Alimentation : tendance disparate des prix à l’importation

Les prix à l'importation ont reculé à 308 dollars/tonne. New Press

Les prix à l’importation par l’Algérie des produits alimentaires  et agroalimentaires ont connu des trajectoires différentes durant les neufs premiers mois de 2016 par rapport à la même période de 2015, a appris l’APS auprès du ministère du Commerce.

Dans la catégorie des céréales, les prix à l’importation ont reculé à 308 dollars/tonne (usd/t) pour le blé dur (-32,5% par rapport à la même période de 2015), à 192 usd/t pour le blé tendre (-22,3%) et à 185 usd/t pour le maïs (-8,4%).

De son côté, le prix d’achat des poudres de lait s’est établi à 2.305 usd/t (-20%). Par contre, une hausse des prix à l’importation a touché les sucres roux à 391 usd/t (+6,8%), l’huile brute de coco (+13,3%) et des huiles alimentaires brutes (+37,3%), tandis qu’une baisse a touché d’autres huiles brutes (baisses allant entre 1,73% et 11,66%).

Pour la catégorie des produits d’épicerie, une augmentation des prix moyens à l’importation a été observée pour les cafés torréfiés (+35,05%), les pâtes alimentaires (+6,5%), le thé (+5,2%), le sucre blanc (+2%). Par contre, les prix à l’importation du triple concentré de tomate ont reculé à 848 usd/t (-27,1%), le concentré de tomate à 1.109 usd/t (-22,1%), le double concentré de tomate à 1.328 usd/t (-9,4%), les cafés non torréfiés à 2.128 usd/t (-7,8%), le riz à 530 usd/t (-5,36%) et le lait infantile à 6.602 usd/t (-1,05%).

Pour les légumes secs, des baisses ont été observées pour les haricots secs à 981 usd/t (-21%) et les pois secs à 593 usd/t (-16,5%). En revanche, les prix à l’importation ont haussé pour les pois chiches à 1.303 usd/t (+21,8%) et les lentilles à 1.086 usd/t (+15,8%). Quant à l’ail, il a été importé à 1.746 usd/t (+61,2%).

En ce qui concerne les fruits frais, les pommes ont été importées à 827 usd/t (+19,3%) et les bananes à 714 usd/t (-2,5%). Pour les viandes et poissons, les prix ont reculé pour les viandes bovines congelées à 3.043 usd/t (-10,4%), pour celles réfrigérées à 3.628 usd/t (-9,8%) et pour les poissons congelés à 1.515 usd/t (-4,3%).

Par ailleurs, pour le ciment, son prix moyen a baissé à 65 usd/t contre 73 usd/t (-11%). Les principaux pays fournisseurs de l’Algérie en poudre de lait sont au nombre de 18 dont les 5 premiers sont la Nouvelle-Zélande (39,7% des importations globales), la France (16,5%), l’Argentine (12,53%), la Pologne (9,26%) et l’Uruguay (7,8%).

Pour les huiles alimentaires brutes, la quasi-totalité des quantités importées a été réalisée par six (6) principaux opérateurs dont une société privée qui demeure en première position avec près de 60% de la quantité totale importée.

En matière d’importation de sucre roux, cette même société privée est demeurée dominante en assurant 83,7% du total importé. Quant au sucre blanc, il est à noter que près de 66% de la totalité des quantités importées a été réalisée par dix (10) entreprises privées. Concernant le café non torréfié, les principaux importateurs sont au nombre de sept (7) avec près de 35% du total des importations.

En ce qui concerne les fruits frais, il a été importé pour plus de 127,14 millions usd de bananes durant les neuf premiers mois 2016 (contre 128,6 millions usd sur la même période de 2015), et pour 50,61 millions usd de pommes (contre 82,42 millions usd).

La facture a été de 34,85 millions usd pour les amandes (contre 32,21 millions usd), de 17,03 millions usd de raisins secs (contre 22 millions usd) et de 4,8 millions usd d’abricots secs (contre 6,1 millions usd), alors que les importations des pruneaux secs se sont chiffrées à 10,01 millions usd (contre 10,32 millions usd). Il est, par ailleurs, constaté que la facture de l’ail importé est passée à 17,8 millions usd (contre 10,3 millions usd).

R. E. 

Comment (2)

    Djamel BELAID
    2 janvier 2017 - 17 h 54 min

    Concernant les céréales, les
    Concernant les céréales, les huiles et la viande nous pouvons produire plus localement. COMMENT?
    Par l’utilisation des nouvelles techniques de dry-farming développées en Australie (voir sur youtube le site du GRDC – agriculteurs australiens). Sans irrigation, ils arrivent à produire en valorisant la moindre goutte d’eau de pluie. Pour cela, ils ont construit des semoirs spécifiques et adoptent des rotations originales des cultures. Nous avons beaucoup à nous inspirer de ces techniques en les adaptant à notre contexte.
    Djamel BELAID/




    0



    0
      AMAR MOKHNACHE
      3 janvier 2017 - 14 h 12 min

      L ARGENT COULE A FLOT DANS
      L ARGENT COULE A FLOT DANS LE SECTEUR AGRICOLE ET VOUS POUVEZ VOUS RENSEIGNER AUPRES
      DE MONSIEUR SAIDANI IL A ETE PDG DES CONCESSIONS AGRICOLES IL Y A AUSSI MONSIEUR BARKAT IL A GERE LE DEFUNT PNDA !!!…..autrefois toutes nos importantes institutions et entreprises avaient leurs directions recherches et developpement…mais depuis que l argent coule a flot on ne voit plus la necessite….ailleurs avec 20 ha on a droit au titre d entrepreneur agricole de nos jours on est devenu de povres fellahs! DEMAIN PEUT ETRE L ENTREPRISE AGRICOLE ALGERIENNE AURA COURS…




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.