Mahour-Bacha : «La préparation de Bourrada a été perturbée par Berraf et Brahmia»

Ahmed Mahour-Bacha. D. R.

L’entraîneur Ahmed Mahour-Bacha, a estimé mercredi à Alger que la préparation de son décathlonien Larbi Bourrada, pour les jeux Olympiques JO-2016 de Rio de Janeiro (5-21 août), a été «fortement perturbée» par «des entraves administratives» provoquées par le Comité olympique et sportif algérien (COA) et la commission de préparation olympique (CPO). «Nous avons demandé une préparation de 181 jours pour Bourrada en vue des JO-2016, avec au menu des stages à l’étranger, alors que nous n’avons bénéficié que de 92 jours, soit la moitié de ce que nous avons sollicité. Le premier stage que mon athlète devait effectuer à Doha a été annulé, nous nous sommes rabattus alors sur un stage à Alger. Le Comité olympique (COA) a pris en charge un seul stage de Bourrada, celui effectué en France d’une durée de 19 jours dont le montant est de 11460 euros», a affirmé Ahmed Mahour-Bacha lors d’un point de presse tenu à Alger.

Pour sa première participation aux Jeux Olympiques, Larbi Bourrada avait décroché la cinquième place à Rio comme lors des mondiaux de Pékin 2015 avec à la clé un nouveau record d’Afrique de la spécialité avec 8521 points. «Nous avons fait une demande pour un stage en Espagne et au Portugal, pour des raisons d’ordre bureaucratiques, nous avons longtemps attendu avant que les formalités liées à ce stage ne soient accomplies. Le jour où je me suis présenté au niveau de la banque pour récupérer le budget alloué à ce stage, grande fut ma surprise de constater qu’il y a eu un manque de 10 000 euros, et que mon assistant Hocine Mohamed n’a pas été autorisé à partir avec nous, alors j’ai décidé d’annuler ce stage», a expliqué Mahour-Bacha. Et d’enchaîner : «L’argent alloué par l’Etat pour la préparation des athlètes pour les JO-2016 n’a pas été utilisé à bon escient. Il y a eu un dysfonctionnement flagrant et ce n’est pas normal. Le président du COA Mustapha et Brahmia ont dit beaucoup de mensonges à propos de ce sujet», a-t-il dénoncé.

Pour l’ancien décathlonien des années 1970-1980, la préparation de Bouarrada a été perturbé par «Berraf et Brahmia», soulignant que la préparation de son athlète s’est déroulée «depuis avril dernier grâce à l’apport de la fédération algérienne (FAA).» Selon Ahmed Mahour-Bacha, c’est «insensé qu’un budget de préparation pour le JO, estimé à 3 millions d’euros soit sous le contrôle de deux personnes. Il n’y a guère de transparence là-dessus. Je ne vais pas entrer en conflit ou rabaisser mon niveau, mais ce qui s’est passé est inacceptable», appelant au passage à la nécessité de voir «le ministère de la Jeunesse et des Sports reprendre de nouveau le pouvoir de la gestion financière et ne pas le céder au COA».

«Bouarrada doit aller à l’étranger»

Conscient des capacités de son athlète de faire mieux qu’une 5e place décrochée aux JO-2016, Ahmed Mahour-Bacha a reconnu qu’une préparation d’un athlète de haut niveau en Algérie n’était «jamais suffisante». «Tous les stages effectués par Bouarrada à l’étranger étaient une totale réussite, mais une fois rentré au pays, c’est tout le travail qui part en fumée Dans cette optique, je pense que la solution est de voir Bourrada aller à l’étranger pour s’établir là-bas pour de longues années. Et comme je ne suis pas en mesure de l’accompagner, je vais saisir le MJS pour le prendre en charge, d’autant qu’il est capable de décrocher une médaille aux prochains mondiaux 2017 de Londres et même aux JO-2020 de Tokyo», a-t-il affirmé.

Mahour-Bacha a considéré en effet que «la 5e place décrochée par Bourrada à Rio ne reflète pas son véritable niveau» ajoutant que c’est le fait d’avoir préparé cette compétition pendant seulement trois mois qui l’a autant amoindri. «Bourrada a un énorme potentiel et sa marge de progression est importante. Mais il doit partir à l’étranger, car c’est là qu’il trouvera les moyens nécessaires pour sa progression et atteindre son meilleur niveau», a-t-il insisté.

Enfin, Mahour-Bacha a révélé qu’il avait saisi en mars dernier, à travers une correspondance, les pouvoirs publics sur «les lenteurs et les difficultés enregistrés dans la préparation des athlètes pour les JO-2016, mais mon appel de détresse n’a pas trouvé d’écho», a-t-il regretté.

Ahmed Mahour-Bacha réfute les accusations de dopage

Par ailleurs, l’entraîneur d’athlétisme Ahmed Mahour-Bacha a réfuté les accusations portées à son encontre dans des cas de dopage en Algérie, estimant être victime d’une machination. «Le président de la commission de préparation olympique (CPO) Amar Brahmia n’a aucune preuve contre moi, il m’a accusé à tort alors qu’il n’a pas eu le courage de me citer lors de son point de presse de lundi. Je refuse catégoriquement qu’on me colle l’étiquette d’un entraîneur qui incite au dopage, alors que j’ai toujours été à cheval avec mes athlètes sur ce point», a affirmé Ahmed Mahour-Bacha lors d’un point de presse tenu à Alger. Sous sa conduite, le décathlonien Larbi Bourrada, 5e aux derniers Jeux olympiques JO-2016 de Rio et Zahra Bouras, spécialiste du 800 m, avaient été contrôlés positifs en 2012 à une substance interdite : stalozonol. Les deux athlètes ont été suspendus pour deux années.

«Depuis 2009, j’ai toujours transmis à l’Agence mondiale antidopage (AMA) le programme d’entraînement et le calendrier de Bourrada et Bouras dans le cadre du système d’administration et des gestion antidopage (ADAMS). La substance décelée chez mes deux athlètes peut rester dans le corps d’une période allant de 9 à 16 mois, je ne suis pas fou de leur administrer ce genre de médicament alors qu’ils étaient sous contrôle», a expliqué Mahour-Bacha. Poursuivant son plaidoyer, le technicien est allé jusqu’à parler d’un «acte prémédité» pour nuire à sa personne. «C’est un athlète de handisport qui est à l’origine indirectement de cette affaire, j’ai déposé plainte contre lui. Le concerné a été convoqué à trois reprises par la justice, mais il ne s’est pas présenté. Le dossier a été classé sans suite», a-t-il regretté. Evoquant son avenir, Ahmed Mahour-Bacha a affirmé qu’il continuait «toujours à exercer son métier d’entraîneur et tenter de découvrir des jeunes talents» comme ce fut le cas avec Bourrada.

R. S.

Comment (6)

    anaALGERIEN
    1 septembre 2016 - 17 h 08 min

    l’étoile rouge qui orne sa
    l’étoile rouge qui orne sa casquette me fait penser aux communistes d’Asie , le serait-il lui Ahmed Mahour-Bacha , j’espère que non !!




    0



    0
    mohdra
    1 septembre 2016 - 9 h 08 min

    Je ne sais pas si les
    Je ne sais pas si les accusations contre lui sont fondées par contre dans le passé j’étais confronté à ce monsieur et chaque fois c’était malsain ett égoïste…
    1. Il n’a jamais formé aucun athlète de renom, il ne fait que « piquer » les athlètes en devenir des autres grâce à l’époque au moyen de sonatrach…(personnellement, il a recruté entre autres 2 athlètes que j’ai formés : Slimani et Khaldi )
    2. Il a utilisé les moyens publics (tél., fax, billets d’avion, stages, hébergement, pour exercer l’activité de manager dont les retombés financières sont privées, c’est incompatible et illégal…C’est comme certains généraux qui utilisent les forces de police pour surveiller leurs locaux commerciaux (fonctionnaires de l’état au service d’une activité commerciale privée…)
    3. Chaque fois que Morceli gagnait qlq chose au niveau international il sollicitait les autorités pour avoir « une petite récompense »
    4. Du temps où je gérais Miloud Abaoub qui a obtenu une médaille de bronze aux championnats du monde juniors de Sidney avec mes moyens personnels(100 000FF sur 2 ans), j’ai sollicité la FAA et le COA pour attirer leurs attentions sur la situation de l’athlète à qui on proposait la nationalité française, ce monsieur m’ a dit  » on s’enfout il peut même devenir juif « …
    5. Il prétend qu’il a fait 3’36 », c’est un mensonge…
    6. Tout athlète qui n’est pas sous sa coupe est systématiquement « saboté »…
    7. Lors de l’organisation du meeting de Annaba il veut empêcher mes meilleurs athlètes à participer mais il fait participer ses 2 frères, j’ai protesté en déclarant que tous les meetings c’est entres autres pour la promotion de l’athlé et qu’on doit dans la mesure du possible intégrer un athlète local…finalement mon athlète participe et il est devant ses 2 frères…
    8. En 1989 quand l’athlé était mal en point au niveau de la capitale avec la piste du 5 juillet HS, il voulait m’imposer un groupe d’athlètes d’Alger dans mon nouveau club PROSIDER ANNABA lors d’une réunion avec Le DG et le président de la ligue…(Le PV de la réunion existe)
    9. Lors des championnats du monde 1999 à Séville il a commencé à semer la zizanie en évoquant les sujets polémiques genre qu’il a été suspendu par le MJS, je l’ai rappelé à l’ordre en disant devant témoins qu’ici à l’étranger on doit être unis et solidaires sous le drapeau algérien,…)




    0



    0
    ANTI-FILOUS
    1 septembre 2016 - 8 h 47 min

    Un peu d’indulgence pour le
    Un peu d’indulgence pour le pauvre Brahmia ! Puisqu’il affirme que grâce à Dieu sa famille a fait la prière du vendredi à Rio !!! Saloperie d’hypocrite ! Il vous faut même Rio pour vos prières ! Et dans les pays pauvres, Dieu n’existe pas ? Et pour les 3 dollars de frais journaliers pour les athlètes, qu’a t-il à dire ? Sale comptabilité pour les hypocrites !




    0



    0
    anonyme
    31 août 2016 - 21 h 51 min

    les barbus sont aux commandes
    les barbus sont aux commandes , ils assassinent ensuite prennent les reines du sport algériens pour étouffer les jeunes talents avant éclosion! saleté de race il faut les combattre jusqu’à extermination!




    0



    0
      anonyme
      1 septembre 2016 - 9 h 42 min

      tu tires toujours les debats
      tu tires toujours les debats vers le bas. De quels barbus parles-tu? T’es malade ou quoi? ….




      0



      0
        Anonymous
        1 septembre 2016 - 14 h 42 min

        C’est agent du makhzen qui
        C’est agent du makhzen qui écrit toujours les mêmes conneries à côté du sujet traité par l’article. C’est le même commentaire qu’il a posté sur l’article l’ancien ministre Sid-Ali Lebib. Les gens savent que le makhzen a affecté ses agents sur les sites algériens pour faire diversion et poster des commentaires sur tous les sujets, dénigrant systématiquement tout ce qui est algérien




        0



        0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.