Ouragan ou tempête dans un verre d’eau ?

Par Rabah Toubal – Après avoir remporté brillamment l’élection présidentielle, qui a eu lieu au début de ce mois, contre Hillary Clinton, la candidate du parti démocrate que les sondages, qui se sont une fois de plus lourdement trompés, donnaient largement gagnante, le président élu Donald Trump confirme, à travers les décisions prises et les déclarations faites aux médias, qu’il tient à respecter la plupart de ses engagements, sur les plans interne et externe.

Autant le président Barack Obama était audacieux et percutant sur les questions économiques et sociales internes, autant il était prudent et timoré à la paralysie sur le plan externe, surtout en ce qui concerne une éventuelle implication militaire directe de son pays dans un des nombreux conflits qui sont apparus ici et là, à travers le monde, depuis le début du XXIe siècle notamment. Grâce à un recours massif aux avions sans pilote, les fameux drones, il a ainsi réussi le difficile, voire l’impossible pari d’éviter aux Etats-Unis d’Amérique une implication directe dans l’un des conflits armés apparus après son arrivée au pouvoir en 2008.

En dénonçant le maigre bilan de Barack Obama et de ses secrétaires d’Etat, à qui il a notamment reproché d’avoir commis plusieurs erreurs qui ont permis à la Russie de Vladimir Poutine et son excellent ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, de marquer de précieux points positifs auprès de la communauté internationale, globalement déçue par les positions carentielles ou contradictoires de Barack Obama concernant la l’Ukraine, la Syrie, la Libye, le Yémen, la Palestine, la Turquie et le «printemps arabe» notamment.

Donald Trump, qui craint plutôt l’expansionnisme économique chinois, n’a pas caché sa volonté de renforcer les relations de son pays avec la Russie, notamment en matière de lutte contre le terrorisme islamiste et ceux qui le soutiennent diplomatiquement ou militairement, à l’instar de certains pays du Golfe, donnant ainsi un répit inespéré aux dictateurs des quatre coins du monde qu’Obama avait critiqué et menacé ouvertement dans différents discours, afin de mieux les soumettre aux volontés et aux intérêts de son pays.

En tout état de cause, c’est certainement la puissance de «l’effet Trump», véritable ouragan économique et social ou tempête dans un verre d’eau, qui déterminera le succès ou l’échec des différents et multiples changements qu’il a promis à ses électeurs pour rendre à l’Amérique sa notoriété et sa place primordiale d’antan dans un monde en pleine crise existentielle.

R. T.

Comment (10)

    Anonymous
    27 novembre 2016 - 13 h 24 min

    Le mandat de Trump : une
    Le mandat de Trump : une gouvernance au rétroviseur ?




    0



    0
    lhadi
    26 novembre 2016 - 18 h 01 min

    le nationalisme algérien
    Si je me réfère au débat du 3 octobre 2001 entre Shimon Peres et Ariel Sharon dans lequel celui ci déclara, et je le cite : « Chaque fois que nous faisons quelque chose, vous me dites que l’Amérique [USA] fera ceci ou fera cela… Je vais vous dire quelque chose de très clair : ne vous préoccupez pas de la pression de l’Amérique sur Israël. Nous, le peuple juif, contrôlons l’Amérique, et les Américains le savent », je peux affirmer, sans aucun doute, que l’Amérique n’est qu’un pion au service de l’entité sioniste.

    Face à ce nationalisme nous devons répondre par le nationalisme algérien qui prend source dans le Courage, la Détermination  et le Patriotisme.

    Ce sont ces trois viatiques, effectivement, dont nous avons tant besoin actuellement pour accéder à la démocratie, au développement et à la dignité fondements d’un Etat fort, d’une république solide, d’une Algérie moderne.

    j’invite la jeunesse Algérienne à méditer, à s’inspirer de la bonne et exaltante tranche de l’histoire de l’Algérie afin de refuser la confusion et ramener le bon sens pour ne plus être ébranlé dans nos certitudes.

    Courage : pour combattre la société de défiance.

    Détermination : pour changer de comportement.

    Patriotisme : pour porter des valeurs fondamentales à cette société qui se délite et encourager par tous les moyens l’impulsion de cette fraternité active pour faire avancer, tous ensemble un idéal que tous le pays attend.

    .
    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    0



    0
    Yacine.DZ
    26 novembre 2016 - 16 h 18 min

    Trump l’Américain
    Trump fera ce que tous les autres présidents des USA ont fait, c’est à dire défendre les intérêts des USA. Seule changera l’approche, selon qu’elle soit des Républicains ou des Démocrates. Seulement, pour Trump sa politique moyen-orientale sera marquée par une forte empreinte anti-musulamne. qui vivra verra.




    0



    0
    Anonymous
    26 novembre 2016 - 16 h 13 min

    Pauvre Barak Obama il ne
    Pauvre Barak Obama il ne méritait pas une sortie pareille. Il a tout perdu à cause de son soutien inconditionnel à Hilary Clinton, dont la famille l’a aidé pour avoir son deuxième mandat face à l’intraitable Mitt Romny, qui revient par la grande porte comme Secrétaire d’Etat à la place de John Kerry.




    0



    0
    Trump
    26 novembre 2016 - 16 h 04 min

    Un scoop à AP
    Un scoop à AP
    Bouteflika m’a adressé une invitation à lui rendre une visite d’Etat, en échange il s’engage d’assister à ma cérémonie d’investiture qui aura lieu le 20 Janvier 2017 à Washington car d’ici là il aurait retrouvé l’usage de ses pieds comme l’a annoncé le vieux SG du FLN.




    0



    0
    Khalid
    26 novembre 2016 - 13 h 45 min

    Je crois que TRUMP va
    Je crois que TRUMP va réaliser tous ses chantiers contrairement à Obama le versatile, qui parle beaucoup et fait peu de choses. Sa maladie des discours a porté de grands préjudices à son pays qui a perdu sa crédibilité internationale contrairement à la Russie de Vladimir Poutine, qui a exploité toutes les faiblesses d’Obama.
    Les dictateurs arabes ne sont ps encore sortis de l’auberge.




    0



    0
    Lotfi ALN
    26 novembre 2016 - 13 h 16 min

    A vrai dire l’élection de
    A vrai dire l’élection de Trump est salutaire dans la mesure où elle a ébranlé le système formé autour du binôme finance spéculative_gros business des armes sous la direction de l’internationale sioniste .
    L homme n’est pas à une contradiction près : d’un côté il souhaite sincèrement l’établissement d’un état palestinien et de l’autre il soutient que Jérusalem est la capitale éternelle d’Israël ! !!
    Personnellement , voir le Qatar , l’Arabie le marokistan perdre le sommeil suite à son élection me réjouit .




    0



    0
    Anonymous
    26 novembre 2016 - 12 h 16 min

    WAIT AND SEE
    WAIT AND SEE




    0



    0
    Benmakhlouf
    26 novembre 2016 - 12 h 01 min

    Les cow boys qui ont voté
    Les cow boys qui ont voté pour Trump vont vite regretter le sage Obama. Les dictateurs arabes aussi qui croient ingénument que Tremp va leur foutre la paix tant qu’il n’a pas éradiqué les dawaech. Ils ont célébré sa victoire et fêté le départ d’Obama qui ne les aime pas.




    0



    0
    Abdelkrim
    26 novembre 2016 - 11 h 48 min

    A mon avis, que ce soit sur
    A mon avis, que ce soit sur le plan interne que sur le plan externe, Donald Trump se dégonflera à l’épreuve de la réalité. Il donne déjà des signes d’un homme pragmatique.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.