Le mensonge de l’historien Ali Guenoun

Par Saadeddine Kouidri – Dans son article «Le débat communautarisé empêche l’émergence d’une mémoire nationale plurielle», Ali Guenoun, docteur en histoire à Paris I Panthéon Sorbonne et chercheur associé à l’Institut des mondes africains, affirme que «Ben Bella contestait surtout le fait que les rapports avec l’Egypte soient énoncés comme des rapports d’alliance et non de subordination. Il réagissait à un point précis du texte de la Soummam dans lequel est précisé que la Révolution algérienne « n’est inféodée ni au Caire, ni à Londres, ni à Moscou, ni à Washington »».

Après une telle sentence, on se demande qu’elle est au juste la réaction de Ben Bella qui fait dire à l’historien que cet ancien responsable de l’Organisation spéciale (OS), membre des neuf historiques, premier président de l’Etat algérien était rien moins qu’un subordonné à l’étranger. Dans ce cas, pourquoi s’était-il révolté contre le colonialisme ? Il semble être un poltron aux yeux de cet historien ? C’est incroyable.

Nous connaissons les idées de Ben Bella, mais au point d’en faire un valet reste un pas qu’aucun citoyen sensé n’oserait franchir. Pourquoi cet historien ne donne-t-il pas ne serait-ce qu’une phrase de l’«accusé» pour étayer son propos ? Le diplôme de Paris serait-il un moyen pour nous faire avaler la capsule empoisonnée ? Il faut être diplômé de la Sorbonne pour s’aventurer sur ce terrain un jour de 20 Août ?

L’historien semble en contradiction avec le titre de son l’article, de son intention première ; le docteur, en fait, s’emmêle les pédales. C’est à se demander s’il n’utilise pas l’histoire pour un objectif politique ou de subordination.

S. K.

Comment (59)

    Rez
    10 novembre 2016 - 18 h 26 min

    Vous etiez juger tous a votre
    Vous etiez juger tous a votre just valeure . Ca veut dire rien car vous etes des vos rien.
    Elle a jouer dans une drama moyene avec athmane aliouat qui lui fait de lombre daileur et vous entandre parler on dirait qu’on parle de chafia bodraa ou autre grande figures de cenima.
    Honnetement on a plus fe bon acteurs et on plus de cenima donc avp laissant le chauvenisme de cote redevenant corectes avec les autres… les tunisiens on rien fait du mal.




    0



    0
    Kaddour
    24 août 2016 - 7 h 26 min

    Ben Bella, Ahmed Ben Bella
    Ben Bella, Ahmed Ben Bella était engagé dans l’armée française il participa à la bataille de Monte Cassino en Corse contre l’Allemagne nazi. Révolutionnaire algérien, membre de l’ALN …Grande figure de la libération de l’Algérie. Non ce n’était pas un vallet.




    0



    0
    Wina
    24 août 2016 - 7 h 22 min

    Votre article « grassement
    Votre article « grassement titré »,cache mal votre malaise a admettre la vérité..Quels arguments avez vous pour contredire l’historien , si ce n’est de lui faire un procès d’intention?




    0



    0
    salim
    23 août 2016 - 21 h 17 min

    Voici un texte concernant l
    Voici un texte concernant l’organisation et la constitution du B’Nai B’Rith France. Lisez attentivement ce texte, vous aurez idée sur la personne à ‘l’origine de la lettre sur Ben Bella. Le texte est trop long n’a été publié que le strict nécessaire.

    Bureau .1974 :
    président : Sam Hoffenberg.
    vice-président : Robert Mizrahi .
    trésorier : Georges Kahn.
    secrétaire générale :Jeannette Rozenblum.
    secrétaire général adjoint :Robert Behar.
    membres du comité directeur (en outre) : Ernest Apfeldorfer, Léon Bergman,
    L. Bleitrach, M• Etienne Bloch, Jean Blum, Prosper Couka, Béno Farhi, Marc Guenoun , Me
    jacqueline Jacob, Georges Kahn , Jules Muller , jacqueline Schnecbalg, André Sperling, Jacques Vatine.
    S’y ajoutent en outre :Daniel Haim, président de la commission Israël du B’naï B’rith de France (1990), les membres de la commission culturelle européenne (membres français, 1990) : Jean–Pierre Allali (Paris), Philippe Abecassis (Besançon), Flora Abihssira (Paris), Léon Alhadeff (Nice), Vitalis Altun (Nice), Armand Amselem (Toulouse), Evelyne Amselem (Toulouse), Max Ayache (Nice), Henriette Baitel (Nancy), Simone Becache (Lyon), Denise Benattar (Nancy), Michel Benichou (Paris), Jo Cicurel (Nice), Paulette Fried (Bordeaux ), Alain Grinchowski (Nice), Charles Hoffman (Paris), Evelyne Krief (Paris), Danièle Leval (Lyon) , Fred Michel (Nice), Laure Munz (Lyon), Claude Netter (Besançon), Annette Nouchi (Bordeaux), Dominique Sananes (Nice), Gérald Sananes (Nice), Suzy Vadiat (Na ncy), Marie-Louise Weil (Bordeaux), Marlène Zaoui (Nice).




    0



    0
      Anonymous
      24 août 2016 - 6 h 10 min

      M.Salim.Il n’y a pas le texte
      M.Salim.Il n’y a pas le texte. Pouvez vous nous donner le lien pour pouvoir le lire ou me l’envoyer à mon adresse electronique :[email protected]




      0



      0
      Kouidri Saadeddine
      24 août 2016 - 10 h 24 min

      M.Salim.Il n’y a pas le texte
      M.Salim.Il n’y a pas le texte. Pouvez vous nous donner le lien pour pouvoir le lire ou me l’envoyer à mon adresse electronique :[email protected]




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.