acquise, ce symbole doit etre preserve et non traîné dans la boue et terni par des renegats de bas etage.




    0



    0
    le citoyen
    3 août 2016 - 14 h 30 min

    On s’en fiche éperdument de
    On s’en fiche éperdument de cette énième mascarade.
    L’urgence c’est l’avenir du peuple algérien.
    Le sigle FLN doit appartenir à l’histoire de tous les algériens . Il faut interdire à toute personne ou groupe de personnes d’utiliser l’acronyme FLN.
    Pour le reste qu’ils aillent tous au diable . Ils se valent tous , corrompus, incultes , arriérés et anti – nationaux.




    0



    0
    le citoyen
    3 août 2016 - 14 h 30 min

    On s’en fiche éperdument de
    On s’en fiche éperdument de cette énième mascarade.
    L’urgence c’est l’avenir du peuple algérien.
    Le sigle FLN doit appartenir à l’histoire de tous les algériens . Il faut interdire à toute personne ou groupe de personnes d’utiliser l’acronyme FLN.
    Pour le reste qu’ils aillent tous au diable . Ils se valent tous , corrompus, incultes , arriérés et anti – nationaux.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.