Les valeurs de citoyenneté inspirées du coran et de la sunna ancrées dans le tissu social algérien

Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, a indiqué, lundi à Guerrara (Ghardaïa), que les valeurs de la citoyenneté, inspirées du coran et de la «sira» (conduite) du Prophète Mohamed (QSSL), sont ancrées dans le tissu social algérien depuis des siècles. Le discours religieux véhiculé dans les différentes régions du pays s’inspire du coran et de la sunna du Prophète, desquels s’inspirent des valeurs algériennes depuis des siècles, a affirmé le ministre en marge d’une visite de travail dans la région de Guerrara (120 km au nord de Ghardaïa). M. Aïssa a, en outre, souligné que le peuple algérien glorifie l’islam et le sceau des prophètes Mohamed (QSSL) et l’exprime dans leurs us et coutumes lors des différentes occasions. Parlant du message religieux véhiculé sur les réseaux sociaux et les chaînes satellitaires, le ministre a annoncé une charte d’honneur et d’éthique qui est «en cours d’élaboration pour véhiculer un islam modéré et de juste-milieu, inspiré de nos aïeux». «Un discours unificateur qui unit le peuple algérien et cimente nos valeurs islamiques sera diffusé et propagé à travers ces chaînes et réseaux sociaux algériens», a-t-il expliqué. Abordant la situation à Ghardaïa, Mohamed Aïssa s’est félicité de la «cohésion» et de la «cohabitation» observées tant à Metlili qu’à Ghardaïa et Guerrara, «où des signes de concorde et de fraternité sont relevés». Lors de la deuxième et dernière journée de sa tournée de travail dans la wilaya, le ministre des Affaires religieuses a visité huit projets de mosquées en construction à travers la commune et daïra de Guerrara. Il a ensuite présidé une rencontre à l’institut El-Hayat de Guerrara sur «la citoyenneté et la portée humaine dans la vie du Prophète Mohamed (QSSL)», lors de laquelle il a souligné que la jurisprudence dans l’islam et la sunna a donné lieu à l’émergence de savants de référence, dont l’école ibadite sunnite. L’institut El-Hayat, un lieu de rayonnement religieux et de savoir, est devenu une destination choisie par de nombreux adeptes de l’islam authentique que les aïeux ont transmis. Fondé en 1925, l’institut El-Hayat a subi plusieurs transformations et extensions. Il accueille plus de 800 élèves, dont une cinquantaine d’étrangers (nationalités africaines et asiatiques), qui y suivent leur cursus, a-t-on fait savoir.

Comment (2)

    Anonymous
    20 décembre 2016 - 10 h 35 min

    il faut la pratique citoyenne
    il faut la pratique citoyenne , sinon les paroles , tout le monde peut parler … ce qu’on observe hélas c’est le contraire …. plus l’islamisme s’installe en Algérie , le wahabisme , plus le pays recule sur le plan citoyen, moral et dans tous les domaines de la vie et de l’Ethique ( el akhlak) .. Monsieur le ministre Aissa , malgré notre respect mais tu nages sur une vague .. tes imams chaque vendredi font l’éloge de DAESH en Syrie et reprennent les thèses terroristes de Mokri et des frères musulmans égyptiens …votre gouvernent ne dirige rien du tout




    0



    0
    Chaw
    20 décembre 2016 - 9 h 21 min

    Ah c’est pour ça que les
    Ah c’est pour ça que les Algérien sont à ce niveau de sous-développement civilisationnel et moral !!!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.