Opération pilote de contractualisation des soins dans trois établissements du pays (ministre)

Une opération pilote de contractualisation des soins sera lancée dans trois établissements à gestion spécifique, a annoncé, mardi, à Tizi Ouzou, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf.

Boudiaf qui s’est rendu à l’hôpital privé Chahid-Mahmoudi, spécialisé dans le traitement du cancer, à l’occasion du lancement de nouvelles activités dans cette structure, a indiqué que cette opération, qui met à contribution la Sécurité sociale, «sera lancée dans trois établissements, au centre, à l’est et à l’ouest du pays, pendant six à douze mois». Cette opération pilote est un prélude à la relance de la contractualisation (initiée dans les années 1990 puis abandonnée) qui sera généralisée, à partir de 2017, à l’ensemble des établissements de santé à échelle nationale, qui se préparent déjà à adopter ce système, en effectuant actuellement des «contractualisations à blanc», a-t-il ajouté.

Le ministre a rappelé que le malade est le «point focal» de la politique nationale de santé. «Nous allons mettre en place des mécanismes qui permettront au patient d’être bien pris en charge aussi bien dans les établissements publics que privés. Lorsque des soins, qui ne sont pas assurés par le secteur public sont dispensés par un établissent privé, l’Etat prendra en charge une partie du coût de ces prestations sanitaires», a-t-il rassuré. Il a ajouté que son département a entamé, au titre du projet de la nouvelle loi sur la santé, une révision de la carte nationale de santé pour la création de circonscriptions sanitaires, dont les textes d’application (69 au total) sont prêts.

Ces circonscriptions permettront d’assurer une complémentarité entre les secteurs privé et public. L’objectif de cette démarche, a souligné Boudiaf, est de «créer des raccordements et des échanges entre les secteurs privés et publics pour une mutualisation des moyens, dans la perspective d’une prise en charge plus rapide et plus efficace du malade».

Le ministre de la Santé était dans la wilaya de Tizi Ouzou pour assister à la mise en service de nouvelles activités de soins à l’hôpital privé Chahid-Mahmoudi (nouvelle-ville). Il s’agit du dépistage précoce de tumeurs cancéreuses grâce à l’acquisition d’un appareil appelé le «PET-Scan» qui est un système d’imagerie moléculaire qui donne une indication précise de la progression des pathologies, a expliqué le président-directeur général de GE Healthcare Africa, fournisseur de cet équipement. Cet équipement a pour but de «contribuer à établir un diagnostic plus précis grâce à une image métabolique (en trois dimensions) et à la rapidité de l’examen. Ce gain de temps peut s’avérer précieux dans le traitement de certains cancers et aide à mieux définir la stratégie thérapeutique», a-t-il précisé.

L’hôpital Chahid-Mahmoudi est le premier et unique établissement en Algérie disposant d’une telle technologie qui permet de déceler certaines pathologies comme les cancers. Ce centre peut accueillir entre 15 et 18 patients quotidiennement, soit 4 000 à 4 600 patients par an, a indiqué le P-DG de cet établissement hospitalier. «Ce nouvel équipement évitera aux patients un déplacement à l’étranger plus coûteux et permettra, ainsi, de soutenir le plan national de lutte contre le cancer», a-t-il observé.

Comment (2)

    Rachel
    19 mars 2017 - 23 h 55 min

    Pour quel vrai rôle du
    Pour quel vrai rôle du médecin du bureau des entrées et pour quel statut ?
    Pourquoi ne pas élever le bureau des entrées au statut de direction de l’ information médicale?
    Le médecin du bureau des entrées devrait être formé comme un DIM d’outre-mer.




    0



    0
    mentouri
    14 décembre 2016 - 13 h 06 min

    une contractualisation à
    une contractualisation à blanc depuis plus de 10 ans ,,,,,!! ou allons nous?




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.