Un monument dédié à Abdelhafid Yaha sera inauguré ce 1er Novembre à Ifarhounène

Le moudjahid Abdelhafid Yaha. D. R.

La famille du moudjahid Abdelhafid Yaha annonce, dans un communiqué parvenu à notre rédaction, l’inauguration, ce 1er Novembre, d’un monument dédié à ce héros de la Révolution et membre fondateur du Front des forces socialistes (FFS). Le monument a été érigé dans son village natal, à Ifarhounène, dans la wilaya de Tizi Ouzou. L’ancien commandant de l’ALN est décédé en janvier 2016 à l’âge de 83 ans dans un hôpital parisien. Né en 1933 à Takhlijt Ath Atsou, au sommet du Djurdjura, dans une famille de révolutionnaires, Abdelhafid Yaha fait partie de ces combattants de la première heure ayant pris le maquis après la Seconde Guerre mondiale. Il a milité des années durant aux côtés des Krim Belkacem, Amar Ouamrane et Amar Nath Cheikh, avec qui il s’attellera à organiser les premiers maquis en Kabylie.

Très connu dans le microcosme politico-révolutionnaire, Abdelhafid Yaha demeure toutefois inconnu du grand public. Or, son apport à la révolution en Wilaya III, puis avec les rebelles du FFS à partir de 1963, est si important. Désabusé par la «terrible situation» dans laquelle se trouvait le pays, avec les luttes intestines qui ont éloigné les dirigeants de leur peuple, il décide se rebiffer. «L’Algérie mérite mieux, écrit-il, et nous ne pouvons pas nous taire plus longtemps».

Auteur d’un témoignage décapant paru en 2014, le commandant Yaha ne ménage pas les fondateurs du FFS dans certains choix ou certaines orientations, et relate avec force détails les péripéties qui ont amené à la création du FFS et comment Hocine Aït Ahmed fut le dernier à adhérer au mouvement d’opposition après moult sollicitations de Krim Belkacem et, surtout, du colonel Mohand Oulhadj. Cette radiographie du maquis du FFS dévoile les zones d’ombre occultées aussi bien par les historiens que par les autres acteurs. L’ouvrage intitulé FFS contre dictature est le deuxième tome des mémoires de cet ancien officier paru aux éditions Koukou, dirigées par Arezki Aït Larbi.

Après l’évasion d’Aït Ahmed de prison, en 1965, et son départ en exil, Yaha est resté quelques années en Algérie avant de s’exiler à son tour en France et continuer son combat aux côtés d’Aït Ahmed. Mais les relations entre les deux hommes ont commencé très rapidement à se détériorer. L’ex-commandant reprochait à son chef sa tendance à s’éloigner de la base militante et à se passer de l’avis de ses collaborateurs. Il n’appréciera pas du tout, par exemple, l’arrivée d’Ali Mécili au FFS qu’il soupçonnait d’être un agent secret, et n’hésita pas à le faire savoir à Aït Ahmed. Il a également dénoncé, en son temps, le fameux accord entre ce dernier et Ahmed Ben Bella, en 1985 à Londres. Il n’a jamais accepté cette alliance avec celui qui, disait-il, «torturait» ses camarades au maquis.

A son retour au pays, en 1989, Abdelhafid Yaha dénonce encore une fois «l’empressement» de la direction du FFS à l’époque, représentée par Hachemi Naït Djoudi, d’obtenir son agrément. La rupture avec Aït Ahmed était consommée. Avec d’anciens militants de 1963, il tenta de créer un FFS parallèle dans la clandestinité, mais l’expérience fut un échec. Il finit par fonder le Front des forces démocratique (FFD).

Karim Bouali

Comment (8)

    TKOUT
    30 octobre 2016 - 9 h 09 min

    IL ETAIT L AMI DE TAHAR ZBIRI
    IL ETAIT L AMI DE TAHAR ZBIRI QUI A JURE D EVENTRER BOUMEDIENNE ET BOUTEFLIKA POUR AVOIR DENONCE L ITINERAIRE DE HAOUES EN COMPAGNIE D AMIROUCHE A L ENNEMI. LES PILOTES SOVIETIQUES ONT BOMBARDES LE CONVOI DE BLINDES N EPARGNANT MEME PAS DES CIVILS.BOUMEDIENNE A SOUFFERT AVANT DE MOURIR EN COMMETTANT UN AFFREUX ACTE IGNOBLE EN SEQUESTRANT LES CORPS D AMIROUCHE;DAWSSOU BAROUDEUR DE HAFID ETAIT A DEUX DOIGTS D ASSASSINER EL HOUARI DE MEME SLIMANE AMIRAT TOUS VOUAIENT UNE HAINE AU CLAN D OUDJDA.CET HOMME MERITE UN MONUMENT A ALGER MAIS SOYONS PATIENT LE CLAN DE BOUTEFLIKA VA BIENTOT SAUTER ET MEME SA MOSQUEE SERAIT DETRUITE PAR UN PUISSANT TREMBLEMENT DE TERRE QU ALLAH PREPARE AUX MECREANTS ROUGES DEVENUS VERT PAR HYPOCRISIE




    0



    0
    Algérienamazigh
    30 octobre 2016 - 1 h 40 min

    C’est un grand Monsieur ce
    C’est un grand Monsieur ce moudjahid de la première heure, j’ai déjà entendu parler de lui, mais il est très discret vis à vis des médias comme Djamila Bouhired. J’ai appris son histoire lors d’une émissions de 3h que j’ai regardé en deux parties sur Berbère TV, interviewé par Kamel Tarwihth, il a dit des choses inédites sur la crise du FFS en 63, la rencontre secrète avec Boumédienne en Kabylie venu négocier la fin de la dissidence kabyle face au pouvoir central d’Alger. Mais j’ai compris ce qu’il a voulu dire durant les 3h de cette émission, que l’Algérie meurtrie que vienne de sortir d’une longue guerre de 7 ans à besoin de ses enfants pour la reconstruction du pays, malgré qu’il était pas d’accord avec Ben Bella et Boumédienne il était catégorique CONTRE une autre nouvelle guerre fratricide qui conduira le pays vers la catastrophe, ça aide seulement le camps des ennemis de l’Algérie, la preuve en 63 le Maroc a attaqué l’Algérie (guerre des sables), mais tous les algériens se sont mobilisés comme un seul homme en laissant dans les placards leurs désaccords qu’ils les oppose pour contrer cette agression perfide de la monarchie alouites.
    Paix à son âme.




    0



    0
    Berger
    29 octobre 2016 - 23 h 55 min

    Moi, ces moujahids qui se
    Moi, ces moujahids qui se soignent en France terre d ennemis,je n ‘arrive pas a avaler….




    0



    0
      benchikh
      30 octobre 2016 - 16 h 24 min

      C’est normal ,il faut lire
      C’est normal ,il faut lire Ibn khaldoun (les impuissants aiment tous qui viennent du vainqueur..) comme dans un temps ils venaient chez nous pour la médecine ,aujourd’hui on revient chez eux pour prendre ce qui nous appartient.l’autisme c’est mauvais pour la santé.




      0



      0
        Anonymous
        31 octobre 2016 - 1 h 30 min

        Les impuissants aiment tous
        Les impuissants aiment tous qui viennent du vainqueur…votre structure grammaticale est incomprehensible,veuillez revoir et rediger de nouveau. Esperant.




        0



        0
    Quenelle
    29 octobre 2016 - 20 h 47 min

    Ce grand moudjahid est parti
    Ce grand moudjahid est parti sans nous avoir révélé tout ce qu’il savait du FFS d’alors, et de son icone supposée . Dommage ! Mais je sais qu’il l’a fait par pudeur, tant l’homme était simple et humble, Allah yerrahmou!
    En France, lui et certains de ses compagnons du FFS ont bien galéré et connu la faim .
    Pour l’histoire, Ben Bella les avait bien aidés en leur offrant une très forte somme d’argent, il l’a fait deux fois de suite. La première aide financière ne leur fut jamais parvenue !
    Le commandant Yaha entretenait une relation quasi fusionnelle avec le défunt professeur Issad, tant les deux hommes étaient intransigeants et tout entiers pour tout ce qui touchaient à l’Algérie .
    Puissions-nous ne jamais oublier nos légendes ! ALLAH YERRHAMHOUM §
    TAHYA AL DJAZAIR §




    0



    0
    ML
    29 octobre 2016 - 20 h 33 min

    TÉMOIGNAGE : j’ai rencontré
    TÉMOIGNAGE : j’ai rencontré cet homme en 2000 , par hasard , dans le hall d’ un colloque , j’en ai entendu vaguement parler de lui mais je ne l’ai jamais vu avant ; n’ayant ni son âge ni étant de son village ou de sa région .. Dés que je me suis mis devant lui , j’étais subjugué par sa personnalité et par une sorte de rayon qui émanait de sa personne , tout de suite je me suis dit : voilà une espèce en voie de disparition : je n’ai jamais vu de plus noble , de plus élégant et de plus humble que cet ancien révolutionnaire qui avait cette modestie des héros et cette lumière des grands hommes … Bien que je ne connaisse pas le Kabyle , nous avions échangé en sabir algérien et en langue française qu’il maitrisait mais avec ce bel accent kabyle de nos paysans des montagnes … mais qu’importe les langues , nous avions été très heureux tous les deux d’avoir discuté entre algériens de deux générations différentes … je l’ai écouté sur ses idées de la révolution , l’état , les algériens , la démocratie et j’ai été bouleversé par le bon sens et la sincérité de cet officier paysan .. Que la paix soit avec vous ya Si El hafidh , Allah yarehmek ya batal




    0



    0
    benchikh
    29 octobre 2016 - 20 h 19 min

    Un grand respect à nos hommes
    Un grand respect à nos hommes qui nous ont donné leur vie ,pour qu’aujourd’hui ont vie en paix ,merci les grands et que DIEU TOUT- PUISSANT vous récompense le paradis.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.