Sellal convoque les walis pour samedi dans un contexte d’austérité

Réunion avec les walis, en août 2015. New Press

Le gouvernement de Abdelmalek Sellal regroupera les walis samedi prochain à Alger. La rencontre que présidera le Premier ministre prendra deux jours. Elle est placée sous le slogan de la «promotion» de l’investissement local et la modernisation du service public.

Durant cette rencontre, les membres du gouvernement, à leur tête le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, vont expliquer aux walis leur nouveau rôle. Celui d’aller à la recherche de financements. Un rôle difficile en ce sens que les walis ont toujours été appelés à «consommer» le budget alloué par l’Etat. Ils n’ont jamais été chargés de trouver des financements pour leurs projets de développement. Cette rencontre fait suite aux orientations données en juillet dernier par le ministre de l’Intérieur relatives à la finance locale.

Pour le gouvernement, les walis ont un rôle clé dans l’accompagnement de sa stratégie politique et économique adoptée récemment. Une stratégie qui intègre les collectivités locales comme variantes dans le développement national. Le gouvernement a le souci majeur du gouvernement qui associe pour la première fois les walis à la prise de décision et à l’élaboration de projets à haut rendement. Cette stratégie est une forme de réponse du gouvernement à la crise. «Il n’y a plus d’argent dans les caisses de l’Etat et il faudra le trouver désormais localement via des initiatives locales par la promotion de l’investissement et la fructification du potentiel que recèle chaque région», leur avait dit Bedoui qui a organisé des regroupements régionaux des walis au cours de ces derniers mois au centre, à l’est, à l’ouest et au sud.

Des ateliers seront organisés sur différents thèmes dont le premier sera axé sur «Le rôle des collectivités locales dans la promotion de l’investissement». Les participants à cet atelier examineront les possibilités d’accroître l’offre foncière, de simplifier les procédures administratives et de replacer le tourisme au cœur des dynamiques du développement local. Ils se pencheront aussi sur le rôle des collectivités locales dans l’accompagnement des entreprises et dans la promotion de l’agriculture.

Ainsi, il y aura un atelier sur le thème de «La réforme des finances et de la fiscalité locale pour un développement pérenne». Il sera question d’une nouvelle approche en matière de fiscalité locale. Les collectivités locales seront impliquées dans le recouvrement des taxes et impôts. Le gouvernement vise également à élaborer une stratégie qui permettra une gestion économique des services publics.

Sonia Baker

Comment (25)

    nectar
    14 janvier 2017 - 18 h 58 min

    Passez, il n’ y a rien à voir
    Passez, il n’ y a rien à voir.Déjà ces commis de l’état porte bien leur nom en arabe, Wali, Walou..Comment voulez-vous demander à des nullités de chercher de nouveaux revenus, alors qu’ils sont incapables de gérer un douar?.L’ Algérie, a besoin d’hommes intègres, compétents et dévoués au bien commun, ce n’est pas dans cette corporation qu’on peut trouver des hommes de ce gabarit, à part peut être quelqu’uns..Mais comme ils sont mélangés dans la masse, ils restent invisibles ou noyer dans la soumission..




    0



    0
    Anonymous
    11 novembre 2016 - 21 h 29 min

    HASSINA HAMMACHE ING EXPERTE

    HASSINA HAMMACHE ING EXPERTE
    Je ne vais pas trop m’étaler sur le thème que sera bien décortiqué par les différents intervenants conviés à cette rencontre à savoir le thème du développement durable.
    Lors de mon entretien la semaine passée avec la journaliste du JT en tamazight de Djazair News : la journaliste m’avait demandé quelle était la solution, pour y remédier à tous les problèmes de construction sans respect des normes et des règles de constructions ? Et j’ai répondu en Kabyle « DHAHAZEB » qui voulait dire qu’il suffisait d’avoir un comportement « ETHIQUE » selon Pierre Reverdy poète français (1889- 1960) « Ethique est l’esthétique du dedans » d’abord l’éthique est un comportement non discriminatoire, nous avons un comportement éthique avec nos proches et l’idéal serait de l’avoir aussi avec ceux qui nous sont éloignés donc le politique, l’urbaniste, l’architecte, l’ingénieur, l’entrepreneur et le maçon doivent considérer l’intérêt de tous même pour ceux à qui, il n’ont pas e compte à rendre.
    Un comportement éthique est un comportement altruiste. Un comportement éthique est un comportement loyal, un comportement éthique est un comportement gratuit, certes c’est anachronique avec le souci de la rentabilité, mais le politique, l’urbaniste, l’architecte, l’ingénieur, l’entrepreneur et le maçon doivent être habité par le souci d’une construction respectueuse des hommes et de l’environnement.
    Ethique et morale : la morale a une connotation religieuse, alors que l’éthique a une connotation laïque liée à des règles de conduite, à la déontologie d’un métier, au-delà de ces divergences subtiles, il existe un lien étroit et indissociable entre la morale et l’éthique : la morale est à l’éthique ce que le nord est à la boussole, une personne sans repères solides en termes de valeurs aura du mal à trouver des réponses en termes de comportement et d’éthique.
    Ethique et développement durable.
    Associer l’éthique à l’altruisme, à la loyauté, à la non-discrimination et à la gratuité permet de comprendre le lien étroit qui existe entre l’éthique est le développement durable « chacun est seul responsable de tous » dixit Saint Exupéry, cette phrase résume l’esprit du développement durable dans ses dimensions, humaines, environnementale, culturelle et technique qu’i serait absurde de vouloir dissocier. L’homme n’est pas fait pour la ville, le village, la maison. Ce sont la ville, le village, la maison qui sont faits pour l’homme. On ne peut pas penser construire si l’on n’a pas le souci du bien-être des hommes – de tous les hommes, y compris de ceux des générations futures et de l’environnement. ( RÉFÉRENCE BÂTIR ETHIQUE ET RESPONSABLE)




    0



    0
    Anonymous
    10 novembre 2016 - 21 h 07 min

    Anonymous (non vérifié)

    Anonymous (non vérifié)

    10 Nov 2016 – 10:11
    Anonymous (non vérifié) 09 Nov 2016 – 21:36 Tu as raison sur de nombreux points mais tu as oublié la corruption systémique introduite par Bouteflika comme étant l’une des principales causes de la décadence actuelle.

    C’est une réforme profonde,radicale, et totale du système politique algérien
    Malheureusement, basé sur la rente, la corruption, et la prédation

    Le peuple est responsable indirect de cette situation, du fait qu’il ne détient pas réellement le pouvoir
    Dans le pays, au main d’une minorité de riches illégaux, et puissamment protégés
    Merci, pour les remarques !




    0



    0
    Erdt
    10 novembre 2016 - 18 h 10 min

    Une réunion pour préparer les
    Une réunion pour préparer les élections,c tout. Sellal va donner instruction pour distribuer des logements selon un timing précis,tenir un discours sur les  » réalisations » avec tapage médiatique….ça fera oublier la douleur de la faillite économique!




    0



    0
    Boujday
    10 novembre 2016 - 14 h 39 min

    Bonne initiative à condition
    Bonne initiative à condition qu’elle s’opère sur le long terme.




    0



    0
    elkhayam
    10 novembre 2016 - 14 h 31 min

    Construire encore plus de
    Construire encore plus de mosquées et faire payer l’entrée aux moussalines puisque toute l’Algérie est gangrené par le mal religieux !




    0



    0
    Hamitouche fatsah
    10 novembre 2016 - 13 h 31 min

    Rabrab on le fait fuire au
    Rabrab on le fait fuire au brésil on parle de chercher les investisseurs




    0



    0
    Barabas
    10 novembre 2016 - 11 h 45 min

    Lapidation de 1000 mds de
    Lapidation de 1000 mds de Dollars en 16 années, sans avoir eu recours au development que le pays a les capacités d’avoir, et surtout sans ayant fait de projection d’avenir liés au risque de la baisse du prix des hydrocarbures….On appelle ceci de l’incompetence surealiste…Ils ont vraiment interet de sortir un tour de magie durant les 2/3 prochaines années sinon ils seront obligés de faire recours à un prets, devaluation du dinar….etc




    0



    0
      Erdt
      10 novembre 2016 - 18 h 18 min

      Exact barabas!! 16 ans,des
      Exact barabas!! 16 ans,des centaines milliards$ et on importe des carburants!! Du ciment…et tout le reste. Les années 70, avec quelques cadres fraîchement sortis des écoles nous avons construit cimenteries,raffineries , complexes pétrochimiques…et la liste est tellement longue.. En 2016 y’a 1,5 millions d’étudiants,plus d’un million de diplômés universitaires,des docteurs,experts….et on n’arrive pas a construire nos logements,alors que des cités portent encore les noms de dnc,sonatiba,sorecal!!!!




      0



      0
    10 novembre 2016 - 10 h 29 min

    Mouais…À lire les longues
    Mouais…À lire les longues tirades des adeptes du » ya qu’à faut que  » on en oublie l’essentiel :

    -Le mode de gouvernance autocratique clanique sectaire par un type et ses proches, qui a tué toutes les compétences et mis à sec nos richesses pour les déplacer dans des banques étrangères.

    Accrochés à ce personnage narcissique et souvent cynique dans ses postures ( faites le ratio wilaya par wilaya des investissements étatiques lourds et vous verrez que des choix clairs de développement ont été faits au profit d’une minorité tribale…C’est un fait objectivable à l’oeil nu) une nuée de mange merde et d oppprtunistes en tout genre dont le dénominateur commun est l’extrême cupidité et égoïsme à finie de ronger l os et la moelle du pays.

    Sellal sur injonction de $aid ( tout le monde sait que sellal est d’une nullite affligeante mais un excellent larbin exécutant zélé des souhaits de ses maîtres ) fait juste semblant de gagner du temps parce que les élections arrivent (elles sont déjà truquées ) et qu’il s’agit de contenir au maximum les risques de contestations contagieuses populaires….

    De toute façon ceux qui ont détruits ce pays ont déjà un pied ailleurs où les attendent déjà leur progéniture…

    Donc dire ya qu’à faut que, alors que le problème réside dans le sommmet de l’état, c’est un peu prendre les gens pour des c… et c’est aussi se montrer complice du delitement général et inéluctable du pays. ….




    0



    0
    momo
    10 novembre 2016 - 10 h 20 min

    etant donner qu il ni a pas d
    etant donner qu il ni a pas d etat de droit rien ne pourra marcher .tout es flou manque de transparence .la politique es toujour la a s imitier dans les affaires surtout en periode d election .le travaille es tres mal vu aucune liberte d entreprendre sans sortir des millions .tout le monde es suspect au yeux de la loi . un etranger ma dit en faisant 400 km il avait croiser 15 barrage de gendarmerie qui 5 fois lui demandere c qu il faisait en algerie .il etait degouter .tout es opaque .les aeroport internationaux sont ouvert vitres transparent on voit les avions s envoler les passagers arrivers nous rien que des vitres flouer .notre diaspora doit etre courtiser pour investir dans leur pays des miliards d euro se perde dans les banque etrangeres .que fait nous devalution sur devaluation ce n es pas serieux pour des investiseurs .dommage




    0



    0
    khaznadji
    10 novembre 2016 - 8 h 24 min

    Rien ne changera dans cette
    Rien ne changera dans cette optique pendant 60 ans tous les walis y compris ceux qui sont en poste ont été des executant administratif et gestionnaire des equipements pblics ordonnateur des consommations de crédits aujourd’hui vous leurs demandez de changer de posture il faut revoir les lois ,il faut du management il faut de la matière grise autour et surtout de la com et des relations publiques. sinon ils vont se retrouver à gérer les conflit et les rebellions dans la rue . le management public ça s’enseigne on forme les gens dans le marketing territorial pour valoriser le potentiel former les gens créer des incubateurs des clusters des centres de R&D dynamiser l’investissement mettre en place des plans d’emplois d’aménagement pour donner de l’ attractivité à un territoire et ça les wali ne savent pas le faire.
    Por ce qi est du tourisme , vaut mieux parler d’autres choses,entre développement aménagement création de destination promotion com et stratégie de positionnement c’est tout un savoir faire qui n’existe pas en Algérie encore chez une population qui a perdu des valeurs primordial accueil hospitalité efficacité disponibilité; et c’est pas les paysages qui font le tourisme mais c’est les services dans toute la chaine de production touristique du consul en passant par l’hôtesse le taxieur la femme de chambre le policier et le guide sans oublié les douaniers et le citoyen




    0



    0
    Slim
    9 novembre 2016 - 23 h 02 min

    Il faut recuperer toutes les
    Il faut recuperer toutes les rues qui sont gerees par les parkingueurs . Il y a un argent fou a gagner la dedans pour les municipalites. Si c est bien organise c EST une source considerable d emploi . Les revenue des parking , des ,contraventions et des fourieres sont deja un bon filon a exploiter . Ceux qui Ont des devantires de magasins non conforme et qui etalent leur marchandise Sur les trottoirs doivent etre verbalises . Les commercants doivent payer une taxe speciale . Les places doivent etre recuperees et gerees par les municipalites . Les marches doivent etre geres par les municipalites. Les villes qui Ont des ports et aeroport Sur leur territoire doivent percevoir un impot dessus . Ceux qui Ont des terres en friche doivent payer um impot dessus . Les proprietaires de maisons ou d appartement doivent etre redevable . Toutes les usines , fabriques ,cabinets de proffessions liberales doivent pays un business tax . Les polueurs doibent payer fe fortes amended. Les eleveurs doibent aussi payer l impot . Une societe juste doit faire participer financierement tous ceux qui le peuvent pour gerer les affaires locales . Comme cela les gens pourront demander de compte . Tout le monde doit participer financierement Il y a enormement d argent qui echappe au fisc a cause du laisser aller et de l incompetance Dans la gestion . Le vrai salut c EST ave la technologies Il est possible de maitriser la majorite des lacunes actuelle . Si on veut des route, des logements des ecoles, des hopitaux etc Il faut bien payer cela . Tout le monde doit se retrousser les manches et se mettre au travail .il ne faut pas vompter Sur le petrole et le FMI pour d en sortie . Vive la rigueur Dans la loi , la discipline et le hard work




    0



    0
      Telli
      10 novembre 2016 - 3 h 31 min

      Un vrai copié-collé Slim..
      Un vrai copié-collé Slim…chaque région du monde a ses particularités en terme d’évolution politico-historique celle-ci orienté l’économie et pas l’inverse.
      A bon entendeur,




      0



      0
      khaznadji
      10 novembre 2016 - 8 h 11 min

      Que proposez vous pour les
      Que proposez vous pour les milliardaires?????? qui brassent des milliards que proposez vous mettre fin à l’informel qui brasse (à milliards de dollars que proposez vous pour faire rentrer à la caisse les 30 milliards de dinars de fuite d’impôts et enfin que proposez vous pour mettre fin à la gabegie des institutions de l’admistration et du train de vie des fonctionnaires de l’état et des politiques qui ne payent ni eau ni electricité ni téléphone ni mazout ni voiture ni costume ni aliments et ni voyages.




      0



      0
        Slim
        10 novembre 2016 - 9 h 29 min

        De grace Cher mr je parle de
        De grace Cher mr je parle de decentralisation de la gestion economique locale et de pistes a exploiter pour trouver de l argent pour le reinjecter Dans la communaute . Je le vous autour de moi je connais beaucoup de gens qui fraudent . Cela exists partout Dans le monde . CE qui fait defaut chez nous c est un systems efficace pour recuperer l argent . Effectivement la corruption doit etre combattue sans telache a tous les niveaux . Il est moins facile de controler l argent de la mane du petrole que celui du contribuable surtout locale . Chez nous tous le monde fraude . Je suis Algerien et je sais de quoi je parle . L effort doit etre collectif .




        0



        0
        Slim
        10 novembre 2016 - 10 h 16 min

        Saha Kheznadji votre question
        Saha Kheznadji votre question est pertinente . Au lieu d attendre que les solutions viennent den haut pourquoi ne pas faire l inverse . Si le gouvernement recule en laissant l initiative aux autorites locales pour s autofinancer c EST une oportunite a s aisir pour lancer les bases de la democratie locale pour une gouvernance equitable . Si on Parle purement economie on ne doit pas vivre au dessus de nos moyens . Il faut d abord produire pour consommer . En faisant contribuer ceux qui le peuvent on ne peut qu encourager les gens a travailler pour vivre . Socialement parlant la solidarite avec ceux qui pour une raison ou une autre ne peuvent pas payer doit etre garantie ; mais avec des conditions . Un systems qui encourage les gens a dormir et a recevoir est dangereux .




        0



        0
      Anonymous
      10 novembre 2016 - 9 h 03 min

      Encore un con qui a raté l
      Encore un c… qui a raté l’occasion de se la boucler ! gardes pour toi ces solutions . le problème de L’Algérie consiste dans son système politique de type mafieux qui bride les énergies et le initiatives. si tu penses qu’avec tes parkigueurs tu vas avoir une économie performante pendant que des milliards de dollars partent en fumée (corruption, gabégie, faux projets, gaspillages, train de vie du président, de l’état et de leurs sbires etc.. ) tu te gourres..




      0



      0
    regaz
    9 novembre 2016 - 22 h 07 min

    Vous n’êtes plus aptes
    Vous n’êtes plus aptes diriger ce pauys




    0



    0
    Anonymous
    9 novembre 2016 - 20 h 36 min

    Nous allons directement, les
    Nous allons directement, les mains liées derrière le dos, au pied du mur, et pas d’autres choix
    – pour le moment –
    Appliquer strictement, l’austérité avec rigueur, et sévérité (une thérapie de choc) de l’état
    (l’état algérien est l’un des plus dépensiers, et l’un des plus gaspilleurs au monde: pour le faste, et le prestige)
    Selon les conseils, et les instructions des experts économistes, et financiers du F.M.I qui se trouvent à Alger
    Pour le controle des lignes rouges des dépenses de l’état, à ne pas franchir,
    Avec ses déséquilibres dangereux sur l’économie du pays, et le niveau de vie du pauvre, et paisible citoyen
    Faute de quoi, c’est une nouvelle dévaluation du Dinar algérien, blocage des salaires
    Et une nouvelle flambée des prix (le cercle vicieux, et infernal) ,
    A cause de l’incompétence de nos responsables
    (l’insouciance, la légèreté, et le manque de sérieux , devant les grands défis de l’avenir, …..depuis 1999 ?! ) ,
    De la très mauvaise stratégie de gestion économique, commerciale, et financière de l’économie algérienne
    Et le gout prononcé pour les dépenses effrénées, sans compter, dans la bureaucratie de paperasses inutiles
    missions, réunions
    Incalculables faux frais, et charges inutiles : Congrès, colloques, missions, réunions , formations bidons ?!
    Visites, cadeaux, voitures, bons d’essence/gas oil , séjours dans des hotels de luxe avec fe….., et boissons?!
    Aux frais de la princesse (c’est l’argent du pauvre, et paisible peuple algérien)




    0



    0
      Anonymous
      10 novembre 2016 - 3 h 40 min

      Bla bla bla et voilà
      Bla bla bla et voilà Anonymous dans une tentative d’orientation et de division, objectif : remonter le peuple algérien qui , grâce à Dieu ne se laisse plus programmer comme une vulgaire machine.
      Signé un vrai Mr tout le monde.




      0



      0
      Anonymous
      10 novembre 2016 - 9 h 11 min

      Anonymous (non vérifié) 09
      Anonymous (non vérifié) 09 Nov 2016 – 21:36

      Tu as raison sur de nombreux points mais tu as oublié la corruption systémique introduite par Bouteflika comme étant l’une des principales causes de la décadence actuelle.




      0



      0
    el wazir
    9 novembre 2016 - 19 h 45 min

    D’abord le premier argent a
    D’abord le premier argent a gagner et celui qu’on ne pert pas .A ces titres il y a lieu de réduire au moins de 30% les prix que pratiquent les entreprises dans les projets des collectivités locale (BTPH notamment, electricité gaz, AEP…) il faut le reconnaitre que les prix des entreprises contiennent de fortes plus-values injustifiables d’autres parts il demeure possible de fructifier les potentialités que recèle ces communes, par exemple la récupération des terres agricoles qui ne sont pas travaillées et/ou sous louées par les bénéficiaires des EAC/EAI, améliorer les capacités d’élaboration des budgets des communes dans un objectif d’une meilleure efficacité des dépenses, le suivi des projets de leurs plannings et de leurs budgets afin de réduire au maximum les éventuelles dérives, récupérer les locaux détenues par le FLN et le RND afin de les mettre en vente aux enchères publique




    0



    0
    Rascasse
    9 novembre 2016 - 17 h 53 min

    Démagogie populisme et fuite
    Démagogie populisme et fuite en avant, c’est juste une redistribution de la rente( endettement compris) dur les 5 milles familles privilégiées algériennes , il nya ni austérité ni houm yahzanoun




    0



    0
    anaALGERIEN
    9 novembre 2016 - 16 h 47 min

    Tzagate 3likoum ya alwellate
    Tzagate 3likoum ya alwellate (les walis) , un poste qui ne sera plus convoité car il demandera de la matière grise cad de la compétence , de l’effort , c’est fini rjel foug rjel (une jambe sur l’autre , un cigare au bec) place aux compétences , place au travail et donc retroussez vos manches messieurs les walis et au travail !!! comme ça on reconnaitra les bons walis des tire-au-flanc consommateurs de budgets alloués par la tutelle.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.