Acharnement judiciaire contre l’écrivaine anti-intégriste Djemila Benhabib au Québec

Djemila Benhabib mène un combat courageux contre l'extrémisme islamiste. D. R.

Pour ne pas subir les foudres des islamistes, il faut s’attaquer aux musulmans démocrates qui les combattent. C’est une formule devenue classique, utilisée par ceux qui croient que c’est celle qui coûte le moins tout en rapportant le plus sur le court terme. On a vécu cette démarche chez nous, au début des années 1990, avec la fameuse et dangereuse référence aux «laïco-assimilationnistes», lancée inconsciemment ou volontairement pour tourner la violence terroriste vers des cibles plus précises. La formule fait visiblement recette au Québec qui a choisi de laisser poursuivre en justice Djemila Benhabib, auteure du célèbre pamphlet Ma vie à contre-Coran, par un établissement scolaire privé, subventionné à hauteur de 425 000 dollars par le ministère canadien de l’Education, portant le nom d’Ecoles musulmanes de Montréal.

Son «crime» : des déclarations soi-disant «diffamatoires» et «anti-islamiques» faites sur les ondes d’une radio canadienne. Il s’agit, selon la même source, d’une interview datant du 8 février 2012, qui faisait suite à une chronique que l’auteure du livre Les soldats d’Allah à l’assaut de l’Occident avait publiée sur son blogue du Journal de Montréal.

Le procès de Djemila Benhabib s’ouvre le 26 septembre prochain, à Montréal. Elle est soutenue par de larges pans de la société québécoise qui ont décidé d’exprimer cette solidarité en organisant une campagne de collecte de fonds pour «l’aider à défrayer les coûts juridiques occasionnés par cette procédure vexatoire». Mais ses amis craignent les graves conséquences sur la liberté d’expression qu’aurait une victoire de ses accusateurs. Ils tiennent à souligner que ce procès, qu’ils qualifient de «grave tentative d’intimidation», ne relève pas du fait divers mais constitue, expliquent-ils, «une affaire politique qui, par sa nature, interpelle tous les démocrates épris de liberté». Ils appellent à contribuer financièrement au fonds de soutien pour la défense de Djemila Benhabib. Un des journalistes qui l’appuient trouve scandaleux «d’utiliser le système judicaire pour réduire au silence ses adversaires politiques» au Québec qui est «une société dite libre et démocratique».

Djemila Benhabib n’est pas une inconnue des Algériens. Elle est elle-même d’origine algérienne, par son père, et a vécu à Oran avant de s’installer avec ses parents au Canada, qui ont quitté le pays du fait des menaces terroristes. Elle était venue en Algérie en 2010 pour la vente-dédicace à Alger puis à Tizi Ouzou de son livre intitulé Ma vie à contre-Coran, paru au Canada aux éditions VLB, en 2009, et qui venait d’être édité dans notre pays par les éditions Koukou. Djemila Benhabib avait alors parlé de son ouvrage comme «d’une réflexion sur l’islam politique à travers un vécu, mais aussi d’une analyse d’une journaliste algérienne qui a parcouru le monde et qui a vécu, comme tous les Algériens, le rouleau compresseur de l’intégrisme islamiste que l’Algérie a vécu au début des années 1990».

Djemila Benhabib est écrivaine, journaliste, enseignante et conférencière et a obtenu le Prix international de la laïcité en 2012, le Prix humaniste du Québec en 2014 et le Prix de la liberté d’expression en 2016.

Houari Achouri

Comment (175)

    djaffar
    11 novembre 2016 - 12 h 45 min

    cette femme est d une
    cette femme est d une dangerosité extrême. primo elle veut être plus québecoise que tout le Québec . elle s est auto-proclamer spécialiste de l intégrisme islamique , elle s aventure a analyser tous les conflits a travers le monde , c la sœur jumelle d un certain bugingo . par opportunisme uniquement elle dénigre des musulmans . cette femme est une fumisterie . concernant son passe , fuite a cause de l intégrisme etc.. tout ça c du pipeau .
    a bon entendeur salut !




    0



    0
    Maxime Schinck
    25 septembre 2016 - 20 h 04 min

    Je me permets quelques
    Je me permets quelques petites corrections.

    1. «…subventionné à hauteur de 425 000 dollars par le ministère canadien (sic) de l’Education…»
    Au Canada, qui est une fédération, l’Éducation relève des provinces et non de l’État fédéral. Il faut donc plutôt parler de «ministère québécois de l’Éducation».

    2. «Elle est elle-même d’origine algérienne, par son père, et a vécu à Oran avant de s’installer avec ses parents au Canada (sic), qui ont quitté le pays du fait des menaces terroristes.»
    Si je me fis aux écrits de Mme Benhabib, elle a d’abord quitté l’Algérie pour la France, où ses parents résident toujours, pour ensuite s’établir au Canada, dans la province du Québec.




    0



    0
    Libridée tunisienne
    24 septembre 2016 - 21 h 58 min

    Jamila doit être soutenue non
    Jamila doit être soutenue non seulement par les peuples qui vivent la démocratie dans leurs pays, mais aussi et surtout par les peuples épris de liberté d’expression, pis encore épris de liberté que chacun a le droit d’être ce qu’il est. « être ou ne pas être » ce dicton n’est pourtant pas étrange aux canadiens.Où est le mal d’appeler à une société laïque? Où est le mal d’appeler à ce que la religion qu’elle que soit son nom et son origine soit une affaire personnelle et non d’une société, d’un peuple ou encore moins d’un ETAT. On est toujours fier d’être dirigé par un Etat indépendant! Mais où est cette indépendance si cet Etat défend directement ou indirectement, publiquement ou discrètement l’intégrisme, ou même un religion quelconque. Pourquoi s’attaque t-on toujours aux personnes qui plaident pour l’indépendance constitutionnelle, et culturelle de toute religion? Cette plaidoirie ne veut nullement dire que ces personnes sont contre telle religion ou autre. Au début de l’apparition de la religion islamique n’y avait il pas de philosophes arabes qui traiter de existentialisme? n’y avait il pas de gens qui ne croyaient pas en cette religion? Ils n’avaient pourtant pas été pendus! Maintenant, parlons intérêt, L’Etat canadien qui est sensé être laïc, ne doit il pas chercher ses intérêts là où il ne risque pas d’être à contre courant (je dis bien COURANT). En effet comme les temps de l’esclavagisme, du féodalisme, du despotisme, du pouvoir absolu des pharaon, des empereurs, d’Hitler etc sont révolus celui du pouvoir religieux et de l’obscurantisme extrémiste ou modéré est aussi révolu ou du moins pour bien tôt. C’est le courant de l’Histoire, personne n’y peut quoi que soit!




    0



    0
    Maghrebin
    23 septembre 2016 - 12 h 47 min

    Djemila benhabib a le droit
    Djemila benhabib a le droit et elle a raison de critiquer la main-mise du wahhabisme sur les âmes maghrébines . Elle a tort de flirter avec les islamophobes et elle est indéfendable pour ce qui est du plagiât . Les maghrebins du Quebec souffrent des mêmes maux et sont pris entre les feux de l’islamophobie et les griffes de l’intégrisme salafiste. Ils s’en sortiront s’ils sont solidaires et responsables et s’ils acceptent aussi de prendre leurs responsabilités et de cesser de se détruire mutuellement . A ceux qui sur ce site crachent leur haine des marocains et accusent les sionistes ou les marocains d’être responsables de tous les malheurs des algériens , en Algérie comme en Occident , je ne répondrai pas par la même haine . Les algériens sont mes frères , ils ne sont ni meilleurs ni pires que moi ,marocain. Nous avons chacun notre beauté et nos tares, mais une chose en commun : pendant que nous nous disputons comme des chiffonnières, les wahabites et les salafistes nous font la peau et pervertissent notre islam . Les algériens sont mes frères et les marocains ont bien d’autres choses à faire et de problemes internes à régler avant de penser à utiliser djemioa benhabib pour comploter contre l’Algérie voyons ! Soyons sérieux et adultes




    0



    0
    TAGDOUT
    22 septembre 2016 - 8 h 49 min

    Regardez l’expression du
    Regardez l’expression du visage de cette femme : c’est sûr qu’elle est habitée par un démon sioniste… comme on dit chez nous « MESKOUNA » al hanouna ! Lazem enkhardjouh…. sans ça TAHBEH AL MAKHLOUQA……




    0



    0
    Ryan
    21 septembre 2016 - 20 h 33 min

    On peut aussi ajouter qu’elle
    On peut aussi ajouter qu’elle a été condamnée pour plagiat par le Conseil de presse du Québec. Enfin, si on veut être objectif et donner une info complète.




    0



    0
    Prolétaire
    21 septembre 2016 - 12 h 51 min

    L’acharnement hystérique dans
    L’acharnement hystérique dans le dénigrement de Djemila Benhabib déchaîné par les commentateurs n’a d’égal que la misogynie légendaire de ces hommes algériens qui n’ont jamais digéré l’émancipation de la femme algérienne. Surtout lorsqu’elle présente la double qualité d’être à la fois une Femme et une Intellectuelle indépendante affranchie des pesanteurs de sa culture d’origine. Indépendance intellectuelle doublée d’une désaliénation religieuse, inacceptable pour ces dogmatiques musulmans. En vérité, le plus important grief adressé à Djemila Benhabib, cette militante contre l’obscurantisme religieux musulman, c’est justement de critiquer radicalement l’islam, sans tabou ni fioriture. Entreprise de démystification et de démythification de la religion islamique qu’elle n’aurait jamais pu engager si elle résidait encore en Algérie. Mais, apparemment, quoique établie au Canada, elle n’échappe pas à la vindicte populeuse (populace) qui lui voue une haine religieuse puisée aux sources du coran. Cette engeance fanatisée jusqu’à la moelle ne dormira tranquille qu’une fois  » l’héritique femme » aura payé sa forfaiture au prix d’une condamnation exemplaire. L’indépendance d’esprit, surtout lorsqu’elle s’accompagne d’une courageuse liberté de critiquer radicalement l’islam, voilà l’ennemi à abattre. Et particulièrement quand il s’agit d’une femme ou d’un homme issus de culture musulmane. C’est encore plus intolérable aux yeux de ces fanatiques aveuglés par leur religion moyenâgeuse. Qu’une Algérienne ou un Algérien se mette à remettre en cause les dogmes de la religion islamique aussitôt des voix s’élèvent pour réclamer la tête de cet apostat qui ose défier les saintes écritures et perturber la tranquillité de la saine communauté musulmane.




    0



    0
      Prolétaire
      21 septembre 2016 - 13 h 19 min

      Erreur de frappe : hérétique
      Erreur de frappe : hérétique et non héritique.




      0



      0
      ALGÉROIS
      21 septembre 2016 - 13 h 39 min

      Mais tais-toi, donc ! Qu’est
      Mais tais-toi, donc ! Qu’est-ce que tu connais de la Femme Algérienne et de l’Homme Algériens ! Tu ne serais pas …………, une tante de bonobo 6 et du sionisme par hasard ?




      0



      0
    Big eard
    21 septembre 2016 - 9 h 08 min

    Cessons d’être fiers d’être
    Cessons d’être fiers d’être musulmans!
    Nous semons la haine, la mort non seulement chez nous et autres pays musulmans mais partout , USA,UE,Australie, Russie, même en Chine pour des histoires de bondieuseries vieilles de 1500 ans.
    Religion oui mais fanatisme et obscurantisme non !




    0



    0
      Samuel
      21 septembre 2016 - 13 h 10 min

      Big eard tu as raison mais c
      Big eard tu as raison mais c’est la faute d’une mauvaise interprétation des textes religieux. Chacun peut interpréter ceux-ci à sa convenance et certains de nos Imams et nos Ulémas ne s’en privent pas. Ce sont eux les coupables par leurs appels au meurtre de tous ceux qui sont trop tièdes à leurs yeux, comme nos jeunes qui doutent et qui préfèrent les boites de nuit à l’occidental plutôt que nos mosquées.
      Ici je constate une fracture entre les générations. Notre belle religion risque de disparaître tout comme le Christianisme. Il n’y a plus guère que les juifs qui ont su perpétuer la force du judaïsme. Et pourtant ??????




      0



      0
        KABYL LIBRE
        24 septembre 2016 - 11 h 50 min

        Quand on demande à un chien
        Quand on demande à un chien qui est ton témoin ? Le chien répond : ma queue…!!!




        0



        0
      KABYLE LIBRE
      24 septembre 2016 - 8 h 29 min

      « Cessons d’être fiers d’être
      « Cessons d’être fiers d’être musulmans! ». Mais ça va pas, non ? T’as fumé un joint ou quoi, sale sioniste ! Vous semez la mort dans les pays occidentaux que tu as cités avec des opérations false flag que vous menez avec le mossad en intégrant des jeunes désoeuvrés que vous avez endoctrinés et que vous droguez à mort pour faire peser sur l’islam et les musulmans votre haine des pays que vous attaquez et que vous citez… Vous recherchez la domination du monde avec l’aide de ces jeunes. Quitte ce site…




      0



      0
        aylan
        11 novembre 2016 - 14 h 08 min

        l’islam n’est pas une race ni
        l’islam n’est pas une race ni une origine ni identité , mais plutôt une religion qui est un ensemble de doctrines et de pratiques ayant pour objet les rapports de l’âme humaine avec le sacré.et ça chacune est libre dans ses rapport avec son sacré. si c’était dieu qui a donné les religions , comment explique tu qu’il en a fourni plusieurs et nulle ne s’entend avec l’autre , a t’il fait des erreurs?




        0



        0
    Vague De lucidité
    20 septembre 2016 - 18 h 13 min

    il y’a même un de ces
    il y’a même un de ces morpions enragés qui a osé comparé Djemila Benhabib à antar zoubri de triste mémoire. peut être qu’on ne connaît pas assez Benhabib, mais ce suceur de sang de zouabri, la mémoire Algérienne n’est pas aussi amnésique pour l’oublier, alors faites nous rire encore mr le triste guignol, il ne reste plus qu’à comparer cette fille à hitler…




    0



    0
      Flicage colonial ...
      20 septembre 2016 - 23 h 09 min

      Je pense que je vais te
      Je pense que je vais te rejoindre. Il y a une sérieux problème d’amnésie chez les algériens. C’est fou.




      0



      0
      Anonymous
      21 septembre 2016 - 1 h 58 min

      Comment ça on ne connait pas
      Comment ça on ne connait pas Djamila Benhabib ?
      Qui ne la connait pas aujourd’hui ? Elle est devenue célèbre et tout le monde la connait maintenant qu’elle a été officiellement blâmée pour ces innombrables plagiats. Tout le monde au Québec la désigne aujourd’hui comme étant cette immigrante algérienne qui fait dans le plagiat.
      Je ne sais plus quelle québécoise xénophobe avait dit à son sujet : «J’aime bien ce qu’elle écrit, mais ce n’est pas elle qui l’écrit» puisqu’elle se contente en effet de faire du copier-coller des idées d’autres personnes et se les attribue sans la moindre vergogne.
      Il n’y a qu’un «copieur» qui peut se féliciter de soutenir une autre «copieuse» devenue, du jour au lendemain, «intellectuelle» par la grâce des idées et des écrits volés à d’autres vrais écrivains.
      Mais oui, aujourd’hui tout le monde sait très bien qui est véritablement Djamila Benhabib.




      0



      0
    Larbi dziri
    20 septembre 2016 - 18 h 07 min

    Je suis algérien de Montréal
    Je suis algérien de Montréal ayant vécu les annees 90. Anti intégriste convaincu, me considérant laic, car je suis tout simplement MUSULMAN.! Cette femme la, a voulu construire sa carrière politique par l’insulte des musulmans au point ou je me suis senti affecté. Elle n a aucune competence polique. Son programme se base sur un seul point: Insulter les musulmans en faisant croire au quebecois en faisant croire implicitement qu’ils sont tous des islamistes. C’est Honte pour les algériens .
    et les musulmans

    Elle ne vaut meme pas son nom. C’est de la racaille humaine




    0



    0
    Anonymous
    20 septembre 2016 - 16 h 24 min

    Ya Si Houari Achouri,

    Ya Si Houari Achouri,
    Vous êtes bien sûr libre d’avoir vos opinions, mais SVP ne venez quand même pas nous faire prendre, à tout prix, une vessie pour une lanterne.




    0



    0
    Djamel
    20 septembre 2016 - 16 h 18 min

    C’est vraiment du n’importe
    C’est vraiment du n’importe quoi ! Soutenir un «algérienne» qui passe le plus clair de son temps à traiter ses compatriotes d’islamistes et autres intégristes en n’hésitant même pas à les jeter en pâture à une opinion québécoise inculte et islamophobe jusqu’au bout des ongles ?!? Soutenir une «algérienne» qui a fait tant de mal à sa propre communauté juste pour se faire un petit nom «d’arabe de service» sur le dos de celle-ci ?!? Soutenir une «algérienne» qui n’a jamais cherché à mettre en valeur ses origines, sa nationalité de naissance et la fierté d’appartenir à une telle nation ?!? Soutenir une «algérienne» qui n’a finalement réussi qu’à faire honte à cette nationalité par ses plagiats répétés ?!? Soutenir une «algérienne» qui n’hésite pas à marcher sur le corps de sa communauté, de sa nationalité, de ses origines, de son propre pays juste pour satisfaire son petit égo et sa folie des grandeurs ?!?
    Soyons un peu sérieux quand même !




    0



    0
      Vague De Fraicheur
      20 septembre 2016 - 17 h 57 min

      Et toi dans c’est quoi ta
      Et toi dans c’est quoi ta position….ghyulus




      0



      0
        Anonymous
        21 septembre 2016 - 2 h 10 min

        Y a pas à dire, si tu n’as
        Y a pas à dire, si tu n’as pas encore compris sa position c’est que tu dois sûrement être aussi intellectuel que celle que tu soutiens.




        0



        0
    anti infiltrés mekhrebi
    20 septembre 2016 - 10 h 50 min

    le déchainement de haine sur
    le déchainement de haine sur un site algérien à l’encontre d’une algérienne ne peut être dû qu’aux faux-nez maroklebs ! la merde en barre qui s’appelle peuple marochien est en pleine crise, la jalousie les rend fous à lier! attention à ce que vous dites si vous êtes algériens , n’insultez pas l’une des vôtres, défendez la même si vous n’êtes pas d’accord avec elle, il y a d’autres enjeux derrière cette kabbale! les raclures marochiennes vont mourir de jalousie , inchallah ils vont s’étouffer dans leur haine de merde




    0



    0
      Tassadit cherche Prolétaire
      20 septembre 2016 - 15 h 38 min

      Je ne pense pas que ce soit
      Je ne pense pas que ce soit de la haine, mais des malentendus qu’il nous faut lever. Je te rejoins, même si nous ne sommes pas d’accord entre nous et cela ne manque pas, elle est des nôtres et nous devons apprendre à nous parler les uns les autres pour le bien de l’Algérie. Je n’apprécie pas sa confusion avec la religion mais j’adhère pour ce qui relève du fait qu’il nous faut extirper les germes de ce sectarisme qui nous a enlevé des algériens à échelle industrielle. We sould learn that : we should agree to disagree. Nous devons apprendre ceci : nous sommes d’accord pour être en désaccord.




      0



      0
      Vague De Fond
      20 septembre 2016 - 18 h 03 min

      je crois que tu as raison
      je crois que tu as raison cher ami, un déluge de commentaires qui soit disant se démarquent de la secte islamiste pour mieux dénigrer cette brave Algérienne, de manière assez troublante, pour une fois j’adhère à ce type d’arguments. d’ailleurs, il paraît qu’en France, toutes les associations religieuses sont marocaines. donc être laïque, c’est jouer dans leur garde-manger…




      0



      0
    Mustapha
    20 septembre 2016 - 1 h 49 min

    Ah non AP! Elle tient les
    Ah non AP! Elle tient les mêmes propos qu’Eric Zemmour. Nous sommes tous contre Antar Zwabri ses semblables…Cette femme déteste l’islam tout court.




    0



    0
    Nommez-les !
    19 septembre 2016 - 22 h 38 min

    Si le combat contre le
    Si le combat contre le terrorisme est totalement justifiee, s’il faut dissocier l’islamisme de la religion musulmane, je decroche quand on fait le proces de la religion musulmane. Je vais meme plus loin, je n’ai pas ma place entre les barbus et les laicards. Benhabib peut critiquer et c’est son droit. Je l’ai ecoute, elle n’est pas bete, des personnes ici disent qu’elle s’exprime mal en francais et c’est faux. Toutefois cette dame ne sera pas entendue si ces amis sont les identitaires islamophobes. Le debat est impossible, le positionnement si difficile. Il faut, pour comprendre l’impasse dans laquelle notre societe se retrouve, depasser l’anatheme des uns et l’accusation d’arrieration des autres. Pour s’en sortir, de nombreuses pistes sont possibles encore faut-il les entendre. Le systeme educatif, l’education dans la famille sont les piliers de secours pour sortir de la folie des sectaires. Sans compter la lachete des gens qui font de la politique et de l’argent au prix de la dislocation de la societe algerienne. Notamment, la politique complice, lache et perfide des etats occidentaux. L’islamisme n’aurait jamais existe dans les peuples s’il n’avait pas recu de logistique, de financements, de promotion de l’Angleterre, des USA, de la France. Cela a commence en Afghanistan ou les USA ont sciemment utilise les rebelles (achetes, drogues, entraines, brain-washed) avec le financement de l’Arabie Saoudite contre l’Union Sovietique. C’est le peche visible. Le peche originel vient de deux pays europeens qui ont permis l’emergence des Freres Musulmans. L’un a assure le financement et le soutien politique, l’autre a accepte d’en heberger la pus ancienne base arriereTous l’argent des financiers wahabites se trouvent dans les banques occidentales. Les liens sont tellement incestueux que plus aucun pays europeen ne peut se sortir de ce piege sans payer le prix du retour de baton par le devoilement de tous ces liens discrets. Si Benhadid peut contester a juste titre l’islamisme, elle ne peut pas le mettre sur le compte de la religion en soi. La religion musulmane est en grand danger de mort. La mort ce n’est rien. Car tout doit mourir. Mais le plus grand danger vecue par la religion musulmane est sa deformation, son pervertissement, son retournement. L’education a failli, la mentalite a failli, la politique a failli. Il faut convaincre la population algerienne de la necessaire mise a distance des politiciens de la religion pour sauver la dynamique spirituelle de cette religion. Pour ce faire, surement, definitivement, courageusement, le systeme educatif algerien doit changer. L’ecole ne doit jamais etre une chapelle, mais un lieu d’etudes d’outils, de methodes, d’analyse, de creation et de critique. Si l’ecole algerienne ne fait pas sa transformation, si les algeriens ne prennent pas au serieux que le ma du terrorisme en Algerie a commence par l’ecole et sa mise sous tutelle par les Freres musulmans egyptiens arrives au lendemain de l’independance, alors preparons-nous a d’autres deconvenues dans le sang et dans la terreur. Comment expliquer que peu d’algeriens connaissent leurs ecrivains, leurs penseurs, leurs resistants, leur histoire, leur geographie ? Comment esperez qu’ils s’identifient a un pays en le connaissant pour ce qu’il est et non pour suivre les chimeres que furent le panarabisme, l’islamisme ? Un peuple sorti d’un trou noir historique, quasi-analphabete en 1962 en raison de la politique criminelle de la culture algerienne par la France coloniale, doit absolument retrouver le chemin de la memoire et de la reappropriation culturelle pour ne plus etre manipule par de nouvelles chimeres. Les freres musulmans egyptiens ont sur les mains le sang de la decennie noire. C’est ce paradigme qu’il faut faire sauter. Toute la societe algerienne a subi une autre colonisation, moins brutale certes, mais perverse. Des pseudos « freres » ont utilise l’anaphabetisme des algeriens, l’independance nouvellement acquise pour formater les esprits des nouvelles generations apres 1962. La colonisation sous couvert de religion par la secte des Freres musulmans est la pierre d’achoppement qui a genere la decennie noire. C’est cela qu’il faut rendre visible, reconnaissable, identifiable par toute la population algerienne. Si cela n’est pas fait, des gens continueront a identifier le projet politique des Freres musulmans ( des wahabites et des salafistes aussi) au projet spirituel musulmane. Ce travail de devoilement est indispensable. Il faut dissocier. Deja peu de journalistes maitrisent le sujet, peu de politiciens, comment peut-on penser que des ouvriers ou des gens simples pris par la durete de la vie economique puisse prendre le temps de remonter le fil et trouver le poison ? Ce travail d’elucidation n’est toujours pas fait. On reste toujours dans l’approximation, dans la suggestion. Or disons-le une fois pour toutes : les etats qui sont responsables de la situation actuelle dans le monde sont les etats occidentaux qui se font de l’argent et l’etat saoudien et les etats du golfe qui donnent l’argent, bourrent le crane de jeunes desoeuvres a coup de captagon pour les pousser au meurtre, au viol, a la guerre. J’accuse les Etats profonds occidentaux de jouer avec la vie des gens et de manipuler scandaleusement la politique pour leurs finances. J’accuse l’Arabie saoudite, le Qatar, la Turquie, les etats complices de ces pays pour de l’argent d’etre a l’origine des malheurs, des crimes et des guerres qui se deroulent sous fond de terreur. Les populations qu’elles soient europeennes, africaines, americaines, asiatiques doivent sonner le glas et demander des comptes a leurs gouvernants. Pour ce qui concerne les pays ou le vote existe, il faut dechoir de leurs postes par le vote tous les politiciens qui ne prennent pas position contre cet etat de fait. La Syrie vient de perdre 300 000 ames. L’Irak plus d’1 000 000, l’Algerie 200 000. La religion n’est pas responsable de ces crimes. Il faudra desormais dire le nom des commanditaires et de leurs courtisans dits democrates. L’Arabie saoudite est un pays que tous doivcent condamner sans plus attendre. Il faudra convaincre les pelerins de faire la greve du pelerinage a la Mecque pour une raison simple : la Mecque n’appartient pas a la monarchie saoudienne mais a tous le musulmans de la planete et tant que cette monarchie versera dns le financement des guerres contre des vies humaines, il faut jeter la honte sur cet etat criminel et dissocier la religion musulmane de cette mafia sectaire. Le boycott du pelerinage est desormais necessaire et il faut expliquer aux pelerins qui attendent cela toute une vie parfois que l’Arabie Saoudite et son corollaire, avec cet argent, finance le massacre des populations musulmanes : syrie, Libye, yemen. L’Arabie Saoudite doit cesser sur le champ ses crimes, sa falsification de la religion, son outrage. Si elle ne cesse pas, alors il faudra a defaut d’etre vous-memes des hommes de pouvoir, dans vos prieres, appeler a la chute de l’Arabie Saoudite. Si les pays par avarice et par gout de l’argent sont sourds a la souffrance humaine, Dieu repondra a nos prieres : il suffit de le demandeur (« Un demandeur a demande… » dans le Coran.) Benhabib a raison dans la critique, mais pas dans les personnes visees. Des tas de musulmans sont deboussolee. La tete de ce carnage sont la ligue internationale des Freres musulmans, les wahabites saoudiens et leurs rejetons salafistes. Mais de grace l’Islam n’y est pour rien. L’Islam est sur le point d’etre brise par l’inculture, l’ignorance, la sideration des populations musulmanes. Dans tous les pays musulmans les systemes educatifs sont des naufrages, exceptes l’Indonesie. Dans tous les pays musulmans, l’acces aux livres et a la lecture est parmi les taux les plus faibles. Dans tous les pays musulmans, le droit civique et l’association des populations au destin de leur pays est inexistant. Dans tous les pays musulmans la religion est meconnue.




    0



    0
    Rachid
    19 septembre 2016 - 21 h 06 min

    Cet individu Benhabib, elle
    Cet individu Benhabib, elle ne fait que dénigrer l’Islam et les Musulmans. C’est l’idiot de service des plateaux de télé Québécois! Dernierement, elle a été démasqué par une journaliste du Journal  » La Presse » pour Plagiat pour plusieurs de ses articles!!!




    0



    0
    Anonymous
    19 septembre 2016 - 20 h 22 min

    Oui soutenons tous cette
    Oui soutenons tous cette femme éclairée et éclairante pour les âmes errantes. Et qui est accusée de plagiat et sévèrement blâmée au Québec et dont les chroniques incriminées ont été supprimées…. Voir ci dessous:
    http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2016/02/26/003-djemila-benhabib-cpq-conseil-presse-quebec-blame-plagiat-sympatico-chronique.shtml

    Soutenons la malhonnêteté qui s’affirme.. La honte quoi.. elle devrait se cacher mais je ne dis pas sous quoi;)..




    0



    0
    elmauro
    19 septembre 2016 - 19 h 16 min

    si Houari Achouri n’essayez
    si Houari Achouri n’essayez pas de défendre l’indefendable.cette femmes elle n’est pas anti islamiste elle anti islam tout cours.Elle veut se faire plus royaliste que le roi. ses parole sont vraiment blessantes pour la majorité des musulmans même non pratiquants.




    0



    0
      Anonymous
      19 septembre 2016 - 22 h 12 min

      Absolument !

      Absolument !
      Et c’est pour cette unique raison que les medias lui ont ouvert tous les canaux, micros et autres pages de la presse écrite. et il n’y a que ses fervents supporter qui la présente comme une «intellectuelle» !?!
      Faut croire que la définition d’intellectuel a connue une sacrée reculade !




      0



      0
    anti laîque
    19 septembre 2016 - 18 h 23 min

    une laïque extrémiste qui
    une laïque extrémiste qui combat l’islam comme il y en a en Algérie beaucoup trop !
    ALGÉRIEN ALGÉRIENNE . prenez garde !
    ne vous laissez pas faire…




    0



    0
      Vague De Fond
      19 septembre 2016 - 20 h 00 min

      C’est vrai, on n’a pas oublié
      C’est vrai, on n’a pas oublié, les extrémistes laïques qui sont beaucoup trop en Algérie, ont assassiné 200 000 Algériens et ils continuent leur politique terroriste dans le monde et comme les pays occidentaux commencent petit à petit à comprendre la vraie nature de l’Islam faite d’amour et de tolérance, alors ces terroristes laïques réagissent pour salir l’Islam comme cette terroriste Djamila Benhabib… si vré




      0



      0
        Tassadit cherche Prolétaire
        20 septembre 2016 - 11 h 07 min

        Tu as raison de manier l
        Tu as raison de manier l’humour caustique.

        Nous avons tous ressenti cette aigreur et cette rage d’incompréhension devant la mort de ces algériens et devant l’absurdité de la décennie noire. Non les laïques n’ont pas assassiné les 200 000 Algériens que nous avons perdus pour toujours. Ce sont bien les islamistes et l’armée algérienne n’avait pas d’autre choix que d’intervenir, sinon c’était la mort de l’Algérie.

        Je suis musulmane de cœur (pourtant après la décennie noire, je me suis totalement éloignée pendant des années de la religion pour ne plus souffrir de cette boucherie et j’y suis revenue une fois que la situation s’est éclaircie, dans mon cerveau, avec les événements politiques mondiaux), mais je récuse et vilipende l’islamisme.

        Néanmoins Benhabib a hélas une approche totalement contre-productive vouée à l’échec : les algériens ne veulent pas apostasier l’islam, par conséquent il nous faut créer les conditions d’une redécouverte saine et humaine de la religion musulmane. Elle pousse par son discours globalisant des gens souvent eux-mêmes ignorants des enjeux en place. Agir ainsi c’est pousser les algériens qui veulent rester musulmans vers ceux qui prétendent défendre la religion et qui en fait l’instrumentalisent, à savoir les islamistes !!

        L’armée algérienne est faite d’algériens musulmans et cela devait être une épreuve douloureuse pour les militaires de se prendre l’étau entre leur devoir patriotique, leur foi et la destruction probable de leur peuple. Cette armée algérienne est admirable de patriotisme. Je l’aime et je prie pour elle dés que je le peux, car elle va révolutionner l’approche des choses : elle a su la première porter le fer contre l’imposture pseudo-religieuse pendant dix longues années. Les islamistes ont mis en jeu le péril de la nation et ont trahi la religion musulmane en portant le fer contre le peuple algérien musulman dans sa quasi-totalité.

        L’islam est pris en otage et il faudra user de finesse, de stratégie et de contre-propagande pour sortir les algériens de cette imposture dans leurs esprits. Les islamistes ont porté le fer contre leur peuple. Nous ne pouvons plus leur faire l’économie de la franchise des faits. Ils répondront devant leur Seigneur pour ce meurtre de masse, difficile de croire sérieusement qu’ils goûteront la paix du paradis. S’ils savaient ce que dit cette religion, ils demanderaient eux-mêmes leur mort pour la rémission de leurs péchés. Mais ils sont de parfaits ignorants.

        Leur cerveau est totalement inverti par un bourrage de crane. En attendant, comme il n’est pas souhaitable de livrer une guerre et ce, pour la survie et la cohésion de notre peuple, il faut créer les conditions de la désintoxication collective et cela passe par de la créativité pour trouver les solutions pérennes pour notre pays. Il nous ne plus tomber dans le panneau de la polarisation de la société algérienne et rendre l’accès a la religion musulmane par la connaissance, la rationalité, le travail et la discipline de corps dans toute l’Algérie. C’est un défi, un défi salutaire si nous voulons empêcher la violence de devenir le modus opératif des relations entre algériens.

        Je pense que cette décennie noire est née dans des officines politiques étrangères pour désagréger l’unité du peuple algérien. Mais c’est nous qui avons donnée le bâton pour nous faire battre. Je pense que cela a été possible car cela s’est fait sur un clivage d’abord social : les pauvres ont été pris par les islamistes (technique archi éprouvée par les frères musulmans) et les instruits ont oublié que le français n’est qu’une langue de communication et que la modernité peut elle aussi toucher les pauvres si ceux-ci disposent de moyens sociaux pour échapper à leur condition économique d’enclavement. Les laïques eux-mêmes, je m’en souviens, méprisaient le peuple profond, ses accents, ses habitus, son cote rude et peu sophistiquée. Ils furent beaucoup à vilipender le haïk et nous avons eu, en échange, le niqab.

        Cela a été possible sur la séparation sociale, sachant que les Algériens après l’indépendance étaient en masse analphabètes et donc une clientèle parfaite pour les gourous qui ont crée ce laboratoire politique de destruction sous couvert de religion. Ces officines ont usé et abusée de l’islamisme pour mettre la main sur le pétrole, le gaz et autres richesses algériennes.

        Il suffit de regarder la situation et les mobiles de la guerre en Syrie, en Libye, pour comprendre que la décennie noire a été créée dans des bureaux d’experts. Il leur fallait étendre les révolutions arabes à tous les pays pour que cela passe inaperçue. Les Algériens ont été des souris de laboratoire.

        Nous avons le choix entre sauver notre peuple et l’amener a réaliser la manipulation mise en place ou suivre nos différentes communautés de classe sociale et linguistique et mener ce pays à l’abattoir. Il nous faut tous être intelligents ensemble, à plusieurs, échanger nos lectures, nos connaissances, créer une opinion publique horizontale.

        Je ne remercierai jamais assez Algérie Patriotique de nous offrir cet espace d’échange entre nous pour sortir de nos peurs et parler ensemble pour la survie de notre patrie.




        0



        0
          Anonyme
          20 septembre 2016 - 22 h 18 min

          Je ne comprends pas que vous
          Je ne comprends pas que vous puissiez écrire froidement « absurdité de la décennie noire »! cela ressemble à de la désinvolture et c’est insupportable !
          Sachez qu’il y avait parmi ces algériens sauvagement assassinés des personnes lucides, des hommes et des femmes de conviction et pas des moindres qui se sont dressés courageusement contre la vermine terroriste, les défiant jusqu’au dernier jour de leurs vies et cela malgré les menaces, les intimidations multiples, la terreur et la barbarie qu’ils ont subis ! N’insultez pas leur combat ! N’insultez pas leur souvenir! Ceux qui restent ne doivent pas oublier! Ceux qui restent doivent leur rendre hommage et célébrer leur combat pour que l’Algérie reste debout! Sachez que les comptes sont loin d’être soldés pour beaucoup d’entre nous! Nous avons perdu une part de nous-mêmes et nous ne pardonnerons jamais !




          0



          0
          Tassadit cherche Prolétaire
          21 septembre 2016 - 5 h 31 min

          Vous êtes tanant et ne
          Vous êtes tanant et ne souhaitez qu’une chose : créer un polémique pour faire de la diversion. Rien dans mon écrit ne suppose une critique contre les personnes qui se sont battues. Au contraire. Votre cinéma vous le mettes où je pense. La décennie noire est absurde en ceci : quelque chose d’absurde a bien eu lieu. L’absurde c’est quand le réel chez certaines personnes qui tuent le réel d’autres personnes. La greffe d’une idéologie qui a mis le feu dans la famille. C’est cet absurde qu’il faut interroger et dévoiler, pour un but simple, mais plus utile que votre cri effarouche : que cela ne revienne pas. Ensuite Espèce de Tarte à la crème, je suis au courant de ce qui s’est passée en Algérie et sûrement beaucoup plus que vous ne pourrez l’imaginer. Mais je ne me justifierai pas devant une anguille qui veut me faire une leçon de moral sur un texte qu’il n’a pas été fichu de comprendre. Enfin, merci de ne pas répondre, car c’est une perte de temps de parler aux mégaphones myopes.




          0



          0
    anonyme
    19 septembre 2016 - 18 h 01 min

    C’est la version québecoise
    C’est la version québecoise de Ni pute ni soumise, son discours plait aux racistes.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.