Benghebrit : «Aucune matière ne sera exclue des épreuves du baccalauréat»

La ministre de l'Education nationale, Mme Nouria Benghebrit. New Press

La ministre de l’Education nationale, Mme Nouria Benghebrit a affirmé jeudi à Alger qu’aucune matière ne serait exclue des épreuves du baccalauréat et que les propositions examinées avec les partenaires sociaux seraient soumises prochainement au Conseil des ministres.

Dans une déclaration à la presse en marge d’une rencontre avec les directeurs de l’Education nationale dans le cadre des préparatifs en prévision de la rentrée scolaire (2016/2017), prévue le 4 septembre, Mme Benghebrit a indiqué que les rumeurs faisant état de l’annulation de la matière «Education islamique» de l’examen du baccalauréat étaient «infondées», ajoutant que «cette question n’a jamais été évoquée niveau du ministère».

Elle a précisé dans ce contexte que les points examinés avec les partenaires sociaux concernant l’examen du baccalauréat, portaient notamment sur «la non annulation d’aucune matière, le mode d’évaluation continue, la réduction des jours d’examen et l’application progressive des propositions».

Ces propositions «seront réexaminées tout en tenant compte des observations soulevées lors du conseil de gouvernement concernant cette question avant de les soumettre au Conseil des ministres», a-t-elle souligné.

«On s’attend à d’autres rumeurs remettant en cause le travail accomplis par le ministère d’autant plus que l’année 2017 sera marquée par des échéances politiques où certains tentent d’instrumentaliser l’école à leur propres fins», a-t-elle déploré.

«L’école doit être au-dessus de toute considération», car il s’agit, a-t-elle martelé, «d’un pari sociétale où notre seule référence étant la Constitution et le programme du président de la République».

Concernant la deuxième génération des programmes scolaires à adopter à partir de la prochaine rentrée scolaire, la ministre a démenti tout retard dans le contenu qui a été révisé en 2009 et dont les objectifs avaient été présentés lors d’un symposium tenu en juillet 2015.

«Les améliorations apportées aux programmes n’opèreront aucune modification profonde dans le secteur de l’Education», a insisté la ministre.

Elle a annoncé une réunion avec les partenaires sociaux, mardi prochain, pour examiner des questions telles que la rentrée scolaire et le dossier de la retraite.

Elle a en outre rappelé que 148 00 enseignants sur 700 000 candidats avaient réussi au concours de recrutement d’enseignants, organisé en avril dernier, soulignant que les résultats du concours serviront de plateforme pour procéder au recrutement selon les besoins nationaux.

Lors de sa réunion avec les directeurs de l’Education, la ministre a appelé à «réunir les conditions favorisant le travail» et à «gérer le secteur au niveau local dans la transparence» en vue d’«opérer le saut qualitatif escompté et de bâtir une école stable et de qualité dans un contexte de mondialisation et de mutations effrénées dans l’utilisation des technologies de l’information et de la communication».

Mme Benghebrit a, par ailleurs, précisé que le cour inaugural de l’année scolaire 2016/2017 sera consacré à «la dimension humaine de certains héros de la glorieuse guerre de libération».

R. N. 

Comment (20)

    anonyme
    27 août 2016 - 23 h 39 min

    il faut faire une rafle et
    il faut faire une rafle et foutre au trou tous les traitres qui empêchent la ministre d’avancer!




    0



    0
    gargotier
    27 août 2016 - 12 h 50 min

    Et voila, un demi pas en
    Et voila, un demi pas en avant; trois pas en arrière… Elle ne pourra rien faire face a l’hydre islamiste en etant dans ce gouvernement qui les cautionnent et qui s’acoquine avec eux… C’est malheureux pour ce pays. Le massacre continue.




    0



    0
    WATANIA
    27 août 2016 - 10 h 24 min

    le faux conflit sur l’école
    le faux conflit sur l’école algérienne cache la contradiction principale entre deux idéologies et deux projets idéologiques , politiques et stratégiques de l’indépendances … le premier est d’inspiration saoudienne et défendu par les mercenaires de ce royaume arabe impérial et qui considérai l’Algérie comme un « Qotr » c’est à dire une wilaya arabo-islamiste de Mawalis et que son histoire commence avec la conquêtes des généraux Ommeyades du califat de Damas El Oualid ibn Abdelmalek … le deuxième est un projet nationaliste algérien dont le socle et la composante est berbère et qui considère l’Algérie comme une nation auto-constituée dont l’histoire est berbère et commence avant Carthage et dont l’Achèvement historique a été réalise sous forme de républiques algérienne souveraine libre et indépendante en 1962 .. ces deux projets sont irréconciliables .. les nationalistes algériens doivent se démarquera définitivement dans leur berbérité nationale de combat et de résistance pour défendre la nation algérienes , la république , le peuple et l’identité algérienne berbère .. Ils ne doivent rien négocier avec l’ennemi et doivent être Victorieux comme la foudre et redoutables et dangereux à l’échelles matinale et mondaine contre les mercenaires en ciblant la tète de l’empire … la seule solution de ce conflit en termes simples c’est ou bien la destruction militaire de l’une ou de l’autre partie ( c’est a dire soit l’Algérie ou l’Arabie saoudite et ses mercenaires ) ou bien la Paix sous les conditions berbères algérienes : le royaumes saoudite lève la main sur l’Algérie, dissout ses partis et ses cellules islamistes , rapatrie chez lui ses mercenaires et laisse tranquille les berbères et l’Algérie pour de bon .. BERBERE ne veut pas dire ethnique mais stratégique et national .. tout autre bavardage c’est une perte de temps




    0



    0
    Laetizia
    26 août 2016 - 15 h 26 min

    mme benghobrit n’est pas
    mme benghobrit n’est pas superwoman! elle subit des pressions considérables et une animosité sans pareil du matin au soir, tout ça parce qu’elle porterait, je le dis bien au conditionnel, un projet qui ne correspond pas à la grande entreprise de lavage de cerveau définitif et irrémédiable des barbus, donc il ne faut pas lui demander l’impossible! cela fait quelques années qu’elle est en poste, elle semble piétiner et loin d’éradiquer le problème ou plus exactement le virus dévastateur que tout le monde ici connaît! il faut qu’elle soit aidée d’une façon ou d’une autre : lui flanquer un ou plusieurs hauts fonctionnaires dévoués afin de la conforter dans son autorité et qu’elle puisse se concentrer sur l’essentiel, son ou ses adjoints devront lui être loyaux et parfaitement en osmose avec ses idées. Car pour faire aboutir un projet de modernisation, une réforme du ministère de l’éducation s’impose et cela commence par le recrutement d’une équipe de fonctionnaires de haut rang qui soient déterminés et courageux ! il faut des solutions pour la soutenir concrètement et non pas seulement la placer là et la laisser ce démerder seule face à un merdier gigantesque que d’innombrables incompétents ont perpétré ! en somme il faudrait créer une sorte d’autorité dirigeante autour d’elle pour la soutenir efficacement! je dis cela parce qu’il me semble qu’elle n’agit pas parce qu’elle en est empêchée et ce qu’elle déclare là en est la preuve ! alors monsieur le premier ministre aidez là renforcez son équipe, je veux bien croire que ceux qui l’entourent ont un certain bagage, mais il est apparemment insuffisant parce que tout cela manque d’efficacité : on avance d’un pas et on recule de dix ! D’ailleurs il semble y avoir des actions précises à mener au sein de son ministère qui ne sont pas de son ressort mais de celui de la sûreté nationale ou des services secrets ou autres service compétent qui doit être associé à ce gigantesque chantier. il faut une réorganisation totale de son secteur et cela serait beaucoup trop lourd à mener pour elle seule étant donnée la tâche pharaonique qu’il l’attend toujours, avec tout mon respect et ma considération pour mme la ministre.




    0



    0
      Anonymous
      27 août 2016 - 9 h 18 min

      si elle N’est compétente elle
      si elle N’est compétente elle part, les pression qu’elle subit sont en fonction du salaire qu’elle appercoit, nous demandons toujours l’officialisation du Turc.




      0



      0
        Mounia
        27 août 2016 - 13 h 51 min

        Parlant de compétence d’abord
        Parlant de compétence d’abord commencez par vous en donnant votre nom pas sous l’anonymat.




        0



        0
        anonyme
        27 août 2016 - 17 h 19 min

        sidi mlih zadlou lehoua
        sidi mlih zadlou lehoua ouerrih! kemlet y en a qui veulent faire enseigner le turc inchallah comme langue nationale ? honte à vous !




        0



        0
    Mounia
    26 août 2016 - 13 h 52 min

    Ce député indécent a t-il le
    Ce député indécent a t-il le droit d’user d’un langage méprisant. Ou sont les députés du FFS, de Louiza, du RCD et du FLN(ouverts) pour le remettre en place.




    0



    0
    Anonymous
    26 août 2016 - 11 h 14 min

    Tant que « les sciences ???
    Tant que « les sciences ??? islamiques » continueront d’être enseigner dans l’école algérienne, l’intolérance et le terrorisme islamiques auront de beaux jours devant eux




    0



    0
    lhadi
    26 août 2016 - 10 h 56 min

    Il n’est ni dans mes
    Il n’est ni dans mes intentions, comme je l’ai déjà écrit, de pointer du doigt les bourdes commises en si peu temps par cette ministre de l’éducation nationale ni de lui faire un procès d’intention pour son manque de courage à mettre en place les reformes qui épousent notre siècle. Il importe, à mon sens, de mettre en lumière le programme proposée en matière d’éducation nationale. Que vois je si ce n’est que cette ministre met un peu de baumes sur les plaies et des pansements sur une jambe de bois pour surfer entre paraboles et minarets. Une ministre ou un ministre de l’éducation nationale, à la hauteur de l’exigence de la noble mission, se doit d’avoir comme ambition première de mettre le savoir sur les rails de l’excellence. C’est-à-dire définir, dès le début, les objectifs généraux et les étapes transitoires en même temps qu’il proposera des lois de programme pluri-annuels. L’école algérienne a besoin d’une politique qui oeuvre : 1. Pour la lutte contre la ségrégation sociale. – Mesures sociales – Petite enfance et tronc commun – Education des handicapés. 2. Pour un service public, unique et laïque. – Gestion démocratique – La laïcité – L’éducation civique et morale. 3. Pour le droit au métier. – La formation initiale après le tronc commun – L’orientation – La formation permanente. 4. Pour la qualité de l’enseignement. – Les programmes et les méthodes – L’équipe éducative – La formation des maitres – La revalorisation de la fonction enseignante. 5. Pour l’enseignement supérieur. etc etc. Au jour d’aujourd’hui, l’éducation nationale, la recherche, les activités culturelles de toutes natures ont acquit une dimension nationale en raison des transformations sociales et des progrès des sciences et des techniques. Ainsi la politique de l’éducation nationale doit tendre à satisfaire les besoins économiques, sociaux et culturels du pays et garantir le droit de chacun à l’éducation initiale et permanente. En d’autres termes, l’école a la triple mission de former le travailleur, le citoyen et l’homme. Rejetant toutes ségrégations sociales, combattant toutes les inégalités culturelles, elle s’assignera pour objectif de former et de développer chez tous toutes les capacités possibles ; elle donnera à chacun toutes les chances d’entreprendre ou de reprendre des études et de changer d’activité au cours de sa vie. Pour toutes ces raisons, les progressistes algériens veulent mettre fin à l’alpha et l’omega de la médiocrité, de l’illusion, du trompe-l’oeil et du mensonge érigé comme un statut dans cette république des copains et des coquins. Fraternellement lhadi ([email protected])




    0



    0
    Abou Stroff
    26 août 2016 - 8 h 23 min

    «Aucune matière ne sera
    «Aucune matière ne sera exclue des épreuves du baccalauréat» dixit benghebrit. en effet, il n’y a pas lieu d’exclure quoi que ce soit, du moment que chaque matière a un rôle à jouer dans le formatage de l’algérien lambda. prenons, par exemple, l’éducation dite islamique. n’est ce pas grâce à cette matière Ö combien fondamentale que les algériens apprennent dès leur jeune âge à ne pas voler, à ne pas mentir et last but not least à ne pas tricher aux examens? n’est ce pas grâce à cette matière que les jeunes devenus adultes deviennent des exemples à suivre dans tous les domaines, y compris dans le domaine de la tolérance qu’ils affichent envers d’autres systèmes de pensée ou d’autres religions? moralité de l’histoire: les algériens sont en train de creuser leurs tombes et ils semblent se complaire dans ce processus de suicide collectif.




    0



    0
    Quenelle
    26 août 2016 - 6 h 18 min

    On en reparlera dans un
    On en reparlera dans un avenir proche de ses pseudo-compétences car, voyez-vous , l’équipe qu’elle a ramenée dans ses bagages est loin de ce qui est attendu d’elle !




    0



    0
    Malika
    26 août 2016 - 5 h 01 min

    Le discours de voyou d’un
    Le discours de voyou d’un député islamiste qui s’en prend à Madame la ministre m’a plus que choqué d’autant plus que cette TV de bas de gamme l’a passé durant toute la journée du jeudi. Ce voyou n’a pas cessé de répéter ‘cette femme’ ‘cette femme’ allant de parler jusqu’à de sa tenue vestimentaire. Il a oublié qu’il porte un costume européen alors que selon son esprit il devrait porter une gandoura en laine et des chaussures en peau de chèvre et un turban. Il ne sait pas que Mme Benghebrit a choisi de rester dans son pays l’Algérie qui lui est chère et se battre contre ses pairs terroriste qui infestent nos administrations et surtout nos lieux du savoir prétendant qu’ils connaissent le coran. Mais cet homme oubli qu’il y a des femmes et des hommes de valeurs qui ne les laisserons jamais faire. Madame Benghebrit continuer et débarrasser nous de ces ignorant qui minent l’Algérie!




    0



    0
    Rayes El Bahriya
    26 août 2016 - 3 h 21 min

    Cette femme me fait rêver.

    Cette femme me fait rêver.
    Elle est RAVISSANTE




    0



    0
    Anonymous
    26 août 2016 - 1 h 20 min

    cette ministre est pareille a
    cette ministre est pareille a ses prédécesseurs en plus elle ns fait le cinema du un coup j y vais un coup j y vais pas pas assez courageuse d’ailleurs si elle veut vraiment faire qq chose c d ‘epargner a nos enfants l’hymne national quotidien et le faire comme autrefois hebdomadairement car il perd de sa valeur ce glorieux chant allez chiche mais elle n’osera pas. c la premiere reforme a faire mais comme on est hypocrite …….vive bledna




    0



    0
    hamdi
    25 août 2016 - 20 h 50 min

    cette grande dame a subi
    cette grande dame a subi toutes les injures et elle a tenu. Bravo. Quelques 15O députés, des ex ministres, des pseudo intellectuels, d’anciens inspecteurs generaux, des imams, des enseignants, des associations de parents d’éleves, des partis politiques, des associations de quartier, etc se sont mis de la partie pour tirer à boulets rouge y compris dans la vie privée de cette ministre pourtant calme et pondérée. Je vous le dis tous les chantres de l’arabisation ont vu leurs enfants suivre leurs cursus universitaire à l’étranger. Un ancien ambassadeur l’un des meneurs de l’arabisation depuis boumediene a trois filles qui ne veulent plus revenir de l’angleterre dont aucune ne parle l’arabe.




    0



    0
    Haoui Torkia
    25 août 2016 - 20 h 20 min

    Il fallait répondre à temps
    Il fallait répondre à temps pour prouver que ce n’était pas l’ordre du jour et que c’est grâce à la pression et la vigilance du peuple algérien qu’il y a eu changement de cape .




    0



    0
      Sifax
      26 août 2016 - 4 h 08 min

      et grâce aussi a la vigilance
      et grâce aussi a la vigilance de ce peuple les fils du tourisme sexuel d’a cote sont remis a leurs places




      0



      0
        antar
        26 août 2016 - 15 h 59 min

        le tourisme du gobelet de
        le tourisme du gobelet de café dans la rue et dans le bus. Le tourisme? nous n’avons meme pas des toilettes publiques on parlera du tourisme dans vingt ans




        0



        0
    salaouatchi ali
    25 août 2016 - 19 h 50 min

    Les réformes dans l’Education
    Les réformes dans l’Education s’imposaient .comment un élève qui a obtenu 17,50 en maths,15 en physique et 15/20 en sciences et 07 en arabe et 06 en phylo et 14,20 au bac sciences naturelles 2010 et avec des félicitations et encouragements de la 6ème jusqu’en 2ème année secondaire n’est pas arrivé à faire médecine par exemple.En plus il y a ceux qui veulent faire apprendre les matières scientifiques en français,d’autres qui s’opposent à celà et veulent l’anglais au lieu du francais.je pense que le français pourrait être un facteur de rassemblement entre arabes et berbères.L’Afrique du nord a cette spécificité par rapport aux autre pays arabes du golfe et de l’Egypte .Si nous continuons comme cà à tirer chacun de son coté ,je pense que nous finirons et nous prions DIEU tous les jours que celà ne nous arrive pas,comme les autres pays ayant subi ce soit disant printemps arabe destructeur.j’ai mis algérien aimant son pays puis j’ai mis mon propre nom et prénom




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.