Un traître sur une chaîne de traîtres

Par Sonia-Linda S. – Les ennemis de l’Algérie ne ratent aucune occasion pour rebondir en vue de porter atteinte aux intérêts suprêmes de la nation, à l’image de la sortie il y a quelques jours du traître, l’islamo-salafiste Ahmed Chouchène, à partir de sa planque de Birmingham (centre de l’Angleterre) pour commenter les émeutes de Béjaïa. Cet ancien officier de l’ANP, qui a trahi l’institution militaire en voulant rallier les groupes terroristes dans les années 1990, a provoqué un tollé parmi la communauté nationale établie au Royaume-Uni, à travers son appel à l’armée nationale, l’exhortant à intervenir pour massacrer les émeutiers de Béjaïa qu’il qualifie de renégats et de vendus. Certains nationaux qui ont souhaité se confier à AP se disent consternés par ces propos incendiaires qui visent dans le fond à dresser les Algériens les uns contre les autres, au lieu d’appeler à l’apaisement et au dialogue.

Un collectif de nos compatriotes basés au Royaume-Uni, composés en majorité d’universitaires, de cadres, de journalistes et d’activistes dans le domaine associatif, qualifie une telle intervention de grave dérapage, relayée de surcroît par un membre du mouvement islamiste Rachad, connu pour son approche extrémiste et son discours violent. Ce collectif prépare effectivement une large campagne médiatique baptisée «Pas en mon nom» et compte faire tomber le masque de ce dangereux fanatique qui a porté atteinte à la sûreté de l’Etat. Il va falloir raison garder, prendre la mesure d’un tel discours qui ne peut être interprété autrement que par une tentative minutieusement élaborée en vue de semer le trouble entre les Algériens et attiser les tensions, notamment quand il appelle l’armée à intervenir pour massacrer les émeutiers de Béjaïa.

Ce manipulateur semble oublier la campagne délétère qu’il avait menée lui et sa meute pendant des années contre l’ANP depuis son exil doré à Birmingham à travers une campagne immonde et mensongère, allant jusqu’à divulguer des secrets militaires et des informations extrêmement sensibles sur les plateaux de la chaîne du FIS, Al-Magharibia, liées notamment au fonctionnement de certaines unités d’élite de notre armée républicaine, garante de la sécurité et de l’intégrité de nos territoires.

Il semblerait que cet énergumène, dont le profil est plus que douteux, est en total décalage avec les réalités politiques et sociologiques de l’Algérie d’aujourd’hui, un pays ayant opéré de profondes mutations, au point de se hisser comme un acteur de taille au niveau régional et international. L’Algérie est désormais dotée d’institutions stables capables de gérer de manière civilisée une situation de crise similaire aux troubles survenus récemment dans la ville de Béjaïa, sans faire appel aux forces armées dont les missions sont clairement définies dans les textes fondamentaux de la République et qui consistent à veiller à la sécurité et à l’intégrité territoriales.

Le roulement de tambour d’Ahmed Chouchène et sa clique, qui tentent par tous les moyens d’intervenir dans le débat national pour propager leurs idées rétrogrades inspirées de la déroute du mouvement djihadiste Rachad, n’a pas de place ni de résonance en Algérie. Les troubles de Béjaïa sont un problème d’ordre interne qui nécessitent un traitement politique, alors que l’armée algérienne n’a pas besoin de conseils à recevoir de ceux qui, à longueur de journée, défilent sur les plateaux de télévision à Londres et ailleurs pour insulter, pestiférer et diaboliser tout ce qui se passe en Algérie – même l’institution militaire n’a pas été épargnée.

En tout cas, la réplique aux propos scandaleux et insultants du dévergondé Ahmed Chouchène proférés contre les habitants d’une région du pays viendra d’un groupe de nationaux établis au Royaume-Uni, qui voient à travers ce discours une tentative de repositionnement sur l’échiquier politique national pour rattraper une occasion manquée d’enflammer le pays dans la foulée du «printemps arabe». Une campagne initiée et financée par l’argent douteux émanant des caisses de l’émirat du Qatar.

Il faudra donc s’armer de vigilance pour mieux cerner les visées de cette cohorte d’obscurantistes qui se résume à un seul credo : diviser pour régner.

S.-L. S.
(Londres)

Comment (22)

    Patriote authentique
    12 janvier 2017 - 7 h 06 min

    Cet énergumène qui a trahi
    Cet énergumène qui a trahi son propre pays, sa patrie, n’à aucun honneur et n’hésitera pas une seconde de faire pire au pays d’accueil qui lui assure une rente et un passeport.
    Ce renégat causera d’énormes problemes au peuple pacifique qui l’hébergé.




    0



    0
    moh_Blida
    11 janvier 2017 - 17 h 38 min

    Bonjour A tous,

    Bonjour A tous,

    Je suis extrêmement scandalisé par les porpos raciste, haineux et en même temps très dangereux de cette islamiste salafiste A.C. ces des propos qui insite a la guerre civile et la division du peuple. Cette détestable personne A.C a fait la même chose pendant les émeutes de ghardaia ou il a traité les mozabites de vipères es appelle a les tué.

    J’interpelle notre communauté installée a Londres de se démarquer clairement des propos incendiaires de ce déserteur de l’armée qui a faillit a son devoir quand le pays avait besoin de lui en 1992-2000 pour sauver le pays des islamistes intégristes.

    Bonne journée a tous!




    0



    0
    Djilali ,amazigh de l'ouest, Ifelicen Tlemcen
    10 janvier 2017 - 18 h 27 min

    Numidie, Massinissa, trahison
    Numidie, Massinissa, trahison ( autres détails et précisions) durant la rencontre pour la paix Syphax et Bocchus tombèrent dans un guet-apens tendu par des troupes ennemies déguisées, portant des armures de combat de l’escorte royale de Syphax. Ils furent capturés et livrés aux romains. Déportés à Rome, Bocchus fut lâchement assassiné, Syphax fut gracié pour avoir, durant son temps de gloire et de puissance, aidé les romains à la conquête de la péninsule ibérique, il vivra en captivité dans les geôles romaines jusqu’à sa mort. Alors Massinissa unificateur ou hauteur de haute trahison. Fin de l’acte 1. Acte 2 : Massinissa désigna à sa succession au trône son neveu jugurtha bâtard né d’un couple illégitime de mère femme de servitude concubine de l’un de la fratrie de Massinissa. Fin de l’acte 2. Acte final : Chaos et décadence, meurtres et assassinats dans la Cour royale les romains se retourneront contre l’héritier du trône de Massinissa et envahissent l’ensemble du royaume. La Numidie tombe sous l’occupation de l’empire romain. Jugurtha capturé et déporté subira le châtiment de la mort ,traîné par des chars de gladiateurs dans les arènes de Rome. Djilali amazigh de l’ouest.




    0



    0
    Djilali ,amazigh de l'ouest, Ifelicen Tlemcen
    10 janvier 2017 - 14 h 02 min

    Numidie, Massinissa, trahison
    Numidie, Massinissa, trahison.

    La Numidie est constituée de 3 royaumes :

    Maures, Aglid Bocchus 1er Mauritania ( actuel Maroc et Mauritanie)

    Masaesyle, Aglid Siphax Siga (actuel Béni Saf Ain Temouchent)

    Massyle, Aglid Massinissa Cirta ( actuel Constantine)

    Massinissa lance une guerre d’invasion et de conquête contre les royaumes de Siphax et de Bocchus 1er.
    Après défaites sur défaites cuisantes infligées à ses troupes, son armée presque entièrement anéantie, Massinissa fait appel à Rome pour lui venir en aide.
    Rome procéda alors à une expédition en Numidie de troupes de légionnaires et mercenaires romains.

    Syphax dû continuer son farouche combat contre Rome et Massinissa. De lourdes pertes sont infligées aux envahisseurs.

    Défaite totale, Rome et Massinissa se replièrent et se se retirent des zones de combat.

    Massinissa invite alors Syphax et Bocchus à des pourparlers de paix.
    Durant la rencontre et par trahison, Syphax et Bocchus furent capturés et livrés au romains.

    Transférés à Rome, Bocchus fut lâchement assassiné, Syphax vivra en captivité dans les geôles romaines jusqu’à sa mort.

    Alors, Massinissa unificateur de la Numidie ou hauteur de haute trahison.

    Un amazigh de l’ouest.




    0



    0
    Anonymous
    9 janvier 2017 - 21 h 53 min

    A S. L.S de « Londres »,

    A S. L.S de « Londres »,
    Votre article témoigne d’un parti pris qui est loin d’être innocent. Car critiquer une opinion qui ne correspond pas a la votre est un droit de citoyenneté qui peut honorer. Mais faire le procès d’un avis contraire, vous qui vivez dans le pays ou est née la démocratie parlementaire, révèle votre imperméabilité aux pratiques politiques saines qui font la réputation du pays ou vous êtes établi sans y vivre, apparemment. Les évènements dits de Bejaia, vous devriez le savoir, ne sont pas nés du néant. Les raisons qui ont poussé la jeunesse a exprimer son ras le bol, parfois violemment, dénotent d’un profond malaise sociétal chez nous et que vous ne pouvez ni vivre ni comprendre a partir de votre exil doré british. Donc contentez vous de donner votre point de vue sans vous substituer au pouvoir qui est source de nos maux et ne tentez pas, vainement, de le défendre. Bizarrement, même le comique premier ministre a reconnu, a demi mots, le bien fondé de la révolte, tout en condamnant comme tout le monde son aspect violent. Quant a l’ANP, elle n’a nullement besoin d’opportunistes pour la défendre. En mettant en œuvre ses missions dévolues par les textes de la République, elle s’immunise d’elle même de toutes les critiques gratuites. Elle est une institution apolitique de la République et il est souhaitable qu’elle le demeure toujours. Le plus important n’est il pas qu’en dépit de l’amateurisme du pouvoir a gérer le moindre soubresaut sociétal, et grâce a Dieu, on ne déplore aucune victime humaine? Espérons quand même que le pouvoir retienne la leçon de Bejaia et se mette a travailler pour le pays exclusivement. Amen!




    0



    0
    slimane aissa
    9 janvier 2017 - 18 h 20 min

    Message pour S.-L. S.(Londres
    Message pour S.-L. S.(Londres) (…) je vous conseille de regarder la télé anglaise ou faire un tour au parlement anglais tu verras comment les gens civilisés discutent démocratiquement et se critiquent a fond sans qu’aucun ne traite son adversaire politique ou médiatique de traitre.
    Critiquer le travail du président, du gouvernement, de la securité ou meme de l’armée n’est pas une traitrise c’est la libre expression dans un pays libre. et personne n’est prophete car ils font tous des erreurs.
    Qui etes vous pour taxer le monde de « traitres » ? aviez-vous la paternité du patriotisme algérien ?




    0



    0
      amine
      9 janvier 2017 - 20 h 42 min

      Si cela s’appelle liberté d
      Si cela s’appelle liberté d’expression chez les naïfs, cela s’appelle Incitation à la haine et de la provocation et déstabilisation du pays! Ce Monsieur, connu par son passé gravissime dans les émeutes de Ghardaïa, doit être jugé et son groupe qui le soutien écarté à jamais et poursuivi, pour enfin avoir la paix, la liberté et la tolérance dans notre pays par voie passifique.




      0



      0
    Anonymous
    9 janvier 2017 - 11 h 55 min

    Ces gens d’Almagharibia sont
    Ces gens d’Almagharibia sont de veritable cretins, ils ont conpletement evacuer l’incident du terro chouchene.




    0



    0
      ahmed_de_batna
      9 janvier 2017 - 18 h 11 min

      c est vous le cretain….
      c est vous le cretain…..arrete d insulter les gens..Almagharibiya critique ceux qui gouverne le pays peut importe qui sont. eux ils sont responsable devant le peuple parce qu il ont confisqué l’argent du pétrole et lache la police et l armée sur le pauvre peuple.
      Almagharibiya ne critique pas l opposition réelle au pouvoir en place c est sa doctrine..
      demain quand le pouvoir changera inchallah, la elle va critiquer le nouveau pouvoir c est sa démarche démocratique.




      0



      0
    Anonymous
    8 janvier 2017 - 15 h 52 min

    moi je ne comprends rien un
    moi je ne comprends rien un déserteur de l’armée en plein guerre contre le terrorisme normalement est passible de coure martiale donc de mort et voilà qu’il lance un appel à cette armée à exterminer une population qui qui a donné beaucoup pour l’indépendance de l’Algerie et lui a permis d’être un officier au lieu de berger.




    0



    0
    Anonymous
    8 janvier 2017 - 14 h 18 min

    a mon avis les traitres sont
    a mon avis les traitres sont ceux qui trichent;qui manipulent;qui détournent;qui corrompre;qui volent;qui mens au peuple;




    0



    0
    Amel
    7 janvier 2017 - 23 h 12 min

    Il s’agit d’un element de la
    Il s’agit d’un element de la facho-sphere qui gravite autour d’Almagharibia leur tribune et le moyen qui promouvoit ce courant de pensee.




    0



    0
      Anonymous
      8 janvier 2017 - 23 h 09 min

      qui Promeuve a la place de
      qui Promeuve a la place de qui promouvoit phrase
      Sinon je suis tout a fait d’accord




      0



      0
    Pick
    7 janvier 2017 - 21 h 35 min

    Apparement la chaine de la
    Apparement la chaine de la magoulle qui emploie des Harkis continue a defendre l’indefendanle.




    0



    0
    fatigué
    7 janvier 2017 - 15 h 00 min

    appeler l’ANP à massacrer les
    appeler l’ANP à massacrer les kabyles ( ou tout autre région d’ailleurs) c’est de la folie furieuse. Ce mec a dépassé toutes les bornes ( souvenez vous de ce qu’il racontait lors des événements de Ghardaia). en conclusion il veut absolument que le sang coule en Algérie et que les algériens s’entre déchirent. la justice anglaise va lui retirer la nationalité britannique parait il suite à la plainte d’un groupe d’algériens résidents en Angleterre.




    0



    0
    Ninir
    7 janvier 2017 - 12 h 41 min

    mort aux chiens enragés
    m(…) aux chiens enragés contre l’Algérie ! c’est là où l’Etat doit sévir. de toutes façons y’a rien à gratter. on peut se chamailler entre nous, mais nous n’avons besoin d’aucun intrus pour nous réconcilier! allez ouste, du vent. laisser nous respirer.




    0



    0
    Moumouh zagoua
    7 janvier 2017 - 8 h 56 min

    Quoi qu’ils mijottent pour ce
    Quoi qu’ils mijottent pour ce beau pays le peuple restera uni a jamais surtout f’les moments difficile




    0



    0
    Benai Ouali
    7 janvier 2017 - 1 h 20 min

    Des questions et
    Des questions et interrogations se posent sur les événements de Bejaia, chacun les commente à sa manière et le tout selon le degré du ridicule et du risible. Nous avons eu toutes les versions sur l’origine de l’émeute, de l’implication du mossad, passant par les fameuses mains étrangères et en finir par des appels des anciens sanguinaires du FIS pour raser la Kabylie.
    Chacun son rôle et sa mise en scène pour exprimer ses outrances et ses inquiétudes, le premier ministre, les responsables des partis politiques du pouvoir en l’occurence, le RND, le FLN et les supplétifs comme celui du clowns Amar Ghoul avec son carnaval qui vient d’initier à la port de l’APN, c’est comme si l’Algérie vient de connaître sa première manifestation de cette nature, le ridicule est au summum.
    Depuis 2010, l’Algérie a connu plus de 1100 émeutes, la majorité sont l’œuvre d’une jeunesse qui est la première victime de ce marasme social et toutes formes d’injustice.
    Pour les plus intelligents le RCD par la voix de Monsieur Deboub Mouloud a bien résumé la situation, et j’approuve ces propos : nous sommes ni les pompiers du pouvoir ni les générateurs de la violence. Le combat démocratique est une culture pour le parti, le pacifisme est une forme de lutte propre à nos valeurs, et ce n’est pas aujourd’hui que nous allons changé d’attitude.
    Le pouvoir et ses acolytes ont alimenté cette violence dans le souci de faire diversion sur les projets de loi qu’ils viennent de faire passer avec force. C’est un coup de théâtre et qui n’est pas à son premier. C’est une mise en garde aux restes des algériens et leur demander de ne pas s’impliquer dans les revendications sociales « subissez et taisez-vous ».
    Enfin, mes amis, il n y a ni main étrangère, ni amar bouzeouar, ni djeha, ni hdidoudouane, ni Hassan terro, il y a juste le système et ses acolyte qui n’arrêtent pas de nous pourrir la vie.
    La Kabylie est une région intraitable, elle est digne et rebelle. Personne ne peut la manipuler.




    0



    0
      5colonne
      7 janvier 2017 - 8 h 32 min

      y a pas de regions kabyle L
      y a pas de regions kabyle L’ALGERIE EST UNE TERRE BERBERE relis ton histoire , pas l’histoire de france, ou ecrite par la france




      0



      0
    Nadi
    6 janvier 2017 - 22 h 55 min

    Les chiens d’Almagharibia
    Les chiens d’Almagharibia aboient et la caravane Algerie passe.




    0



    0
    mouatène
    6 janvier 2017 - 16 h 13 min

    selon les écrits que j’ai lu,
    selon les écrits que j’ai lu, ahmed chouchène est un soldat de l’ANP, ayant déserté en 1990. la désertion pour un officier, en temps de guerre et à l’étranger, est qualifiée de HAUTE TRAHISON. ce soldat est justiciable de la justice militaire algérienne. il est clair que c’est un renégat et qu’il n’a pas interet à se présenter aux frontières de l’algérie. question: y a t’il eu poursuite judiciaire à son encontre en 1990 ? y a t’il un mandat international lancé à son encontre ?. si oui, espérons que la GB le déchoit de la nationalité britanique et qu’aucun autre pays ne lui en offre l’asile politique. attendons !




    0



    0
    Nasser
    6 janvier 2017 - 15 h 48 min

    j’ apprécie votre point de
    j’ apprécie votre point de vue, pour ma part je ne vais pas faire dans le politiquement correcte mais plutôt brutale car si il est de nationalité Britannique alors qu’ il en soit déchu et qu’on l’ extradivers l’ Algérie et les autorités compétents s’ occuperont de son cas (enfin ….j’ aimerais bien), car à force d’ être indulgent certains pays européen contribue (sous couvert des droits de l’ homme …..MON OEIL) à porter atteinte à la stabilité de notre pays




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.