Opep : Boutarfa à Téhéran pour rencontrer son homologue iranien

Le ministre de l'Energie, Noureddine Boutarfa, lors de la réunion d’Alger, le 28 septembre dernier. New Press

Le ministre de l’Energie, Noureddine Boutarfa, effectuera samedi prochain une visite à Téhéran où il rencontrera le ministre iranien du Pétrole, Bijan Namdar Zanghaneh, a indiqué jeudi le ministère de l’Energie.

Cette rencontre intervient dans le cadre de «la poursuite des consultations et de la coordination entre les pays membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) pour parvenir à un consensus lors de la prochaine réunion ministérielle le 30 novembre à Vienne (Autriche) sur les modalités de mise en œuvre de l’accord d’Alger de façon à stabiliser les marchés pétroliers», a ajouté la même source.

Pour rappel, M. Boutarfa avait reçu, il y a quelques jours à Alger, le ministre saoudien de l’Energie, de l’Industrie et des ressources minérales, Khalid Al-Falih. Les deux ministres avaient affiché leur optimisme quant à la perspective de trouver un accord juste, équilibré et équitable lors de la prochaine réunion de l’Opep prévue à Vienne qui viendra concrétiser l’accord d’Alger. A ce propos, M. Boutarfa avait déclaré que les préparatifs pour la réunion de l’Opep se déroulaient dans un esprit «constructif et coopératif».

Pour sa part, le ministre saoudien «a rappelé combien l’accord d’Alger a transformé les marchés pétroliers et a amélioré les relations entre pays membres de l’Opep en convergeant les opinions et en aboutissant à un accord dont la mise en œuvre est aujourd’hui une nécessité».

«Pour stabiliser les marchés, il est nécessaire de mettre en œuvre l’accord historique d’Alger. Je reste confiant et optimiste de voir la raison l’emporter. Nous arriverons, nous l’espérons, à un accord juste et équilibré qui prenne en considération les événements exceptionnels survenus dans quelques pays membres de l’Opep et auquel tous contribueront y compris les pays non membres», avait soutenu M. Al Falih.

Par ailleurs, M. Boutarfa avait pris part à une réunion consultative qui avait regroupé, vendredi dernier à Doha, des pays membres de l’Opep, en marge de la 18e réunion ministérielle du Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG). Il avait déclaré qu’il était, à l’instar de tous les pays participants, «optimiste» quant à la concrétisation de l’accord d’Alger.

«Nous avons discuté des modalités d’une collaboration en vue d’assurer le succès de la réunion de Vienne le 30 novembre. Pour ce faire, nous nous sommes réunis à huis clos afin de préparer cette réunion ainsi que la rencontre des experts qui la précèdera, et nous avons convenu de la possibilité de geler la production à 32,5 barils/jours», avait expliqué M. Boutarfa.

Selon le ministre, la rencontre a permis aux membres de l’Opep de convenir avec la Russie, pays non membre de l’organisation, de travailler en coordination jusqu’à la fin novembre afin de maîtriser les chiffres et les informations à même de parvenir à une bonne décision à Vienne». A propos de la Russie, le président Vladimir Poutine avait avancé lundi dernier que son pays était prêt à geler sa production pétrolière en cas d’un accord des pays de l’Opep à Vienne.

«Nous sommes prêts à geler la production pétrolière au niveau auquel elle se trouve actuellement», a déclaré le dirigeant russe à la presse, expliquant que son pays «approuve un accord éventuel» de l’Opep en vue de geler la production et de faire remonter les prix du baril. L’accord historique d’Alger, qui a couronné la réunion extraordinaire de l’Opep le 28 septembre dernier, prévoit de réduire la production- Opep à un niveau oscillant entre 32,5 et 33 millions de barils par jour.

Une réunion préparatoire du Haut comité d’experts à la réunion du 30 novembre s’était tenue lundi dernier dans la capitale autrichienne.

L’Algérie préside ce Haut comité d’experts créé lors de la réunion d’Alger et qui est chargé de définir les mécanismes de réduction de la production de chaque pays de l’Opep et de travailler en coordination avec les pays hors Opep pour consacrer les clauses de l’accord d’Alger. A l’approche de cette réunion de l’Opep, le prix du Brent s’est redressé actuellement à plus de 49 dollars.

R. E. 

Commentaires

    anonyme
    25 novembre 2016 - 15 h 30 min

    Trop tard cher ministre.

    Trop tard cher ministre.
    Il fallait faire attention à la dépense de l’argent public du peuple il y a une 15 ans.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.