Ould-Abbès rouvre les hostilités avec les frondeurs après leur avoir «tendu la main»

Djamel Ould-Abbès. New Press

Dans le communiqué qui a couronné la réunion du bureau politique du FLN, hier, l’instance dirigeante du parti a réaffirmé le caractère «légitime» du Xe congrès qui avait intronisé Amar Saïdani, malgré les vives contestations qui avaient émaillé cette élection. «Le bureau politique salue la réaction positive des anciens dirigeants à l’appel du secrétaire général et leur retour au sein des instances légitimes du parti issues du Xe congrès», affirme le bureau politique, dans un message clair aux redresseurs qui dénient à la direction actuelle du FLN le droit de diriger le parti tant que ce dernier «ne reviendra pas à la légalité». Interrogé par Algeriepatriotique, le chef de file des redresseurs avait souligné, après la destitution d’Amar Saïdani, que la priorité des frondeurs était le retour à la légalité et que le nom qui devait remplacer l’ancien secrétaire général leur importait peu.

Les opposants à Amar Saïdani ont eu une réponse à leur revendication. C’est donc à un «non catégorique» qu’ils viennent d’avoir droit de la part de Djamel Ould-Abbès qui décrète, ainsi, que ni le bureau politique ni le comité central ne seront remaniés et que l’éventualité qu’un congrès extraordinaire soit convoqué est définitivement écartée. Bien avant la réunion du bureau politique, Djamel Ould-Abbès avait déclaré tout de go que sa mission allait s’étendre jusqu’à 2020, balayant d’un revers de la main toute possibilité de changement au sein des instances dirigeantes du FLN avant cette date.

Avant de lancer cette pique indirecte aux redresseurs, Djamel Ould-Abbès a pris le soin de «saluer la large adhésion des bases militantes à l’initiative du secrétaire général visant à ressouder les rangs» du parti. Un message sans équivoque qui, bien qu’enveloppé dans un discours rassembleur, signifie clairement que le nouveau patron du FLN ne compte pas céder devant de possibles nouvelles actions des redresseurs pour réclamer l’annulation des décisions issues du congrès de mai 2015.

Si, en effet, Abderrahmane Belayat s’est félicité, dans l’interview accordée à notre site, de la réintégration des parlementaires frondeurs qui avaient été écartés par Saïdani, affirmant que «ce n’est que justice», il a, cependant, réitéré l’exigence des opposants qui réclament que les prochaines élections soient préparées «avec ceux qui sont capables d’assurer le succès du FLN», c’est-à-dire «ceux qui ont contesté le Xe congrès et tout ce qui en a résulté au comité central et au bureau politique».

«Nous ne sommes pas dans une position de bras de fer, mais si le bras de fer nous est imposé, nous sommes capables de le gagner», avait averti Abderrahmane Belayat. La hache de guerre va-t-elle être déterrée après ce communiqué du bureau politique ?

Karim Bouali

Comment (15)

    Miam-miam !
    16 novembre 2016 - 10 h 08 min

    Comme tout bon cuisinier qu
    Comme tout bon cuisinier qu’il est (et c’est pas les Boutef’ qui le renieront, après avoir mis la toge et le tablier chez la défunte) le ‘chef’ du moment’ s’attelle à préparer une spécialité où le gras, le sucré, le salé et le pimenté vont plonger dans la marmite abasienne. Qu’est-ce-qu’il va en sortir ? Attendons, avant de vous mettre à table…




    0



    0
    Anonymous
    15 novembre 2016 - 17 h 42 min

    Qu’est-ce qui veulent ces
    Qu’est-ce qui veulent ces gens? Certainement pas
    Participer à l essor du pays, ou se battre pour un ideal ou un objectif qui redorerait un tant soit peu le blason d un pays si terni ces derniers temps. …




    0



    0
    Erracham
    15 novembre 2016 - 12 h 35 min

    Ould Abbès mimique son maître
    Ould Abbès mimique son maître. Après avoir essayé la carotte, il sort le bâton. Il a tenté de chasser le naturel par calcul politique, il revient au galop, dévoilant la vraie nature du régime. Nous vivons dans une dictature de la pire espèce. Bush, le 43ème de la série, a popularisé cette expression: « Oubien vous êtes avec nous, ou vous êtes contre nous ». Comme le courage politique de s’opposer frontalement au maître-chanteur est une denrée rare, on courbe l’échine et on se tait en priant le Tout-Puissant de ne pas être la prochaine victime de la purge. Cette éviction signifierait la perte de « privilèges ». Et puis, ne dit-on pas que « le silence est d’or….. »?




    0



    0
      souk-ahras
      15 novembre 2016 - 19 h 08 min

      Il claque la porte au nez des
      Il claque la porte au nez des frondeurs en annonçant qu’il est  »missionné » jusqu’en 2020 !?!?!? Et si nous nous mettions à  »croire » que la mise au placard du FLN est enclenchée ? Et que………….




      0



      0
    1962, les Muppet Show
    15 novembre 2016 - 11 h 03 min

    La politique interne du FLN
    La politique interne du FLN nous fait rappeler exactement les querelles des chiffonniers et malfrats de l’ex- décharge de oued smar




    0



    0
    lhadi
    15 novembre 2016 - 10 h 45 min

    C’est un spectacle honteux
    C’est un spectacle honteux que de voir des « Rastignac algériens » , ces ambitieux de la république des lettres mortes, se crêper le chignon alors que le pays est confronté au problème de la stagflation, à cette misère horrible à voir, aux sarcomes inhérents au sous développement qui obèrent toute chance de développement d’un Etat fort, d’une république solide, d’une Algérie forte, moderne et conquérante dans un monde de globalisation politiquement et économiquement injuste.Fraternellement lhadi ([email protected])




    0



    0
    New kid
    15 novembre 2016 - 9 h 23 min

    Mesdames et messieurs,
    Mesdames et messieurs, admirez ce spectacle, regardez les applaudisseurs d’hier qui serrent les rangs aujourd’hui comme des prisonniers qui attendent la soupe ! donnez-leur des bols par pitié !!




    0



    0
    New kid
    15 novembre 2016 - 9 h 16 min

    Le FLN est-il au parti
    Le FLN est-il au parti politique ou un polichinelle dont les ficelles sont tirées par you know who !
    Un pantin goes, un autre guignol vient le remplacer. Ce qui m’inquiète c’est que ces zigomars ne me font plus rire anymore.




    0



    0
    Tradinovateur
    15 novembre 2016 - 9 h 08 min

    Il existe des forces
    Il existe des forces universelles qui orientent toute chose d’une situation à une autre, d’un point vers un autre, ce sont ces forces qui garantissent l’harmonie des équilibres fondamentaux, c’en est ainsi depuis le début du temps jusqu’à sa fin. A chaque fois que les choses sortent de ces équilibres, elles causent des préjudices avant de reprendre, par la force des choses, là où ça a dévié. Des préjudices, le parti FLN en a commis et non des moindres, seulement voilà, il est de ces circonstances, des moments rares de l’histoire, où un préjudice peut-être transformé en une conséquence salutaire suivant l’adéquation entre notre rampe de lancement et la bonne fenêtre de tir. Les moments actuels sont tout aussi propice…qu’éphémère.




    0



    0
    OMAR
    15 novembre 2016 - 9 h 07 min

    LES DITS DIRIGEANTS DU RESTE
    LES DITS DIRIGEANTS DU RESTE DE FLN ONT LE SEUL DISCOURS PERMANENT

    LES ELECTIONS/LES SIEGES /LES AVANTAGES…….

    AUCUNE PRIORITE AUX QUESTIONS ECOSOCIALES/ TECHNICOSCIENTIFIQUES….

    ENFIN RIEN DE POSITIF DANS LA BOUTIQUE

    CE SONT TOUJOURS LES MEMES PRATIQUES!!!!

    go




    0



    0
      citoyenvigileaokas
      15 novembre 2016 - 18 h 45 min

      Exactement, jusqu’à preuve du
      Exactement, jusqu’à preuve du contraire, l’Algérie va bien… Où est le mal ?




      0



      0
    festi2016
    15 novembre 2016 - 9 h 07 min

    qund en vois …un raouraoua
    qund en vois …un raouraoua la téte de la faf , un berraf a la téte du comité olympique
    un saadani ou ould abbas a la téte du FLN.. et un sellal chef du gouvernement !!
    tu comprendras la nature de ce pouvoir…qui’il veulent pas des gens intéllect au pouvoir !!




    0



    0
    Anonymous
    15 novembre 2016 - 8 h 56 min

    La mission du F.L.N s’est
    La mission du F.L.N s’est achevée le 5 juillet 1962. Le pays ayant été libéré,( raison pour laquelle il a été crée) il doit être dissout.




    0



    0
      Erdt
      15 novembre 2016 - 18 h 13 min

      Exact,anonymous!! Le FLN
      Exact,anonymous!! Le FLN historique appartient à tout algérien!! S’il se justifiait encore sous boumediene c normal c’était parti unique,syndicat unique et le FLN était utilisé pour mobiliser autour de la construction du pays. Mais après l’apparition des partis politiques il fallait le lettre au musée et protéger ce sigle contre justement l’abus que nous constatons. Des fondateurs du FLN comme ait Ahmed,boudiaf,el hachemi chérif officier de l’aln ont créé leur propre parti. Voilà des hommes honnêtes. Ben bella a créé le mda!! Le FLN actuel est terni par des opportunistes khobzistes soumis applaudisseurs ,sans aucun programme ni conviction à part la soumission au puissant du moment.




      0



      0
    Mlaoua
    15 novembre 2016 - 8 h 55 min

    Et voyant ces gens tels Ouled
    Et voyant ces gens tels Ouled Abass et Saidani qui défilent à longueur des décennies comme des vautours sur la carcasse du FLN, je me dis qu’est ce que je foutais dans ce bled squatté par ces dinosaures.En sachant que Saidani était nommé comme secrétaire général du FLN puis vient Ouled Abass aussi pire que le premier pour le remplacer, je me dis à dieu l’Algérie.Mon pays bien-aimé vient enfin d’être enterré; et à ces cotés tous ceux qui l’aiment pour la rejoindre dans son sommeil éternel.Repose toi en paix ma chère patrie.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.