Jalal Al-Azm : philosophe et libre penseur syrien

Sadik Jalal Al-Azm. D. R.

Peu connu du public algérien, Sadik Jalal Al-Azm, philosophe et libre penseur syrien présenté comme «le principal chef de file du courant rationaliste, matérialiste et laïc dans le monde arabe», est décédé le 11 décembre 2016 à l’âge de 82 ans à Berlin. Issu d’une grande famille de notables sunnites de Damas, il avait fait des études en philosophie à l’Université américaine de Beyrouth qu’il a poursuivies à l’Université Yale aux Etats-Unis. Revenu en Syrie en 1962, il a enseigné au département de philosophie de l’Université de Damas, puis à l’Université américaine de Beyrouth, et en 1969 à l’Université de Jordanie. Il sera à nouveau à l’Université de Damas de 1977 à 1999 pour enseigner la philosophie moderne. Membre de l’Académie européenne des sciences et des arts, Sadik Jalal Al-Azm avait reçu de nombreuses distinctions, dont, en 2004, le prix Erasmus décerné par le Praemium Erasmianum sous le patronage du prince Bernhard des Pays-Bas et le prix Leopold-Lucas décerné par l’Université de Tübingen (Allemagne). Il a été professeur invité dans plusieurs universités étrangères, dont celle de Berlin et de Hambourg où, en juin 2005, il s’est vu décerner le titre de docteur honoris causa.

Il était connu pour être opposé à l’utilisation de la religion musulmane comme arme politique. Il déclarait, en 2008, dans une interview : «Maintenant, je trouve que la pensée religieuse qui émerge de l’islam est dans un état encore plus profond d’appauvrissement, dans le sens où aujourd’hui nous en sommes arrivés à des questions telles que la fatwa sur l’allaitement d’adultes – et cela n’a pas été délivré par n’importe quel cheikh ordinaire, mais par le chef du département des hadiths de l’Université Al-Azhar.» Il rapportait, dans la même interview, que «le mufti saoudien Abd Al-Aziz Ibn Baz a déclaré que tous ceux qui disent que la Terre tourne en orbite autour du Soleil sont des apostats». Il considérait que «les mouvements djihadistes sont plus intéressés par la domination islamiste que par la résistance à la présence militaire occidentale». Il était également opposé à Bachar Al-Assad. En 2001, il a signé un manifeste réclamant la démocratisation de la Syrie et la proclamation d’un Etat de droit. A partir de Beyrouth, où il vivait, il a soutenu les manifestations hostiles au président syrien en mars 2011, puis est parti vivre en exil à Berlin.

Un grand éditeur berlinois a rassemblé son œuvre en sept volumes. Parmi ses ouvrages, dont quelques-uns ont été traduits en anglais : Kant’s Theory of Time (1967), Naqd al-Fikr al-Dini (La critique de la pensée religieuse 1969), The Origins of Kant’s Arguments in the Antinomies (1972), Four Philosophical Essays (1980), The Mental Taboo : Salman Rushdie and the Truth Within Literature (1992), Islam und säkularer Humanismus(2004), Ces interdits qui nous hantent (2008), Self-Criticism After the Defeat (2011).

Houari A.

Comment (7)

    Alfa
    23 décembre 2016 - 22 h 55 min

    @Djamel d’abord,Sachez que je
    @Djamel d’abord,Sachez que je suis monogame et ma femme me suffit amplement pour le moment mais je vous concède et vous laisse ses houryiettes j’espère que vous en faites bon usage. Mais si j’étais à votre place j’essayerais de sauver mes fesses des flammes de l’enfer pour le moment puis penser aux houryiettes après. Le sarcasme est l’idiologie des mauvais perdants.Kapich???
    Revenons un peu vous Mister Alilou, Vous avez peut-être la plume facile mais vous avez les idées courtes, vous me faites rappeler au temps ou j’étais au collège (Collège d’antan je veux dire), ou on avait une composition de Science Naturelle et le sujet de la composition était sur le LOMBRI(Ce petit ver de terre comme….), mais l’idiot d’à côté qui n’a pas appris sa leçon a versé complétement à coté du sujet. Il commence sa phrase comme suit: LE LOMBRIC, IL RESSEMBLE À LA TROMPE D’UN L’ÉLÉPHANT PUIS IL ENCHAINE SUR L’ÉLÉPHANT ET OUBLI CARREMENT LE SUJET EN ENCHAINANT PAR LA SUITE COMME SUIT: L’ÉLÉPHANT IL A UNE ENORME TROMPE AVEC DEUX GRANDES OREILLES EN FORME L’ÉVENTAIL ETC….je vous laisse imaginez la note qu’il a eu le lendemain.
    Alors vous imaginez ou je veux en venir. Tout ce que je vous demandais c’est de me définir LE MOT LAIC un point c’est tout. Est-ce-que la LAICITE d’après-vous est compatible et va de paire avec l’une des 3 religions monothéistes qui sont LE JUDAISME, LE CHRISTIANISME(Catholique/Orthodoxe) ET L’ISLAM(Sunnite/Chiites) ou pas. Il n’y a rien de plus simple comme question n’est-ce-pas?




    0



    0
      Allow
      24 décembre 2016 - 12 h 37 min

      @Alfa

      @Alfa
      Peine perdue est-on obligé de relever…
      Autant s’échiner à expliquer la concordance des temps à quelqu’un qui ne connait pas l’alphabet ou un algorithme à celui qui ne sait compter jusqu’à 10 mais qui, dans un cas comme dans l’autre, soutient volens referens et contre toute évidence qu’il maitrise aussi bien les lettres que les chiffres.
      Je conclus que nous ne boxons tout simplement pas dans la même catégorie. Le différentiel est trop grand. Inutile donc de perdre mon temps davantage….
      Bonne continuation au café du commerce !




      0



      0
    Alfa
    22 décembre 2016 - 20 h 13 min

    @Alilou,

    @Alilou,
    Pouvez-vous me définir le mot « LAIC » SVP? Si vous n’arriver pas à le faire c’est qu’il y a pas lieu de discuter, Un Laic c’est quelqu’un qui ne croit en rien il vit parce qu’il existe tout court. Comment quelqu’un qui ne croit en rien, sinon ce qu’il a entre les main comme matériels, peut-il embrasser l’idiologie de partage, de compassion, d’intégrité, d’humanité etc….




    0



    0
      Anonymous
      22 décembre 2016 - 23 h 22 min

      @Alfa

      @Alfa
      Un laic est quelqu’un qui ne croit en rien, dites-vous…
      Vous confirmez parfaitement par là ce dont je le doutais: votre appréhension de la laïcité est ce qu’on appelle une conception non pas seulement normative mais surtout folklorique, primaire et relevant de discussions de café du commerce.
      Je vous invite plutôt à faire un petit effort intellectuel et critique pour comprendre quelles sont les origines historiques, le situ politique et le contexte socio-culturel et religieux à l’origine de l’adoption par la IIIème République française de la Loi de 1905 posant la césure entre l’État et les Églises et qui dispose notamment en son article 2 que l’État ne salarie ni subventionne aucun culte.
      C’est cela la laïcité, telle qu’entendue officiellement et originellement, et traduite par la suite et de manière approximative et impropre par secularism en anglais et ‘almaniyya en arabe.
      En d’autres termes, votre compréhension insolite de la laïcité relève du registre du burlesque surtout lorsque vous associez la laïcité au matérialisme, ce dernier étant entendu dans son acception non pas philosophique mais vulgaire.
      Quant à vos affirmations opposant la laïcité à la compassion et au partage (défini comme une « idéologie », rien que ça !), elle ne fait que corroborer que vous manipulez avec légèreté et beaucoup de dilettantisme des concepts, des idées et des théories dont visiblement vous ne saisissez pas grand chose, ni l’acception ni, encore moins, l’ontologie et l’épistémologie.




      0



      0
        Djamel
        23 décembre 2016 - 12 h 33 min

        Non ce Alfa ne manipule rien.
        Non ce Alfa ne manipule rien. Il n’a pas la plateforme intellectuelle nécessaire. Il procède effectivement du café commerce. Ce qu’il a de plus que vous c’est que lui au moins il détient la vérité absolue. Pas besoin de lui lire la définition du mot laïc…..lui il sait qu’il ira au paradis passer du bon temps avec les houriyettes qui l’attendent….de pieds fermes. Salutations musulmanes




        0



        0
    Alilou
    22 décembre 2016 - 11 h 23 min

    Où est donc le paradoxe (sic)
    Où est donc le paradoxe (sic) que vous semblez avoir décelé dans l’article ?
    J’imagine que, selon la conception que vous avez de l’Islam, être sunnite et laîc est-ce que vous qualifiez de « paradoxe », voulant certainement dire par là antinomique ?
    Alors, éclairez-nous donc de vos saillies théologiques et philosophiques, faites la leçon à Jalal El Azem et dites-nous donc ce qu’est, selon vous, la laïcité, la religion, l’islam et le sunnisme et comment tout cela s’emboîte et s’articule dans une société moderne.




    0



    0
    Alfa
    22 décembre 2016 - 0 h 13 min

    …Matérialiste et Laïc mais
    …Matérialiste et Laïc mais issue d’une Famille de notables Sunnites. C’est quoi ce paradoxe Houari A. Soit qu’il est aux antipodes de ses pensées, soit un lapsus dans la manipulation du texte.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.