Nouri : «Nous allons réhabiliter la vocation touristique»

Abdelouahab Nouri lors de son passage au Sénat. New Press

Le ministre de l’Aménagement du territoire, du Tourisme et de l’Artisanat, Abdelouahab Nouri, dit œuvrer à redonner ses lettres de noblesse au secteur. S’exprimant aujourd’hui en marge de la réunion gouvernement-walis, le ministre, qui est connu pour ses coups de gueule, notamment concernant le «trafic» de foncier au Parc Dounia, estime qu’il est inconcevable que l’Algérie reste à la traîne dans ce domaine, alors qu’elle recèle un potentiel important que n’ont pas les pays voisins.

«Il est nécessaire de réhabiliter ce secteur, de sorte qu’il soit en phase avec l’évolution dans le monde, pour réaliser le développement du pays, avec la contribution de tous, notamment le gouvernement, les collectivités locales, les citoyens et les différentes institutions de l’Etat», a-t-il indiqué, considérant que le tourisme est un secteur qui peut contribuer grandement au développement du pays.

«L’Algérie est dotée de paysages extraordinaires, d’un patrimoine culturel et naturel exceptionnel, d’un secteur de l’artisanat traditionnel novateur» qui pourraient faire d’elle «une destination touristique d’excellence». «Mais l’évolution et le développement de ce secteur sont tributaires de notre capacité à transformer tous ces éléments bruts en produits consommables, répondant aux standards internationaux, de façon à faire face à la concurrence et ainsi répondre aux différents défis», a-t-il soutenu.

Abdelouahab Nouri considère que la nouvelle politique du gouvernement œuvrait à réhabiliter la vocation touristique du pays. L’investissement touristique «est un des fondements du développement», a-t-il insisté, tout en soulignant que le gouvernement a pris conscience de l’importance de «se pencher sérieusement sur ce secteur pour offrir un climat propice pour l’essor du tourisme, encourager l’investissement et accompagner les investisseurs».

Tout en reconnaissant l’existence de difficultés multiples qui bloquent le développement rapide de ce secteur, Abdelouahab Nouri assure que son département travaille d’arrache-pied pour les aplanir en réglant notamment le problème du foncier et des financements bancaires. Il faut préciser que le touriste ne contribue qu’à hauteur de 1,5% du PIB, cela alors qu’il est d’environ 20% dans les pays voisins. Le ministre a annoncé dans ce sillage l’élaboration d’un décret exécutif qui sera soumis au gouvernement prochainement, faisant de l’Agence nationale du développement du tourisme un outil de réhabilitation et de développement du secteur, facilitant l’acte d’investir dans le secteur.

Hani Abdi

Comment (37)

    souk-ahras
    14 novembre 2016 - 15 h 23 min

    Depuis 1962 : Nous allons….
    Depuis 1962 : Nous allons…… Nous allons….. Nous allons….. Nous allons….. 54 ans plus-tard, nous ne savons toujours pas où aller.

    Anonymous
    14 novembre 2016 - 14 h 34 min

    Urgent 3 hommes égorgé mr
    Urgent 3 hommes égorgé mr nouri laisse tomber le tourismes

    nao
    14 novembre 2016 - 12 h 36 min

    Il faut d’abord une volonté
    Il faut d’abord une volonté politique, puis une éducation du peuple en la matière (accepter autrui comme on est accepté chez eux) et une confiance en nos rofessionnels du domaines touristique (anciens du monde de l’hôetellerie tels que l’Aurassi, St Georges, Sheraton, Hilton et école de Boussaada…

    Rien n’est impossible. L’Algérie a tous les moyens. Il faut agir avant qu’il ne soit trop tard!
    Nous sommes avec vous M. NOURI!

    le croco
    14 novembre 2016 - 12 h 35 min

    Ils vont venir visiter le zoo
    Ils vont venir visiter le zoo APN?!

    wlid aicha d'Arris
    14 novembre 2016 - 11 h 41 min

    promouvoir et réhabiliter le
    promouvoir et réhabiliter le tourisme , c’est pas qqchose qui se décrète du jour au lendemain et ce n’est pas n’importe qui, qui incitera les autres à venir passer des journées chaleureusement et de bon cœur chez nous. non monsieur ,l’ initiative est louable mais mais elle exige des connaisseurs , des gens qui ont fait touriste pas à des gens qui n’ont jamais mis les pieds dehors !

    Asphodèle
    13 novembre 2016 - 20 h 08 min

    Astaghfirou allahou el
    Astaghfirou allahou el 3adhimm. j’ai fait de phôtes dans mes virgules, et de Phrappe! Amounage, j’éclaire mal.
    Non seulement nous allons réhabiliter la vocation touristiquique mais aussi dans notre élan nous allons réhabiliter toutes nos grandes vocations que le monde nous jalousait à une certaine époque. Une époque bénie , oui oui, où on était pratiquement les meilleurs en tout et pas que des grandes gueules qui exaspérions la planète entière qui nous le vaut bien aujourd’hui. Chedouna sinon on va envahir la planète. Rien qu’avec notre zbel et notre sel déjà, tiens !
    Je ne sais pas si certains d’entre vous s’en souviennent, à part Mr Duoduma, bien entendu, qui est de ma génération. Je vous parle d’un temps que les mioches de maintenant n’ont pas pu connaitre. A cette époque El Moudjahid faisaient de la pub pour tous nos produits locaux en nous assurant qu’on pouvait leur faire confiance 3lakhatar ils sont nés chez nous. A la « Une » de journal, en haut à droite, il y avait une pub pour une… brouette. Le fleuron de notre industrie lourde. Cette pub a trôné à la Une pendant 43 ou 44 ans. Ihesrah le temps de la presse unique, du parti unique, de l’idéologie unique. Alger était la Mecque des révolutionnaires, des festivaux, non festi va ! On n’avait même pas besoin d’un pétrole au prix bas , puisqu’il ne valait que 3 dollars el barmil, pour manquer de tout. J’arrête pour ne pas me fâcher avec les nostalgiques de cette époque, ou avec leurs

      Asohodèle! Encore Asphodèle
      13 novembre 2016 - 21 h 15 min

      J’ai corrigé mes erreurs par
      J’ai corrigé mes erreurs par des fautes , janimar ! .. tourisquique! et caetera !

    Asphodèle
    13 novembre 2016 - 18 h 45 min

    Non seulement nous allons
    Non seulement nous allons réhabiliter la vocation tourisquique mais aussi dans notre élan nous allons réhabiliter toutes nos grandes vocations que le monde nous jalousait à une certaine époque. Une époque bénie , oui oui où on était pratiquement les meilleurs en tout et pas que des grandes gueules qui exaspérions la planète entière qui nous le vaut bien aujourd’hui. Chedouna sinon on va envahir la planète. Rien qu’avec notre zbel et notre sel déjà, tiens !
    Je ne sais pas si certains d’entre vous s’en souviennent à part Mr Duoduma, bien entendu qui est de ma génération. Je vous parle d’un temps que les mioches de maintenant n’ont pas pu connaitre. A cette époque El Moudjahid faisaient de la pub pour tous nous produits locaux en nous assurant qu’on pouvait leur faire confiance 3lakhatar ils sont chez nous. A la Une de journal en haut à droite il ya avait une pub pour une… brouette. Le fleuron de notre industrie lourde. Cette pub a trôné à la une pendant 43 ou 44 ans. Ihesrah le temps de la presse unique, du parti unique, de l’idéologie unique. Alger était la Mecque des révolutionnaires, des festivaux, non festi va ! On n’avait même besoin d’un pétrile au pris bas , puisqu’il ne valait que 3 dollars el barmil pour manquer de tout. J’arrête pour ne pas me fâcher avec les les nostalgiques de cette époque, ou avec leurs mioches.

    Laetizia
    13 novembre 2016 - 18 h 22 min

    je ne sais pas pourquoi mon
    je ne sais pas pourquoi mon com ne passe pas mais sachez qu’il s’agit de tourisme religieux en lien avec la grande mosquée , d’où la prolifération d’hôtels à Alger et environs

    anonyme
    13 novembre 2016 - 13 h 40 min

    D’abord, il faut commencer
    D’abord, il faut commencer par :
    – éduquer nos enfants
    – nettoyer nos villes, nos villages et nos quartiers des ordures
    – inculquer la culture du tourisme
    etc…………………la liste est longue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.