La méthode Bedoui

Par R. Mahmoudi – Dans sa dernière sortie face à la caméra, le ministre de l’Intérieur a montré un visage pour le moins surprenant, en menaçant de ne plus autoriser les partis politiques qui ne participeraient pas aux élections, en faisant allusion à la formation d’Ali Benflis qui a décidé de boycotter les prochaines législatives. On ne sait pas si cette mise en garde traduit une réelle volonté du pouvoir de verrouiller le champ politique dans cette conjoncture marquée par des appels à la vigilance suite aux dernières émeutes, ou si elle n’est que la marque d’un nouveau style de communication que Noureddine Bedoui voudrait adopter pour montrer une certaine fermeté exigée par la situation. 

Car, en plus d’être porteuse d’une régression dangereuse – pour l’essor démocratique du pays –, une telle option devrait être justifiée et clarifiée par des textes de loi. Et jusqu’à preuve du contraire, l’option du boycott n’a jamais été une infraction ni une menace pour la stabilité politique du pays, si, bien sûr, elle n’est pas suivie d’actions susceptibles de troubler l’ordre public. Au lieu, donc, de réprimander ceux qui en font leur option, le gouvernement devrait essayer d’en comprendre les motivations pour en réduire l’ampleur à l’avenir.

Dans la même déclaration, Bedoui s’est montré plus audacieux et encore plus original, en demandant solennellement aux citoyens de «refuser de fournir des documents d’état civil à l’administration», en leur suggérant de le faire «même en [son] nom». Cela ne pourrait qu’être bien accueilli par les citoyens qui souffrent le martyre avec une bureaucratie incurable, malgré toutes les mesures qui ont été prises ces dernières années.

Mais, là encore, il aurait suffi au ministre d’instruire ses services par une note écrite ou d’en faire, par exemple, la proposition au Premier ministre pour une application plus généralisée. C’est d’autant plus efficace que les Algériens sont devenus allergiques aux discours populistes, d’où qu’ils viennent.  

R. M.

Commentaires

    LARGUAT
    25 janvier 2017 - 22 h 19 min

    La méthode Badoui
    Et si le peuple ne se rendrait pas urnes, M Badoui nous priverait de quoi? C’est fatiguant à la fin d’entendre n’importe quoi. En a t il les moyens? Je crois que M le Ministre de l’Intérieur peut tout promettre puisque qu’après les législatives il y aura, normalement, un autre gouvernement.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.