Le pétrole en hausse à l’approche de la réunion d’Alger

Beaucoup d'attente de la prochaine réunion d'Alger D. R.

Le prix du pétrole gagne des points. Le baril de l’or noir s’est vendu aujourd’hui à la Bourse de Londres à 49,50 dollars. A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre valait 49,50 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE), en hausse de 24 cents par rapport à lundi. Même tendance aux Etats-Unis où le baril de «Light Sweet Crude» (WTI) a gagné 31 cents en se vendant à 47,29 dollars.

Cette légère hausse de l’or noir semble être liée à deux facteurs. Le premier est que le dollar s’est renforcé ces dernières semaines par rapport à l’euro. Cela a provoqué une baisse des contrats à terme sur le pétrole brut. «Le billet vert, dont la force nuit aux échanges pétroliers car ils sont libellés en dollars, s’est en effet stabilisé lundi après sa forte hausse de vendredi dans la foulée des déclarations de plusieurs responsables de la Fed qui ont relancé les spéculations sur une hausse des taux d’intérêt d’ici la fin de l’année», expliquent les analyses. Mais cela n’explique pas tout.

Le marché pétrolier bénéficie d’un important appui psychologique lié à l’approche de la réunion des membres de l’Organisation des pays producteurs du pétrole (Opep) le mois de septembre à Alger. L’objet de cette réunion, c’est de conclure un accord entre tous les pays membres qui permettra au prix du pétrole de rester dans la fourchette acceptable de 45 à 60 dollars. Les échos sur un probable accord dans ce sens impacte ainsi les cours du pétrole qui restent très instables pour une multitude de raison.

L’Algérie fait partie des pays qui œuvrent pour un prix de pétrole de plus de 50 dollars. Elle redouble d’efforts dans les coulisses afin de convaincre de gros pays producteurs comme l’Arabie Saoudite pour accepter une politique de stabilisation des prix autour des 50 dollars. Dans son travail de lobbying, l’Algérie est appuyée par le Venezuela.

Ainsi donc, l’Algérie place beaucoup d’espoir sur cette réunion afin de permettre au marché pétrolier de se maintenir à un niveau appréciable et, surtout, afin d’éviter un effondrement total tel que celui des années 1980 qui serait fatal pour le pays. En pleines réformes économiques, l’Algérie veut rallonger la période de «grâce» en cherchant à maintenir la rente pétrolière à un certain niveau afin que les caisses de l’Etat ne se vident pas rapidement.

Pour cela, il faut donc stabiliser le prix à un certain niveau. Et cette stabilisation passe inéluctablement par un accord à Alger. Pour de nombreux observateurs, cette réunion sera celle de la dernière chance. Autrement dit, si elle échoue, le pétrole risque de plonger à des niveaux très bas.

Sonia Baker

Comment (10)

    anti saoud
    3 septembre 2016 - 9 h 28 min

    le pétrole en légère hausse ?
    le pétrole en légère hausse ? ça doit être une manipulation des saoudiens pour calmer les ardeurs de ceux qui veulent geler la production comme le propose la russie, histoire de faire croire que tout va bien pas besoin de se réunir… les saoudiens sont des djinnn




    0



    0
    Algerien pur et dur
    1 septembre 2016 - 19 h 40 min

    En hausse ou en baisse!
    En hausse ou en baisse! Quelle honte! Plus de cinquante ans après l’independance et toujours aucun tissue industriel. Partez on vous vomit. Si vous attendez que les reserves se tarissent, maalihch, prenez ce qui reste et degagez.




    0



    0
    Anonymous
    1 septembre 2016 - 10 h 45 min

    Le pétrole en hausse à l
    Le pétrole en hausse à l’approche de la réunion d’Alger =
    Mauvaise gestion, dépenses, dilapidations, et gaspillages des moyens, et ressources du pays en hausse




    0



    0
    momo
    31 août 2016 - 22 h 54 min

    petrole maudit soir le jour
    petrole maudit soir le jour ou l or noir a couler dans notre pays .aucune reformes au pluriel .rien a l orizon.nos dirigeants save la veriter mais ne font rien a par dilapider l argent a tort et travers . de notre confort artificiel qui nous fait vegeter sans reagir .des voiures villas des richesses qui ne sont pas le fait d un labeur ou d un savoir faire .des subventions qui deformes la realiter de la vrai vie .il n es pas trop tard pour agir mais de grace qu on arrete la mauvaise foi




    0



    0
    AMAR
    31 août 2016 - 20 h 54 min

    JE NE SAIS PAS NON PLUS D OU
    JE NE SAIS PAS NON PLUS D OU ON TIRE CES CONCLUSIONS POSITIVES SUR UNE PRETENDUE HAUSSE DU BARIL…MAIS QUAND MEME REVEILLONS NOUS ! LE PAYS A DEPENSE PLUS DE 1000 MILLIARDS !!! DES RECETTES QUE LES PICS DE LA DEMANDE MONDIALE ONT ENFANTES! DESORMAIS LA CROISSANCE DE TOUS LES PAYS SE CONJUGUE AUX ECO -energie…la demande mondiale ne veut pas rester les bras croises et c est de bonne guerre !!!! CE N EST PAS PRODUCTIF D AMARRER TOUT UN PEUPLE A UN SEUL BARIL DE PETROLE ….DANS QUELQUES ANNEES NOS VOISINS MAITRISERONS D AVANTAGE L ENERGIE SOLAIRE D AILLEURS ILS INVESTISSENT DEJA BEAUCOUPS DANS LES BATTERIES….TOUT COMME LA MEDECINE ON SE SOIGNE BIEN CHEZ EUX ….




    0



    0
    Anonymous
    31 août 2016 - 13 h 37 min

    Le pétrole en hausse à l
    Le pétrole en hausse à l’approche de la réunion d’Alger = Il ne pourra servir pour beaucoup,
    Au pauvre peuple algérien
    Le pétrole à 50,60,70,80,90,100,110,120,130,140 de dollar = dépenses irrationnelles, gaspillages énormes
    Le pétrole à 50,60,70,80,90,100,110,120,130,140 de dollar = corruptions,détournements, fuites de capitaux
    Le pétrole à 50,60,70,80,90,100,110,120,130,140 de dollar = malversations, commissions sous tables,
    scandales divers, et nombreux,…..?!

    La crise algérienne est très très profonde, et multidimensionnelle , surtout une crise morale, et de civisme
    Moraliser la vie économique, et financière du pays coute, peut etre, moins chère que les recettes d’un baril de pétrole à 140 où à 150 dollar pendant quelques mois, au plus une année




    0



    0
    Anonymous
    31 août 2016 - 11 h 20 min

    Il aurait mieux valu ne pas
    Il aurait mieux valu ne pas organiser cette réunion « d’Alger » car çà va encore faire dégringoler les prix qui ne maintiennent depuis quelques temps tant bien que mal entre 40 et 50 dollars ! Vous allez voir, cher amis internautes, vu la divergence grave des points de vue de chaque pays producteurs de pétrole, que le prix va repasser au dessous de 40 dollars !

    A mon avis cette réunion aurait dû être annulée ! c’est une mauvaise idée de l’organiser et je dis « aux experts » et cadres de notre secteur de l’Énergie, arrêtez de vous exciter et vous auriez pu éviter cette réunion de trop !




    0



    0
    sans projet
    31 août 2016 - 9 h 12 min

    sans réelles perspectives
    sans réelles perspectives économiques sur le terrain …..etc , etc …nous sommes dans l’attente d’une remontée des cours de petrole car on ne sait rien faire d’autre ,
    pour changer radicalement et franchement de cap , il faut compter pas moins de 25 – 30 ans avant de maitriser un autre domaine , puis 10-15 ans pour éspérer l’exploiter et en tirer profit ….
    donc pour le moment : prions DIEU pour que l’Or noir remonte .




    0



    0
    Omar
    30 août 2016 - 16 h 07 min

    Je ne sais pas d’ou vous
    Je ne sais pas d’ou vous vient cette info. Moi sur mon ecran en ce moment 18h06 le prix est a la baisse




    0



    0
      mouatène
      2 septembre 2016 - 17 h 00 min

      ya si omar bonjour. peut etre
      ya si omar bonjour. peut etre que ton écran est à l’envers.




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.