Document secret – L’ambassadeur du Maroc à Alger : «Les journalistes algériens sont des écrivaillons sans morale ni foi»

L'ambassadeur du Maroc présentant ses lettres de créance au président Bouteflika en 2006. D. R.

Algeriepatriotique a réussi à mettre la main sur un compte-rendu frappé du sceau de la confidentialité adressé par l’ambassadeur du Maroc à Alger, Abdallah Belkeziz, à sa hiérarchie à Rabat. Le diplomate marocain y utilise des termes très éloignés du langage diplomatique d’usage et s’adonne à une diatribe d’une rare violence contre les médias algériens qu’il affuble de qualificatifs péjoratifs et injurieux. Dans sa correspondance au ministre marocain des Affaires étrangères, intitulée «Le Maroc dans la presse algérienne des 21 et 22 avril 2013», l’auteur du rapport parle de «schizophrénie» en évoquant les journalistes algériens qu’il traite d’«escouade d’écrivaillons sans morale ni foi». L’ambassadeur dénonce une «grossière entreprise de désinformation» qui fait que «la normalisation des relations algéro-marocaines n’est pas à l’ordre du jour des détenteurs du réel pouvoir en Algérie».

Le serviteur de Mohammed VI s’en prend également à l’ancien porte-parole du ministère des Affaires étrangères, taxé dédaigneusement de «produit du socialisme et du parti unique», à qui il reproche, non sans acrimonie, d’avoir répondu au secrétaire général d’un parti politique marocain, l’Istiqlal, qui revendiquait une partie du territoire algérien. La voix de son maître porte à la connaissance de son chef, Salah-Eddine Mezouar, ce qu’il désigne comme une «littérature anti-marocaine simpliste véhiculée dans les milieux politico-médiatiques algériens».

L’ambassadeur du Maroc fait suivre ses commentaires ignominieux qui n’ont d’égale que son obséquiosité envers la monarchie dont il est le servile sujet, par une revue de presse dans laquelle il reprend des passages d’articles et de commentaires de quotidiens algériens francophones et arabophones. Abdallah Belkeziz, qui a présenté ses lettres de créance au président Bouteflika en février 2006, accole à chaque journaliste et à chaque écrit une épithète insolente : «tactiques mesquines et puériles», «journaliste incorrigible», «nègre», «pion au service de la diffamation», «plumitif», «adeptes de [ce] monologue», etc.

Les propos malveillants du diplomate marocain trahissent, encore une fois, la haine viscérale que nourrit le Makhzen envers l’Algérie et met à nu la grande hypocrisie et l’effroyable imposture du régime monarchique de Rabat, véritable plaie pour la région du Maghreb.

Karim Bouali 

Lire le compte-rendu de l’ambassadeur marocain

Comment (147)

    Tahar Ben Jelloun
    18 août 2016 - 12 h 06 min

    Comme l’ensemble des
    Comme l’ensemble des Orgnisations Inter-Gouvernementales du Ssteme Onusien, l’Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE) vient de refuser d’intégrer le Sahara Occidental au Maroc dans son système d’information

    L’Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE), sise à Paris, refuse d’intégrer les données relatives au Sahara Occidental dans le fichier des données du Maroc.

    Selon une note envoyée le 04 juillet 2016 par Azzeddine Farhane, Directeur des Nations Unies et des Organisations Internationales au ministère marocain des affaires étrangères, l’OIE, dans une lettre de réponse adressée au Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime datée du 02 octobre 2015, a affirme que « en tant que Organisation Intergouvernementale, elle est tenue de suivre les recommendations des Nations Unies pour les questions de reconnaissance et de souveraineté territoriale », et que par conséquence elle « ne peut saisir sur le système WAHIS que les informations sanitaires des parties du territoire marocain reconnues par les Nations Unies ».




    0



    0
    DZLander
    17 août 2016 - 15 h 33 min

    Merci AP de m’avoir publié.
    Merci AP de m’avoir publié. Sans rancune, n’est-ce pas?




    0



    0
    DZLander
    16 août 2016 - 21 h 56 min

    Je suis encore davantage déçu
    ….
    @émir Abdelkader (non vérifié) – 13 Aug 2016 – 12:29
    Je suis entièrement d’accord avec vous sur tout ce que vous venez de poster. Mais personnellement j’irai plus loin car notre patience a assez duré face à une véritable guerre larvée que nous livre sans répit notre voisin de l’Ouest sur presque tous les plans : Tout d’abord, il ne faut jamais perdre de vue que le Makhzen de la féodale narco-monarchie marocaine sous protectorat français n’a jamais cessé, sous prétexte d’un irrédentisme de trop mauvais aloi, de revendiquer (1), en tant que pays et nation récemment créés par l’ancien colonisateur français, des pans entiers de territoire algérien qui ne lui ont jamais appartenu tant historiquement que géographiquement. Bien au contraire, s’il y a un irrédentisme à faire valoir aujourd’hui, c’est bien celui des Algériens qui, en tout état de cause, seraient en droit de réclamer pratiquement tout le territoire marocain actuel vu qu’il a fait partie dès l’Antiquité, c’est-à-dire dès l’année 30 (trente) avant J.-C., d’une vaste confédération ayant pour nom Maurétanie (2), sur laquelle régnaient alors un pur ancêtre des Algériens d’aujourd’hui, à savoir le Numide -je dis bien le Numide- Juba 2 durant pratiquement un demi siècle, 48 ans, puis son fils Ptolémée qui lui succéda et ce, durant 13 (Treize) ans à la tète de cette même confédération. La capitale de la Maurétanie de Juba 2 était alors Iol-Caesaréa, Cherchell aujourd’hui, qui ne se trouve qu’à une centaine de kilomètres à peine d’Alger. Mais ce fait historique avéré, tant les historiens (dont le falsificateur Bernard Lugan né à Meknès et la franco-marocaine Zakia Daoud) que les journalistes, politiques et hommes de culture marocains n’en parlent jamais ou trouvent toujours un artifice pour contourner ou occulter les faits avérés. La preuve ? Il n’y a qu’à aller sur les sites et pages électroniques marocains ou visionner les vidéos qui circulent sur Youtube concernant la Maurétanie de Juba 2 : toutes ou presque font certes état de la cité antique Volubilis, dans la commune de Oualili, wilaya de Meknès, dont ils admettent que c’est une ville berbère romanisée mais sans jamais dire par qui elle a été fondée, ni le nom du roi qui a régné sur cette cité durant un demi siècle. La plupart des auteurs passent très vite à la phase ultérieure, celle de la dynastie idrisside, qu’ils considèrent comme fondatrice du Maroc. Aucune mention donc du roi numide Juba 2 et de son fils Ptolémée qui ont pourtant successivement régné, durant pratiquement plus de soixante ans, sur toute la confédération maurétanienne dont le Maroc faisait partie au même titre que l’Algérie. A part de très rares vidéos où les dits historiens se sont crus obligés d’avancer que Volubilis fut la « deuxième » capitale de Juba 2 (ce qui est totalement faux vu que cette cité n’était tout au plus qu’une résidence de passage pour le roi dans ses voyages vers les confins occidentaux de la Maurétanie, particulièrement vers les Iles Canaries) tous ou presque n’évoquent jamais Cherchell, qui pourtant a été la seule capitale officielle, socio-économique et culturelle du royaume de Maurétanie
    A cette engeance dont ce sinistre ambassadeur qui se permet d’apporter un jugement de valeur négatif, voire diabolisant sur les médias algériens, à cette engeance donc, qui est d’une mauvaise foi pathétique, je rappellerais seulement une autre vérité cinglante à travers cette interrogation demeurée à ce jour pendante : les Marocains savent-ils que, du point de vue historique, le Sud de leur pays, plus précisément au nord de l’oued Draa qui actuellement fait office de frontière naturelle entre les deux territoires marocain et sahraoui, a appartenu à la dynastie des El Mourabitoune (Les Almoravides) ? Et que, irrédentisme pour irrédentisme, ce sont les Sahraouis, leurs descendants actuels, qui seraient en droit, eux-aussi, de réclamer aujourd’hui tout le sud marocain car il a appartenu de facto et de jure à leurs ancêtres ? Alors, que nos voisins de l’Ouest relisent les manuels d’histoire -pas les leurs où tout est falsifié- et ils réaliseront comment le makhzen de la féodale narco-monarchie marocaine sous protectorat français n’est en réalité qu’un ramassis d’imposteurs et d’usurpateurs qui, d’abord sous la férule de feu le père du féodal narco-monarque actuel, ensuite sous la férule de ce dernier cité, continuent de vouloir faire passer, avec la complicité manifeste de l’ancien colonisateur et de leurs conseillers sionistes, leurs délires narco-monarchiques pour des réalités.
    Et ce n’est pas tout : à tous les marocains qui croient encore –à tord, bien sûr- que l’Algérie et une création de la France juste pour faire semblant de nous « narguer » en tant qu’Algériens, je leur suggère seulement de lire ce qui suit : lorsque Giscard d’Estaing, en visite à Alger en 1974, avait déclaré à son arrivée : « La France historique salue l’Algérie indépendante », il était loin de se douter –ou alors a-t-il feint de l’ignorer ?- que l’histoire de l’Algérie multimillénaire est bien plus ancienne que celle de son propre pays. Il a feint d’ignorer que le Premier Etat de toute l’histoire de l’Afrique du Nord -Maroc actuel compris- à avoir été créé est bien la Numidie, qui recouvre pratiquement le même territoire que l’Algérie du nord d’aujourd’hui, et que c’est le grand roi Massinissa qui en fut le fondateur. C’est d’ailleurs pour cette raison que feu Houari Boumediene, qui n’ignorait pas du tout l’histoire de notre pays, avait déclaré lors d’un entretien réalisé à l’époque par Hubert Nyssen (dans l’ouvrage « L’Algérie en 1970 telle que je l’ai vue »), en guise de réponse à Giscard d’Estaing : « Quand Jugurtha a été emprisonné à Rome (par Marius dans la prison dite « Le Tullianum » (3), la France en tant qu’Etat n’existait pas ». Faut-il rappeler, à ce titre, que Jugurtha, petit fils de Massinissa, roi de Numidie lui aussi, fut : 1/ Le premier grand résistant à un impérialisme donné que l’Histoire de l’humanité ait connu, ici l’impérialisme romain ? 2/ Qu’il fut aussi l’inventeur de la technique de la guérilla qui lui a permis de tenir tète -de surcroit victorieusement- à 5 (cinq) campagnes militaires romaines à raison de 50.000 hommes chacune, dont la cinquième à raison de 70.000 hommes. Faut-il enfin rappeler que c’est principalement en raison d’une traitrise, celle de son beau-père le roi Bocchus 1er de Maurétanie -dit « le Marocain »- qu’il s’était fait piéger par ce même Bocchus qui, après l’avoir invité en tant que gendre, l’a fait livrer à Sylla, lieutenant de Marius, son ancien « frère d’armes » romain devenu entretemps son ennemi (4) ? D’où l’expression consacrée à ce jour « Bakhssa » (traitrise) dans toute la partie Est de l’Algérie ? Et cela, en raison de la complicité de ce sinistre Bocchus 1er, qui lui aussi et comme par un curieux hasard de l’histoire était, au début de la guerre de Jugurtha, à la tète d’un territoire qui aujourd’hui correspond pratiquement à celui du Maroc actuel. Mais passons…Ce qu’il faut, par ailleurs, retenir de la technique de la guérilla, c’est qu’elle a été reprise dans sa configuration initiale quelques siècles plus tard, non seulement par l’ALN pour libérer l’Algérie, mais déjà bien avant par la résistance française à l’occupant nazi ; avec, à sa tète, le célèbre Jean Moulin ; et, plus tard par le FNL vietnamien contre les occupants français puis américains. C’est là, me semble-t-il, le plus bel hommage qui ait pu être rendu à ce grand roi résistant qui, en son temps, savait déjà ce que le mot nationalisme voulait dire. Moralité de l’histoire : avant d’avancer une ineptie quelconque concernant notre pays, et là je pense à ce sinistre ambassadeur marocain à Alger, il faut toujours vérifier d’abord ce qu’on va dire ou écrire car sait-on jamais, on risque de mettre la langue ou le doigt dans un engrenage d’où il sera difficile de l’en ressortir indemne. ———————————————————– (1) notamment par le leader nationaliste marocain Allal Al fassi qui, profitant de ce que les Algériens luttaient pour l’indépendance du pays, avait alors déclaré toute honte bue : « les frontières du Maroc ne s’arrêtent au Sud qu’à Saint-Louis-du Sénégal » (à 26O km au nord de Dakar) ; le même leader avait aussi revendiqué le rattachement à l’empire chérifien (qui, entre nous soit dit, n’a jamais existé) de Tindouf, Colomb-Béchar (aujourd’hui Béchar), Kénadsa, du Touat et même de la Mauritanie.
    (2) Il faut savoir que le territoire du Maroc de la période antique , qui est resté pratiquement le même que celui du Maroc actuel, était délimité au sud par l’oued Draà, qui faisait alors frontière avec le Sahara Occidental au Sud-ouest, avec l’Algérie à l’Est . Une preuve de plus que le Sahara Occidental n’a jamais, au grand jamais appartenu au Maroc et ce, depuis l’Antiquité. Bien au contraire, c’est tout le sud du Maroc actuel qui serait en devoir et en droit d’appartenir aux Sahraouis occidentaux, dans la mesure où ils sont les seuls descendants patentés de la dynastie des El Mourabitoune (les Almoravides)
    (3) Dans la même cellule -réservée à l’époque aux résistants « V.I.P »- où fut emprisonné cinquante huit ans plus tard l’autre grand résistant gaulois Vercingétorix.
    (4) Marius et Jugurtha étaient tous deux les plus proches et meilleurs lieutenants de Scipion Emilien, dit plus tard  » l’Africain », dans la campagne militaire victorieuse de Numance en Espagne. Ce qui signifie qu’avant d’inventer la technique de la guérilla, Jugurtha maitrisait déjà parfaitement l’art de la guerre conventionnelle.




    0



    0
      De passage
      7 septembre 2016 - 6 h 43 min

      Excellentissime ! Brillante
      Excellentissime ! Brillante intervention, il n y a rien à rajouter.
      Une petite précision cependant : le terme Bakhssa qui a traversé les millénaires jusqu’à l’époque contemporaine a bien pour origine la traîtrise de Bocchus Roi de Maurétanie envers son gendre Jugurtha mais le sens donné est « honte » hchouma et non pas traîtrise, le terme garde par ailleurs un sens péjoratif prononcé.
      Salutations.




      0



      0
      Bachir bachi
      7 septembre 2016 - 11 h 07 min

      Je ne sais comment vous
      Je ne sais comment vous remercier pour ces éclaircissements…milles MERCI… Ils me rendent malade avec leur comportement vicieux et ennemi. Que faut il faire pour qu’ils nous laissernt tranquille, et s’occuper de leur problème avec l’ONU? Merci encore.




      0



      0
    Anonymous
    15 août 2016 - 17 h 07 min

    L’affaire est pliée ! Nulle
    L’affaire est pliée ! Nulle confiance en les autorités marocaines de la part de la population algérienne.




    0



    0
    Sprinkler
    15 août 2016 - 11 h 04 min

    …Nous n’avons que trop
    …Nous n’avons que trop tardé à fermer cette antenne du Mossad à Alger. Dont le digne représentant – cette gallinacée en photo remettant ses Lettres de créance en babouches jaunes – s’évertue à prodiguer des leçons de morale à nos journalistes qui lui donnent des nuits blanches. Ce Maroc fourbe et perfide qui avance dans la…régression est une tête-de-pont du sionisme, du wahabisme et du néocolonialisme français. Voilà quelques lieux communs toujours bons à rappeler à ce rebut des nations.




    0



    0
    HAMAILI
    15 août 2016 - 10 h 18 min

    MOI , PERSONNELLEMENT JE
    MOI , PERSONNELLEMENT JE PENSE QU’ILS EST TRÈS POSSIBLE DE FAIRE BEAUCOUP DE MAL AU MAROC SIMPLEMENT PAR LA CHOSE SUIVANTE : DONNER UNE IMPORTANCE CAPITALE AUX SPORTS , INSTALLER DES GYMNASES DE PARTOUT EN ALGÉRIE ACCESSIBLE A TOUTE LA POPULATION HOMMES ET FEMMES ET ENFANTS SANS AUCUNE DISCRIMINATION GÉRER PAR DES SPORTIFS,ÉDUCATEURS POUR LES CENTRES DE LOISIRS OU AUTRES , ET NON DES PORTIERS INCULTE BÊTE ET MÉCHANT ,AUCUNE GRACE NI SYMPATHIE DANS SON VOCABULAIRE !!!! LA JEUNESSE ROUILLE ÉNORMÉMENT , AUCUNE STRUCTURE SPORTIVE DANS LES QUARTIERS , PAS DE TERRAIN DE FOOT DANS LES QUARTIERS NI DE TERRAIN DE BASKETS , PAS D’AIRS DE JEUX POUR ENFANT DANS LES QUARTIERS OU LES ENFANTS PUISSENT S’ÉPANOUIR AVEC LEURS PARENTS ET PETITS COPAINS , TRÈS PEUT DE BASSIN DE PISCINE , ILS DEVRAIENT Y AVOIR PLUSIEURS SALLE DE BOXE , JUDO ET TOUTE DISCIPLINE CONFONDU DANS TOUTE L’ALGÉRIE ET VOUS VERREZ QUE LORS DE COMPÉTITION INTERNATIONALE LES RÉSULTATS SERONT IMPRESSIONNANT CAR TRÈS GRAND POTENTIELS DANS NOTRE JEUNESSE!!!! MOI MÊME QUI A DES ENFANTS SPORTIFS DE HAUT NIVEAU , LE SPORT CANALISE ,ÉDUQUE LE COMPORTEMENT DES ENFANTS ET LES ÉLOIGNENT DE LA DROGUE ,L’ALCOOL, LE VOLS ET TOUTES SORTES DE BÊTISES !!! CAR ILS Y A L’ESPRIT DE COMPÉTITION OU L’ENFANT EST PLONGER DANS UN AUTRE MONDE CELUI DU SPORT QUI EST UN LANGAGE UNIVERSELLE !!! VOUS PENSEZ VÉRITABLEMENT QUE LA FRANCE EST RICHE ? NON C’EST UN PAYS PAUVRE MAIS QUI VIT DE PILLAGE DE RICHESSE , D’ESCROQUERIE ETC….. OBSERVEZ SON POTENTIEL SPORTIF , SES EQUIPEMENTS , DANS CHAQUE QUARTIERS SURTOUT LES ZUP OU ILS Y A DES SALLES DE CLUBS OU LES ENFANTS DE FAMILLE PAUVRE PEUVENT PRATIQUER LE SPORT DE LEUR CHOIX EN PAYANT UNE MODESTE SOMME REPARTIS SUR PLUSIEURS MOIS , CES ENFANTS SE DÉFOULENT DANS DES SALLE DE SPORT , ET POUR UNE BONNE PARTIE D’ENTRE EUX OU ELLES FINISSE CHAMPION DU MONDE OU D’EUROPE !!!! LE SPORT ÉLOIGNE DES TURPITUDES ET DÉVELOPPE L’ECONOMIE DU PAYS PAR LES VENTES D’ÉQUIPEMENT SPORTIFS , SURVÊTEMENTS , LE SPORT A DES ENJEUX POLITIQUES , IDÉOLOGIQUES , GEOCULTURELS QUI RECOUVRE L’UTILISATION DU SPORT ET DE CES CHAMPIONS DANS LES NOUVELLES FORMES D’AFFRONTEMENT QUI SURGISSENT AU XX EME SIÈCLES, COMBIEN DE SOMME D’ARGENT ONT ÉTÉ DÉTOURNER A DES FINS PERSONNELLES POUR CERTAINS MEMBRES DU GOUVERNEMENTS ? DES MILLIARDS DE DOLLARS !!!! C’EST ÉNORME !!!! SURTOUT POUR UNE JEUNESSE PAUVRE POUR LA PLUPART , MAIS Là N’EST PAS LA QUESTION , POUR ARRÊTER LA CONSOMMATION DE DROGUE (cannabis / iblis ) ILS FAUT METTRE LE PAQUET SUR LES INFRASTRUCTURES SPORTIVE ET SVP DE GRACE GÉRER PAR DES SPORTIFS DE PRÉFÉRENCE JEUNE ET NON DES VIEUX EN COSTUMES ,CRAVATE QUI SONT INCAPABLE DE FAIRE UN FOOTING DE 10 MINUTES !!! LE SPORT PEUT DONNER DE L’ESPOIR A NOTRE JEUNESSE POUR ABANDONNER LA DROGUE ET LES METTRE SUR LES RAILS DE L’AVENIR ECONOMIQUE , POLITIQUE ET PATRIOTIQUE




    0



    0
      Anonymous
      15 août 2016 - 23 h 44 min

      Je te cautionne à 100/100..
      Je te cautionne à 100/100…investir dans le sport et ce sera une autre Algérie…trés positive biensur…loin de la drogue,des prisons…juste un petit effort…un projet de société…




      0



      0
    Inconnu aime le bien
    15 août 2016 - 5 h 11 min

    La liberté de la presse n
    La liberté de la presse n’existe nulle part ailleurs.
    (…)




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.