L’histoire de la France avec le voile remonte à 1989 : quand Mitterrand soutenait le FIS

François Mitterrand. D. R.

Le problème de la France avec le voile est une vieille histoire. En 1989 déjà, c’est-à-dire à l’époque où le FIS régnait en maître absolu en Algérie, ses relais en France avaient déjà commencé un long travail qui a débouché sur les événements présents. C’est dans l’école, qui se veut, en France, républicaine et laïque, que l’affaire du voile, en tant que signe distinctif de l’appartenance à la mouvance islamiste, a commencé il y a un peu plus d’un quart de siècle. Le fait, qui s’est produit en octobre 1989, dès la rentrée des classes, avait été très largement médiatisé, notamment par le journal télévisé de 20h, à la forte audience, présenté sur Antenne 2 (aujourd’hui France 2). La consultation des archives de l’audiovisuel français permet de se rappeler ce qui s’était passé. Trois élèves musulmanes ont été exclues du collège Gabriel-Havez de Creil (Oise), situé en zone d’éducation prioritaire (ZEP) – un euphémisme qui désigne les banlieues défavorisées à forte concentration maghrébine et africaine – parce qu’elles ont refusé d’enlever leur voile – appelé «foulard islamique» à l’époque – en classe. L’exclusion du collège de ces trois élèves musulmanes voilées, montrait déjà les premiers signes de l’échec de la démarche droit-de-l’hommiste zélée de François Mitterrand qui a permis à la gangrène salafo-wahhabite de se répandre en France en offrant l’asile aux «réfugiés» du FIS «fuyant la junte militaire d’Alger».

C’est à ce moment-là, précisément, qu’a pris sa source le phénomène de radicalisation religieuse, un pur produit de la situation créée, à la fin des années 1980, par la montée de l’extrémisme dans les pays du Maghreb, encore rampant au Maroc et en Tunisie, mais violent en Algérie, et qui a eu son prolongement en apparence inoffensif en France, encouragé par les calculs politiques étroits de François Mitterrand qui en voulait à notre pays.

Pourquoi diable le démocrate François Mitterrand voulait-il instaurer un califat moyenâgeux en Algérie ? «Ce qui importait le plus aux yeux de l’ancien Président socialiste français, c’était de voir l’effacement du FLN de la carte politique algérienne, lui, l’ancien ministre de l’Intérieur durant la colonisation», répond une source informée. «C’était pour lui, comme pour ses pairs, une revanche pour avoir été boutés hors d’Algérie en 1962», explique notre source qui ajoute que les dirigeants français «maintiennent, d’ailleurs, le même leitmotiv tout en comptant, cette fois-ci, sur l’extinction de la génération de Novembre». En participant naïvement à la réunion de Sant’Egidio en 1996, dont l’objectif avoué était de réhabiliter le FIS, le FLN s’était alors «tiré une balle dans le pied» sans le savoir.

L’épilogue de l’affaire du voile est venu avec le président Jacques Chirac qui a été l’initiateur d’une loi adoptée le 15 mars 2004 et appliquée à partir de la rentrée de la même année, interdisant le port de signes religieux «ostensibles» par les élèves dans les établissements scolaires publics. Toutefois, les spécialistes ont noté, à juste titre, que la question vestimentaire islamiste n’a jamais cessé de rebondir jusqu’à poser ce qu’ils considèrent comme «le problème de l’intégration des musulmans dans la société française». Cet été, en 2016, c’est sur les plages de France que la même question est à nouveau soulevée par le burkini utilisé par les baigneuses françaises musulmanes. L’interdiction de ce maillot de bain spécial prononcée par certaine mairies, a été annulée par le Conseil d’Etat et il est peu probable qu’une loi soit votée spécialement pour empêcher des Françaises de le porter pour se baigner, sous le prétexte d’appliquer des prescriptions religieuses.

En octobre 1989, l’exclusion des trois collégiennes avait été prise «au nom du principe de neutralité et de laïcité scolaire». Vingt-sept ans plus tard, c’est le contexte sécuritaire dominé par la menace terroriste qui est brandi pour justifier la mise hors la loi du burkini sur les plages françaises. On voit comment la situation s’est aggravée puisqu’il ne s’agit plus seulement de vêtement, le voile à l’école ou le burkini sur la plage, dont le port «ostentatoire» choquerait le paysage laïc de la France, mais du risque terroriste créé par le recrutement d’extrémistes français, fanatisés au nom de la religion musulmane. Des extrémistes destinés au «djihad» en Syrie et éventuellement dans d’autres pays à déstabiliser, mais qui, soit retournent en France, soit ne partent pas en Syrie et restent sur le sol français. Dans les deux cas, ces extrémistes qui ont tété à la politique mitterrandienne revancharde, commettent des attentats en France, comme ceux de Paris et Nice, alors que la menace est loin d’être écartée.

Un hasard ? Le problème créé en 1989 par la complaisance, jusqu’à la complicité, de Mitterrand à l’égard du FIS, retombe en 2016 sur son disciple François Hollande qui ne sait plus comment l’aborder et encore moins le résoudre.

Houari Achouri

Comment (78)

    Tayeb El Watani
    15 octobre 2016 - 15 h 51 min

    Il n’a pas soutenu le FIS,il
    Il n’a pas soutenu le FIS,il l’a plutôt instrumentalisé avec Belkhir et ses amis pour créer une Fitna entre laïcs et islamistes pour mettre à genou l’Algérie.n est il pas ministre de la justice quand ils ont assassiné le héro Ben Mhidi.




    0



    0
    ANTARES
    6 octobre 2016 - 8 h 27 min

    ET SURTOUT N OUBLIER JAMAIS
    ET SURTOUT N OUBLIER JAMAIS QU IL ÉTAIT DE CONNIVENCE AVEC MAURICE PAPON PRÉFET DE POLICE QUAND LE 17 OCTOBRE 1961 ILS ONT DÉCIDER DE FAIRE UN MASSACRE EN PIÉGEANT UN MILLIER D ALGÉRIENS SE RENDANT A UNE MANIFESTATION SANS PENSER UNE SEULE SECONDE QU ILS ALLAIENT PÉRIR DANS LA SEINE BLOQUER DES DEUX COTE DU PONT DE CLICHY NOS CHOUADAS PRIS AUX PIÈGENT N AVAIT QU ALLAH AVEC EUX ET MITTERRAND A CAUTIONNER CETTE ACTE ABJECTE DIGNE DES NAZIS




    0



    0
    No boutef
    3 septembre 2016 - 18 h 29 min

    Il ya beaucoup de points
    Il ya beaucoup de points communs entre Mitterand et Boutef,c’est des peaux de bananes permanentes,c’est le clanisme,c’est des embrassades de trahisons,vraiment le même parcours .




    0



    0
    martel-en-tête
    3 septembre 2016 - 10 h 23 min

    j’aimerai biens comprendre
    j’aimerai biens comprendre pourquoi le FIS, qui était soutenu par la France, s’est attaqué aux intérêts français? On se souvient de la bombe à l’agence Air France de mauritania et le détournement de l’air-bus, sans compter d’autres joyeusetés de même tonneau. Alors la question qui se pose, où ce soutient était bidon, où les terroristes auteurs de ces attaques n’étaient pas du FIS.




    0



    0
    Jakob
    1 septembre 2016 - 9 h 08 min

    لا تنسى المنظمات السرية التي
    لا تنسى المنظمات السرية التي تنشط قديما وحديثا والتي ب سببها انزلقة البلاد في دوامة العنف و التطرف و المخطط الصهيوني الايراني الذي يختار كباش فذاء والسدج والاغبياء من الشباب المتحمس ليقوم بتطبيق اجندته السرية وهي حرب عقاءدية استخبراتية تقوم بها الدول الاروبية بمباركة اسراءلية ايرانية وهي زعزعة ما تبقى من الدول المسلمة الامنة التي سلمة من الربيع العربي ولولا تفطن الرجال وحكمة العلماء و المشايخ والدرس القديم الذي تجاوزناه لكنا نحن الان ف ي خبر كان فيا اهل البلد العزيز علينا جميعا لن ترظى عنكم لا اليهود ولا النصارى حتى تتبع ملتهم (وبكل بساطة انها المملكة الخفية التي تتحكم في العالم)




    0



    0
      HAMOUDI
      1 septembre 2016 - 20 h 59 min

      ya si @Jakob (non vérifié) ,
      ya si @Jakob (non vérifié) , je ne vois pas où tu veux en venir ! Ici , concernant cet article , il s’agit juste de donner son avis sur la soutien ou pas de Mitterrand aux islamistes en l’occurrence le FIS (Front Islamique du Salut). haaha makane ! Quel est ton point de vue sur çà ! Sur le reste on peut aussi en parler c’est vrai, mais il me semble que c’est un autre sujet !! Bon courage ya si @Jakob.




      0



      0
        Anonymous
        2 septembre 2016 - 8 h 25 min

        Tu peux faire le flic
        Tu peux faire le flic ailleurs ? Ce n’est pas l’esprit de la maison ici.




        0



        0
    Mohamed l'Algérien
    1 septembre 2016 - 4 h 39 min

    Mitterand est le pire ennemi
    Mitterand est le pire ennemi de l’Algérie. Il était dans le gouvertenement de Pétain, durant l’occupation nazie de la France. Mitterand était contre l’indépendance de l’Algérie, comme l’oas et le pen. Mitterand a condamné à mort (à la guillotine) plusieurs révolutionnaires Algériens, quand il était ministre de l’intérieur en Algérie, durant l’occupation Française.C’est mitterand qui a recommandé à Chadli de créer le FIS.Et il y a des preuves. Curieusement Larbi Belkheir qui était un conseiller de mitterand, a été l’architecte de la destruction du pays et du secteur bancaire privé Algérien au profit des banques françaises / la BNP et la Société Générale. Et il y a des preuves. Et c’est toujours larbi Belkheir, ce traître et homme de la France coloniale et actuelle, qui a ramené Bouteflika et l’a placé par un bourrage d’urnes et de fraudes monstrueuses, à la tête du pays, pour organiser par la suite la faillite de l’économie et de l’industrie Algériennes. Et il y a des preuves. La suite tout le monde la connait.




    0



    0
      Rachid
      27 septembre 2016 - 5 h 44 min

      Preuves preuves énumères tes
      Preuves preuves énumères tes preuves sinon je conclus que tu bluffes…




      0



      0
    nabilkarim
    31 août 2016 - 18 h 36 min

    L’histoire ne commence pas en
    L’histoire ne commence pas en 1989. Mais en 1979 avec la révolution Iraniene. En 1980 déjà , des « maâaredh islamiya » étaient dans toutes les wilayates du pays.Salutations.




    0



    0
      Bekaddour Mohammed
      31 août 2016 - 19 h 26 min

      Je confirme pour 1979, une
      Je confirme pour 1979, une année au cours de laquelle le bref séjour en France de l’imam Khomeyni avait surpris un monde qui avait quasiment enterré la religion. Effectivement, ce fut tout un « débat » sur le tchador, et à l’époque l’islam n’était pas diabolisé. Dans l’émission Rétrospective 1979, de la radio France Inter, alors que les intervenants sze perdaient dans les futilités, comme le tchador, Micjhel Jobert tranchera en disant « A mon avis la véritable question c’est pourquoi de nos jours l’islam est la seule religion qui fait chaque jour de nouveaux convertis ». Voilà pourquoi mon propos sur le voile n’a pas été compris par La Cigale, (qui chante si bien !)… Michel Jobert ministre représentait une France saine, comment la lugubre suite a pu avoir lieu ?




      0



      0
    Bekaddour Mohammed
    31 août 2016 - 10 h 46 min

    Dernier morceau… Vous y
    Dernier morceau… Vous y croyez vous à cette historiette du voile ??? Une bonne affaire médiatique commerciale, qui a fourvoyé tant d’innocents. J’ai mentionné LA voile. C’était un temps de l’Islam glorieux, à un moment où Europe et France étaient dans la nuit. L’expression « J’en ai perdu mon latin » viendrait d’un évêque qui s’est mis à l’école musulmane d’Espagne. Nous vivons le temps de La Terre sans voile, le temps de La Terre vue du ciel, cri d’alarme d’un de ces Français restés intacts, Arthus Bertrand. « Etranger, dont LA voile a si longtemps longé nos côtes, (Et l’on entend parfois de nuit le cri de tes poulies)… Saint John Perse in Amers. C’est ça que François Mitterrand avait « compris » EN 1989, mais nous n’étions pas à hauteur de l’islam civilisateur, alors il y a eu les égorgements de masse, l’horreur… Etrange !




    0



    0
      nabilkarim.
      31 août 2016 - 18 h 40 min

      Je m’excuse, mais vous êtes
      Je m’excuse, mais vous êtes à côté de la plaque. Un utopiste.Salutations.




      0



      0
      anonyme 117
      1 septembre 2016 - 6 h 57 min

      l’Islam civilisateur!!
      l’Islam civilisateur!! ahhahahaha.Oui il n’y a qu’a voir dans quelle situation se trouvent les pays musulmans.




      0



      0
    La Cigale
    31 août 2016 - 10 h 37 min

    à : Bekaddour Mohammed (non
    à : Bekaddour Mohammed (non vérifié)
    30 août 2016 – 20:13 : n’essaie pas de noyé le poisson en détournant le sujet qui traite de mitterand sur d’autres sujets qui n’ont rien à voir avec ce criminel d’algeriens .
    Tu n’est qu’un hypocrite un fabulateur tu detourne l’essentiel l’importance la raison évoquer du sujet sur des terrains qui n’ont aucun rapport rien en commun avec le thème soulever par .A.P.
    Et les moutons dépourvus de réflexion personnelle te donnent raisons en cliquant sur le pouce de l’approbation.
    Mais bon ca ne fait que 12 ou 13 personnes sur 40 millions d’algériens.
    Cause toujours tu t’intéresse et ce que tu dévie de parler de mitterand et de son sanglant passé.




    0



    0
    Anonymous
    31 août 2016 - 9 h 56 min

    On s’en fout du voile, la
    On s’en fout du voile, la question qui doit se poser c’est est-ce que les dirigeants et leur conseillers et les hommes de l’ombre seront-ils à la hauteur de bâtir une puissante nation algérienne libre , indépendante et sachant vivre en auto-suffisance.




    0



    0
      anonyme
      1 septembre 2016 - 16 h 32 min

      Bravo pour votre commentaire.
      Bravo pour votre commentaire.




      0



      0
    Prolétaire
    31 août 2016 - 9 h 49 min

    Décidément, l’introspection
    Décidément, l’introspection ne fait pas partie de la personnalité de L’ Algérien. Ni l’auto-critique. Tant il est persuadé d’être irréprochable, d’être incorruptible. Au dessus de tout soupçon. Il représente la morale incarnée. La vertu personnifiée. L’Élu de dieu. De là lui vient l’absence de toute remise en cause. Cette posture est le fruit d’un demi siècle de formatage idéologique accompli par le pouvoir. À lire ou à entendre l’Algérien, tous les malheurs du pays depuis l’indépendance sont, selon lui, l’oeuvre de la main étrangère. Qu’il s’agisse des mouvements berbéristes en lutte pour la reconnaissance de la langue et de la culture tamazight, des multiples combats et révoltes sociales ayant agités le pays depuis 1962, de l’éclosion et de l’expansion des islamistes, de l’explosion du terrorisme, de la faillite économique du pays, de l’expatriation massive, de la fuite des cerveaux, de l’échec de l’école, ou autres tragédies, le pouvoir et les médias accusent toujours certains pays étrangers d’être les instigateurs de nos désastres. Comme si L ‘Algérien du peuple, à chaque fois qu’il lutte et se révolte, il est dépourvu de toute conscience politique, d’intelligence. Il est incapable d’agir par lui même, de lutter pour ses seuls intérêts politiques, ses besoins économiques. À croire que L’ Algérien serait une simple marionnette que des mains étrangères manipuleraient à leur guise.
    Cette propension du pouvoir et des medias à désigner systématiquement l’étranger comme responsable des méfaits de l’Algérie, a abouti au développement d’une attitude paranoïaque se traduisant par l’impossibilité de porter le moindre regard critique sur la politique intérieure du pays au motif qu’il ferait le jeu des pays ennemis de l’Algérie. Ainsi, par un endoctrinement idéologique chauvin profond et massif, le pouvoir est parvenu à souder derrière lui dans une union sacrée quasi mystique la majorité de la population algérienne. Pour preuve, pour ce qui est de l’islamisme, à lire le journaliste, le FIS ne serait pas l’enfant du régime algérien, l’oeuvre de l’école algérienne, le produit des mosquées algériennes, mais le fruit de l’hostilité malfaisante des pays étrangers, notamment les pays du Golf (Arabie Saoudite en tête), et les Occidentaux, et en particulier de la France. Plus grave encore, l’apparition et l’extension de la bigoterie islamique avec toutes ses dérives rituelles vestimentaires et alimentaires moyenâgeuses en France et dans toute l’Europe, aurait été favorisé par les gouvernements français et européen, selon les mêmes médias algériens. Ce nouveau phénomène ne serait pas ainsi le résultat de la nouvelle immigration plus islamisée que sa devancière, pourtant bien musulmane mais avec une pratique plus discrète, plus respectueuse des traditions et coutumes du pays d’accueil. La naissance et l’expansion des mouvements islamistes, pareillement, ne seraient pas l’oeuvre du régime algérien lui-même pour contrer les forces progressistes algériennes en effervescence dans les années 60 et 70, mais l’aboutissement des complots menés par les pays du Golf pour déstabiliser l’Algérie. Tout ce qui nous arrive serait ainsi la faute des pays étrangers : quand ce n’est pas la France qui est accusée, c’est le Maroc, quand ce n’est pas l’Arabie Saoudite, c’est Israël, quand ce n’est pas les inuits, c’est les mormons….ou bien c’est la faute à EL GHOULA….




    0



    0
      HAMOUDI
      31 août 2016 - 13 h 10 min

      @Prolétaire (non vérifié).
      @Prolétaire (non vérifié). Très bonne et très objective analyse sur l’Algérie et son pouvoir politique de l’après indépendance ! Entièrement d’accord avec vous !




      0



      0
        Anonymous
        2 septembre 2016 - 8 h 29 min

        Les deux flic Hamoudi et Le
        Les deux flic Hamoudi et Le proletaire, a moins que ce soit la meme personne, vous importunez beaucoup avec vos soliloques anti-algeriens sous des couverts de verbiage sophistique. Si les algeriens vous derangent dans leur personnalite, le plus simple est de prendre la porte et de cesser de verser ce fiel sur un peuple que vous semblez mepriser et dont vous ne connaissez pas la beaute. Allez ailleurs vomir. On peut etre objectif sans etre negatif ni meprisant ni arrogant. Reglez vos problemes de rapports aux autres et votre ego ailleurs . Vous polluez pas mal ici.




        0



        0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.