Bouchouareb présente les opportunités d’investissement aux opérateurs finlandais

Le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdesselam Bouchouareb, a présenté au ministre finlandais de l’Agriculture et de l’Environnement, Kimmo Tiilikainen, les opportunités d’investissement qu’offre le marché algérien, appelant les opérateurs finlandais à engager des projets de partenariat en Algérie, indique, mardi, un communiqué du ministère.

Les deux ministres ont passé en revue les opportunités d’investissement qu’offre le marché algérien à la lumière des réformes engagées par le gouvernement en matière d’amélioration des conditions de l’investissement et du climat des affaires, selon le communiqué. Après avoir rappelé les différentes mesures à caractère économique prises par le gouvernement, Bouchouareb «a exprimé le souhait de voir des opérateurs finlandais engager des projets de partenariat en Algérie», ajoute la même source. La délégation finlandaise a exprimé, pour sa part, un intérêt pour investir en Algérie, notamment dans les domaines de la mécanisation agricole, des énergies renouvelables, de la gestion des déchets et des ressources en eau.

Lors de sa visite, le ministre finlandais, qui été accompagné d’une délégation d’hommes d’affaires, a signé, dimanche, avec le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdessalam Chelghoum, un mémorandum d’entente portant sur la protection des végétaux et la quarantaine végétale.

Commentaires

    AMAR MOKHNACHE
    22 novembre 2016 - 15 h 40 min

    LA GOUVERNANCE PAR LA VOLONTE
    LA GOUVERNANCE PAR LA VOLONTE DES ZAIMS !!!
    Pourquoi nos institutions ne sont pas encore mures et aptes a exprimer leurs capacites a promouvoir la destination economique , touristique…de L ALGERIE ! Nous avons l impression que lorsqu il s agit d implantations des industriels etrangers il doit y avoir un passage oblige par le ministere…et dans ce cas que font les chambres de commerce algero-machin et autres forum et FCE peut etre qu ils ne sont pas encore murs…peut etre que que le cadre juridique doit etre negocie et n a rien avoir avec les lois pour les autochtones …en tout cas force est de constater que le pouvoir economique ne pese rien face au politique et qu il va falloir attendre des faillites pour lui donner ses prerogatives!!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.