Une contribution de Youcef Benzatat – Incitations à l’émeute : goumiers d’hier, goumiers d’aujourd’hui

Ameuter sans discontinuer jusqu’à mettre le feu. Archives/New Press

Goumiers, telle était l’une des appellations attribuées autrefois par l’occupant étranger à ses supplétifs recrutés parmi ses indigènes, aux côtés des harkis et de tout autre citoyen en perte du rapport au réel induite par une misère morbide et une déchéance mentale qu’accentue toute perte de repères dans un monde colonial sadique, cynique et cruel. Goumiers d’hier, goumiers d’aujourd’hui. Béjaïa en feu, Béjaïa en flammes ! Une escarmouche menée par des goumiers d’un nouveau genre que manipule une main étrangère, dénoncent scandalisés «les bonnes consciences». «Lutte de souveraineté», répliquent les adeptes du Qoum. Il serait temps, disent-ils, de se lever comme un seul homme et brandir le poing en hurlant «barakat !» (Ça suffit !). Ameuter, ameuter, ameuter sans discontinuer jusqu’à mettre le feu et détruire les lieux. Verser le sang et semer le chaos, la lumière jaillira du néant et la souveraineté régnera pour l’éternité ! On l’aura su depuis le tournant de l’indépendance nationale, si tel était le destin de toute révolte violente.

On ne peut que constater amèrement pour l’occupé, qu’un occupant ne peux qu’en chasser un autre si l’occupé demeure toujours vulnérable. «Il ne suffit pas qu’un peuple inscrive la liberté dans sa Constitution pour être réellement un peuple libre. Encore faut-il qu’il soit un peuple éclairé, car un peuple ignorant, même avec une Constitution libre, est toujours dans la servitude», soupira Montesquieu devant l’ignorance dans laquelle était plongé son peuple le long de la nuit obscure qui précéda l’une des plus illuminées des révoltes que l’humanité ait produites.

La main étrangère, mythe ou réalité ? Mythe, disent les uns. Car la dictature de nos occupants actuels a besoin de cet alibi implacable pour neutraliser toute tentative qui viendrait menacer son royaume, confisqué des mains des derniers souffles agonisants des braves baroudeurs qui ont bouté hors du territoire national les hordes de barbares qui occupaient jadis nos terres. Réalité, s’insurgent les sceptiques. Car les hordes de nouveaux barbares qui convoitent encore nos terres sont aussi nombreuses et plus coriaces qu’autrefois. Pour le commun des silencieux, un combat de dupes se déroule insolemment pour la quête d’une chimère souveraineté, tantôt islamiste, tantôt berbériste, toutes deux appuyées sur les béquilles d’une raison extérieure au destin de notre peuple pour ne pas l’amalgamer imprudemment d’avec cette main étrangère si vraie et si fausse à la fois.

Il aurait suffi que l’on sache inculquer à ces millions de jeunes Algériens désœuvrés et abandonnés de tous, et en premier des intellectuels, des journalistes, des militants des causes périphériques et autres causes domestiques, le sens de la citoyenneté et de la République, qui devraient à l’image de Montesquieu éclairer les consciences et semer l’esprit de la révolte constructive et bienveillante, la véritable révolte, celle qui devrait faire jaillir la lumière et défaire les chaînes. Non pas celle qui avance à reculons, mais celle qui mène aux cimes de la liberté les plus inaccessibles.

Youcef Benzatat

Comment (44)

    NGama
    5 janvier 2017 - 23 h 05 min

    Est-ce que l’Algérie fait
    Est-ce que l’Algérie fait exception dans tout le monde arabe, du Bahreïn au Maroc, en terme d’oppression? existe-il ne serait-ce qu’un seul État de droit dans cette partie de la planète? Par ailleurs, en réponse à l’article: si les impérialistes avaient trouvé des traitres et des goumiers en nombre suffisant en Chine, en Russie, en Iran… ces pays auraient connu le même sort que le monde, précédemment cité, arabe. En d’autres termes, ce n’est pas avec ce type de réflexion qu’on puisse avancer et arriver aux cimes de la liberté les plus inaccessibles.




    0



    0
      Rosa
      6 janvier 2017 - 6 h 20 min

      L’Algérie est indivisible et
      L’Algérie est indivisible et les manipulations de ces ignorants qui se prennent pour des intellectuels sont nombreuses. Notre pays est visé et pour l’atteindre nos ennemis utilisent ces ignorants (même universitaires) que le journaliste a nommé Harki et goumiers pour manipuler ces jeunes sans repères dont les réformes de Abdelhamid Brahimi dit la science, Abaci Madani et Ali Belhadj and Co ont brisées leur destin.




      0



      0
    OranaisdeGambetta
    5 janvier 2017 - 16 h 44 min

    Après les « harkis » qui sont
    Après les « harkis » qui sont partout d’après les commentaires postés dans AP, après la « main de l’étranger » ce providentiel joker passe-partout qui aide tous ceux qui le veulent, même les ministres à désigner par procuration les coupables de tous les délits et crimes, même quand les vrais sont connus, le hizb frança, arlésienne politique, parti auquel adhèrent tous les suspects sauf les véritables et avérés adhérents. Il y a aussi , y’a pas d’équivalent dans le monde, les binationaux au service de Ouyaya et d’autres encore, proie facile, constitutionnellement désignée et condamnée par anticipation , voilà que Y. Benzatat nous ajoute un autre pan de la société insoupçonné jusqu’à présent et qui est irréfutablement responsable de toutes les forfaitures passées et à venir, les goumiers. Où étiez vous, sacrés cachotiers? Y. Benzatat vient à peine de vous (re)découvrir. A quand et qui seront les prochains contingents de boucs-émissaires que vous allez suggérer pour venir en aide aux responsables en mal de justifications de leurs problèmes et d’explications de leurs échecs? Les Chaïatines? On leur a déjà presque TOUT mis sur le dos, surtout leur chef le Chaïtan? Qui alors? Le « mektoub » aussi est une mine d’or infinie, d’autant plus inexpugnable qu’elle est d’essence divine et inattaquable. L’exemption de preuves et de sanctions garantie à vie. Les goumiers? Peuh ! Les jupitériens? Pas pour l’instant encore. Qui alors? Surtout pas les vrais coupables, connus de tout le monde et de vous. (Pourquoi pas?)




    0



    0
    Arezki
    5 janvier 2017 - 16 h 04 min

    Des goumiers ? Tiens, tiens j
    Des goumiers ? Tiens, tiens j’aimerais bien savoir de quelle région vient ce Youssef Benmachin. Parce que des régions entières de goumiers, puis larbins du Pouvoir 62 on en connait…




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.