Complément «contre le diabète» : les mises en garde du ministère du Commerce

Siège du ministère du Commerce. New Press

Dans un communiqué rendu public cet après-midi, le ministère du Commerce a mis en garde les citoyens contre l’utilisation d’un complément alimentaire dénommé RHB (Rahmat Rabbi) commercialisé dans les pharmacies comme produit supposant atténuer les complications liées au diabète. «Dans ce cadre, par mesure de précaution, les services du contrôle de la qualité et de la répression des fraudes du ministère du Commerce ont procédé au retrait de ce produit avec des prélèvements aux fins d’analyses et de vérification de sa conformité», a indiqué la même source. A ce titre, «il est recommandé aux consommateurs de s’abstenir d’acheter ce complément alimentaire jusqu’à obtention des résultats définitifs de ces  analyses», a insisté le ministère. 

Les services du contrôle de la qualité et de la répression des fraudes ont, quant à eux, été chargés d’aviser les pharmacies d’officines et les commerçants que la commercialisation ou l’utilisation de ce produit avant l’obtention des résultats d’analyses les exposent à des sanctions administratives et pénales. A ce propos, le ministère du Commerce a averti que les services du contrôle et de la répression des fraudes du ministère du Commerce «ont été chargés de procéder, sans délai, au retrait de ce produit mis sur le marché».

De son côté, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf, a prévenu que le produit en question est un complément alimentaire et non un médicament pour le diabète. Boudiaf a précisé que le «produit ne répond pas aux conditions et ne peut, en aucun cas être, considéré comme un médicament et il s’agit d’un complément alimentaire qui n’est pas soumis aux textes juridiques régissant les produits pharmaceutiques», appelant les malades chroniques, notamment les diabétiques, à «se conformer aux recommandations de leur médecin, seul habilité à prescrire  le traitement approprié». 

Le président de la Fédération des associations de diabétiques, Noureddine Boussetta, a relevé, pour sa part, que le produit «est classifié dans la catégorie compléments alimentaires et a obtenu l’homologation du ministère du Commerce en vue de sa commercialisation». Il a ajouté, enfin, que des «centaines de malades se trouvent dans un état critique suite à la prise de ce produit et à l’arrêt de leur traitement (insuline et comprimés)», avant de dire que le malade a été «victime de la promotion de ce produit». Il a appelé à «retirer immédiatement le produit des pharmacies».

A mentionner que ce complément alimentaire a été développé par TZ Lab et fabriqué par Nadpharmadic-production sis à la zone industrielle El-Rhumel (wilaya de Constantine).

Khider C.

Comment (39)

    DZDZ
    8 décembre 2016 - 16 h 35 min

    @ Dihya

    @ Dihya

    Après avoir lu votre commentaire, je me suis interssée au CV de notre ministre de la santé et j,ai trouvé ce qui suit:

    01- Chef de Daïra
    02 Wali délégué de la wilaya déléguée de Bir Mourad Raïs
    03 Wali de Ghardaïa
    04 Wali de Constantine

    selon ce parcours, je ne crois pas que le ministre de sa santé ait une idée sur les molécules BIO_ACTIVES et l’efficacité thérapeutique d’un produit naturel. Personne n’est à sa place.

    Lghoul
    8 décembre 2016 - 15 h 41 min

    C’est le résultat de 10 ans
    C’est le résultat de 10 ans de terrorisme conte notre pays, méné par des mercenaires wahabites, suivi par la déstruction totale de l’école pendant qu’ils font la course pour nous dépasser dasn tous les domaines de la science.
    Tout cela a engendré un vide intellectuel et culturel pour faire place a la sorcellerie et la supersition.
    Quand la religion fait de la politique pour faire plaisir a nos ennemis, ce n’est plus de la religion et le pays pourra chavirer comme un navire car il est mené par les autres et ces « autres » ne sont certainement pas nos amis.
    Quand l’enfant n’apprend que des interdits a l’école, il n’aura que des cauchemards dans sa vie.
    Dans un pays qui a un peu de logique, il faudrait établir des lois qui dissocient la religion de la politique et de la science. Autrement comment tolérer qu’on appelle meme un vrai médicament « Rahma Rebbi » tout est fini. Associer Dieu a de la malice est le visage des extremistes qui camoufflent leur tartuferie avec de la religion. Comment associer Dieu a un cachet, une pillule etc. ? Mais comme il ne reste que de la médiocrité, le résultat ne sera que de la médiocrité mais dans ce cas ils ont engendré un désastre car c’est une menace directe sur la vie et la santé des citoyens. Quelle honte. On dirait qu’il y a que des traficants, des bandits et des voyoux autour du peuple. Une nouvelle loi est necessaire: INTERDIT D’UTILISER LA RELIGION POUR SES PROPRES GAINS car c’est un crime contre l’humanité si on se base comment le peuple est berné ! C’est comme si le peuple algerien est juste en train de « découvirir » la religion. Une question: Font ils cela en arabie saoudite ? Ils se feront couper la tete au sabre le vendredi devant une nuée de fanatiques claquant leurs mains mais ctous les fléaux des khorotos diaboliques sont halal en Algerie. Cette Algerie, cette terre des cobbayes humains …

    Dihya
    8 décembre 2016 - 15 h 17 min

    @ ANTI CHARLATANS (non
    @ ANTI CHARLATANS (non vérifié)
    08 Dec 2016 – 13:39

    Je suis dans le domaine… permettez moi de vous dire qu’il ya une différence entre un produit naturel dont la composition contient des molécules biactives qui sont bénéfiques ( aident, stimulent) au bien être du consommateur….Et un produit naturel ayant une efficacité thérapeutique. Dans le deuxième cas, ces produits sont classés comme produits de santé naturels, d’où des études cliniques sont exigées.
    Dans notre cas, RAHMAT RABI a été vendue comme produit naturel ayant une efficacité thérapeutique qui est la guérison du diabète. .. Une étude clinique est obligatoire dans ce cas…C’est la responsabilité du ministère de la santé.

      Dihya
      8 décembre 2016 - 15 h 51 min

      Lire: molécules bio-actives=

      Lire: molécules bio-actives= molécules qui sont naturellement présentes dans le produit, juste comme les W-3, w-6, les antioxydants naturels ( polyphénols, tocophérols,….etc)

    Dihya
    8 décembre 2016 - 13 h 48 min

    Une fois j’ai lu que le
    Une fois j’ai lu que le ministère des affaires religieuses et le ministère de la santé voulaient travailler en collaboration. Je ne savais pas qu’il voulaient travailler ensemble dans l’industrie pharmaceutique pour produite
    RAHMAT-RABI .
    On dirait qu’on est géré par des personne qui excellent juste dans la « charlatanisation » du peuple.

    Kahina
    8 décembre 2016 - 13 h 42 min

    Après la vente des bouteilles

    Après la vente des bouteilles de la ROKYA des pseudo-imams, nous avons droit aux effets secondaires de RAHMAT RABI. Si ce n’est pas du KOUFR-OBSCURANTISTE… dites moi alors c’est quoi.
    Si ma mémoire est bonne, le ministre des hôpitaux délabrés a bien défendu cette RAHMA_CHARLATANESQUE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.