Les pompiers maîtrisent un incendie sur un pipeline près de Laghouat

Les éléments de la Protection civile ont maîtrisé le feu sans grande difficulté. New Press

Un incendie qui s’était déclaré sur un pipeline dans la zone d’Oued-Mzi, près de Laghouat, a été maîtrisé lundi soir par les  éléments de la Protection civile, a-t-on appris auprès de cette institution.  

L’incendie s’est déclaré lors de travaux de maintenance sur un pipeline de 28 pouces, au sud de la station de pompage SP-5  lors de travaux de maintenance, avant d’être maîtrisé par les éléments des unités secondaires de la PC d’Aïn-Madhi, Oued-Morra, Ksar El-Hirane, Sidi-Makhlouf et Bellil et du poste avancé de Hassi R’mel, a précisé à l’APS le lieutenant Walid Nekmouche.

L’intervention de quelque 45 éléments de la Protection civile a duré près de deux heures et a mobilisé 9 camions de lutte anti-incendie, 2 ambulances et 2 véhicules de communication, a-t-il ajouté.

Le sinistre a été circonscris et les opérations de refroidissement se sont poursuivies pour permettre à la société spécialisée de finir ses travaux de maintenance, a fait savoir la même source.

R. N.

Commentaires

    Anonymous
    17 janvier 2017 - 19 h 03 min

    Il s’agit sans doute de l
    Il s’agit sans doute de l’oléoduc intitulé OZ-1 reliant le gisement de Hassi Messaoud au port d’Arzew . Je félicite chaleureusement les hommes qui ont su maîtriser ce sinistre sans trop de dégâts. Mais comment a t’il pu se produire durant des opérations de maintenance censées être exécutées par des professionnels ? Je regrette aussi qu’on n’ait pas évoqué à cette occasion le caractère hautement stratégique de ce grand ouvrage long de plus de 800 km qui fut la première réalisation de SONATRACH et qui avait permis à cette société de survivre et de renflouer les caisses de l’Etat en transportant du pétrole qui appartenait à l’époque aux compagnies pétrolières étrangères. Vous ne pouvez pas imaginer toutes les tentatives de sabotage et surtout de corruption du responsable de ce Projet à seule fin de faire avorter la première initiative de l’Etat algérien dans le domaine des hydrocarbures. Mais vous pouvez aisément reconnaître – et ce ne serait pas trop demander -, que ce ne sont pas des pseudo-managers du genre Chakib Khellil qui furent chargés de la réalisation de cet ouvrage grandiose. Et ce n’est pas en interdisant même l’accès des bureaux de SONATRACH aux héros qui ont su mener la rude tache de réaliser un tel projet dans un environnement on ne peut plus hostile et qui veulent encore servir leur pays qu’on pourra encourager les nouvelles générations à se mettre au travail ……




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.