Un journaliste d’Echorouk arrêté pour apologie de Daech sur Facebook

Le journaliste d'Echorouk a été arrêté il y a deux jours, selon des sources concordantes. New Press

Le journaliste au quotidien arabophone algérien Echorouk, Abdelmounim Chitour, a été arrêté il y a deux jours par les services de sécurité, apprend-on de sources concordantes. Le journaliste et activiste est poursuivi pour apologie du terrorisme et notamment de l’organisation dite Etat islamique (Daech) sur les réseaux sociaux. Les mêmes sources ajoutent que, dans le cadre de ces investigations, les services de sécurité ont perquisitionné le domicile d’un autre ancien journaliste du quotidien arabophone algérien résidant au Qatar. Très actif sur les réseaux sociaux où il s’est spécialisé dans le prosélytisme intégriste, Abdelmounim Chitour avait, en 2015, franchi toutes les limites de l’éthique et de la déontologie journalistique, en exprimant sur sa page Facebook sa jubilation après l’exécution de l’otage jordanien par des terroristes de Daech, et dont les images avaient suscité une vague d’indignation, y compris dans les milieux religieux.

Ce journaliste a écrit sur son mur, pour justifier la méthode avec laquelle cet otage a été mis à mort par ses ravisseurs : «L’histoire se répète. L’imam Choukani a dit : Abou Bakr a brûlé à vif en présence des compagnons du Prophète Khalid Ibn Al-Walid, lui aussi, a brûlé avec le feu des apostats, de même qu’Ali, d’après le Livre des châtiments.» Et l’auteur d’instiller son commentaire vénéneux : «On a l’impression qu’Ibn Kathir (le chroniqueur, ndlr) parle des pilotes arabes apostats qui bombardent les musulmans en Irak et en Syrie. Dieu merci, vous avez assouvi notre rage contre les mécréants !» Un aperçu sur son mur nous renseigne que ce jeune journaliste, fraîchement sorti de l’Université des sciences islamiques Emir-Abdelkader de Constantine, n’était pas à son premier impair, puisqu’il avait déjà, entre autres, applaudi, en décembre dernier, la fatwa prononcée par l’obscurantiste Abdelfattah Hamadache contre l’écrivain Kamel Daoud, qu’il traitait, lui aussi, d’apostat, méritant la mort comme châtiment.

Tous les messages de cet extrémiste sont émaillés d’éloges aux symboles d’Al-Qaïda, comme Oussama Ben Laden qu’il auréole de la qualité de «héros combattant de l’islam». A voir l’assiduité et la nature des idées et des messages véhiculés, d’aucuns s’interrogeaient si ce travail de prosélytisme, assumé publiquement par le journaliste d’Echorouk, ne s’inscrivait pas dans un cadre plus organisé.

Ce quotidien a, à maintes fois, prouvé son allégeance à l’internationale islamiste, en soutenant ouvertement toutes les insurrections menées par les mouvements islamistes dans le monde arabe depuis 2011, puis en prenant position en faveur des Frères musulmans égyptiens, en se faisant le relais de Rached Ghanouchi, de Mohamed Morsi et du gouvernement turc d’Erdogan.

En Algérie, Echorouk s’est spécialisé dans la chasse aux sorcières et dans la promotion des porte-voix de l’obscurantisme religieux. 

R. Mahmoudi

Comment (43)

    Hitman
    24 novembre 2016 - 23 h 03 min

    Voilà ce qui arrive lorsqu’un
    Voilà ce qui arrive lorsqu’un journal ou même une chaîne de télévision à une tendance islamique. Voyez vous même les sujets porté sur la revue d’ El chourouk.

    souk-ahras
    24 novembre 2016 - 16 h 21 min

    Constitution algérienne,
    Constitution algérienne, Article 2 : L’Islam est la religion de l’État. ?!?!?!?! Tout y est clairement signifié pour notre grand malheur.

      Bekaddour Mohammed
      24 novembre 2016 - 17 h 21 min

      C’est perfectible, il faut
      C’est perfectible, il faut ajouter « De l’état algérien, pas des états non algériens, pas de l’Arabie, pas de l’Egypte, pas du Qatar » ETC car’ notre histoire est spécifique RELATIVE A une histoire toujours pas conclue AVEC LA FRANCE, « 1962 » ne suffit pas, et n’a pas suffi, il faut un dénouement qui transcende même De Gaulle, il est désormais question d’une civilisation universelle, d’un ordre DU MONDE inédit, le repli sur soi est révolu, il n’y a plus de soi net, hormis chez les Juifs, et encore ! Même leur eux s’est mélangé aux divers Nous ETC

    Anonymous
    24 novembre 2016 - 14 h 14 min

    Arrêtez de tirer sur ce
    Arrêtez de tirer sur ce torchon de Echourouk, vous savez tous que son sponsor reste la famille des Bouteflika.

    Kahina
    24 novembre 2016 - 13 h 37 min

    C’est tout le journal qui
    C’est tout le journal qui doit être arrêté pour sa politique pro-intégriste qui fait la promotion de l’obscurantisme.

    En tout cas, beaucoup de journaux arabophones se sentent plus wahhabites que Algériens.

    ¸L’arabisation à la méthode Algérienne est un processus de lavage de cerveau. Un vrai fiasco. Il est urgent de revoir la signification de ce terme  » Arabisation ».

    .

      Anonymous
      24 novembre 2016 - 13 h 49 min

      Je crois bien qu’il y

      Je crois bien qu’il y aconfusion dans le terme arabisation:

      En Algérie : Arabisation = Wahhabisation = « Orientalisation » = Les programmes scolaires sont à réviser. Les chaines TV sont à nettoyer.

      Bekaddour Mohammed
      24 novembre 2016 - 16 h 59 min

      LE PRINCIPE de l’arabisation
      LE PRINCIPE de l’arabisation (linguistique) de l’Algérie, PLUS QUE TOUT AUTRE PAYS de l’aire musulmane, exige la connaissance de ce qu’a fait la France en Algérie, et sa vraie solution impose une relation, non pas à l’Arabie ou l’Egypte, mais à cette France là dont l’histoire a créé le vrai problème, qui est une question de CIVILISATION UNIVERSELLE, au principe de laquelle La France doit… Toute autre voie est erronée, ou l’expression de ceux qui égarent etc. Si nous finissions, (Mais où est-il CE NOUS !), cette dimension de la question, alors NOUS serons délivrés, et la France enfin sur les rails d’une civilisation qu’elle cherche sans oser l’avouer ETC

    Mlaoua
    24 novembre 2016 - 13 h 18 min

    L’exemple de ce monsieur nous
    L’exemple de ce monsieur nous révèle encore une fois l’urgence de s’occuper sérieusement de l’école.Il est temps de penser à la reformer en profondeur.Pour cela, il faut penser au retour du bilinguisme, sinon à l’enseignement de plusieurs langues à nos enfants pour pouvoir leur offrir des chances pour s’ouvrir vers d’autres horizons de cultures et de technologies.C’est la seule manière, que je juge, sera en mesure d’échapper nos enfants au discours religieux qui règne en force chez nous.Sans cette ouverture réelle vers le monde extérieur, par l’enseignement des langues étrangères notre pays n’arrivera jamais à bout de l’extrémisme religieux. Quelque soit les moyens militaires qui seront destinés pour combattre le terrorisme, on y arrivera jamais.La langue arabe est devenue un instrument exclusif aux mains des salafistes et des wahhabites et certains régimes en place qui l’utilisent juste pour développer les discours populistes, dans le but d’asseoir leur hégémonie, mais sans jamais l’utiliser dans le but d’épanouir la culture et l’ouverture chez nos enfants.On doit savoir aussi que l’intégrisme chez nous est intact,car rien n’est fait pour l’éradiquer. On ne doit pas ignorer que l’armement continue de rentrer chez nous par nos frontière par cette racaille islamiste,dans le seul but de nous faire la guerre.C’est pourquoi le danger n’est pas entièrement écarté.Nos dirigeants doivent prendre conscience du danger et agir vite pour éloigner le spectre de la menace du terrorisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.