MDS : l’urgence d’éviter le piège des faux débats

Par Nadjib Touaibia – L’annonce de la participation du MDS (Mouvement démocratique et social) aux prochaines élections législatives et communales suscite un débat. D’aucuns, parmi les anciens ou actuels militants et sympathisants, contestent cette décision. «Caution au régime ! Trahison de la ligne !» crient la plupart d’entre eux.

Une chose est sûre, l’entrée sur la scène électorale d’un mouvement qui s’est distingué, durant et après la décennie noire, par sa volonté d’engager une «double rupture» avec le pouvoir corrompu et l’islamistme, soulève nécessairement des questions. Le débat est légitime.

Reste que des critiques fusent sur les réseaux sociaux qui donnent souvent lieu à des commentaires surprenants, légèrement argumentés, à des jugements à l’emporte-pièce, à des accusations injustes, voire complètement absurdes… Ces emportements ternissent l’image de ce qui reste de démocrates dans notre pays, sèment la confusion aux yeux des citoyens et donnent surtout du grain à moudre à tous ceux qui orchestrent la régression. Il est urgent d’avoir des échanges apaisés et respectueux des opinions des uns et des autres.

Les démocrates algériens, toutes tendances confondues, sont aujourd’hui confrontés à un régime totalitaire, gangrené par la corruption et dont les politiques libérales rognent un à un les acquis sociaux. Un régime qui s’est solidement installé. Il prend désormais appui sur l’islamisme pour domestiquer la société civile, la soumettre.

Que faire alors devant une telle configuration ? Attendre patiemment le Gand Soir, espérer que le pouvoir va un jour venir frapper à la porte des démocrates pour leur remettre les clés ? Se régaler de discussions de salon ?

Les dirigeants du MDS qui ont l’occasion de s’exprimer sur certaines chaînes de TV ont le mérite de mettre sur la table les questions clés de l’évasion fiscale, de l’argent sale, de l’absence de démocratie… Comment ne pas reconnaître que ce discours parvient aux citoyens, qu’il leur permet de se déterminer, de penser par eux-mêmes plutôt que de se résigner à l’acceptation du discours dominant et démagogique qui protège les intérêts de ploutocrates et autres imposteurs qui ont fait leur beurre à la faveur du terrorisme islamiste ?

Disons-le tout net : s’il peut réellement faire campagne, le MDS, ce qu’il en reste, a mille fois raison d’aller aux élections, d’aller au contact des citoyens algériens, d’établir ce lien.

Le temps est venu d’admettre qu’il n’est pas d’autre voie réaliste d’opposition que la présence à la fois dans les institutions représentatives nationales, régionales et locales et dans la société, auprès du tissu associatif progressiste, des syndicats autonomes, du monde de la culture, des médias… Et c’est à la jonction de ces deux niveaux que se construit la résistance au pouvoir dans l’Algérie d’aujourd’hui.

Le temps est venu d’occuper la moindre parcelle, aussi petite soit-elle, pour se faire l’écho des attentes des plus faibles, des plus vulnérables, des salariés, des chômeurs, de tous les laissés-pour-compte.

Les militants et sympathisants du MDS, de ce qui fut Ettahadi, le PAGS, ont enfin tout intérêt à cesser de se livrer à des règlements de comptes stériles qui font le jeu de tous les détracteurs du camp démocratique dans notre pays. Car, c’est en réalité bien de cela qu’il s’agit. Il est urgent d’enterrer la hache de guerre, de cesser de tirer dans ses rangs, de ne pas se tromper d’adversaires. Urgent d’éviter le piège des faux débats et de se rassembler.

N. T.

Comment (21)

    l'éveillé
    26 mars 2017 - 9 h 34 min

    la double rupture était
    la double rupture était opportune et stratégique lors des élections de 1991-19992. mais le noyautage de ce »parti » ( un groupement lobbyiste plutôt) par le DRS ( reconnu par les fondateurs) grâce à l’enrôlement actif et dévastateur de hachemi cherif a empêche toute possibilité de débats sur cette question. du coup ce » parti » est entré dans son rôle de porte voix des éradicateurs et futurs généraux sanguinaires.




    0



    0
    Houria
    21 janvier 2017 - 21 h 44 min

    Ceci n’est pas un article .C
    C’est un tract.Ce qui porte encore préjudice à ce parti politique ou à ce qu’il en reste.




    0



    0
    dziri
    21 janvier 2017 - 21 h 33 min

    tout parti d’opposition qui
    tout parti d’opposition qui participerait a la prochaine mascarade électorale ne fera de reproches, après les résultats, qu’a lui même. Il y laissera les plumes pour une participation illusoire dans laquelle il aura laisse le peu de crédibilité qu’il avait aux yeux du peuple. Qu’est ce qui devrait inciter le pouvoir – administration et partis au service du Palais- a se découvrir des vertus autres que la fraude, la corruption, le régionalisme, le népotisme etc… Tant que la rue n’a pas chasse ce pouvoir honni, il est illusoire de compter sur les partis d’opposition ou autres -a l’exception des partis de Benflis et de Sofiane Djillali- pour agir efficacement et faire passer les intérêts du pays avant les leurs.




    0



    0
    Kouidri Saadeddine
    21 janvier 2017 - 10 h 02 min

    Comment peut-on qualifier les
    Comment peut-on qualifier les commentaires de légèrement argumentés, de complètement absurdes, de semeurs de confusion, de donneurs de grain à moudre à tous ceux qui orchestrent la régression et d’affirmer qu’il « est urgent d’avoir des échanges apaisés et respectueux des opinions des uns et des autres » Ceux qui boycottent ont toujours posés des préalables au processus électoral, à leur participation. Ces préalables sont toujours d’actualités. Il suffit de consulter la littérature du MDS au temps de Hachmi pour s’en rendre compte.




    0



    0
    Bob Dylan
    19 janvier 2017 - 15 h 24 min

    Le MDS est mort avec la
    Le MDS est mort avec la disparition de feu El Hachemi Cherif, qu’es ce qui reste du MDS aujourd’hui ? Rien ,absolument rien du tout , le mouvement s’est complétement disloqué , les sièges de ce parti sont squattés par les anciens militants .Il Ya même ceux qui font des commerces et louent les bureaux du MDS.Il reste maintenant le siège central, il parait que ce qu’il est sous le viseur de Yacine Teguia, il fait un forcing pour le récupéré ,après que le couloir est transformé en Galerie d’art ,ou ils font payé les exposants, ils sont sur le projet d’un studio. Pour info, le frère de Yacine Teguia fait du cinéma, Yacine est sur le projet d’un studio pour l’utiliser lui et son frère. N’oublions surtout pas que le siège est classé dans le cas des biens vacants. Concernant le journaliste de cet article, au lien de condamner les militants qui sont contre la participation ,par souci d’objéctivité,il fallait au moins prendre attache avec eux pour recueillir leur avis et témoignage !




    0



    0
    DEMAIN, L'AURORE ALGERIENNE !
    19 janvier 2017 - 7 h 44 min

    QUE DEVRAIT ETRE LE ROLE
    QUE DEVRAIT ETRE LE ROLE PRINCIPAL DE L OPPOSITION ALGERIENNE FACE « A LA MURAILLE DE CHINE » QU EST CE POUVOIR?
    « En denoncant l evasion fiscale…. ».le MDS s’exprime exactement comme le pouvoir! pour DENONCER! C EST A DIRE SE MORDRE LA QUEUE..!!!
    Face a cette « STERILISATION » DE la vie politique le bon sens veut que l on revienne au BA BA de la pratique de l opposition a savoir MILITER, militer et encore militer et CONCENTRER SES FORCES SUR LE FACTEUR DE BLOCAGE VITAL QUI EMPECHE LE MILITANTISME: L’INDEPENDANCE DE LA JUSTICE! On n’ a pas vu le MDS s’exprimer lors du limogeage du procureur qui a lance un mandat d arret sur CHAKIB KHELLIL! le probleme du pays c est de soustraire la justice de la tutelle du pouvoir politiquede lui donner son independance et de la defendre contre les partisants de l impunite c est sur ce theme que l on peut evaluer l activisme d un parti ou d un mouvement d opposition….Force est de constater que l on se contente encore de strapontins ET IL N’Y A QU A JETER UN COUP D OEIL COMMENT LES HEUREUX ELUS ARROSENT LEURS ELECTIONS !!! C EST PAS POUR DES PRUNES…MEME LES PARTIS TROKISTES ON VENDU LEURS AMES PEUT ON VRAIMENT LEUR FAIRE CONFIANCE,,,,,???




    0



    0
    moskosdz
    18 janvier 2017 - 23 h 06 min

    Contrairement aux charlatans
    Contrairement aux charlatans islamistes sans projet politique cherchant par n’importe quel moyen à nous gaver que de religion,le MDS prône la démocratie,la science,le savoir faire,la vraie école,la civilisation et l’éveil de l’Algérien par rapport au monde qui l’entoure,raison pour laquelle les vrais oulémas de la pègre islamiste issus des prestigieuses écoles de la CIA,du Mossad et des services occidentaux ont parfaitement étudiés l’islam mieux que les musulmans eux-mêmes pour mieux nous mettre les bâtons dans les roues.




    0



    0
    Mahmoud
    18 janvier 2017 - 17 h 58 min

    Taisez-vous ya le MDS
    Taisez-vous ya le MDS (Mouvement démocratique et social) car vous aussi vous avez accepté de baisser la culotte en allant, tête baissée et la queue entre les jambes, aux élections . Qu’est-ce que vous pouvez faire avec la machine de guerre électorale du pouvoir! Rien ou Tooz !!Le PAGS avait fait une erreur avec le « soutien critique » à Boumediene qui a eu sur toute la ligne et vous recommencez. Vous n’êtes plus ce que le grand PAGS originel était, c’est sûr et certains ! Si vous voulez faire la même chose aujourd’hui avec ce pouvoir c’est votre problème mais éviter de donner des leçons aux autres. En plus, vous êtes éclaté en plusieurs courants, allez vous couchez çà va vous faire du bien. Pour nous, pour l’instant il ne nous reste plus que Benflis et Soufiane Djilalli qui tiennent la route et qui restent toujours en ordre de combat contre le pouvoir autocratique et autoritaire algérien !




    0



    0
      Chentouf Moulay
      20 janvier 2017 - 20 h 53 min

      Mon ami Mahmoud, le Parti
      Mon ami Mahmoud, le Parti pour la Laïcité et la Démocratie (PLD) issu du MDS de feu Hachemi Chérif, prône la double rupture et la non participation à toutes les mascarades électorales tant que le système et l’islamisme politique perdure. Le PLD souhaite que la parti Talait El Houriat et celui de Djil El Djadid soient conséquents avec eux mêmes, et que pour les « élections » communales d’octobre 2017, ces partis appellent au boycott.




      0



      0
    Echiboukh
    18 janvier 2017 - 17 h 00 min

    1) Ce n’est pas la première
    1) Ce n’est pas la première participation aux élections législatives. Au dernières élections, ils ont récoltés un élu …qui a vite fait de changer de casquette!
    2) En quoi la décision du MDS de participer ou non à ces élections va-t-il influer sur le rapport de force défavorable au courant moderniste et démocrate?

    La réalité est que le cauchemar de l’abstention et donc, d’une délégitimation des prochaines assemblées, hante l’esprit des décideurs et qu’ils sont prêts à faire des promesses pour tous ceux qu’importe la couleur politique qui seront partants pour jouer le jeu. Même les petits partis seront bienvenus.

    De toute façon, le MDS n’a plus rien à perdre… Une base militante? une base électorale? des fiefs politiques? des cadres formés? Des alliés? Un projet politique? Rien de tout ça.Alors autant y aller

    Tout ce qui se fera durant cette participation sera un plus pour cette formation « en longue maladie » car refusant l’intervention chirurgicale qui la sauvera de sa lente agonie




    0



    0
      Nadjib
      18 janvier 2017 - 18 h 00 min

      À peine croyables les
      À peine croyables les arguments que l’on s’évertue à déployer pour torpiller une des rares formations politiques de « gauche » dans notre pays, tout y passe, rien ne lui est épargné. Entre temps, l’islamisme continue à ronger la société, à accélérer sa régression, entre temps, c’est la ploutocratie qui grossit à vue d’œil, entre temps, c’est la jeunesse qui plonge dans le désespoir et les inégalités qui se creusent. Qu’a donc changé ce discours redondant qui dénigre sans arrêt le MDS ? Qui brandit en permanence le spectre de la caution ? Rien, absolument rien. Qui peut raisonnablement croire à l’abstention générale qui ferait tomber le pouvoir ? Soyons sérieux ! Le MDS a fait le choix des élections. Il est plus juste de le soutenir, même au prix de quelques réserves. Mais pourquoi un 3tel acharnement et qui plus est haineux ? Comment peut on prétendre à une quelconque crédibilité en tenant ce langage? Un peu de retenue messieurs les donneurs de leçons !




      0



      0
        Mouloud
        18 janvier 2017 - 20 h 32 min

        ya @Nadjib (non vérifié) ,
        ya @Nadjib (non vérifié) , khouya puisque que c’est la ploutocratie qui grossit à vue d’œil, que la jeunesse plonge dans le désespoir et que les inégalités se creusent , il faut donc arrêter de crédibiliser le pouvoir en participant au simulacre électoral et continuer à donner le fouet au pouvoir pour vous botter les fesses. Sauf si vous aimez çà ! Les choses sont claires , non ???




        0



        0
    Abou Stroff
    18 janvier 2017 - 14 h 47 min

    que signifient des élections
    que signifient des élections dans le cadre d’un système basé sur la distribution de le rente et sur la prédation? la réponse coule de source. les élections servent à maquiller des rapports sociaux « archaïques » où les groupes sociaux qui contrôlent la distribution de la rente établissent des gros quotas en faveur de leurs clients et de petits quotas pour des « opposants » qui cautionnent, par leur participation, le système archaïque qui leur permet de croire qu’ils existent. moralité de l’histoire: dans un système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation, les partis politiques sont des coquilles vides dont l’unique objectif est de se rapprocher des « centres de distribution de la rente ». participer aux élections permettrait il de jeter les bases de la destruction du système rentier qui nous avilit et nous réduit à de simples tubes digestifs ambulants et rien d’autres? permettez moi d’en douter et j’espère que quelqu’un m’expliquera en quoi mon raisonnement est bancal.




    0



    0
      nadjib
      18 janvier 2017 - 15 h 15 min

      Votre raisonnement n’est pas
      Votre raisonnement n’est pas bancal. Il se tient, il est cohérent. Il mène seulement vers une impasse, et ce n’est pas peu dire. Il serait intéressant d’avoir la piste, aussi petite soit-elle, d’une solution. Que faire alors Mr Abou Stroff ? Quant à mettre tout le monde dans le même sac et affirmer que les militants du MDS veulent se rapprocher des « centres de distribution » de la rente, c’est prendre des raccourcis bien regrettables. Sortons de ces clichés faciles et de cette langue de bois et ouvrons s’il vous plait un véritable débat d’idées.

      Cordialement




      0



      0
        Abou Stroff
        18 janvier 2017 - 15 h 43 min

        en effet, ne pas participer
        en effet, ne pas participer aux élections ne peut que mener le pouvoir en place vers une impasse. quant aux partis dits de l’opposition, ils ne servent qu’à faire de la figuration quand ils n’ont pas pour objectif de se rapprocher des centres de distribution de la rente. car, s’il n’est pas cautionné par les partis qui prétendent représenter une opposition, avec qui le pouvoir en place va t il jouer (le pouvoir en place joue mais il semble que certains se prennent au sérieux alors qu’ils ne représentent aucune force palpable)? au fait que représentent les différents partis dans le cadre d’un système où le travail et la production ne participent que marginalement à la reproduction du système? quant aux clichés langue de bois que vous mentionnez, il n’y a que ceux qui ne savent pas analyser concrètement une situation concrète qui continuent à croire au père Noël.
        PS: si le MDS veut avoir des élus au parlement, je lui suggère de suivre l’exemple de louisa hanoune: flatter démesurément l’ego démesuré de notre bienaimé fakhamatouhou national et recevoir le quota auquel il aura droit.




        0



        0
          Nadjib
          18 janvier 2017 - 16 h 14 min

          C’est bien dommage… Votre
          C’est bien dommage… Votre raisonnement ne conduit toujours pas vers le moindre petit commencement de solutions. C’est bien dommage pour quelqu’un qui se targue de savoir analyser une situation concrète. Toujours et encore les mêmes termes et les mêmes amalgames ressassés a l’infini : caution, quotas et… Louisa Hanoune ! Quelle chance vous avez à détenir de telles certitudes Mr Abou Strof !!
          Cordialement




          0



          0
          Abou Stroff
          18 janvier 2017 - 17 h 14 min

          et bien, je vais être franc
          et bien, je vais être franc avec vous! je crois, avec toute la modestie qui m’étouffe, qu’il n’existe point de petit commencement de solutions en dehors d’un tsunami (une baisse prolongée du prix du pétrole qui désarmerait la marabunta qui nous gouverne et qui n’aurait ainsi plus le moyen de « corrompre » la grande majorité, sinon la totalité des algériens) qui balayerait toute la pègre qui se sucre grâce à la rente pétrolière et qui distribue des miettes de rente à la plèbe qui croit que le bon Dieu est derrière la dite distribution. quant aux certitudes que je détiens, il n’y en a point, à part celle qui consiste à ne pas croire au père Noël.
          PS: quant aux élections, je parie que le MDS n’aura aucun quota car, sa vision des choses ne cadre point avec les intérêts de la marabunta qui nous gouverne.
          je répète ce que j’ai déjà avancé: si le MDS veut « participer » à la « vie politique » made in algeria, il n’a qu’à suivre l’exemple de la « passionaria » algérienne. il pourra peut être même avoir un groupe parlementaire.




          0



          0
    Rochdi
    18 janvier 2017 - 10 h 13 min

    Le MDS à l’épreuve des urnes
    Le MDS à l’épreuve des urnes . Vous rigolez ? Et pourquoi pas des listes des Algériens de Mars ? Lol




    0



    0
      Kouider
      18 janvier 2017 - 13 h 42 min

      Non, mais c’est mieux que le
      Non, mais c’est mieux que le parti de si 3li. Moi, je l ‘encourage à y participer. Si 3li veut être president sans élection, enfin il sait bien qu’il est cuit depuis 2004, l’année ou il s’est découvert.




      0



      0
    Kouider
    18 janvier 2017 - 7 h 06 min

    Héhéhé, au moins ce parti
    Héhéhé, au moins ce parti microscopique a le courage et la sagesse de participer aux elections,pas comme ceux qui veulent aller à El Mouradia sur des chars.




    0



    0
    Boualem
    18 janvier 2017 - 6 h 05 min

    Il est temps de passer a l
    Il est temps de passer a l’action …..Bon courage




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.