FFS : «Il faut revivifier l’esprit d’indépendance !»

Commémoration du 59e anniversaire du Congrès de la Soummam par le FFS à Ifri Ouzellaguen. D. R.

Le Front des forces socialistes (FFS) organise un rassemblement à Ifri Ouzellaguène, à l’occasion de la célébration du 60e anniversaire du Congrès de la Soummam, ce samedi 20 août à 10h. C’est ce que nous apprend un communiqué de ce parti qui a choisi le mot d’ordre : «Du consensus pour la libération du pays au consensus pour la libération du peuple».

«Comme chaque année, nous célébrons cet évènement historique parce que nous attachons un grand intérêt aux décisions et aux résolutions issues de ce congrès qui, pour les plus importantes d’entre elles, demeurent encore d’actualité», note le FFS, qui estime que «c’est ce congrès qui a permis un consensus national à travers une plate-forme politique et la mise en place des instances de la Révolution algérienne».

«Le sens capital de ce congrès réside dans la nature politique et contractuelle d’une stratégie de libération nationale», souligne encore le plus vieux parti d’opposition du pays, qui ajoute que «lors de cet évènement a été affirmé le principe du primat du politique sur le militaire, un principe qui demande toujours à être respecté et appliqué».

«Aujourd’hui, souligne le Front des forces socialistes, dans un contexte international et régional complexe et alors que le pays vit une étape difficile et périlleuse, nous tenons à célébrer avec force le 60e anniversaire de ce congrès qui peut constituer une occasion de revivifier et de renouveler l’esprit d’indépendance, l’esprit patriotique et l’espérance démocratique de notre peuple». «Le FFS veut faire de cette date un rendez-vous avec l’histoire, car la construction démocratique de la nation algérienne est une exigence historique et politique», conclut le parti du défunt Hocine Aït Ahmed.

Lina S.

Comment (8)

    Anonymous
    19 août 2016 - 6 h 17 min

    L’independence n’est pas
    L’independence n’est pas encore acquise. Les Algériens doivent encore la chercher .




    0



    0
    MASSIVA
    17 août 2016 - 19 h 43 min

    Les attributs du congrès de
    Les attributs du congrès de la soummam, il faut d’abord les pratiquer dans sa demeure et à tout un chacun doit graviter autour de son orbite.
    des transitions sur d’autres orbites peuvent créer des dégâts.




    0



    0
      MELLO
      18 août 2016 - 13 h 37 min

      « L’habitude a été prise par
      « L’habitude a été prise par certains de reprocher au FFS une chose et son contraire, d’amoncer sa mort et d’annoncer en même temps que c’est une menace aux frontières, qu’il deale avec les islamistes et qu’il manque aux démocrates, qu’il est compromis avec le pouvoir et en même temps qu’il est un oppositionniste chronique et irréductible », allocution d’ouverture de Hocine Ait Ahmed au 4e congrès du FFS à Zéralda.
      En effet, la répétition de ces coups, caractérisés par l’acharnement des services et parfois assénés par des anciens de la maison FFS, a mainte fois fait vaciller le FFS. « Pour un observateur initié, c’est un miracle si le FFS est encore là. Et ce miracle vous le FFS l’a construit petit à petit comme un nid, pierre par pierre comme un temple de la démocratie, douleur après douleur comme un champ de résistance »,
      Constatant, dès le départ, cette dérive autoritaire, Ait Ahmed a fondé un parti prônant la restitution du pouvoir au peuple. Pour lui, « la raison d’être du FFS est que sur la terre des chouhadas soient bannis, soient interdit, soient sanctionné les pratiques d’intimidations, de terreur, de torture et les disparitions. » Il est clair aujourd’hui que ces pseudos défenseurs du respect des droits ne s’élèvent que pour éclabousser le FFS. Pour cette raison, les militants du FFS doivent rester vigilants en ne tendant pas l’oreille aux adversaires acharnés de leur parti.




      0



      0
    الهوارية..في أمريكا
    17 août 2016 - 14 h 59 min

    AP, on ne peut pas zoomer vos
    AP, on ne peut pas zoomer vos photos!!!!




    0



    0
    Gamoussi
    17 août 2016 - 14 h 50 min

    Mea Culpa je voulais dire 20
    Mea Culpa je voulais dire 20 août 1956.




    0



    0
    Gamoussi
    17 août 2016 - 14 h 47 min

    Il y a deux ans, un 20 août
    Il y a deux ans, un 20 août 2014 dans l’extrême ouest Algerien j’étais atabler sur une terrasse d’une cafétéria en compagnie d’amis dont un kabyle donc de la région de Kabylie., tout â coup: des hauts parleurs retentissez dans une placette , une voix radiophonique relatée les héros de la Soummam avec une musique de fond et des chants patriotiques algériens de la Guerre d’Algérie. Cette région algérien commémore la date du 20 août 1954. Mon camarade Kabyle était bouché bais et stupéfait.




    0



    0
    LotfiALN
    17 août 2016 - 12 h 26 min

    Chers compatriotes.

    Chers compatriotes.
    Cette date est sacrée pour tous les algériens dignes de ce nom.
    Absents physiquement mais présents avec vous par le coeur et l’esprit.
    Nous n oublierons jamais les sacrifices de nos aînés ni de ceux qui ont combattu dans les années 90 pour que l’Algérie reste debout.




    0



    0
    MELLO
    17 août 2016 - 11 h 28 min

    De toute évidence le Congrès
    De toute évidence le Congrès de la Soummam, comme tout ce qui est grandiose transcende la conjoncture historique qui l’a vu naître pour devenir un événement d’une portée nationale et internationale INCOMPARABLE. Préserver en premier lieu ce qu’il y a de plus vrai de plus positif et de plus fondamental dans une culture politique qui a quand même – cahin caha – réussi à conduire vers la victoire la lutte de notre peuple pour recouvrer son droit à l’auto-détermination et à l’indépendance . Témoigner en deuxième lieu des idéaux démocratiques et du principe de  » la primauté du politique sur le militaire  » proclamés par le Congrès de la Soummam . Et ce , quelque soient l’avenir de leur témoignage ainsi que sa portée sur la société ; certes celle-ci n’avait pas oublié les promesses « d’une république démocratique et sociale  » ,Pour notre jeunesse , c’est une arrogance insupportable de se voir dépossédée de son passé et des significations qu’elle lui accordait .La traque organisée de la vérité , l’effacement des traces qui rappellent l’extra-ordinaire mobilisation des femmes et des hommes libres de tous âges .Cet invraisemblable détournement de sens du combat libérateur , refuge ultime de la mémoire et de l’identité nationales s’est aussi effectué en plein jour et à ciel ouvert . Oui ! la dictature a mené pendant près de quarante ans une politique de déculturation , de dépolitisation voire de déstabilisation mentale des Algériennes et des Algériens afin de rendre impossible toute pensée et toute action logiques . Par contre elle a donné toutes ses chances à l’inculture politique , à la culture du mensonge de la manipulation et de la violence .Certains cercles du pouvoir s’évertuent encore à rendre irréversible la politique de la kalachnikov et des dobermans .Étrange attirance du vide d’Etat, où une société en plein désarroi retourne à ce qui l’a fondé et uni le 20 août 1956. Faire revivre le congrès de la Soummam c’est ouvrir la voie à l’espoir et redonner à la nation algérienne confiance en elle-même. C’est ainsi que considère le FFS les attributs du congrès de la soummam




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.