Commerce : hausse quasi générale des prix alimentaires

Il a été constaté des disparités de prix substantielles entre les régions du pays. New Press

Les prix au détail de la majorité des produits alimentaires ont connu une hausse en juin dernier par rapport au même mois de 2015, dont essentiellement la tomate fraîche, les légumes secs et l’ail local, a appris l’APS auprès du ministère du Commerce. Pour les légumes frais, une hausse des prix a été observée pour l’ail local sec (+81,4%), la tomate fraîche (+44%) et l’ail importé (+41,1%). Par contre, des diminutions ont été enregistrées pour l’oignon sec (-24%) et la pomme de terre (-22,2%). Pour les produits d’épicerie, les prix à consommateurs se sont envolés, entre les deux périodes de comparaison, pour la farine infantile (+23%), le lait en poudre infantile (+12%), la levure sèche (+8,1%), la farine conditionnée (+6,4%), le riz (+6%), le thé (+5,7%),le concentré de tomate (+5,1%), les pâtes alimentaires (+3,4%), le café (2%) et les huiles alimentaires (+0,2%). Quant au prix au détail du lait en poudre adultes, il a reculé de 2,3%, alors que celui du sucre blanc a enregistré une stabilité.

S’agissant des légumes secs, à l’exception des haricots secs qui ont connu une diminution de 11,6%, de fortes hausses ont touché les prix des pois chiches (+46,3%) et les lentilles (+21,4%) en juin 2016 par rapport au même mois de l’année d’avant.

Pour les légumes frais, une hausse des prix a été observée pour l’ail local sec (+81,4%), la tomate fraîche (+44%) et l’ail importé (+41,1%). En revanche, les prix de l’oignon sec ont diminué de 24%, ainsi que pour ceux de la pomme de terre qui ont dégringolé de 22,2%.

Pour les viandes, le prix du poulet éviscéré a baissé de 7,3% en juin 2016 par rapport à un an plus tôt.

Une même tendance baissière mais légère a été constatée pour la viande bovine locale (-1,1%) et la viande ovine locale (-0,5%), mais le prix de la viande congelée a augmenté de 2,2%.

Des différences de prix notables entre les régions du pays

Par ailleurs, il est constaté des disparités de prix substantielles entre les régions du pays pour des produits alimentaires, qui s’expliquent essentiellement par les habitudes alimentaires d’une région pour certaines denrées, les frais de transport pour les wilayas éloignées et la spécialité agricole d’une région pour ce qui concerne les légumes et fruits ainsi que les viandes.

Ainsi, le prix moyen de la pomme de terre était à 34 DA/kg dans la région de Blida en juin dernier contre 55 DA à Ouargla (différence de 21 DA), alors que la courgette coûtait 75 DA/kg sur les étals de Blida contre 104 DA à Ouargla (différence de près de 30 DA). Idem pour l’ail local qui valait 179 DA/kg dans la région de Sétif contre 340 DA à Ouargla (différence de 161 DA), tandis que le poivron était cédé à 75 DA/kg à Sétif contre 120 DA à Béchar (différence de 45 DA).

Le kilogramme de dattes était cédé à 404 DA à Béchar contre 668 DA à Sétif (différence de 264 DA) alors que les pommes locales ont été achetées à 189 DA par les consommateurs à Sétif contre 267 DA à Ouargla (différence de près de 80 DA).

Concernant les produits d’épicerie, le prix moyen de la farine infantile était à 207 DA/500g à Annaba contre 441 DA à Blida (différence de plus 234 DA). Même tendance pour le prix de la farine conditionnée qui est moins chère à Oran puisque vendue à 42 DA/kg contre 57 DA à Batna (différence de 15 DA). Très prisé dans le sud du pays, le thé était vendu à 850 DA/kg à Ouargla contre 387 DA à Annaba (une différence de près de 470 DA).

S’agissant des viandes, le kilogramme de viande ovine locale se vendait à 1 244 DA/kg à Ouargla contre 1 431 DA à Alger (différence de 187 DA).

Pour sa part, la viande bovine locale était cédée à 830 DA/kg à Béchar contre 1 356 DA à Oran (différence de près de 530 DA), tandis que le poulet éviscéré était cédé à 260 DA/kg à Annaba contre 337 DA à Béchar (différence de près de 80 DA).
R. E.

Comment (7)

    Anonymous
    9 août 2016 - 15 h 26 min

    Les prix ne devraient pas
    Les prix ne devraient pas être ce qu’ils sont si nous avions une vraie politique agricole. Alors quand j’entend parler d’exportation, on se demande si on est pas sur une autre planète avec ceux qui sont aux commandes. Ils gèrent le pays le jour le jour,aucune vision d’avenir.c’est le pays où tout va bien,circulez y’a rien à voir.




    0



    0
    TheBraiN
    7 août 2016 - 9 h 10 min

    Personnellement j’entends
    Personnellement j’entends parler de hausse des prix et de baisse du pouvoir d’achat depuis que je sais lire !!!!
    Tout le monde se plaint mais tout le monde achète !
    MDR




    0



    0
      anonyme
      9 août 2016 - 1 h 56 min

      C’est parce que vous n’avez
      C’est parce que vous n’avez aucune notion des prix, on voit de quelle côté de la barrière vous êtes.




      0



      0
    Anonymous
    7 août 2016 - 3 h 16 min

    L’Algérie à tous les moyens
    L’Algérie à tous les moyens,avec un gouvernement pourri ,un demi président qui représente lui même et sa famille un peuple ( sans généralisé ) avec les bras cassés qui pense qu’a l’argent , l’Algérie sans pétrole c’est un peuple sans pays . J’aime pas cette dictature mais ce que vit l’Algérie c’est la faute de son peuple .les vrais Algériens ont laissé leurs vies pour leurs pays. Le résultat tout le monde a trahi l’Algérie du pouvoir jusqu’au peuple. Il suffit de voir où est le pays.




    0



    0
      Bravo
      7 août 2016 - 7 h 27 min

      Vous avez tout dit.

      Vous avez tout dit.
      Mais l’année 2017 s’annonce très difficile pour le peuple( menace sur les retraites, etc……).
      Tous les indicateurs économique sont dans le rouge.
      Un gouvernement autiste!!




      0



      0
    Anonymous
    7 août 2016 - 3 h 16 min

    L’Algérie à tous les moyens
    L’Algérie à tous les moyens,avec un gouvernement pourri ,un demi président qui représente lui même et sa famille un peuple ( sans généralisé ) avec les bras cassés qui pense qu’a l’argent , l’Algérie sans pétrole c’est un peuple sans pays . J’aime pas cette dictature mais ce que vit l’Algérie c’est la faute de son peuple .les vrais Algériens ont laissé leurs vies pour leurs pays. Le résultat tout le monde a trahi l’Algérie du pouvoir jusqu’au peuple. Il suffit de voir où est le pays.




    0



    0
      Bravo
      7 août 2016 - 7 h 27 min

      Vous avez tout dit.

      Vous avez tout dit.
      Mais l’année 2017 s’annonce très difficile pour le peuple( menace sur les retraites, etc……).
      Tous les indicateurs économique sont dans le rouge.
      Un gouvernement autiste!!




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.