Réponse creuse à une question mal posée

Par Djamel Ziou – M. Samir Arnaoui a écrit un article intitulé «Faut-il ramener nos cerveaux expatriés ?», dans lequel il donne sa réponse. Sa question est mal posée et sa réponse est creuse. Les humains ne sont pas de la marchandise qu’on importe et qu’on exporte. Ils ne peuvent pas se déplacer facilement parce qu’ils possèdent un emploi, une famille, des amis, des biens matériels… Je tiens à l’informer que les contributions de la communauté algérienne installée à l’étranger au développement de l’Algérie ne sont pas nouvelles. Les faits sont multiples. Je procèderai par la forme interrogative pour amener l’auteur de l’article à réfléchir. Est-ce que la communauté algérienne installée en Europe était nécessaire pour la guerre de libération ? Qui compose le clan d’Oujda ? Est-ce que ce groupe a fortement contribué à mettre en place et à consolider les institutions algériennes ? Est-ce que le président Bouteflika est issu de la communauté algérienne installée à l’étranger ? Combien d’hommes politiques, de décideurs, de bâtisseurs, de juristes, d’enseignants, de hauts gradés de l’armée sont issus de la communauté algérienne installée à l’étranger ? Est-ce que l’équipe nationale de football inclut des joueurs issus de cette communauté ? Combien d’étudiants aux cycles supérieurs bénéficient de l’expertise de ces Algériens ?

Ces exemples montrent clairement que l’Algérie avait besoin et a encore besoin de tous. Aussi, ils montrent que sa communauté installée à l’étranger a toujours trouvé la bonne façon pour contribuer au développement de l’Algérie, même en présence d’obstacles. Par exemple, l’auteur doit certainement ignorer qu’un professeur algérien de la plus prestigieuse université du monde, s’il revient en Algérie, il devra commencer à basse échelle. La Tunisie a réglé la question de la reconnaissance des grades des universitaires pour favoriser le retour de son intelligentsia. Le Maroc dispose d’une fondation pour aller chercher, dans un délai très court, un Marocain en cas de besoin. La Chine s’appuie sur sa communauté à l’étranger pour faire du lobbying, pour vendre et pour acheter.

Comme tous les pays du monde, l’Algérie a toujours attiré des compétences étrangères pour se développer. Qui furent les médecins et les enseignants en Algérie ? Qui a construit des centrales électriques ? Qui a construit l’autoroute Est-Ouest ? Qui construit les cités dortoirs ? Qui est l’entraîneur de l’équipe nationale de football ? Pour quelles raisons l’Algérie ne devrait-elle pas faire appel à des compétences algériennes installées à l’étranger ? Où avez-vous trouvé les statistiques qui vous ont permis de conclure que ces Algériens veulent vivre en Algérie tout en exigeant des salaires reflétant le pouvoir d’achat occidental ?

Contrairement à votre allégation, sachez que tous les Algériens n’ont pas été scolarisés en Algérie ; il y a ceux qui sont nés à l’étranger. Je vous informe qu’il n’y a pas d’Algériens et de «demi-Algériens» ; il y a une seule nationalité algérienne. Certains ont étudié à l’étranger avec une bourse algérienne. Il y a ceux qui ont financé leurs études en travaillant dans des hôtels, dans des restaurants… Il y a ceux dont les études ont été financées par des bourses données par des pays étrangers, par des laboratoires de recherches… Il y a ceux qui ont déménagé et qui n’ont pas étudié à l’étranger. Est-ce que les présidents Boudiaf et Bouteflika ont étudié, respectivement, au Maroc et en Europe avec une bourse algérienne ?

Les diplômés algériens se déplacent dans ce monde comme tous les autres. La mobilité des diplômés algériens (ou pas) est un phénomène mondial qui s’explique par différents facteurs. L’Algérie tire parti de cette mobilité puisqu’elle reçoit une part de ces compétences à travers les projets réalisés par les entreprises étrangères.

Habituellement, on écrit sur un sujet quand on a suffisamment de matière pour fournir un contenu enrichissant. Vous avez écrit sur un sujet que vous ne connaissez pas et vous n’avez pas fait d’efforts pour approfondir vos connaissances. Votre manque de savoir vous a amené à exprimer des insultes, à rejeter une partie des Algériens et à promouvoir la division entre Algériens. Vous méritez de recevoir comme cadeau une copie de la Constitution algérienne pour comprendre ce qu’est la nationalité algérienne.

La question n’est pas celle que vous avez posée. Celui qui aime l’Algérie demandera plutôt comment faire contribuer davantage tout le monde à son développement.

Dj. Z.

Comment (9)

    anonyme
    22 septembre 2016 - 22 h 37 min

    cette polémique est stérile,
    cette polémique est stérile, vous attaquez arnaoui alors qu’il s’est excusé et est revenu intelligemment sur ses propos tout en affinant sa conception des choses. vous enfoncez des portes ouvertes! le mieux aurait été de participer au débat. pour moi c’est une erreur d’ap de vous avoir publié alors que l’affaire est close , c’est très mesquin et malsain! en plus ce titre c’est du n’importe quoi, que veut dire réponse creuse? les intervenants ont fait globalement de bonnes réponses alors…




    0



    0
    Anonymous
    22 septembre 2016 - 13 h 15 min

    « Comme tous les pays du
    « Comme tous les pays du monde, l’Algérie a toujours attiré des compétences étrangères pour se développer » dites*v. Mais il y a eu des exceptions : Aucun étranger n’a accepté de conduire la réalisation de l’oléoduc OZ 1 ayant permis à SONATRACH de s’engager de plain pied dans le développement de l’industrie pétrolière et à l’Algérie indépendante de renflouer ses caisses vides. De même qu’aucune entreprise étrangère n’a voulu s’engager pour la construction de la route traversant l’Erg oriental de Rhourde El Baghel à El Borma rendue nécessaire pour marquer notre souveraineté à la frontière algéro-tunisienne. Et c’est un Ingénieur Algérien patriote, formé aux Ecoles françaises et ayant accumulé une expérience antérieure à notre indépendance qui a été choisi pour mener à bien ces deux missions hautement stratégiques.
    Votre question : Est-ce que la communauté algérienne installée en Europe était nécessaire pour la guerre de libération ?
    Ma réponse : Assurément. Il n’est plus un secret pour personne que l’armée coloniale avait (presque) fini par écraser l’ALN, ce dont il fallait s’attendre eut égard à la grande disproportion des forces en présence. Mais le but de nos Moudjahidines n’a pas été de vaincre une armée équipée de tanks et d’avions de combat, mais de montrer qu’ils ont eu le courage de prendre les armes afin de montrer au monde entier que le peuple algérien était prêt à consentir tous les sacrifices pour recouvrer sa liberté et sa dignité. Mission remplie et gloire à nos martyrs !. Mais il a fallu SIMULTANEMENT poser le problème de l’indépendance de l’Algérie sur le plan politique, tant en France que dans le reste du monde. Ce que nos intellectuels patriotes installés en Europe et ailleurs ont eu le courage de prendre en main, en dépit des dangers encourus par la clandestinité. Il est certain que, sans eux, la cause algérienne n’aurait pas dépassé les frontières de la France et de ses colonies, et aurait ainsi permis à la puissance coloniale d’étouffer notre révolution avant qu’elle n’ait pu atteindre l’Assemblée générale des Nations Unis. Mais hélas, nombreux sont les héros, – ou leurs enfants -, qui attendent toujours d’être reconnus et récompensés selon leurs mérites.
    Votre question : Est-ce que le président Bouteflika est issu de la communauté algérienne installée à l’étranger ?
    Ma réponse : Non, le président Bouteflika n’est pas issu de la communauté algérienne installée à l’étranger. Ce qui explique en grande partie le peu de considération qu’il porte à cette communauté.




    0



    0
    W19 - TP
    20 septembre 2016 - 21 h 01 min

    Je l’avais repris. Mais ce
    Je l’avais repris. Mais ce compatriote s’est excuse aupres de ses intervenants. Je pense que ce n’est plus la peine de parler de son ecrit, nous nous sommes expliques et l’affaire est desormais close. Pourquoi remettre ca sur le tapis ? Il a reconnu son erreur et nous ne sommes personne pour faire de la surenchere inutilement. In fine, tout membre de la diaspora qui se sent algerien est algerien. Les autres c’est leur affaire.




    0



    0
    Anonymous
    20 septembre 2016 - 19 h 15 min

    Être algérien c’est d’abord
    Être algérien c’est d’abord dans le coeur pas dans la tête ou dans la langue,un Algérien peut être au pays où à l’étranger. Mais le pouvoir dans notre pays avec sa politique pousse nos cerveaux a rester à l’étranger, s’ils rentrent 2 ou 3 ans après ils repartent. Ainsi est faite la politique chez nous depuis l’indépendance,actuellement les cerveaux n’ont pas leurs places en Algérie.Le pouvoir risque de perde sa place avec eux.




    0



    0
    New kid
    20 septembre 2016 - 16 h 28 min

    La communauté algérienne
    La communauté algérienne établie à l’étranger n’est pas d’aujourd’hui. C’est le système politique du parti unique qui l’a fait fuir.
    La Réponse nécessite une question pertinente. Les prises de pouvoir et d’une façon non démocratique reviendra toujours nous hanter comme reponse !
    Hélas, le pouvoir jaloux de ses prérogatives financières a refusé toute concurrence d’où quelle vienne.
    L’Algérie fait venir des chefs de cuisine et les payent environ 10.000 euros par mois inclus la commission de rigueur.
    Le peu d’avancement effectué ces dernières années, a été payé 4a 5 fois plus cher qu’un autre pays. La corruption obligeant !
    Le nouvel article 51 est une preuve que la gouvernance a peur et ne veut pas faire revenir les algériens vivant à l’étranger. Ils ont peur pour leur postes qu’ils occupent malgré leurs incompétences et en refusant de démissionner suites a des bourdes monumentales.
    Hélas, le dernier paragraphe de ce commentaire, est poussé à la limite du déraisonnement.




    0



    0
    Ain El Berda
    20 septembre 2016 - 16 h 23 min

    OH LA LA! ENCORE DES
    OH LA LA! ENCORE DES ACCUSATIONS ET DES INSULTES QUI N ONT PAS DE PLACE SUR CETTE PLATEFORME ! MR ARNAOUI A EXPRIMER SES POINTS DE VUE A SA FACON ET A SA MANIERE ET IL A LE DROIT DE FAIRE SANS AUTANT ETRE ATTAQUER POUR AVOIR ECRIT CES POINTS DE VUE…MAIS MR DJAMEL ZIOU TOI AUSSI TU AS LE DROIT D ECRIRE TES POINTS DE VUES SANS AUTANT ETRE BOMBARDER OU INSULTER…VOS ECRIT RESTERONT QUE VOS POINTS DE VUE …NI PLUS NI MOINS! PEUT CA CHOQUE ICI ET LA MAIS CE NE SONT QUE DES POINTS DE VUES QUI ENRICHISSENT LES LECTEURES …OUI JE REPETE ENRECHIT LE LECTEURE !
    YA SI DJAMEL TU PARLE DE LA CONSTITUTION ET IL Y A Q UNE SEUL NATIONALITE ALGERIENNE ET QU IL N YA PAS DE DEMI ALGERIEN! MAIS TOI AUSSI IL FAUT QUE TU LISE LA CONSTITUTION ET SON ARTICLE 51 YA SI MOHAMED..LES ALGERIENS NE SONT PAS EGAUX DEVANT LA LOI. LA CONSTITUTION EST DISCRIMINATOIRE…ENFIN VA RELIRE ET COMPTE JUSQU A 100 AVANT D ENTRER DANS UNE LOGIQUE DE DEFENSE QUI PEUT DEMONTRER UN PROBLEME D ATTITUDE AIGUE…MOI JE DIS MR ARNAOUI EST LIBRE DE DIRE CE QU IL VEUT COMME TOI D AILLEURS MAIS DIRE QUE LES ALGERIENS SONT EGAUX JE TE DIRAIS TOZZZZ ARRETE DE REVEZ…
    SALAM DE AIN EL BERDA…




    0



    0
    lhadi
    20 septembre 2016 - 14 h 35 min

    Les américains qui, à partir
    Les américains qui, à partir de la défaite allemande, avait récupéré le professeur Werner Von Braun qui,par la suite, est devenu dans les années 1960 directeur du Centre Marshall de Vol Spatial de la NASA aux Etats-Unis et architecte en chef de Saturne V, le super-vaisseau spatial qui allait propulser les Américains sur la lune (direction du programme Apollo. Nous algériens, commençons par changer en nous ce que nous voulons changer autour de nous. Ainsi, croire le contraire est aussi fou que de compter sur une bougie dans le vent. Exorcisons nos vieux démons et les fantômes d’un passé révolu afin que le futur devienne avenir. L’Algérie a besoin des compétences qui puissent la satelliser autour des pays développés. Fraternellement lhadi ([email protected]).




    0



    0
    Mohamed El Maadi
    20 septembre 2016 - 13 h 23 min

    Monsieur je tiens a vous
    Monsieur je tiens a vous remercier pour votre lucidité et vos arguments d’une tres grande force intellectuelle.
    Sachez que que l’article de monsieur Arnaoui a créé un veritable tollé au sein de la communauté algerienne et a suscité des interrogations sur le but inavoué de cette attaque en regles contres les cerveaux algeriens expatriés.
    De ce fait monsieur Arnoui s’est décrédibiliser en nous attaquant frontalement et que la simple evocation de son nom dans la communaute algerienne provoque un rejet et une colère qui ne s’est pas encore apaisée et que son nom sera toujours synonyme d’ennemie de la patrie et violemment anti patriote.

    Je tiendrais personnellement que ces propos ne soit pas oublié. Je vous le promets.




    0



    0
    amar mokhnache
    20 septembre 2016 - 12 h 39 min

    plus nationaliste que moi je
    plus nationaliste que moi je te tue!!! au nom de ce nationalisme on a fait de l algerie une societe a plusieurs vitesses! des familles revolutionnaires ! des familles deux etoiles…trois etoiles….UNIQUEMENT POUR DES PROBLEMES DE RENTE!!! la terminologie rentiere a battues tous les records!!! il y a des patriotes…des algeriens debouts des algeriens assis…et tout ca pour arracher des quartiers d un pays dont on afait une « FRISSA » entre les jellabs de tout bords!!! le nationalisme chez nous ne se conjugue pas par la competence ou par la production d idees! il discredite tout ce qui porte atteinte a la rente…l ALGERIE EST OTAGE D UN SYSTEME RENTIER QUI EMPECHE SES FILS TOUS SES FILS D APPORTER UNE PIERRE A SON EDDIFICE…. UNE TERMINOLOGIE PRETE A L EMPLOI EST LA POUR QUALIFIER DE TRAITRES OU D OBSCURANTISTES TOUTES IDEES CONTRAIRE..




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.