Le FFS répond au SG du FLN et accuse le pouvoir

Abdelmalek Bouchafa. New Press

Dans un message de remerciements pour «la réussite du meeting commémoratif du premier anniversaire du décès de Hocine Aït Ahmed, le secrétariat national du FFS répond en des termes à peine voilés au FLN et à son secrétaire général, Djamel Ould-Abbès, qui ont dénoncé «une campagne électoraliste hystérique». «Le fait de réitérer ses positions en toutes circonstances ne peut de ce fait être considéré comme une insulte», a précisé le secrétariat national du parti en réponse donc à la réaction du secrétaire général du FLN, Djamel Ould-Abbès, qui a mal pris les critiques du FFS contre la politique du gouvernement et sa remise en cause de la légitimité de la majorité parlementaire détenue par le FLN. «Le FFS réaffirme la poursuite de son initiative visant la reconstruction d’un consensus national avec toutes les Algériennes et les Algériens», ajoute le secrétariat national du plus vieux parti de l’opposition, qui accuse le régime politique de continuer «ses manœuvres de déstabilisation du parti».

Tout en présentant ses remerciements et sa gratitude à tous les militants et sympathisants pour les efforts qu’ils ont fournis pour la réussite de cette commémoration, le secrétariat national, dirigé par Abdelmalek Bouchafa, est revenu sur les attaques contre la moralité, en expliquant son silence. Le secrétariat national du parti a précisé que le FFS s’est «astreint au silence à l’égard de tous, de l’annonce du décès de Si l’Hocine jusqu’au 40e jour après sa mort, malgré les tentatives grossières de manipulation des uns et des autres». «Nos valeurs traditionnelles de respect aux disparus et à la douleur de leurs proches ont été scrupuleusement respectées par tous les cadres et militants du FFS», a affirmé le secrétariat national du parti, tout en assurant que «la tradition et les valeurs algériennes stipulent néanmoins le respect de la mémoire des morts, à plus forte raison quand il s’agit d’un militant politique de la stature de Si l’Hocine dont la dimension de moudjahid de la libération nationale s’est perpétuée pendant 50 ans après l’indépendance au nom de la démocratie et de la libération des hommes après la libération de la terre».

L’instance dirigée par Abdelmalek Bouchafa a souligné que «c’est le refus de continuer le programme de libération nationale, par le retour au peuple et l’instauration de la démocratie, qui a poussé Hocine Aït Ahmed à fonder le FFS, et pendant cinquante ans, il en a payé le prix par la prison, l’exil, les multiples campagnes de diffamation et les manœuvres de déstabilisation que le régime a commencé en 1963 et qu’il continue jusqu’à ce jour». Allusion faite à la crise qui a secoué ces dernières semaines le parti et qui s’est soldée par l’exclusion d’un membre de l’instance présidentielle et la démission d’un ancien premier secrétaire.

La direction du parti insiste sur le fait qu’«au FFS, nous respectons amis et adversaires, et par dessus tout, nous respectons l’exercice politique auquel a droit le peuple algérien, c’est pour cela que nous n’avons qu’un seul discours, celui que nous tenons en toutes circonstances : dans nos structures, au sein des institutions, dans nos meetings».

Sonia Baker

Comment (15)

    MELLO
    29 décembre 2016 - 21 h 03 min

    Maintenant, il y a ceux qui
    Maintenant, il y a ceux qui croient en le FFS et ceux qui ne croient pas et c’est de leur droit. Le FFS avance et ses idées sont combattues par ses ex- enfants, une presse aux ordres (el watan, liberté, el khabar, pour ne citer que ses trois journaux), une télévision d’état, des chaines privées, l’UGTA , les partis de l’alliance et le pourvoyeur de fond de cette smala qui est cette dictature historique : la seul solution réside dans la négociation, le consensus national et enfin l’Assemblée constituante. Oui, la tactique, nous la maîtrisons et c’est notre métier, car en politique il faut être pragmatique. N’est ce pas Madame HASSINA HAMMACHE ?




    0



    1
    MELLO
    29 décembre 2016 - 20 h 43 min

    Le FFS a compris que la
    Le FFS a compris que la dictature a mené pendant plus de quarante ans une politique de déculturation , de dépolitisation voire de déstabilisation mentale des Algériennes et des Algériens afin de rendre impossible toute pensée et toute action logiques . Par contre elle a donné toutes ses chances à l’inculture politique , à la culture du mensonge de la manipulation et de la violence .Certains cercles du pouvoir s’évertuent encore à rendre irréversible la politique de la kalashnikov et des dobermans .
    En conclusion, le FFS a toujours tiré la condition qu’il n’y a pas de démocratie et de civisme, sans pluralisme : être bien dans sa peau même et surtout quand on n’est pas dans la ligne officielle ; d’autre part sans élections libres : le suffrage universel au niveau local, régional et national, permet de se valoriser dans la seule fidélité qui doit primer, la fidélité au mandat démocratique, aux besoins et aux aspirations des citoyens.




    0



    1
    HASSINA HAMMACHEIng Expert
    28 décembre 2016 - 20 h 11 min

    HASSINA HAMMACHE ANCIENNE
    HASSINA HAMMACHE ANCIENNE SECRETAIRE NATIONALE DU FFS QUI A DEMISSIONNEE
    HOCINE AIT AHMED est un patrimoine national, il appartient à toute l’Algérie, D’EST-OUEST, NORD-SUD , qu’on respecte son âme qu’on le laisse reposer en paix là où il est, il a donné le meilleur de lui-même à l’Algérie et à l’humanité lisez l’AFRO-FASCISME
    Les droits de l’homme de la charte et la pratique de l’OUA
    « Après avoir esquissé la problématique des droits de l’homme en Afrique, l’auteur examine la place que tiennent ces droits dans la charte de l’O.U.A., puis il essaie de voir dans quelle mesure l’activité jurisprudentielle et la pratique des organes de cette institution régionale viennent préciser et prolonger cette place. Elle termine en dégageant les perspectives africaines pour la protection et la promotion des droits de l’homme. »
    Il a fait ce qu’il fallait faire faisons autant ou mieux pour notre pays et pour l’Afrique




    1



    0
      MELLO
      29 décembre 2016 - 20 h 24 min

      « Ancienne secrétaire
      « Ancienne secrétaire nationale du FFS qui a démissionné » dites -vous, Inutile de nous le rappeler à chacun de vos posts, car un(e) militant(e) , de surcroit du FFS, ne verse jamais son venin sur le parti. A mon avis, tous les démissionnaires de ce parti se sont retirés en toute modestie, en gardant dans leur cœur le projet du parti. Je vous rappelle que tous ceux qui ont tenté de créer une autre formation sur le dos du FFS , comme ce fut le cas de YAHA si Abdelhafid (allah irrahmou) avec le FFS 2, de même que TABOU avec son invention de l’UD…, se sont vite remisés . Tous les démissionnaires du FFS avaient une ambition démesurée au point de voir dépasser par les pairs plus pragmatiques. Alors de grâce, cessez de nous le rabâcher à tout moment.




      0



      1
        HASSINA HAMMACHE
        1 janvier 2017 - 18 h 59 min

        HASSINA HAMMACHE ANCIENNE
        HASSINA HAMMACHE ANCIENNE SECRÉTAIRE NATIONALE DU FFS QUI A DÉMISSIONNE oui j’ai occupé le poste de secrétaire nationale aux droits de l’Homme puis secrétaire nationale mouvement associatif puis secrétaire nationale à la condition féminine , puis directrice de l’école politique et élue au premier conseil de wilaya d’ALGER EN OCTOBRE 1990 j’ai démissionné en tant que conseillère du premier secrétaire ALI Laskri et je ne suis pas venue au FFS pour avoir un statut dans la société j’ai ma place sur la place d’Alger et en Algerie j’aime mon pays et il me le rend très très bien et je ne suis pas venue du FIS comme le deputé ffs de Béjaia ou du R.C.D comme un autre député de Béjaia alors ne me forcer pas à dire plus je connais trés trés bien la maison et ce que je dis est vrai ANCIENNE SECRÉTAIRE NATIONALE DU FFS QUI A DÉMISSIONNE




        1



        0
          MELLO
          1 janvier 2017 - 20 h 10 min

          « Partir c’est mourir un peu »
          « Partir c’est mourir un peu » comme disait l’adage. Ils ou elles sont parti(e)s du FFS avec un bagage politique conséquent. Ils ou elles sont parti(e)s pour se ranger d’une manière responsable, sans animosité, sans s’attaquer au parti qui les a formé. Ceux venus d’ailleurs (du RCD , du FLN ou même du FIS) ont compris que le programme du FFS leur convenait, ils ou elles se reconnaissent dans cette démarche d’un parti pacifique et démocrate, dont les visions se mêlent à celles du peuple pacifique d’ALGERIE. La lutte politicienne est une lutte d’idées, de défense de principes démocratiques, on ne peut guère sans dessaisir avec désinvolte. Ils ou elles ont quitté le FFS vers d’autres cieux, mais le FFS reste sur les fondements de sa création à savoir une opposition radicale et pacifique face à ce pouvoir despotique. A bon entendeur….




          0



          1
    mouatène
    28 décembre 2016 - 19 h 40 min

    carnaval fi lahzeb. le FLN
    carnaval fi lahzeb. le FLN répond au FFS. Le FFS répond au FLN. et rebelote. et encore rebelote. c’est exactement comme ne cesse de repeter la présentatrice météo sur canal algérie en langue française. nuages bas sur le sahara central et haut sur le sahara oriental et peut nuageux à l’extreme sud. et rebelote du 1er janvier au 31 décembre, vous n’avez qu’à la suivre à 19 heures et si vous avez le stress je vous garanti la guérison par le rire. yakhi carnaval yakhi !!!!




    0



    0
    rak
    28 décembre 2016 - 18 h 31 min

    roh a mi roh L’FFS yemouth…
    roh a mi roh L’FFS yemouth…. vous n’etes meme pas capable de trouver consensus dans votre propre parti en ayant mis dehors toutes les figures emblématiques du FFS canal historique a coup de coup bas, de magouilles et de violation des statuts meme du parti e vous osez pretendre proposez un consensus a la nation!!! QUI VA VOUS DONNER VREDIT ET VOUS CROIRE?
    Vous n’etes meme pas capable de tenir un site internet basique que vous prétendez avoir été  » HACKE » au moment meme et vous apprêtez a faire votre putch Contre R Halet et la moitié des membres du conseil national…. et le « Hackage » dure depuis des semaines !!!!!
    Changer de dom au parti pendant que vous y etes, je vous conseil de desormais l’appeler RHB le sigle est libre de tout droit ainsi vous « zaibetiser » le travail de 50 ans de Da l’Hocine ellah irehmou et de ses compagnons de lutte que vous avez mis dehors l’un apres l’autre d’une amanier ou d’une autre
    RHB=Rassemblement Hybride Behloulien
    ainsi la boucle sera bouclée yal kafzin… toz fikoum




    0



    0
    T'MESSGHIR
    28 décembre 2016 - 17 h 57 min

    Chers lecteurs d’Algérie
    Chers lecteurs d’Algérie patriotique. Lisez et relisez bien cette déclaration de Ould Abbès, le nouveau rab du FLN. Il dit sans honte : …« dans notre éducation et nos coutumes, il y a le respect. Obéissez à Dieu, au prophète et à ceux d’entre vous qui détiennent le commandement. Et c’est qui ? C’est Bouteflika ». Comment, avec une telle déclaration, accepter d’aller aux élections législatives ou essayer de discuter avec le pouvoir pour trouver un consensus politique dans le but d’aller vers une nouvelle gouvernance. Même Ali Belhadj, ouamma ed rakaa, n’aurez pas osé prononcer cette sentence. Je crois que les partis politiques qui acceptent d’aller aux élections ne se rendent pas compte du coup de poignard qui plante dans le dos de la démocratie et du combat pour le changement de gouvernance dans notre pays. Ouah ! Je n’en reviens pas !!




    0



    0
      MELLO
      29 décembre 2016 - 20 h 37 min

      On ne peut guère changer quoi
      On ne peut guère changer quoi que ce soit en boycottant des élections. Si vous me donnez un projet de mise à l’écart de ce pouvoir je vous en serais reconnaissant. Cela étant dit, les partisans du boycott ont des arguments défendables. En effet, depuis l’échec des réformes démocratiques (1989-1992), le régime ne cesse d’étouffer la société. Mais, une fois qu’on a dit ça, est-ce que le militant a accompli sa mission ? Ce n’est, sans doute, pas suffisant. Et l’argument selon lequel il suffit de laisser le pouvoir seul pour le discréditer à l’extérieur ne tient pas la route. Ils oublient que pendant trois décennies, le régime ne tolérait même pas l’existence des partis. Ils oublient aussi que son maintien arrange des puissances occidentales.
      Le 20 juin 1789, en France, se trouvent convoqués, la noblesse, le clergé, et le tiers état. Sous l’Ancien Régime, le tiers état rassemble en effet les députés chargés de la fiscalité des villes privilégiées du royaume de France, ce sont, en quelque sorte, les députés de la bourgeoisie. les députés du tiers état s’associent avec le clergé pour ne plus siéger selon les trois ordres des Etats Généraux. Ils se constituent alors solennellement en Assemblée nationale. Déstabilisé, le roi tente de s’y opposer et ferme ainsi la salle des Menus . Une phrase symbole de la démocratie Française prononcée par les quelques députés contre la royauté:  » « Nous jurons de ne jamais nous séparer et de nous réunir partout où les circonstances l’exigeraient, jusqu’à ce que la Constitution du royaume fût établie et affermie par des fondements solides. ». Chez nous, la question qui reste poser, est ce qu’un militant, ou un parti, peut il faire valoir ses idées ou son projet tout en boycottant les élections ?.
      Difficile à répondre, difficile à faire, surtout quand on sait que le champ d’expression est totalement verrouillé.




      0



      0
    Rayes El Bahriya
    28 décembre 2016 - 16 h 22 min

    Primo c’est biaisé de la part
    Primo c’est biaisé de la part du S.G du p.f.f.s
    De faire d’un meeting commémoratif une affaire
    De surenchère politicenne de bas étage.
    C’était fait pour cacher votreturpitude et votre lâcheté
    D’avoir trahi deux grands personnalitéspolitiques dont
    Celles de Dr Hallet que vous avez lâché et trahi et celle
    De la démission de Batatache qui avait voulu sauver son
    Honneur devant votre lâcheté.

    Votre clan agit par telescopage à partir de LIZANE.

    Le p.f.f.s est la copie conforme de l’ Istikhlal merequin
    Et vous êtes à la solde du mekhnez par alliance de sang
    Et que le peuple algérien sais depuis longtemps.

    Tertio le p.F.l.n a finalement gagné la mise car vous l’avez
    Invité et vous vous êtes fait prendre en flagrant délit de
    Compromission politicienne avec le pouvoir dont il incarne
    La légitimité.

    Quatro, je préfère voter p. FLN car c’est le seul parti capable
    De proposer un programme laic et moderniste.

    Donc arrêter de prendre les algériens pour des brebis qui
    Brourent et ruminent vos logorrhées cinquantenaires.

    Tahya al djazair

    Vive la république.




    0



    0
      T'ZAGATE
      28 décembre 2016 - 18 h 07 min

      Non ya si @Rayes El Bahriya
      Non ya si @Rayes El Bahriya (non vérifié), il faut arrêter de dire des sottises. Le FFS a le droit d’évoquer da El Hocine, quand même, c’est le minimum. Le seul problème pour le FFS c’est que ce parti politique n’a pris conscience que très recemment (trop tard) que le pouvoir n’accepte aucun compromis et donc que çà ne sert à rien de discuter avec lui. Mais c’est trop tard pour le FFS car il a perdu beaucoup de crédibilité en essayant de tricoter et de flirter avec le pouvoir pour trouver avec lui un consensus politique. Hélas pour le premier vrai parti d’opposition de l’Algérie indépendant qui connait pourtant très,très bien le système politique algérien et le pouvoir algérien.




      0



      0
    RAS-LE-BOL
    28 décembre 2016 - 16 h 18 min

    l’unique et seule solution
    l’unique et seule solution;les partis qui ne sont pas en mèche (alliés) avec FLN-RND qu’ils boycottent les élections législative prochaine;mon raisonnement;toute la population neutre et sans arrière pensée;sait que moins 95% des députés qui siègent a ce moment a ANP sont élus frauduleusement alors pourquoi participé a un concours que le résultat est connus d’avance;logique si on participe on est soit complice;soit allié;




    0



    0
    ALI
    28 décembre 2016 - 16 h 17 min

    Ould Abbas est allé à la
    Ould Abbas est allé à la salle Atlas pour au moins deux raisons:
    1- Rentier qu’il est, il voulait faire de la récupération politique en rendant hommage à la mémoire de Feu Ait Ahmed, après l’avoir farouchement combattu durant des décennies.
    2- Provoquer la zizanie et tenter de porter au FFS en venant en force à son meeting avec tous les membres du BP pour faire croire aux gens cédules mais aussi faire dire à certains journalistes qui n’attendaient que ça, que « le FLN et FFS sont des amis et…… voilà la preuve ! ».




    0



    0
      Rascasse
      28 décembre 2016 - 17 h 57 min

      Les rusés du FFS ont compris
      Les rusés du FFS ont compris le manège et l’ont bien arrosé ce sénile débile, les labos sont au parfum d’une montée de sympathie du peuple avec le FFS d’oü la panique du FLN et toute cette comédie d’éviction de drebki ( remarquez que ni bouchouareb ni Boudiaf ni haddad n’ont été évincé malgré les bourdes commises) pour donner un nouveau souffle à la machine électorale à gagner les élections qu’est le FLN, si pas de traficotage le FFS aura son mot à dire, le peuple doit participer et exiger une élection honnête par la surveillance des urnes et donc par l’exercice d’une pression sur les téméraires voyou, la peur doit changer de camps.




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.