Talaie El Houriyet : «Les grands dossiers sont traités dans l’opacité la plus totale»

Ali Benflis, président de Talaie El-Houriyet. New Press

Le bureau politique du parti Talaie El Houriyet d’Ali Benflis a relevé, non sans regrets, la persistance du régime politique en place à «traiter les grands dossiers nationaux dans l’opacité la plus totale». Le BP de la formation de Benflis en veut pour exemple «l’amnistie fiscale déguisée et l’emprunt national» décidés, selon lui, dans un cercle très fermé.

Le parti de Ali Benflis, qui dit s’inquiéter de l’évolution de la situation générale du pays, a affirmé que ce même régime prépare aujourd’hui dans les mêmes conditions d’opacité «un prétendu nouveau modèle de croissance». Le BP de Talaie El Houriyet a regretté «l’absence d’informations de l’opinion publique nationale quant aux tenants et aux aboutissants de ce dossier d’importance nationale dont le régime politique en place a réduit la présentation à un livre de recettes éculées et à un catalogue de vœux pieux, très loin de correspondre à la gravité exceptionnelle de la situation socio-économique actuelle».

Ce parti met en avant le silence «troublant» observé par le pouvoir quant au contenu, aux échéanciers, aux instruments et aux objectifs mesurables et vérifiables de ce nouveau modèle. Ce qui en soi révèle, selon la formation de Ali Benflis, que le régime politique en place «procède toujours par improvisation et par tâtonnement». Ce parti considère qu’un modèle de croissance «est dépourvu de sens dans le contexte d’un système économique dont les dérèglements structurels n’ont pas été préalablement assainis».

Pour Talaie El Houriyet, «les nombreux gisements de croissance dont le pays dispose resteront inexploitables aussi longtemps que le système économique national dans son ensemble n’aura pas connu des transformations radicales dans sa nature, dans sa gestion et dans son fonctionnement». Cette formation met en garde dans ce sillage contre le coût exorbitant du nouveau modèle de croissance et souligne que la réduction drastique des ressources financières en rend la mise en œuvre illusoire.

Pour Talaie El Houriyet, ce modèle de croissance aurait été au moins compréhensible au moment de l’embellie financière qui avait offert au régime politique en place l’occasion, qu’il n’a pas su saisir, d’associer dans une même stratégie économique rénovée les nécessaires réformes structurelles et l’exploitation des gisements de croissance économique disponibles dans le pays. Le parti de Ali Benflis a conclu que «tout dans la nature et le fonctionnement du système économique en place est hostile à la croissance : sa conception clientéliste de la gestion économique, son utilisation de l’acte économique comme moyen de rétribution des allégeances et de sanction des critiques et des insoumissions, son népotisme qui ne laisse pas de place à la rationalité économique, son caractère réfractaire au changement et à la réforme et la corruption généralisée…

Le BP de Talaie El Houriyet estime qu’il serait vain d’attendre d’un système politique archaïque qu’il produise un système économique rénové et rénovant tout comme il serait illusoire d’attendre de la performance, de la compétitivité et de la croissance soutenue d’un système économique dont les nombreux dysfonctionnements structurels sont eux-mêmes autant d’entraves dissuasives à la croissance et au développement.

Rafik Meddour

Comment (32)

    LOL
    7 août 2016 - 17 h 50 min

     » Talaie El Houriyet : «Les
     » Talaie El Houriyet : «Les grands dossiers sont traités dans l’opacité la plus totale»  »
    comme à votre époque c’est à dire !!!!! rien n’a encore changé !




    0



    0
    Anonymous
    7 août 2016 - 8 h 24 min

    Cet article a le grand mérite
    Cet article a le grand mérite de nous éclairer sur le rôle central que peut jouer un système politique dans la vie d’une nation, reléguant ainsi – et à juste titre -, à un rôle secondaire toute autre question d’ordre économique, social et même religieux.
    Quand, par ailleurs, on est convaincu de la nature maffieuse du système politique mis en place, on ne peut qu’aboutir à la conclusion que seuls des hommes nouveaux, compétents, intègres et dévoués à la cause nationale pourront sortir le peuple algérien de la terrible impasse dans laquelle il a été plongé depuis l’indépendance.
    La crise pétrolière et ses conséquences désastreuses nous dictent de cesser, temporairement, de se rejeter la balle en tentant d’expliquer les raisons et les circonstances qui nous ont menées à une telle situation. L’heure est au RASSEMBLEMENT pour faire dégager le NERON algérien et sa clique, sans oublier les affairistes qui ont siphonné la rente pétrolière. C’est une question de vie ou de mort !….




    0



    0
    anonyme
    7 août 2016 - 7 h 18 min

    M. BENFLIS a au moins le
    M. BENFLIS a au moins le mérite de critiquer ce pouvoir.
    L’Algérie a besoin de tous ses enfants sauf (les traîtres, les salauds et les escrocs)pour la sauver du chaos politique, financier et économiques.
    Malheureusement, nous restons toujours dans la critique et nous apportons pas de solutions aux préoccupations du peuple.
    M. BENFLIS? Bougez vous!!!!!!!!!!




    0



    0
    anonyme
    7 août 2016 - 7 h 18 min

    M. BENFLIS a au moins le
    M. BENFLIS a au moins le mérite de critiquer ce pouvoir.
    L’Algérie a besoin de tous ses enfants sauf (les traîtres, les salauds et les escrocs)pour la sauver du chaos politique, financier et économiques.
    Malheureusement, nous restons toujours dans la critique et nous apportons pas de solutions aux préoccupations du peuple.
    M. BENFLIS? Bougez vous!!!!!!!!!!




    0



    0
    Rao
    7 août 2016 - 1 h 58 min

    Cet individu est l’ami de
    Cet individu est l’ami de sélecto.Il ne lui trouve rien à reprocher.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.