Raffinerie d’Alger : Sonatrach signe un contrat de 45 milliards de dinars avec CPECC

La compagnie nationale Sonatrach et le groupe China Petroleum Engineering and Construction (CPECC) ont signé dimanche, à Alger, un contrat de 45 milliards de dinars pour réaliser les travaux de rehabilitation de la raffinerie de Sidi R’cine, à Baraki (Alger).

Les documents de l’accord ont été paraphés par le directeur du pole raffinage de Sonatrach, Tahar Cherif Zerrar, et le directeur général de CPECC Algérie, Liu Chun Lin, en présence du ministre de l’Energie, Noureddine Bouterfa, du P-DG de Sonatrach, Amine Mazouzi, ainsi que de l’ambassadeur de Chine à Alger, Yang Guangyu.

Le projet de réhabilitation de la raffinerie d’Alger, dont le délai de réalisation a été fixé à 21 mois, devrait permettre, une fois réceptionné, d’augmenter de 35% les capacités de raffinage de cette unité. 

Comment (4)

    MARIE
    16 février 2017 - 14 h 04 min

    je voudrait savoir mon amis
    je voudrait savoir mon amis est partit travailler un contract sonatrach est que les contrat sont de un mois et peut aussi etre 6 mois car on ma dit qui peut pas revenir chez lui avant 6 mois




    0



    0
    timour
    8 novembre 2016 - 14 h 31 min

    Je ne sais pas si c’est une
    Je ne sais pas si c’est une bonne affaire pour notre pays de traiter avec « les futurs Maître du Monde » plutôt qu’avec « madame la France » mais ce que je sais c’est que nous en sommes à payer 45 milliards de D.A. pour terminer le reliquat des travaux de réhabilitation, soit 30% de la réhabilitation totale. Alors que la société française Technip demandait 33 milliards de D.A. pour le même travail. Dans un rapport consultable sur internet et certifié conforme, les ingénieurs français signalaient en outre l’état de vétusté de canalisations et de vannes, raisons pour lesquelles il était demandé cette rallonge de 300 millions de dollars US (33 milliards de D.A.) Autrement dit, nous en sommes de notre poche de 12 milliards de D.A. (109 millions de dollars US). C’est de la « bonne gestion » sans aucun doute ! Sans compter que la raffinerie qui devait reprendre ses activités en 2016 voit ainsi son démarrage reporté à 2019…. si tout se passe normalement. Une raffinerie qui ne raffine pas, c’est une perte d’argent, mais cela ne semble pas trop gêner nos dirigeants. Et puis ce changement de prestataire a obligé la Sonatrach à porter son différent avec Technip devant une juridiction internationale, ce qui n’est pas gagné d’avance.




    0



    0
    Algerien pur et dur
    7 novembre 2016 - 15 h 28 min

    C’est vrai que le « meilleur
    C’est vrai que le « meilleur ministre qu’on a eu depuis l’independance » (saidani en reference a khlil khlaha)a oublie de construire une rafinerie ou deux dans le pays du petrole. Apres tout personne n’est parfais. Ah ya bladi! Dans quelles mains tu es tombe.




    0



    0
    karim
    6 novembre 2016 - 23 h 08 min

    merci sonatrach pour ce
    merci sonatrach pour ce contrat avec de vrais partenaires Economique et qui seront les maîtres du monde et en finir définitivement avec les TOTAL et Cie de madame la france et déjà rien qu’au titre publié à ce sujet sur un site que j’ai baptisé ‘Tfou sur l’Algerie crachats sur l’Algerie je comprends que le coup a fait très mal. tahya eldjazair !!!!!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.