Les citoyens dénoncent la dilapidation du foncier industriel à Ouargla

Une zone industrielle à l'abandon. AP

Les habitants d’Ouargla continuent de dénoncer l’absence de développement dans leur wilaya. Photographies à l’appui, ces habitants, qui cherchent à chaque fois à attirer l’attention des hauts responsables du pays, font état de l’abandon total de l’unique zone industrielle implantée dans cette wilaya. Située en plein centre d’Ouargla, cette zone industrielle, qui s’étale sur plusieurs dizaines d’hectares, n’a plus que le nom. Pourtant, c’est dans cette zone que se trouvaient des sociétés comme l’Enaditex, Etrapmo, Onaco, Enafroid, etc., qui assuraient des centaines d’emplois pour la population de la région. Le pire est que ce foncier industriel, dont la valeur s’élève à plusieurs milliards de dinars, est aujourd’hui complètement abandonné, quand il n’est pas carrément dilapidé.

Selon ces citoyens d’Ouargla, plusieurs sociétés activant notamment dans l’agroalimentaire ont voulu s’installer dans la wilaya mais elles se sont heurtées au problème d’assiettes foncières viabilisées. Ils assurent que la wilaya d’Ouargla est la «seule» qui ne dispose pas d’unités de transformation de lait en sachet. Ce désinvestissement que connaît la wilaya avec la perte de cette zone d’activité contribue à l’augmentation vertigineuse du chômage.

Ces citoyens s’interrogent sur l’inertie des autorités locales et sur les raisons de la léthargie dans cette wilaya pétrolière. La population d’Ouargla a eu à dénoncer une «grave crise» de logement. Dans un courriel adressé à Algeriepatriotique il y a quelques semaines, un groupe de citoyens souscripteurs au logement AADL avait tenté d’attirer l’attention des hauts responsables du pays sur cette crise de logement qui va en s’aggravant, à cause du gel de plusieurs projets de construction de logements sous les différentes formules existantes. Les terrains, quant à eux, sont hors de portée, puisqu’ils se négocient en dizaines de millions de dinars.

Sonia Baker

Comment (10)

    Anonymous
    19 novembre 2016 - 14 h 00 min

    La ville nouvelle de Hassi
    La ville nouvelle de Hassi Messaoud située dans la wilaya d’Ouargla est en train de subir le même sort que la ville d’Ouargla bien que dépendant de l’EVNH, un Etablissement sous tutelle du ministère de l’Energie, un secteur pourtant stratégique qui aurait gagné à ce que les autorités locales lui accordent la priorité et le protège des spéculateurs et prédateurs qui ont bloqué ce grand projet en faisant main basse sur le terrain d’assiette, de connivence avec les autorités locales, et cela, à un moment où, paradoxalement, il est demandé au secteur de l’Energie d’accroître la production. Comme quoi, hélas, ce n’est pas l’intérêt général à moyen terme qui préoccupe nos gouvernants, mais bien leur intérêt personnel et immédiat sans oublier une intention inavouée de détruire l’Algérie, comme leur ont dicté de faire les harkis à la solde des sociétés pétrolières françaises assoiffées de vengeance après que l’Etat algérien les eût empêché de poursuivre leur développement au lendemain de l’indépendance ……




    0



    0
    Anonymous
    27 octobre 2016 - 21 h 13 min

    Ouargla dort sur un volcan de
    Ouargla dort sur un volcan de scandales d’atteintes à la propriété , et au droit de l’état
    (dépassements, débordements, clanisme, clientélisme, corruptions, falsifications, détournements, népotismes,…..)

    Il n’est pas tot de prendre des mesures urgentes, et préventives, pour assainir la situation en dégradation continue
    Par une première mesure d’audit, d’inspections, et de changements de responsables,…..




    0



    0
    Anonymous
    24 septembre 2016 - 4 h 53 min

    C’est malheureux pour la
    C’est malheureux pour la région de ouargla imaginer la région de tipaza ,vous dites c’est la faute au gouvernement, pour une fois je vous contredis je dirais c’est la faute au peuple qui a l’air d’aimer ce qui se passe au pays.Les japonais se cassent la tête pour inventer des robots chez nous ils sont naturel.




    0



    0
    Erdt
    23 septembre 2016 - 21 h 03 min

    A lire les noms des ex
    A lire les noms des ex sociétés nationales qu’à créées boumediene,les enaditex,enafroid….et que des apprentis économistes ont détruit après sa mort!!




    0



    0
    AMAR MOKHNACHE
    23 septembre 2016 - 18 h 27 min

    LE foncier agricole,
    LE foncier agricole, industriel ou urbain a une grande valeur marchande et fait l objet dans tous les pays du monde de tentatives d accaparement a des conditions privilegiees ! par condition privilegiees nous entendons au moins des prix qui se rapprochent au marche !!! a OUARGLA DES RESPONSABLES qui ont soutenu toutes les politiques qui nous ont mene a la situation ou nous sommes se permettent de prendre en leurs noms ou au noms de leurs proches des dizaines d hectare dans l impunite!!! la societe civile est EN droit de reagir pour proteger les biens de leurs collectivites et reagir autant de fois que necessaire pour punir les coupables de ces detournements…ici la gestion de la faillite est bien exhubee avec arrogance !!! ont prend le foncier de la wilaya et on empeche la creation d emplois pour livrer les citoyens a la precarite….MILITER POUR CONDAMNER LES AUTEURS DE CET HOLD UP DEVIENT UN ACTE DE PATRIOTISME SALUTAIRE QUELQUE SOIT LE PRIX! IL FAUT QUE LES CITOYENS SACHENT DESORMAIS PROTEGER LE BIEN COLLECTIF IL Y VA DE LEUR AVENIR COMMUN!!!!!




    0



    0
    WAHRAN
    23 septembre 2016 - 15 h 52 min

    Le pouvoir est entrain de
    Le pouvoir est entrain de mener une guerre de DESTRUCTION TOTALE contre l’ALGERIE et l’ETAT ALGERIEN… c’est aussi simple que cela.




    0



    0
    el wazir
    23 septembre 2016 - 14 h 41 min

    Meme en plein désert, il y a
    Meme en plein désert, il y a crise du foncier, qui fait que les terrains se négocient en dixaine de million de dinar voila une incitation claire a la revolte qui ne travaille guerre les interets de la population ou des autorités, ce qui implique qu’une mafia locale fait main basse sur cette spéculation enrichissante illicitement, il est bien évident que la gendarmerie et la justice sont interpellés pour déboulonner cette main mise;




    0



    0
      Ahmed
      24 septembre 2016 - 0 h 38 min

      Oui Mon Ami Je Suis d’Ouargla
      Oui Mon Ami Je Suis d’Ouargla Je Suis Sans Logement ni Lot De Terrain UNE contradiction Les Prix de Logement et Villa a Ouargla sont Superieur a Alger, Il Nous suffoque, on se Sent Suffoquer et Delaissee de Jour En Jour, On ne Comprend pas ce qui ce passe t’il dans Cette Wilaya un Gel Massif de Tout les Projets a Ouargla, un plan destructif un Grand Merci pour Algerie Patriotique Etant Donne la Seul a Etre a Notre Ecoute et faire entendre Notre Voix de Detresse,




      0



      0
    JUSTICE
    23 septembre 2016 - 13 h 52 min

    Vous me faites rrire quand
    Vous me faites rrire quand vous dites « interpeller le gouvernement », c’est bien ce gouvernelment qui en est responsable en fermant l’oeil sur ces pratiques
    Ces industries ont été fermées du temps d’ouyahia
    Elles ont été céddes ou du moins les terrains à des personnes tierces puis revendues en lots à batir, et ils sont devenus milliardaires du jour au lendemain




    0



    0
    lhadi
    23 septembre 2016 - 11 h 35 min

    La source de tous les maux,
    La source de tous les maux, de toutes les dérives, de toutes les secousses telluriques régionales provient de cette mauvaise gouvernance qui s’inspire d’un logiciel branché sur le 19 ième siècle alors que la situation impose « d’épouser » celui du 21eme siècle.

    La politique de décentralisation ou de décompression doit intégrer les radars de toute nouvelle politique que la situation rend nécessaire. fraternellement lhadi ([email protected])




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.