L’agent de la CIA qui a interrogé Saddam Hussein fait de nouvelles révélations

Saddam Hussein : «Nous n’avions pas de relations avec Oussama Ben Laden.» D. R.

L’agent de la CIA qui fut chargé de conduire l’interrogatoire de l’ex-président irakien Saddam Hussein, dont le livre John Nixon, Debriefing The President sortira le 29 du mois courant, a décidé de briser le silence en se confiant à l’hebdomadaire dominical britannique The Sunday Mail. John Nixon a avoué que tout ce qui a été rapporté sur Saddam Hussein «est totalement faux et sans fondement». «L’interrogatoire a duré 27 heures, au point où je m’étais senti à plat et extrêmement épuisé, mais, le plus grave, c’est le choc que j’avais subi quand les vérités commençaient à émerger, rien à avoir avec la version des faits contenus dans les rapports des différentes agences de renseignements occidentales», a précisé cet agent de la CIA qui a enfin décidé de parler, dix ans après l’exécution de Saddam Hussein.

«Les responsables de la CIA et le président Bush voulaient capturer Saddam vivant coûte que coûte», révèle John Nixon. Neuf mois après la chute du régime de Bagdad, une brigade des forces spéciales de l’armée américaine baptisée « Cible de haute valeur numéro 1 » a été chargée de l’appréhender. Quand la cache de Saddam Hussein fut découverte, j’ai moi-même confirmé que l’homme arrêté était bel et bien l’homme le plus recherché de la planète à cette époque, sur la base de deux indices : un tatouage et un impact de balle sur son corps», explique John Nixon. «Mon premier contact avec Saddam avait eu lieu dans l’ancienne base de sa garde républicaine à Bagdad. Il était assis sur une chaise pliante en métal, vêtu d’une djellaba blanche et d’une veste coupe-vent bleue matelassée», ajoute l’officier de la CIA, selon lequel personne ne pouvait nier que l’homme «avait du charisme». 

«Je me suis adressé à lui d’abord par l’intermédiaire d’un interprète. J’avais commencé par lui dire que j’avais quelques questions que je voudrais lui poser. Je m’attendais à me retrouver confronté à un Saddam méfiant, mais j’ai été surpris par la clarté de sa réplique : « Qui êtes-vous, messieurs ? Etes-vous des renseignements militaires ? Mukhabarat (services secrets) ? Répondez-moi ! Identifiez-vous ! », nous a-t-il demandé», raconte John Nixon. «J’ai vite repris le dessus et j’ai commencé mon interrogatoire en lui disant qu’il y avait tellement de choses que nous voudrions savoir sur son escapade. Comment, par exemple, il avait réussi à s’échapper de Bagdad ; qui l’avait aidé. Il ne répondait qu’aux questions qui l’arrangeaient.» 

Selon l’enquêteur de la CIA, Saddam a clairement tenté d’avoir son mot sur la conduite de l’interrogatoire, en lançant : «Pourquoi ne me parlez-vous pas de politique ? Vous pourriez apprendre beaucoup de moi.» Il était particulièrement exaspéré par le traitement brutal que lui avaient fait subir les troupes qui avaient procédé à son arrestation. Il s’est, pendant longtemps, focalisé sur cet aspect. «Mais pour moi, enchaîne l’agent américain, en qualité d’enquêteur en chef de la plus redoutable agence de renseignements dans le monde, la capture de Saddam s’était très bien déroulée. Le plus important, c’est de tenter de connaître la vérité sur son régime, et particulièrement sur son arsenal militaire, notamment sur les armes de destruction massive qui avaient servi de prétexte à l’invasion de l’Irak. Sa réponse était somme toute ironique : « Vous avez trouvé un traître qui vous a conduit à Saddam Hussein. N’y a-t-il pas un autre traître qui pourrait vous renseigner sur l’arsenal militaire Irakien ? ».»

«Le maître de Bagdad, aujourd’hui simple prisonnier aux mains des Américains, a vite repris ses marques en répondant à mes questions avec perspicacité, déclarant que « l’Irak n’est pas un Etat terroriste ». « Nous n’avions pas de relations avec (Oussama) Ben Laden, nous ne possédions pas d’armes de destruction massive et nous n’étions pas une menace pour nos voisins. »» Selon l’ancien président irakien, tous ces alibis ont été montés de toutes pièces par le président américain, George W. Bush, et les néoconservateurs aux commandes à la Maison-Blanche, «une bande d’abrutis dont le seul souci était d’obtenir le feu vert pour venir semer le désordre dans la région du Proche-Orient».

L’agent américain poursuit son récit : «J’ai été parfois contraint de faire appel à mes techniques d’interrogatoire pour entraîner Saddam Hussein vers l’essentiel, je lui ai, entre autres, demandé s’il avait envisagé d’utiliser les ADM de manière préventive contre les troupes américaines en Arabie Saoudite.» Sa réponse était sans appel : «Nous n’avons jamais pensé à utiliser des armes de destruction massive. La question n’a jamais été discutée. Utiliser des armes chimiques contre le monde ? Y a-t-il quelqu’un en possession de toutes ses facultés mentales capable de faire cela ? Utiliser des armes alors qu’elles n’auraient pas été utilisées contre nous ?» Et d’enchaîner : «Tous les renseignements recueillis par la CIA sur Saddam Hussein me semblaient de plus en plus infondés et incohérents : l’homme était clair dans ses propos sur les grands dossiers de l’heure ; il a promptement nié son implication dans les attaques du 11-Septembre.»

L’auteur rapporte ce que lui avait dit Saddam à ce sujet, à savoir qu’il fallait simplement faire l’effort d’étudier les profils des auteurs des attaques pour mieux comprendre d’où provenait la véritable menace. Pour l’ex-président irakien, tous les auteurs des attaques étaient originaires d’Arabie Saoudite, et le cerveau du groupe, Muhammad Atta, un Egyptien, «alors, pourquoi continuer à penser que j’ai été impliqué dans les attaques du 11 septembre ?», demandera Saddam Husseïn à ses interrogateurs. 

Selon le témoignage de John Nixon, Saddam croyait sincèrement que le 11 septembre 2001 allait rapprocher l’Irak et les Etats-Unis, en jugeant légitimement que Washington aurait plus que jamais besoin du «gouvernement laïque» en Irak pour l’aider à combattre le fondamentalisme, et que rien, au final, ne justifiait cet acharnement des Américains contre l’Irak et leur détermination à le détruire. «Au cours de nos entretiens, raconte encore l’agent John Nixon, nous avons souvent entendu de très fortes explosions. Saddam a tenu à me faire comprendre, sans la moindre hésitation, que les choses n’allaient pas bien pour les forces américaines. « Vous allez échouer », dit-il. « Vous allez constater qu’il n’est pas si facile de gouverner l’Irak. » L’histoire lui a donné raison, Saddam Hussein était en avance sur son temps. Visionnaire et connaissant profondément sa région, il avait averti les Américains du déluge et, aujourd’hui, je suis là pour en témoigner. Ceux qui devraient être jugés pour le désastre irakien, ce sont bien les va-t-en-guerre qui présidaient aux destinées de la nation américaine à l’époque, et à leur tête le président George W. Bush», conclut l’enquêteur de la CIA.

De Londres, Boudjemaa Selimia

Comment (108)

    Koly
    26 décembre 2016 - 3 h 51 min

    Jy crois meme pas c ke
    Jy crois meme pas c ke raconte cet agent ou machin.on est tous au courant kil y avait pas d armes de destructions massives.Tant des femmes et d enfants ont ete massacres par ces diables americaino-sionistes,n ecoutons pas c kils racontent…..

    encoreuncommentaire
    24 décembre 2016 - 12 h 25 min

    Et avec toutes les frasques
    Et avec toutes les frasques de ce genre (guerre) que trame le pouvoir américain, il reste qu’ils n’ont pas gagner une guerre depuis la « libération » de l’Europe en 45 😉 ce qui ne les empêchent pas de continuer de jouer aux gendarmes du monde; bien que la Russie commence à prendre leur place grâce un habile jeu politique et mercantile .

      granfred
      24 décembre 2016 - 15 h 38 min

      ils n’ont même pas gagné en
      ils n’ont même pas gagné en 45.
      Ce sont les Russes qui ont sauvé leurs miches, sinon ils étaient massacrés en Normandie.

      Juste
      25 décembre 2016 - 9 h 08 min

      26 millions côtés Russe
      26 millions côtés Russe contre 400000 morts côtés US, les US ont intervenu qu’après que les Russes ont battu Hitler fabrication US et anglaise …

    Amazighkan
    23 décembre 2016 - 15 h 49 min

    Saddam a voulu écraser les
    Saddam a voulu écraser les kurdes en gazant lâchement des vieux, des femmes et des enfants au nom du panarabisme nauséabond. Ironie de l’histoire les kurdes sortent renforcés de la tragédie irakienne. Les zarabes sont des « hagarrines  » qui s’en prennent aux faibles. La rue arabe a -t-elle manifestée contre l’agression du Yémen par l’Arabie saoudite ? Que nenni. Saddam s’est terré comme un rat d’égout comme d’ailleurs le taré de Khaddafi. Qu’ils aillent au diable. Dieu est grand.

      Anonymous
      26 décembre 2016 - 6 h 54 min

      Vous n’avez rien compris
      Vous n’avez rien compris depuis toutes ces années ? Vous êtes vraiment simple d’esprit et ridicule .

    lucius
    23 décembre 2016 - 8 h 41 min

    Bush ou lobi des armes ce
    Bush ou lobi des armes ce pourri a déclenché la guerre car principal actionnaire de fabrique d armes ça lui rapporté des pépèttes

    Cangourou
    23 décembre 2016 - 8 h 25 min

    Cet agent méchant qui parle
    Cet agent méchant qui parle de la soit disant vérité sur le mort de saddam houe un jeu connu. C’est alimenter une presse qui a été toujours à la recherche du produit qui se vend le mieux ,l’information mensongère pour générer une nouvelle crise, pour attirer d’avantage la colère ses âmes faibles, ces personnes qui se radicalisent pour commettre des actes terroristes.
    Est ce que le peuple irakien a-t-il le droit de porter plainte contre les États Unis ? Si oui, au niveau de quelles institutions
    Est ce que la famille de saddam hussein a-t-il le droit de faire la même chose ?
    Ils sont où les organismes dits de droits de l’homme, un homme a était pendu, une famille est orpheline, un état à été détruit ,une page de l’histoire de l’humanité à été réduite en poussière en quelques années seulement.
    Des militaires américains sont engagés pour couvrir un mensonge, Georges bush est encore vivant et se ballade librement pendant l’Irak vit les conséquences directes du message que bush et sa bande ont utilisé pour rendre instable cette partie du monde.
    Peut on ouvrir un débat dans toutes les langues de façon à ce qu’on arrête de recréer de foyer de tensions en diffusant des informations aussi nauséabondes comme celles diffusées par des agents de la CIA après avoir garder un silence et accepter d’applaudir les détonations des bombes et les ballades de l’aviation pour faire résonner ces bombes ?
    Dans ce monde, on sait maintenant comment les états puissants créent des situations pour pousser les faibles à la faute, pour pousser les déséquilibrés vers un instinct terroriste.

    tarik ibn ziad
    23 décembre 2016 - 6 h 32 min

    Impossible que l’Occident
    Impossible que l’Occident laissent les musulmans s’épanouirent.Alors il n’a qu’à fermer son trous

    Adam
    22 décembre 2016 - 23 h 00 min

    Oui c’est! Bien sûr. Saddam
    Oui c’est ca! Bien sûr. Saddam était un enfant de choeur. Gentil pas méchant du tout. Je ne sais si ce pseudo enquêteur de la CIA a parlé dans son livre de la population kurde que Saddam Hussein a gazée!
    Saddam hussein un visionnaire? Wow! C’est quoi visionnaire d’abord? Un visionnaire est celui qui prédit des choses ou déduit des choses à venir! Visionnaire qu’il était comment ca se fait qu’il n’eut même pas pu voir ce qui s’en venait pour sa propre tête?

      Cacadoua
      23 décembre 2016 - 8 h 51 min

      Tu en connaît bocoup des
      Tu en connaît bocoup des chefs d’état qui non pas de sang sur lé mains?????? Si oui sites les qu’on muet moins bête. ….. merci

    T bennani
    22 décembre 2016 - 20 h 34 min

    Cher ami,

    Cher ami,
    Je voudrais bien croire, mais je suis contraint de penser que c’est du mercantilisme

    Anonymous
    22 décembre 2016 - 19 h 59 min

    Il est certes que l’objectif
    Il est certes que l’objectif etait de causer des ruptures allant a l’accaparation du gouvernance de l’Iraq afin d’y mettre les pions d’avances sur l’etablissement des bases militaires occidentales qui dorenavant, auront mains libre a fonctionner ainsi qu’a imposer la volonte de vraies maitres…les sionistes.

    Guy Kazo
    22 décembre 2016 - 19 h 36 min

    Ne nous enlisons pas dans la
    Ne nous enlisons pas dans la sémantique vous comprenez bien le monde est dirigé par les puissances occidentales qui ont pour seul but de piller nos ressources (pétrole, uranium, fer, diamant, or, cacao….) ils nous manipulent et nous bêtement nous nous entretuons pour permettre aux pillards d’obtenir le gain de cause ensuite ils se retournent sur leurs pions pour les massacrer
    C’est pourquoi nous devons être vigilant et solidaire contre les occidentaux nous sommes nombreux à être intellectuels recolonisons l’Afrique à notre façon et vous verrez ce l’Afrique va devenir

    MALAM ISSOUFOU MAHAMOUDOU
    22 décembre 2016 - 11 h 21 min

    Bonjour,

    Bonjour,

    Quelle aberration? L’agression e l’Irak par les G. Bush est une grossière erreur de l’histoire. La CPI doit se pencher sur ce cas comme elle a l’habitude de le faire dès qu’une situation similaire se produit dans nos petits Etats sans ressources et sans crédibilités

    Mais l’humanitaire doit primer sur les autres considérations. Alors Mme Benssouda svp arrêtez de parler. Rendez votre démission et laisser les européens gérer cette merde.

    Merci

    Diak Dianzenza
    21 décembre 2016 - 16 h 55 min

    Bien que le mal est commis et
    Bien que le mal est commis et que la verite vraie est divilguee, il faut de maniere particuliere juger toutes les personnes impliquees dans cette desolation. J’espere que cela est l’une des raisons pour laquelle Donald Trup est pressenti comme un danger contre ces hommes malhonnetes et hypocrites qui ont tues de million de personnes pour leurs interets. Comme le dit un proverbe RD Congolais:  » Le mensonge arrive tres vite par ascenseur, mais la verite arrive par les pas dandinant en montant l’escalier ». Voila que la verite est maintenat connue. Ingeta!!!

    MELLO
    21 décembre 2016 - 16 h 07 min

    il y a l’Irak et le monde
    il y a l’Irak et le monde arabo-musulman, enjeux directs d’une mise en scène macabre orchestrée de bout en bout par les néo-conservateurs. Le premier ministre irakien n’ayant pas le pouvoir de déplacer un policier, on ne doute pas un instant qu’il n’a été que l’instrument des américains. A lui donc, la paternité « officielle » d’avoir ordonné la pendaison de Saddam Hussein et d’avoir amené sur les lieux du gibet les miliciens de Moqtada Sadr pour hurler des imprécations en soufflant sur la mèche de la guerre confessionnelle. Voilà le fil d’Ariane pour comprendre pourquoi les Etats-Unis ont décidé de jouer sur tous les symboles religieux, de la profanation de l’Aïd Al Adha à la transformation de Saddam Hussein en symbole « sunnite ». Aurait-on pendu Adolf Hitler le jour de Noël ?

    Anonymous
    21 décembre 2016 - 12 h 33 min

    en lisant tout ces
    en lisant tout ces commentaires , et donnant raison a ce dictateur de sadam , je valide maintenant que mon pauvre pays est officiellement dans la merde ,on donne raison aux charlatans , aux dictateurs, ect…

      [email protected]
      21 décembre 2016 - 14 h 37 min

      Que connais tu de Saddam pour
      Que connais tu de Saddam pour le taxer de dictateur ?

        K1000
        22 décembre 2016 - 6 h 26 min

        Bien dit.

        Bien dit.
        Il se référe aux journaux occidentaux pour reprendre leurs thèmes.

        Anwa wiggi
        23 décembre 2016 - 19 h 33 min

        Azul fellawen,

        Azul fellawen,
        Inutile de conbaitre davantage sue cette pourriture de Saddam Hussein pour savoir que c’est un dictateur au vu des crimes politiques et du sang de ses opposants qu’il a sur les mains.
        Demandez aux Kurdes qu’il a gazé à Halabja (2000 morts).
        Demandez à l’Iran qu’il a attaqué.
        Il a sacrifié la jeunesse Irakienne qu’il a envoyé à la boucherie dans le but de plaire aux occidentaux.

      MELLO
      21 décembre 2016 - 16 h 10 min

      L’avocat, Amar Bentoumi,
      L’avocat, Amar Bentoumi, révèle de son côté, que «Saddam a été remis à ses bourreaux, trois heures seulement avant son exécution». Bentoumi, qui a fait partie du collectif des avocats de Saddam, a tenté de faire un rappel des conditions dans lesquelles s’est déroulé le procès.
      Bremer avait gelé le code pénal, a pondu une Constitution et créé une cour spéciale pour juger Saddam, en contradiction de l’article2 de la Charte de Genève et au droit irakien. «Lors de son arrestation en décembre 2003, les Américains l’ont qualifié de prisonnier de guerre. Me Vergès a reçu une lettre de Barzane Tikriti, neveu de Saddam, lui demandant de se constituer. Dès lors, nous avons entamé une campagne de sensibilisation de l’opinion publique internationale. Nous avons ensuite envoyé une lettre à la Croix-Rouge internationale (CIR), suivant l’esprit et la lettre de la convention de Genève. La CIR a dépêché un médecin et un émissaire qui se sont entretenus avec Saddam et ont fait leur rapport sur les conditions de sa détention», poursuit Bentoumi. Beaucoup d’avocats de différentes nationalités se sont constitués, dont sept du barreau de Paris. Ils ont déposé plainte au Tribunal pénal international (TPI) contre le Royaume-Uni pour crimes contre l’humanité, «pour la simple raison que ce pays reconnaît le TPI».

    EN CLAIR
    21 décembre 2016 - 8 h 48 min

    les 7 plus grandes familles
    les 7 plus grandes familles maçonniques dont les Bush , cherchant encore et encore à imposer leurs plans , se sont donc vus « obligés » d’ordonner à des petits généraux américains principalement et la CIA de faire tomber les régimes qui ne leur sont pas dociles tels que l’irak , la syrie , la libye …( l’iran mais difficile pour le moment vu la probable contre attaque contre isarel ) .
    et donc ensuite ces petits généraux avec la CIA doivent trouver des excuses pour attaquer …, des excuses tels que : l’irak posséde des armes chimiques , bachar al assad tue son peuple , le libyen anti démocrate ….etc , et puis donc une fois ces excuses trouvées , ils forment des régiments de petits cons ( officiers supérieurs , soldats ..) et les envoient pour créer le chaos , et payent aussi des rebelles pour les aider dans ce chaos , et donc créer les daech , comme ils ont crée oussama , al qaida ….etc , sauf que une fois que ce boomerang se retourne contre eux ….ils le liquident comme ils ont liquidé saddam ( pour dire aux autres pseudo dictatures : voilà ce qu’on pourrait faire à des présidents qui se croient invinçibles …) , bachar ( heureusement qu’il ya poutine ) , kaddafi …etc .

    benchikh
    21 décembre 2016 - 8 h 08 min

    https://www.youtube.com/watch
    https://www.youtube.com/watch?v=hIbwyf3juU0 « Le terrorisme est une invention occidentale »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.